🎼 APPRENDRE À LIRE UNE PARTITION 🎼

 

   Bonjour hello salut les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème “Apprendre À Lire Une Partition” ! 🙂

   Dans cet article, nous allons revenir sur la base des bases et nous recentrer sur comment apprendre à lire une partition de musique, en arborant les premiers signes que l’on trouve sur une partition et comment les interpréter🙂

   En effet, si vous venez de découvrir le blog et que vous êtes arrivés sur cet article, c’est que vous avez l’intention de vouloir comprendre ENFIN la musique, de vous pencher sur ce domaine que vous avez toujours cru inaccessible financièrement, au niveau de la difficulté d’apprentissage et du temps nécessaire pour y arriver mais qui, au final, reste passionnant quoi qu’il en soit !

   Eh bien, vous savez quoi ? Vous êtes au bon endroit 🙂

Apprendre à lire une partition, c’est très important pour pouvoir devenir un musicien libre par la suite ! 🙂

 Le plus important lorsque l’on désire apprendre quelque chose de nouveau, c’est d’être correctement guidé, en arpentant les différentes thématiques du domaine pas à pas, dans l’ordre et sans brûler les étapes.

   Et c’est pour ça que j’ai jugé bon de vous faire un article récapitulatif sur ce qu’il faut savoir sur la portée, les notes de musique et les autres symboles qui ornent n’importe quelle partition🙂

   Mais avant, sachez que vous télécharger mon bonus « Les bases de la musique au piano et à la guitare » qui vous permettra d’aller encore plus loin dans l’apprentissage des bases de la musique et de pouvoir comprendre bon nombre d’autres sujets que j’évoque sur le blog. 🙂

   Ainsi, si votre but, à terme, c’est de pouvoir jouer n’importe quelle musique que vous aimez d’oreille, de pouvoir déchiffrer à la vitesse de l’éclair ou de pouvoir composer facilement, alors vous trouverez sans doute votre bonheur ! Vous pourrez même être capables de l’enseigner à d’autres… 😉

   Mais avant, passage obligatoire par la case des bases 😉Alors, sans plus tarder, attaquons !

I. LA PORTÉE

   Tout d’abord, il faut savoir que la musique est régie par trois paramètres indissociables et complémentaires : la hauteur, la durée et le timbre.

• La hauteur est le paramètre qui permettra de dire si une note sera aigue ou grave. Pour jouer sur ce paramètre, on va utiliser des notes de musique et, selon le nom de ces notes, certaines seront plus graves et d’autres plus aigues.

• La durée, comme son nom l’indique, est la « longueur » qu’auront ces notes dans le temps. Il existera donc des notes de toutes longueurs, de très courtes à très longues. Ce paramètre est contrôlé par le rythme ;

• Le timbre, pour faire très simple, c’est le facteur qui permettra de faire la différence entre un piano, une guitare ou un saxophone qui joueront la même note. Tout est question de physique du son et plus particulièrement d’harmoniques ! Alors, même si vous êtes musicien débutant mais que vous avez une petite fibre scientifique, vous pouvez consulter mon article sur les harmoniques naturelles dans lequel j’explique ce phénomène. 🙂;

   Maintenant, pour organiser les différentes notes et leur rythme de façon compréhensible et accessible à tous, on a décidé de créer la portée musicale qui deviendra le support officiel de la musique🙂

   Cette portée est constituée de 5 lignes horizontales, ce qui constitue par la même occasion 4 interlignes et qui, au même titre que les lignes, sont destinées à recevoir les notes ainsi qu’un tas d’autres symboles.

Présentation de la portée pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Pour la petite histoire, il faut savoir que la portée n’existe que depuis le XIème siècle, faisant apparaître avec elle les notes et les notations actuelles ! Avant ça, les seuls signes musicaux qui permettaient de suivre la musique sur une partition étaient ce que l’on appelait des « neumes » et n’étaient qu’un ensemble de carrés et d’accents qui ne permettaient de connaître qu’approximativement la hauteur des notes. Ils servaient plus de rappels aux chanteurs qui avaient appris le morceau en amont de façon auditive.

   C’est ainsi que les 5 lignes de la portée sont apparues au fur et à mesure et que la portée telle qu’on la connaît aujourd’hui n’a été officialisée qu’à la Renaissance. 🙂

Exemples de neumes pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"
Exemples de neumes pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

II. LES NOTES DE LA GAMME SUR LA PORTÉE

   Tout le monde connaît les notes de musique ! Pour ceux qui auraient un doute, je vous les rappelle quand même : 😉

DO – RÉ – MI – FA – SOL – LA – SI – (DO)

DO – RÉ – MI – FA – SOL – LA – SI – (DO)

   Ces notes représentent donc un son différent et apparaissent de façon cyclique sur la portée et sur un clavier de piano. De cette façon, avec seulement 7 noms de notes différents, on peut jouer une étendue importante de notes, du registre très grave au registre très aigu. D’ailleurs, l’instrument capable de traduire la plus grande étendue est le piano avec ses 88 touches !

   Bon, vous saviez peut-être déjà tout ça. Mais peut-être ignorez-vous l’origine de ces notes ? Eh bien, pour la petite anecdote, elles sont issues d’un poème latin de Paul Diacre qui a inspiré le moine Guido d’Arezzo, « L’hymne à Saint Jean-Baptiste ». Ces notes correspondent aux premières syllabes de chaque vers, que voici :

L'origine du nom des notes pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"
L'origine du nom des notes pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Le « Ut » étant moins facile à prononcer que les autres syllabes, il fût remplacé par le « Do » qui provient de « Domine » et qui désigne « Seigneur » en latin. 🙂

   Aparté clos, voici ce qu’il vous faut savoir sur les notes :

   Les notes peuvent être posées à cheval sur les lignes ou être situées dans les interlignes et les notes posées sur le haut de la portée seront plus aiguës que les notes situées sur le bas de la portée, comme ceci :

Différence entre les notes aigues et graves pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"
Différence entre les notes aigues et graves pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Maintenant, il faut savoir que les notes de musique ont des hampesdes petites queues – lorsqu’elles sont soumises à certains rythmes et que, suivant si la note se situe sur le haut ou sur le bas de la portée, la hampe ne sera pas dirigée dans le même sens :

Illustrations de hampes 1 pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"
Illustrations de hampes 1 pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Du coup, la note Si – qui est la note posée sur la 3ème ligne de la portée, soit la ligne du milieu – pourra s’écrire avec une hampe vers le haut ou vers le bas, tandis que :

Toutes les notes situées en-dessous du Si auront une hampe vers le haut ;

Toutes les notes situées au-dessus du Si auront une hampe vers le bas ;

   Enfin, ça c’est la théorie… Mais en pratique, certaines notes dont la hampe aurait dû être dirigée vers le haut se retrouvent avec une hampe dirigée vers le bas, et ce pour la simple raison qu’il faut garder une certaine continuité et une certaine logique entre les notes !

   Par exemple, dans un groupe de 3 notes majoritairement situées sur le haut de la portée, si une seule note se situe en bas, les 3 seront reliées avec une hampe dirigée vers le bas, même pour la note « intruse », comme pour l’exemple des Sol ci-dessous. La hampe sur cette note sera simplement plus courte afin de ne pas trop déborder sur le reste de la partition. 🙂

Illustrations de hampes 2 pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"
Illustrations de hampes 2 pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Bon mais, tout ceci n’est qu’une question de règle d’écriture mais cela ne change en rien la sonorité des notes ou du morceau ! Il est bon de le savoir lorsque l’on veut déchiffrer une partition plus rapidement et pourquoi pas interpréter des phrasés particuliers mais c’est surtout nécessaire lorsque l’on souhaite composer🙂

   En revanche, il reste un dernier point important à aborder qui, pour le coup, influe directement sur la sonorité des notes.

   En effet, tout à l’heure, je vous ai dit qu’il existait 7 noms de notes différentes pour un total de 88 touches sur un piano, ce qui signifie que, pour chaque nom de note, il existe plusieurs positions sur la portée. Par exemple, il existe des « La » très graves, moyennement graves, plus aigus jusqu’à très aigus, et il en est de même pour toutes les autres notes.

   Le problème, c’est que la portée ne comporte pas assez de lignes pour pouvoir « accueillir » toutes ces notes. Ainsi, on a rajouté ce que l’on appelle des lignes supplémentaires afin de pouvoir « étendre » la portée et atteindre ces notes extrêmes. L’ajout de la Clé de Fa à la Clé de Sol permet d’ailleurs de proposer une solution alternative à ces lignes supplémentaires en permettant de « switcher » la tessiture de la portée sur une autre et de pouvoir ainsi jouer des notes d’un autre registre sans que ce ne soit illisible, avec trop de lignes supplémentaires. 🙂

   Par exemple, sur une portée, ça donne ça :

Exemple des symboles d'octaviation sur une partition pour l'article "Comment Développer Le Déchiffrage Au Piano 1/2"
Exemple des symboles d'octaviation sur une partition pour l'article "Comment Développer Le Déchiffrage Au Piano 1/2"

   Vous remarquez que, pour le « La » n°3, les deux notes reliées par les pointillés sont 2 « La » qui sonneront de la même façon mais le « La » en Clé de Fa est plus lisible que celui de la Clé de Sol. 🙂Et encore, ce « La »-là – lala… Oui promis j’arrête… 😁– ne possède QUE 2 lignes supplémentaires… Mais les notes en-dessous du Sol possèdent plus de 3 lignes supplémentaires, ce qui devient vite indigeste !

   On dit donc : merci la Clé de Fa 😁

   Et d’ailleurs, en parlant de Clés… Voyons justement les différentes Clés qu’on peut rencontrer, à quoi elles servent et dans quels contextes on les retrouve. 🙂

   Maintenant que vous avez un oeil neuf sur le sujet, je vous propose de consulter l’article de Wikipédia qui vous explique tout ceci de façon plus « technique » mais tout aussi rigoureusement. 🙂

III. LES CLÉS SUR LA PORTÉE

   En effet, maintenant que nous connaissons la gamme des notes de musique sur la portée, voyons de quelle façon elles ont été établi dans le système musical en détaillant un petit signe que l’on trouve sur n’importe quelle partition et qui est la référence même de la hauteur des notes : j’ai nommé la Clé !

   En effet, c’est grâce à ce petit symbole que l’on va pouvoir donner un nom à chacune des notes que l’on croisera et que l’on pourra lire la musique plus facilement. C’est un petit peu comme si c’est elle qui déterminait un alphabet musical spécifique !

   Mais, de la même façon que l’on connaît plusieurs langues dans le monde avec des alphabets différents, il existe également en musique différentes références sur lesquelles on va se baser puisque, vous l’aurez compris, il existe plusieurs clés !

3, pour être précis. Mais 15 en réalité ! Non mais vraiment que 7

« Bon, tu te décides ?! »

« Bon, tu te décides ?! »

   En fait, il existe 3 noms de clés différentes, mais avec 5 versions de chacune ! Oui, je sais, c’est bizarre…

   Bon déjà, ces 3 clés, les voici :

Clé de sol, clé de fa et clé d'ut pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"
Clé de sol, clé de fa et clé d'ut pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Alors, ces clés ne sont pas utilisées de cette façon, sur un fond blanc. Elles sont toujours positionnées sur la portée puisqu’il faut bien qu’elles donnent la référence aux notes ! Voici donc les positions les plus courantes que l’on rencontre chez chacune de ces clés :

Les différentes clés sur la portée pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Comme vous l’aurez sûrement compris, pour la Clé de Sol, c’est le « nœud » de sa « coquille d’escargot » qui permettra d’indiquer que la note se situant sur la ligne au niveau de ce nœud sera un « Sol », puisque c’est une Clé de Sol🙂On l’appellera simplement Clé de Sol, mais son vrai nom est la Clé de Sol 2 puisque c’est la ligne 2 qui sera choisie comme référence !

   Pour la Clé de Fa, la ligne de référence sera celle sur laquelle la petite boule en haut à gauche se posera, qui sera également la ligne passant entre les 2 points. Pourquoi ont-ils rajouté ces 2 points ? Alors là, vous m’en demandez trop. 😁Cette 4ème ligne sera donc un Fa, puisque nous sommes ici avec la Clé de Fa🙂Cette Clé présente dans cet exemple sera donc la Clé de Fa 4.

   Enfin, pour la Clé d’Utou de Do, c’est la ligne de symétrie axiale du symbole de la clé qui déterminera la ligne de référence. Dans notre cas, ce sera la 3ème ligne qui sera donc le « Do » de référence. On l’appellera donc la Clé d’Ut 3.

Alors mais, « Pourquoi toutes ces clés ? » me demanderez-vous ?

Alors mais, « Pourquoi toutes ces clés ? » me demanderez-vous ?

   Eh bien, chacune des Clés a été pensée pour répondre à la tessiture et au jeu de certains instruments, pour faire court.

   Par exemple, vous remarquerez que si l’on lit la note posée sur la 2ème ligne – qui est un « Sol » en Clé de Sol 2 – en Clé de Fa 4, on n’obtient plus un « Sol » mais un « Si »…

   De même, si l’on cherche le nom de cette même note en Clé d’Ut 3, on obtient un « La »… Une vraie usine à gaz, n’est-ce pas ?

   En fait, bien qu’il n’y paraisse, la Clé qui serait la « moins compliquée » à comprendre dans la logique serait la Clé de Fa, même si beaucoup ne l’aiment pas. En effet, la toute première Clé que tout le monde apprend à lire est la Clé de Sol et, après, en fonction des besoins, on se met à apprendre la Clé de Fa puis les Clés d’Ut (oui, LES Clés d’Ut, mais j’y viendrais après… 😉).

Alors, justement, parlons-en de cette Clé.

   Ce que l’on nous apprend, c’est donc de nous référer à une Clé commune et de « calculer » les nouvelles notes pour les autres Clés à partir de cette première Clé.

   Par exemple, on voit bien que, pour la Clé de Fa 4, pour passer d’un « Sol » à un « Si », il faudra donc compter 2 notes au-dessus. Et en effet, toutes les notes que l’on cherchera à lire en Clé de Fa seront à lire 2 notes au-dessus de la Clé de Sol (pour simplifier).

   D’ailleurs, pour ceux qui souhaitent savoir comment progresser radicalement en lecture de Clé de Fa, je vous recommande de consulter mon article sur le sujet « Apprendre La Clé De Fa » qui vous montrera une technique carjackée pour y parvenir plus facilement😉

   En fait, la Clé de Sol et les Clés d’Ut sont utilisées par des instruments jouant plutôt dans le registre aigu (guitare, main droite du piano, de l’orgue et du clavecin, flûte, violon, trompette, etc.) et la Clé de Fa est utilisée par les instruments jouant dans le registre grave (main gauche des claviers, trombone, tuba, violoncelle, contrebasse, basson, etc.).

   Maintenant, qu’est-ce qui fait que certains instruments joueront plutôt en Clé de Sol plutôt qu’en Clé d’Ut ? Eh bien, c’est à la fois assez dur à imaginer et en même temps très simple.

   Peut-être avez-vous appris qu’en physique, la fréquence d’oscillation d’une onde sonorese traduisant par sa hauteur de son – peut être modifiée de plusieurs façons :

Pour les instruments à cordes, plus on réduit la taille de la corde, plus le son est aigu car la longueur d’onde est plus petite ;

Pour les instruments à vent, c’est la longueur du tube dans lequel l’air vibre qui fait varier la longueur d’onde et ainsi la hauteur du son.

   Bref, bien que ceci soit parenthèse très théorique, elle n’est pas moins nécessaire pour bien comprendre la suite😉

   Maintenant, que me répondez-vous si je vous demande la chose suivante :

« Pourquoi existe-t-il des trompettes, des violons ou des saxophones de tailles différentes ? » 😉

« Pourquoi existe-t-il des trompettes, des violons ou des saxophones de tailles différentes ? » 😉

   La réponse est pourtant simple : c’est pour pouvoir jouer dans des tessitures différentes, afin que certains puissent jouer plus aigu ou plus grave que d’autres et ainsi pouvoir explorer toutes les hauteurs de son pour tous les instruments ! Je pense que vous serez d’accord avec moi ? 🙂

   Oui MAIS, comment faire pour qu’une trompette joue plus grave qu’une autre, par exemple ?

   Eh bien, pour cela, on va simplement en créer une plus grosse, afin que l’air circulant à l’intérieur produise de plus grandes longueurs d’onde et ainsi des notes plus graves, « tout simplement ». 🙂

   L’avantage, c’est que, d’une trompette de petite taille à une autre plus grosse, la façon de jouer sera EXACTEMENT la même. Il y aura les mêmes 3 pistons et c’est le souffle dans l’embouchure qui permettra de jouer différentes notes pour une même position de pistons. Bon, malheureusement, je ne suis pas trompettiste mais c’est ce que des amis trompettistes m’avaient expliqué. J’espère donc ne pas me tromper mais, si c’est le cas, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires ! 😁

   Pourquoi je vous dis tout ça ? Eh bien pour vous montrer que, si un trompettiste décide de jouer un « Do », la note entendue sera différente selon la taille de l’instrument : on écoutera un « Do » avec l’une tandis qu’on entendra un « Sib » avec une autre… Étrange, n’est-ce pas ?

Mais, pas si étrange que ça…

   C’est pour cette « simple » raison que sont apparues les Clés d’Ut ! Tout comme pour la Clé de Sol, elles sont attribuées aux instruments jouant dans le registre aigu mais leur principale particularité est qu’elles sont associées aux instruments dits « transpositeurs », c’est-dire qui jouent des notes différentes que celles que l’on écoute réellement🙂

   Ainsi, il existera différents types de Clés d’Ut, et suivant celle que l’on choisira, on n’y associera pas le même instrument !

En général :

La Clé d’Ut 1 sert à la transposition orchestrale ;

La Clé d’Ut 2 est utilisée pour le cor en fa et également pour la transposition orchestrale ;

La Clé d’Ut 3 est utilisée pour le violon alto;

La Clé d’Ut 4 peut être utilisée pour le trombone, le basson et le violoncelle ;

   La Clé de Sol, quant à elle, permet de laisser entendre la note qui est réellement jouée. 🙂C’est pour ça qu’elle est utilisée la plupart du temps. Par exemple, si vous devez jouer un « Do » sur un clavier de piano, vous écouterez un « Do » puisque la Clé utilisée est une Clé de Sol. 🙂

   En ce qui concerne les différentes Clés de Fa, deux sont sorties du lot : il s’agit des Clés de Fa 3 et 4. Bon, la Clé de Fa 3 n’est plus vraiment utilisée puisqu’elle sert principalement à la transposition orchestrale, comme d’autres Clés d’Ut… De plus, elle est l’équivalent de la Clé d’Ut 5, d’où le fait que je ne l’ai pas mentionnée tout à l’heure. 😉

   Les autres Clés de Fa ne sont pas utilisées car elles ont toutes une équivalence avec d’autres clés. Inutile donc de les apprendre. 🙂(Yeees, ça fait ça en moins 😁)

Alors, pour récapituler :

   Maintenant, souvenez-vous : je vous ai dit qu’il y avait 15 Clés différentes puisque 5 versions de chacune des Clés.

Et en effet, si l’on décide de placer nos 3 Clés sur 5 lignes, on obtient 15 Clés possibles :

Les Clés de Sol 1, 2, 3, 4 et 5 ;

Les Clés de Fa 1, 2, 3, 4 et 5 ;

Les Clés d’Ut 1, 2, 3, 4 et 5 ;

Eh bien, les seules que l’on gardera seront seulement :

La Clé de Sol 2 ;

La Clé de Fa 4 ;

Les Clés d’Ut 2, 3 et 4 (et pourquoi pas la 1).

   Voilà pourquoi je disais qu’il existe 3 noms de Clés différentes, 15 Clés au total mais que seulement 7 sont utilisées aujourd’hui🙂

Pour récapituler, voici un petit schéma expliquant le lien entre ces 7 clés sur une portée de 11 lignes… Oui, oui, vous avez bien lu… 😉

La portée sur 11 lignes pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   En bonus, voici une petite merveille issue des mathématiques : lorsque l’on met ces 7 clés dans un ordre bien précis et en n’utilisant qu’une seule position de note sur la portée, on arrive à recréer la gamme… Merveilleux, n’est-ce pas ? Regardez par vous-même ! 😉

Gamme de Do sur 7 clés pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   Pour conclure, la Clé de Sol serait en quelques sortes la simplification de la Clé d’Ut alors que la Clé de Fa, bien que plus compliquée en apparence, est indépendante des autres clés et ne concerne que les instruments au registre grave qui lui prêtent entièrement allégeance puisqu’ils n’ont qu’elle… 😉

IV. LES ALTÉRATIONS À LA CLÉ SUR LA PORTÉE

   Pour terminer sur comment apprendre à lire une partition, vous avez dû remarquer que, sur la partition ci-dessus, on trouve d’autres petits symboles juste à côté de la Clé présente à chaque début de ligne. Mais si vous regardez au sein de la partition, vous remarquerez que ces petits symboles apparaissent également par moment…

   Ce sont ce que l’on appelle des altérations ! Et elles jouent un rôle direct sur la hauteur mélodique en musique. 🙂

   Mais le fait est qu’il existe 3 types d’altérations répertoriés dans 2 catégories différentes ! En soi, pas une chose simple à expliquer en 3 lignes… 😉C’est pourquoi, de la même façon, j’ai décidé de vous en faire un article à part,  afin que vous y voyiez un peu plus clair🙂

   Bon mais, il n’y a pas que les clés ou les altérations qui sont indispensables sur une portée. En effet, si l’on regarde une partition et que l’on fait exception des notes en elles-mêmes, on se rend compte qu’un petit tas de symboles apparaissent au début de chaque portée :

Partition de La Cuadrera de Gerardo Di Giusto pour l'article "Les Notes De Musique Sur La Portée"

   C’est pourquoi je vous propose de découvrir l’article que j’ai écris sur le thème « Lire le rythme sur une partition » via le bouton ci-dessous afin que vous réussissiez à identifier tous ces petits symboles que l’on n’a pas encore vus. De plus, vous apprendrez les différentes figures de notes qui existent, le rôle qu’elles jouent dans le rythme ainsi que les différentes expressions rythmiques que l’on peut rencontrer en musique. 🙂

   De plus, je vous redirige sur ma chaîne YouTube vers la première vidéo de ma série sur les bases de la musique : La Portée Et Ses Composantes, qui vous ré-expliquera tout ceci de façon parlée plutôt que manuscrite. 😉

   Pour conclure sur comment apprendre à lire une partition, il est important de dire que la musique n’est qu’un assemblage d’une multitude d’informations traduites par, d’une part, les notes, les clés et les altérations pour assurer la mélodie mais, d’autre part, par une structure rythmique au travers des différentes figures rythmiques, de la signature rythmique et des mesures.

   Il faut bien que vous arriviez à comprendre tous ces principes pour pouvoir partir sur de bonnes bases et ainsi maîtriser totalement les notions présentées par la suite🙂

   Voilà, j’espère que cet article d’initiation aux bases des bases vous aura permis à y voir un peu plus clair dans le « pourquoi du comment » en musique !

   Si ça vous a plu, alors soyez prêts pour d’autres articles plus passionnants les uns que les autres, parce que vous n’êtes pas au bout de vos surprises… 😉

Sur ce, à bientôt pour un nouvel article et n’oubliez pas : restez branchés les zikos !

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Apprendre La Clé De Fa », « La Gamme Majeure Au Piano » et « Rythme Et Solfège ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

👉 TÉLÉCHARGE-LES DÈS MAINTENANT !

🌟🌟🌟 En complément, télécharge GRATUITEMENT ton guide pour connaître toutes les Bases de la Musique au Piano et à la Guitare ainsi que ton livret PDF pour connaître tout du lexique des guitaristes et des pianistes ! 😍🎼🌟🌟

Bonus pour lightbox 2

Pin It on Pinterest

Shares
Share This