LEXIQUE

LEXIQUE

LE VOCABULAIRE DE LA MUSIQUE

LE VOCABULAIRE DE LA MUSIQUE

   Cet article un peu spécial a pour but de répertorier tous les termes techniques et musicaux liés à la guitare, au piano ou à l’univers de la théorie musicale en général. 🙂Afin d’illustrer avec une image pour chaque exemple, j’ai dû intégrer le texte à l’intérieur des images et, de ce fait, vous ne pouvez malheureusement pas faire de recherches avec CTRL + F, ce dont je m’excuse profondément. 😔

   Néanmoins, j’espère me faire pardonner en vous apprenant que vous pouvez le recevoir en livret PDF pour que vous puissiez le feuilleter plus facilement, et avec des images moins dégradées ! 😄

   Si jamais cela vous intéresse, alors vous avez juste à remplir le formulaire ci-dessous et vous recevrez gratuitement, en prime, et si vous ne l’avez pas déjà, mon guide “Les Bases De La Musique au Piano et à la Guitare” pour vous apprendre les rudiments de tout musicien qui se respecte avec une approche complète et ludique des bases de la musique, le tout agrémenté de techniques et conseils pour bien commencer au piano et à la guitare, notamment la formation des premiers accords. 😉

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture. 😊

Recevez votre livret PDF sur le lexique ainsi que votre guide GRATUIT pour connaître toutes les bases de la Musique au Piano et à la Guitare.

DÉPASSER SES LIMITES

DÉPASSER SES LIMITES

DÉPASSER SES LIMITES

DÉPASSER SES LIMITES

   Cet article participe à un carnaval d’articles proposé par le blog Corps et Esprit Martial. C’est un blog qui porte sur la préparation physique et mentale pour les arts martiaux et sports de combat. J’ai d’ailleurs particulièrement apprécié l’article portant sur les différences entre la boxe et le karaté.

   La pratique d’un instrument est un exercice long et rigoureux qui nécessite de toujours garder la motivation et de se fixer des objectifs pour toujours aller de l’avant.

  D’ailleurs, beaucoup de personnes qui s’initient à la musique et qui la pratiquent depuis un petit moment déjà pensent qu’elles ne sont pas capable de progresser rapidement et que, par conséquent, ce n’est pas une discipline pour elles. C’est à cause de cette première étape que la motivation vient à disparaître peu à peu et que l’évolution de la difficulté en vient à stagner.

Pour remédier à cela, il existe plusieurs solutions, dont celle de ne pas avoir peur de dépasser ses limites.

I. OUI, MAIS… QUELLES LIMITES ?

1. ABORDER DE NOUVELLES TECHNIQUES

   Chaque instrument requiert de maîtriser certaines techniques qui lui sont propres et qui sont plus ou moins accessibles en fonction de votre niveau technique instrumental. Voici donc, en guitare et piano, quelques techniques auxquelles vous pouvez vous initier afin de compléter votre technique de jeu et essayer ainsi d’atteindre de nouveaux objectifs :

a. POUR LA GUITARE

 • Les Arpèges.

   Qu’ils soient joués au médiator ou aux doigts, cette technique plus que répandue consiste à jouer les notes d’un accord les unes après les autres. Pour cela, il suffit de plaquer l’accord sur le manche et de décomposer chacune des cordes à la suite, de la plus grave à la plus aiguë, de la plus aiguë à la plus grave ou tout simplement dans l’ordre que vous voulez !

• Le Fingerpicking

   Cette appellation barbare signifie simplement gratter les cordes avec les doigts et non plus avec le médiator, ce qui peut être un excellent exercice pour tous les adeptes du RockPunkMétal dans la globalité du style. En effet, cette technique est davantage utilisée sur guitares acoustiques, et notamment les guitares classiques et demande une toute autre approche technique que l’improvisation sur un Blues ou que l’exécution d’un riff monstrueux de Havok (excellent groupe de Thrash Metal au passage 😉).

• Les Barrés.

   Que vous soyez guitariste acoustique ou électrique, il vous est absolument indispensable de maîtriser au mieux les accords en barrés. En effet, vous n’aurez pas toujours un capodastre sur vous ou vous ne pourrez tout simplement pas jouer tous les accords que vous voudrez sans maîtriser cette notion. C’est une technique qui peut faire peur, surtout la première fois que vous vous y essayez.

« Non mais c’est humainement IM-PO-SSI-BLE ! »

« Non mais c’est humainement IM-PO-SSI-BLE ! »

   Et pourtant ! Bon nombre de guitaristes d’un niveau amateur y parviennent très facilement. Pour y arriver, il vous suffit de vous entraîner encore et encore, jusqu’à ce que vos doigts se renforcent et que vous n’ayez plus mal. Je vous conseille de vous exercer 2 à 3 fois par jour, pendant 5/10min pendant une semaine au minimum. Si vous faites l’exercice correctement, vous deviendrez rapidement un as des barrés en l’espace de quelques jours. 😉

   Ah, mais peut-être ne voyez-vous pas ce que sont les barrés ? Il s’agit en fait tout simplement d’une technique consistant à barrer avec son index l’ensemble des cordes d’une case et de construire l’accord avec les autres doigts, comme pour les accords ouverts – Mi m et Mi M, Do M, Sol M, Ré M, La m et La M – que vous savez, je pense, construire très facilement maintenant. 😊

   Non ?! Eh bien, dans ce cas, je vous invite à télécharger immédiatement mon guide « Les Bases de la Musique au Piano et à la Guitare » qui vous indiquera comment former instantanément 90% des accords que vous rencontrerez dans le monde de la guitare. Plutôt utile, donc ! 😉

• Le Tapping, le Sweeping, les Harmoniques

   Une multitude d’autres techniques plus avancées qui vous différencieront lors des solos et qui vous propulseront au seuil des meilleurs guitaristes électriques de ce monde ! (si vous ne jouez pas avec vos pieds). Alors, pour faire court :

– Le Tapping est une technique développée par Eddie Van Halen consistant à taper directement les cases sur le manche sans gratter les cordes et qui, par le biais de hammer-on, pull-off et soutenu par l’effet de la distorsion, permet d’obtenir une sonorité et un style de jeu hors du commun.

– Le Sweeping, quant à lui, demande une coordination parfaite entre les deux mains puisqu’il s’agit d’un arpège d’accord note après note à la main gauche – pour les droitiers – et d’un « balayage » des cordes à la main droite – d’où Sweeping en anglaisultra-coordonné.

– Pour les Harmoniques, je vous invite à lire l’article éponyme que vous trouverez en cliquant ici.

b. POUR LE PIANO

   Bien que la guitare nécessite des techniques que l’on peut nommer et travailler indépendamment, le piano est, quant à lui, un tout. Si vous voulez jouer Game Of Thrones de Jarrod Radnich, il vous faudra développer énormément de notions que l’on ne peut apprendre qu’en partant du bas de l’échelle et en évoluant peu à peu sur des morceaux de plus en plus difficiles.

   Mais quelles sont ces notions ? Sans vous mentir, il en existe des dizaines et des dizaines. Mais outre l’aspect théorique qui en intègre une grande partie, sachez que vous devrez développer entre autres votre analyse d’écoute, votre dextérité, votre maîtrise des nuances et de l’interprétation, votre endurance pour les morceaux dépassant les 3 ou 4 minutes – eh oui, on n’y pense pas assez à ça ! – et la maîtrise de l’environnement musical pour être capable de jouer facilement quelle que soit l’armure à la Clé – le nombre de dièses et de bémols. 😉

2. JOUER DEVANT UN PUBLIC

  Être enregistré et jouer devant un public sont des importants facteurs de stress lorsque l’on joue. Vous pensez connaître votre morceau sur le bout des doigts ? Inscrivez-vous à un tremplin musical et jouez-le en public pour en être sûr. 😊Le sang-froid et la maîtrise de soi sont tout aussi importants que tout le reste dans le monde de l’art (et du sport également). Apprenez à vous concentrer en toutes circonstances et à faire le vide dans votre esprit pour acquérir plus de sagesse lors de vos représentations. 😉(Purée c’est beau ce que je dis…)

   Attention, je n’ai pas dit que faire preuve de sagesse interdisait d’exploser sa guitare dans l’ampli de basse de son voisin si cela fait partie intégrante de votre prestation et que vous ne jouez pas comme un manche ! 😀…Ah ben non en fait y a pas de règles à ce niveau-là…

3. SE LANCER DANS L’IMPROVISATION

  Rien de tel qu’improviser pour voir si vous arrivez à maîtriser tout ce que vous connaissez et que vous êtes capable d’assurer sur tous types de morceaux – de simples à plus complexes avec le temps.

   Pour cela, allumez votre poste de radio sur votre fréquence préférée – je vous conseille néanmoins RTL2 qui est bien plus ouverte à la Pop-Rock que les autres stations – et essayez de retrouver l’harmonie et la mélodie principale de chaque morceau tout en les agrémentant de votre propre style d’improvisation. L’avantage ? Vous connaîtrez forcément toutes – ou presque toutes – les musiques qui passeront mais, ignorant l’ordre de passage et le programme, ce sera à chaque fois la surprise ! 😊

4. JOUER AVEC D’AUTRES MUSICIENS

   La musique n’est pas qu’une question de technique et de virtuosité. C’est aussi un moyen de partager très puissant qu’il ne faut pas négliger si vous désirez évoluer plus rapidement. J’ai bien entendu déjà évoqué le sujet dans l’article sur « 10 Résolutions pour la Nouvelle Année en tant que Musicien et Professeur de Musique » mais je pense qu’il est extrêmement important d’insister sur ce point-là. Jouez donc avec d’autres musiciens, ouvrez-vous à de nouveaux styles et évitez de dire « Non ». Prenez tout ce qui vient et ne faites le tri qu’après. Pour plus de détails, vous pouvez cliquer sur ce lien pour accéder directement au contenu de l’article évoqué précédemment.

5. S’ESSAYER À LA COMPOSITION

   Qu’est-ce que la musique si l’on n’essaye pas d’aller au-delà des frontières que l’on pensait inaccessibles et que l’on ne tente pas d’apporter soi-même sa propre pièce au puzzle ? Et la première réponse que je vais avoir, c’est :

« Mais moi je ne suis qu’un débutant, je ne PEUX pas composer ! »

« Mais moi je ne suis qu’un débutant, je ne PEUX pas composer ! »

  Et pourtant, si ! Comme l’explique parfaitement Alex du blog Composer Sa Musique, tout le monde peut arriver à composer quelque chose. Certains, même, ne composent mieux qu’ils n’excellent dans la pratique de leur instrument. C’est d’ailleurs deux choses totalement distinctes puisqu’il suffit d’avoir de l’imagination et de la créativité pour produire quelque chose, le reste n’étant qu’accessoire – un accessoire très important, certes, mais dont certains arrivent très bien à se passer ! 😉

   Alors, à vos claviers, vos grattes et vos ordinateurs, et n’hésitez surtout pas à essayer, corriger, recommencer, effacer et essayer à nouveau. N’hésitez pas à… vous amuser ! 😊

II. COMMENT LES DÉPASSER ?

1. NE JAMAIS BAISSER LES BRAS

   Quoi que vous entrepreniez, il ne faut jamais vous avouer vaincu. Devenir musicien signifiera emprunter un chemin semé d’embûches et d’obstacles en tous genres et le défi sera de toujours passer outre ces obstacles, quelle que soit la complexité de la situation. Certains vous donneront plus de fil à retordre que d’autres et davantage de temps pour les surmonter.

Chaque problème a sa solution :

• Si vous manquez de fluidité pour lire votre partition, vous décourageant ainsi de continuer de travailler, alors consacrez plus de temps à la lecture de rythmes et de notes en Clé de Sol et de Fa.

• Si vous butez sur un passage délicat que nous n’arrivez jamais à enchaîner, alors répétez encore et encore ce passage jusqu’à ce que vous arriviez à le passer 10 fois de suite sans vous tromper.

   Bien évidemment, les exemples ne manquent pas, et vous savez sûrement mieux que moi quels sont les points qu’ils vous restent à approfondir pour parfaire votre technique de jeu.

   Faites donc une liste de tout ce qui vous pose problème et travaillez assidument chacun de ces points un par un. Vous verrez, au bout de quelques temps, votre travail et votre volonté auront pris le dessus sur vos sentiments négatifs qui vous auraient empêché d’arriver là où vous en êtes. 😉

2. PRENDRE DES COURS PARTICULIERS

   Pour dépasser ses limites, rien de tel que l’appui d’un professeur particulier. Grâce à lui, vous atteindrez vos objectifs plus rapidement grâce à ses conseils personnalisés et issus de vos demandes. De plus, cours sur cours, il saura maintenir votre moral vers le haut et vous empêchera de perdre espoir et de baisser les bras. En bonus, c’est un excellent moyen de s’ouvrir à de nouvelles connaissances qui pourront vous mener à intégrer un groupe de musiciens ou à dériver vers d’autres aspirations que vous n’auriez pas imaginé jusqu’alors.

3. SE JETER À L’EAU !

   Pour rejoindre les points précédents évoquant la composition et l’improvisation, le point qu’il faut retenir est de ne surtout pas hésiter à vous lancer corps et âme dans la bataille, bien que, et je le conçois totalement, la nouveauté fasse peur. 😉

         Mieux vaut vivre avec des remords qu’avec des regrets. Alors, allez-y, osez tout, osez, osez Joséphine ! 😀… Bon ça part trop loin là…

   Imaginez que vous souhaitiez tenter un saut spécial en moto-cross ou en ski. Le risque que vous auriez à le faire serait de finir les bras et jambes plâtrés et de ressortir avec des séquelles. Mais en musique, à part vous tordre malencontreusement le petit doigt, vous ne risquez absolument rien ! 😉Alors, on se sort les doigts et on se jette à l’eau ! 😀

Pour laisser un commentaire, remplissez les champs requis et appuyez sur la touche “Entrée” de votre clavier.

RETROUVER LA MOTIVATION LORSQUE L’ON APPREND UN MORCEAU

RETROUVER LA MOTIVATION LORSQUE L’ON APPREND UN MORCEAU

RETROUVER LA MOTIVATION

LORSQUE L’ON APPREND UN MORCEAU

     Cet article a été écrit à l’occasion du carnaval d’articles lancé par Anne Juguet du blog « Le TDAH Au Quotidien » sur le thème « Retrouver la motivation lorsque tout va de travers » que vous pourrez retrouver en cliquant ici.

 

     J’ai donc décidé de participer à cet événement interblogueurs pour aider ceux qui perdent peu à peu la motivation d’apprendre sérieusement un instrument, qu’il s’agisse de piano, guitare, batterie, flûte, violon ou de cornemuse. Et si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes sûrement dans ce cas-là. 😉

     Or, la motivation peut-être perdue pour plusieurs raisons et, pour chacune d’entre elles, il existe des méthodes pour y remédier. Je vais donc essayer d’être le plus « large » possible pour répondre à ce problème.

     Mais tout d’abord, laissez-moi vous dire que j’ai été moi-même dans ce cas-là à moultes reprises et qu’il m’arrive encore aujourd’hui de ne pas avoir le temps de tout faire, et donc de perdre cette motivation pour travailler correctement mes instruments. Mais j’ai aujourd’hui compris comment surmonter ce problème en appliquant quelques méthodes miracles qui feront à coup sûr leur effet, à condition de s’y tenir ! 😉Peut-être découvrirez-vous que vous êtes sujets à plusieurs de ces problèmes… Mais ce n’est pas grave, car de chacun d’entre eux découle une ou plusieurs solutions que tout le monde peut parvenir à mettre en pratique ! C’est parti 🙂

I. NE PAS SE SENTIR CAPABLE DE PARVENIR À SES OBJECTIFS : UNE DÉMOTIVATION RÉCURRENTE.

     Vous venez de découvrir un morceau génialissime, magnifique à écouter et qui pourra rendre admiratif votre entourage… à condition de le jouer correctement. 😉Ou bien vous voulez tout simplement vous lancer le nouveau défi de réussir un morceau d’un niveau beaucoup plus avancé au vôtre afin de développer vos compétences et pouvoir aller encore plus loin par la suite.

     Ce genre de défi peut être à double tranchants : vous pouvez très bien être motivé à 400% tout le long de l’apprentissage de votre morceau et parvenir à le jouer en quelques semaines voire quelques mois en ayant essuyé tempêtes et ras-de-marées… Mais vous y serez quand même parvenus ! Or, à l’inverse, vous pouvez également vous démotiver très rapidement si jamais vous vous impliquez trop intensément dès le début et que vous relâchez tout au bout de plusieurs jours de travail qui ne vous mènent qu’à vous remettre en question sur vos capacités. Et il n’y a rien de pire que la perte de confiance en soi, croyez-moi.

     La première étape à ne pas oublier dans ces cas-là est de se souvenir que le morceau que vous travaillez représente un véritable obstacle que vous n’avez jamais confronté par le passé. En tant que défi de taille comme celui-ci, il est donc important de travailler par étapes. Vous ne parviendrez pas à le jouer correctement en très peu de temps, il vous faudra donc vous fixer de petits objectifs qui, mis bout à bout, vous amèneront vers la réussite de votre objectif premier.

     Par analogie avec le sport, si vous venez de vous mettre à la course à pied, vous ne pourrez pas courir immédiatement un semi-marathon à 12km/h même si vous avez acheté les meilleures chaussures de sport pour ça et que vous vous êtes mis à un régime adapté pour perdre du poids rapidement. Il vous faudra, dans un premier temps, fixer l’objectif de vous stabiliser dans votre régime et de commencer par courir pendant 20 minutes de façon régulière. Par la suite, au gré des séances, vous pourrez vous permettre d’accélérer votre vitesse et d’augmenter le temps de votre course jusqu’à arriver à courir rapidement et régulièrement sur 20km.

     Je vous rassure, je ne suis pas coach sportif, vous n’êtes pas sur un blog de fitness et, de ce fait, je ne vais pas vous demander de courir pour mettre cet exemple en application. 😁Cependant, gardez bien à l’esprit que vous devez toujours vous fixer des petits objectifs pour parvenir à réaliser les plus grands, que ce soit en musique, en sport ou dans tout autre domaine. 🙂

     Par exemple, si vous planchez sur certains passages en particulier qui font que votre morceau ne sonne pas correctement à chaque fois que vous le jouez d’une traite, vous allez vous décourager, faire de ce morceau voire de votre instrument votre ennemi et vous n’aurez qu’une envie, voir un autre épisode de votre série préférée. Pour remédier radicalement à ça, il est alors important de se faire un tant soit peu violence. Recentrez-vous principalement sur chacun de ces petits passages et répétez-les en boucle jusqu’à ce que vous arriviez, qu’il neige, qu’il vente, que votre maison soit en train de brûler ou, pire ! Que votre chat soit en train de jouer avec son grelot ! Vous ne devez être assidu qu’à cette tâche. Une fois celle-ci accomplie, rendez-vous au passage suivant et répétez l’opération. Une fois que vous les aurez tous surmontés, il vous sera alors beaucoup plus efficace et agréable de rejouer votre morceau de A à Z. Vous aurez vraiment la sensation d’avoir participé à votre propre amélioration, ce qui fera fuir votre manque de motivation à tous les coups. 😉

     En bonus, vous vous rappellerez qu’il est important de ne jamais abandonner car rien n’est impossible avec de la rigueur et de la volonté, malgré que vous ne vous croyiez pas capable d’atteindre certains de vos objectifs. Souvenez-vous en la prochaine fois que vous rencontrerez des difficultés, cela vous remotivera davantage. 😉

 

II. SE LASSER DE SON INSTRUMENT : LE FLÉAU DE LA MOTIVATION.

 

     Cela fait maintenant plusieurs années que vous faites partie d’un Conservatoire ou d’une école de musique privée, que l’on vous a attribué un instrument à apprendre mais que vous n’y trouvez plus aucun plaisir. Ou alors, vous êtes simplement autodidacte et vous avez l’impression de tourner en rond à un tel point que jouer est devenu lassant. Il n’existe alors qu’une seule et en même temps plusieurs solutions à ce problème ! (Oui c’est un peu facile de dire ça, et pourtant…)

     Le seul moyen de rompre la monotonie que vous procure la pratique de votre instrument et votre relation avec la musique est de changer d’air, radicalement. De nombreuses techniques vous permettront d’y arriver, mais voici 3 exemples qui pourraient vous intéresser que j’ai choisi d’extraire du lot :

     • Changez de style de musique. Qui dit piano, violon, flûte ou cornemuse ne veut pas forcément dire musique classique ou traditionnelle. Après tout, l’apprentissage classique et scolaire de certains cours de musique n’est là que pour apporter toutes les armes nécessaires à votre développement personnel au sein de ce beau monde qu’est la musique. Le plus important, avant toute chose, est de vibrer pour ce que l’on écoute et ce que l’on joue. Pourquoi alors s’embêter à être contraint de pratiquer quelque chose qui nous sort pas les oreilles ? De même, qui dit guitare électrique ne veut pas dire seulement Rock. Bien que ce domaine soit très (très) vaste, l’utilisation de la guitare électrique peut s’appliquer à tous styles, et même au classique !

   • Ne jouez plus seul. Cherchez autour de vous des musiciens de tous horizons et profitez de votre créativité pour monter une petite formation basée sur une passion commune. Le fait de jouer avec ne serait-ce qu’avec un autre musicien mettra votre écoute à l’épreuve. De plus, vous sentirez comme un sentiment de renaissance en vous par rapport à l’époque où vous jouiez seul dans votre chambre, à tourner à longueur d’après-midi sur du Nirvana ou du Metallica… En bonus, le fait de voir de nouvelles personnes impliquées dans vos projets vous redonnera une motivation monstre pour y arriver.

     • Apprenez un nouvel instrument. Il n’est pas nécessaire d’arrêter votre premier instrument si vous voulez en commencer un nouveau. Vous le regretterez un jour et vous perdrez une complémentarité musicale qui pourrait vous être fatale pour la suite. À la place, mettez à profit tout ce que vous avez appris pour apprendre une nouvelle maîtrise technique. Ceci vous permettra d’apporter de la valeur à votre statut de musicien, vous développerez davantage votre oreille, vous élargirez votre cercle de fréquentations et de culture, etc. Bref, tout un tas d’arguments qui ne peut que vous redonner envie de continuer la musique, à condition, bien entendu, d’avoir le temps de tout faire !

     N’arrêtez donc pas la musique sur un coup de tête, simplement parce que votre professeur vous insupporte ou que vous pensez ne pas être fait pour ça, ce serait du beau gâchis… Il existe tellement de possibilités d’évolution que même les plus grands musiciens ont adopté plusieurs angles pour arborer leur génie au cours de leur vie, sans n’avoir jamais été lassé ou déçu de ce qu’ils produisaient. Alors, à votre tour de briller désormais ! Mais pour cela… On se remotive et on va de l’avant, pour de nouvelles et bonnes résolutions ! 🙂

 

     Vous pouvez d’ailleurs retrouver plein de bonnes résolutions à prendre en tant que musicien en accédant à l’article suivant : 10 Bonnes Résolutions Pour La Nouvelle Année En Tant Que Musicien (Et Professeur De Musique).

 

III. RETROUVER DU TEMPS & DE L’ÉNERGIE POUR GARDER UNE BONNE MOTIVATION.

 

    Vous venez de rentrer du travail après avoir fait vos courses, vous devez encore déposer puis aller rechercher vos enfants à leurs activités extra-scolaires, sans compter les différents rendez-vous prévus et les imprévus de dernière minute… Une semaine ordinaire pour vous, et pourtant fort laborieuse. Difficile alors, TRÈS difficile de trouver du temps et de l’énergie pour s’adonner à la pratique de son instrument et ne pas perdre la motivation que l’on s’est efforcée à trouver pour se remettre à l’apprentissage d’une vieille passion. Ce cas est assez récurrent et pourtant tellement particulier à chacun de ceux qui rencontrent ce problème. Si c’est votre cas, vous devez sans doute vous dire qu’il est impossible de le résoudre, et pourtant…

     Si vous êtes un vrai passionné de musique, vous avez dû vous rendre compte que le simple fait de vous atteler à votre instrument et de vous plonger dans sa musicalité pour en extraire les premières notes vous donne l’impression que le temps s’arrête et que c’est VOTRE moment à VOUS. Vous vous sentez alors détendu et votre cerveau se retrouve alors sur un petit nuage. C’est en tout cas le ressenti qu’ont beaucoup de musiciens, qu’ils soient débutants ou professionnels, et ce à tout âge. Si c’est votre cas également, alors essayez au maximum de faire l’effort de vous lancer dans la pratique de votre (ou de vos) morceau(x). Vous verrez, vous ne verrez plus le temps passer et vous en profiterez pour reposer votre cerveau, quoi que vous en pensiez. Pratiquer au minimum entre 10 et 15 minutes par jour au minimum est la clé pour ne pas perdre toute motivation. Faites cet effort et vous prendrez alors une très bonne habitude pour la suite, soyez-en sûr. 🙂

 

IV. SE MOTIVER EN CHANGEANT DE MÉTHODE D’APPRENTISSAGE.

 

     Ce point pourrait sans aucun doute s’apparenter au second point par le fait qu’il est important de changer d’approche d’apprentissage lorsque celle-ci n’est pas adaptée à ses envies et à ses objectifs. Un professeur qui ne sera pas à votre écoute et qui aura pris l’habitude de donner des cours de la façon dont il le fait depuis des années ne changera sans doute pas d’approche avec vous. Beaucoup de mes connaissances ont été dans ce cas-là. Au lieu de continuer à s’émanciper dans un domaine qui leur tenait beaucoup à cœur, le simple fait d’avoir eu un professeur qui ne correspondait pas à leurs attentes et qui ne s’adaptait pas du tout à eux les a contraint de quitter le monde de la musique vers tout autre chose, ou rien d’autre pour le remplacer, ce qui est, vous le confirmerez, bien triste. Ceci est arrivé à plusieurs reprises, arrive encore aujourd’hui et continuera d’arriver au fur et à mesure des années.

     Je m’adresse donc à vous, si vous-même pensez que vous ne pouvez plus continuer à subir des techniques d’apprentissage qui ne vous conviennent pas. N’hésitez surtout pas à en parler autour de vous, dans un premier temps, puis à votre professeur dans un second temps. Si, obstinément, vous êtes persuadé que celui-ci ne pourra jamais répondre à vos attentes, demandez alors purement et simplement un changement de professeur. Enfin, si en tout état de cause, ceci est impossible, n’abandonnez pas pour autant. Il existe aujourd’hui énormément d’outils disponibles sur Internet pour devenir autodidacte dans ce qui nous tient à cœur, et la musique est loin d’être le sujet le moins exploité sur la toile. Recherchez par vous-même des partitions qui vous plaisent, des explications de professionnels qualifiés, des formations à distance, explorez, expérimentez, rencontrez de nouvelles personnes, etc. Voilà pourquoi tout ceci est à regrouper avec le second point de l’article. Ne perdez pas la motivation lorsque la disparition de celle-ci est causée par quelqu’un d’autre que vous. Si vous le voulez vraiment, vous êtes tout à fait capable de réussir par vous-même en contournant ce type de problèmes.

V. ÊTRE MOTIVÉ DE JOUER… OU DE PLAIRE ?

     Enfin, trouvez-vous votre motivation dans le fait même de jouer de la musique, de ressentir toutes les subtilités de votre instrument, d’écouter chanter votre vous intérieur, ou faites-vous cela uniquement pour satisfaire votre entourage ou impressionner certaines personnes ? L’exemple le plus récurrent est l’apprenti guitariste qui décide de devenir le nouveau James Blunt des plages pour pouvoir avoir plus de chances auprès des filles… Ne vous cachez plus, je sais que c’est votre cas. 😉Sachez d’ailleurs que c’est le piano qui est le plus efficace pour attirer l’attention des filles, bien que ce soit un instrument plus conséquent.

     Allez, on arrête les frais là… Même si jouer d’un instrument comme la guitare ou le piano peut aider à se sociabiliser, c’est assurément le meilleur moyen pour arrêter au bout de très peu de temps. En agissant de la sorte, vous n’aurez qu’une envie, apprendre le plus vite possible pour pouvoir jouer le plus de morceaux possibles, mais au détriment de quelle qualité ? Parce qu’on le sait bien, on n’attend pas à ce que vous jouiez comme Eric Clapton ou Steve Vaï lorsqu’on vous écoute jouer au bord de la plage, autour des chamallows grillés. C’est pourtant dommage, vous auriez sans doute beaucoup aimé ça avant cet été… Résultat, vous avez aujourd’hui abandonné un instrument qui n’attendait que de la passion de votre part, chose que n’aurez jamais pu lui offrir.

     Bien entendu, si vous êtes guitaristes depuis plusieurs années et que vous voulez mettre toutes vos chances de votre côté durant une semaine de camp, alors votre guitare sera votre meilleure amie. Mais vous devrez lui rendre la pareille. Et pour cela, vous devrez la bichonner et lui montrer que vous la méritez… Je parle de la guitare, hein, bien sûr ! Dans ce cas-là, cette sortie vacancière n’influencera en rien la motivation de retrouver des moments privilégiés avec votre guitare lorsque vous rentrerez, contrairement à celui qui aura voulu apprendre quelques morceaux par-ci par-là expressément pour l’occasion.

     Cependant, si c’est votre cas, vous avez du vous rendre compte que, même si vous avez voulu commencer par apprendre des morceaux simples « passe-partout » qui étaient à la fois cool et simples à apprendre, vous avez du rapidement vous orienter vers un tout autre style de musique, tel le Jazz, le Blues, le Rock, le Punk, voire le Métal pour la plupart ! Et là, on est bien loin de « Goodbye My Lover »… 😁

     Gardez donc en tête que l’essentiel est de se faire plaisir avant tout et que, qui peut le plus, peut le moins. Vous aurez alors en vous une motivation à toute épreuve pour réussir tout ce que vous entreprendrez.

 

    Je pense avoir fait le tour des principaux maux qui freinent notre motivation au quotidien et espère avoir apporté le maximum de solutions pour les écarter de notre champ visuel. Merci encore à Marine Montazaud, coach en développement personnel, pour son aide à la contribution de cet article. 🙂

 

     Laissez-moi un commentaire pour me dire ce que vous pensez de ces solutions, si vous-même avez été dans un de ces cas-là, ou si vous auriez d’autres idées à apporter pour retrouver davantage de motivation dans d’autres situations.

 

     Sur ce, n’oubliez pas, gardez foi en vos capacités et n’abandonnez jamais, vous n’avez plus d’excuse désormais. 😉

 

Pour laisser un commentaire, remplissez les champs requis et appuyez sur la touche “Entrée” de votre clavier.

RETROUVER LA MOTIVATION

LORSQUE L’ON APPREND UN MORCEAU

Cet article a été écrit à l’occasion du carnaval d’articles lancé par Anne Juguet du blog « Le TDAH Au Quotidien » sur le thème « Retrouver la motivation lorsque tout va de travers » que vous pourrez retrouver en cliquant ici.

 

J’ai donc décidé de participer à cet événement interblogueurs pour aider ceux qui perdent peu à peu la motivation d’apprendre sérieusement un instrument, qu’il s’agisse de piano, guitare, batterie, flûte, violon ou de cornemuse. Et si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes sûrement dans ce cas-là. 😉

Or, la motivation peut-être perdue pour plusieurs raisons et, pour chacune d’entre elles, il existe des méthodes pour y remédier. Je vais donc essayer d’être le plus « large » possible pour répondre à ce problème.

Mais tout d’abord, laissez-moi vous dire que j’ai été moi-même dans ce cas-là à moultes reprises et qu’il m’arrive encore aujourd’hui de ne pas avoir le temps de tout faire, et donc de perdre cette motivation pour travailler correctement mes instruments. Mais j’ai aujourd’hui compris comment surmonter ce problème en appliquant quelques méthodes miracles qui feront à coup sûr leur effet, à condition de s’y tenir ! 😉Peut-être découvrirez-vous que vous êtes sujets à plusieurs de ces problèmes… Mais ce n’est pas grave, car de chacun d’entre eux découle une ou plusieurs solutions que tout le monde peut parvenir à mettre en pratique ! C’est parti 🙂

I. NE PAS SE SENTIR CAPABLE DE PARVENIR À SES OBJECTIFS : UNE DÉMOTIVATION RÉCURRENTE.

Vous venez de découvrir un morceau génialissime, magnifique à écouter et qui pourra rendre admiratif votre entourage… à condition de le jouer correctement. 😉Ou bien vous voulez tout simplement vous lancer le nouveau défi de réussir un morceau d’un niveau beaucoup plus avancé au vôtre afin de développer vos compétences et pouvoir aller encore plus loin par la suite.

Ce genre de défi peut être à double tranchants : vous pouvez très bien être motivé à 400% tout le long de l’apprentissage de votre morceau et parvenir à le jouer en quelques semaines voire quelques mois en ayant essuyé tempêtes et ras-de-marées… Mais vous y serez quand même parvenus ! Or, à l’inverse, vous pouvez également vous démotiver très rapidement si jamais vous vous impliquez trop intensément dès le début et que vous relâchez tout au bout de plusieurs jours de travail qui ne vous mènent qu’à vous remettre en question sur vos capacités. Et il n’y a rien de pire que la perte de confiance en soi, croyez-moi.

La première étape à ne pas oublier dans ces cas-là est de se souvenir que le morceau que vous travaillez représente un véritable obstacle que vous n’avez jamais confronté par le passé. En tant que défi de taille comme celui-ci, il est donc important de travailler par étapes. Vous ne parviendrez pas à le jouer correctement en très peu de temps, il vous faudra donc vous fixer de petits objectifs qui, mis bout à bout, vous amèneront vers la réussite de votre objectif premier.

     Par analogie avec le sport, si vous venez de vous mettre à la course à pied, vous ne pourrez pas courir immédiatement un semi-marathon à 12km/h même si vous avez acheté les meilleures chaussures de sport pour ça et que vous vous êtes mis à un régime adapté pour perdre du poids rapidement. Il vous faudra, dans un premier temps, fixer l’objectif de vous stabiliser dans votre régime et de commencer par courir pendant 20 minutes de façon régulière. Par la suite, au gré des séances, vous pourrez vous permettre d’accélérer votre vitesse et d’augmenter le temps de votre course jusqu’à arriver à courir rapidement et régulièrement sur 20km.

     Je vous rassure, je ne suis pas coach sportif, vous n’êtes pas sur un blog de fitness et, de ce fait, je ne vais pas vous demander de courir pour mettre cet exemple en application. 😁Cependant, gardez bien à l’esprit que vous devez toujours vous fixer des petits objectifs pour parvenir à réaliser les plus grands, que ce soit en musique, en sport ou dans tout autre domaine. 🙂

Par exemple, si vous planchez sur certains passages en particulier qui font que votre morceau ne sonne pas correctement à chaque fois que vous le jouez d’une traite, vous allez vous décourager, faire de ce morceau voire de votre instrument votre ennemi et vous n’aurez qu’une envie, voir un autre épisode de votre série préférée. Pour remédier radicalement à ça, il est alors important de se faire un tant soit peu violence. Recentrez-vous principalement sur chacun de ces petits passages et répétez-les en boucle jusqu’à ce que vous arriviez, qu’il neige, qu’il vente, que votre maison soit en train de brûler ou, pire ! Que votre chat soit en train de jouer avec son grelot ! Vous ne devez être assidu qu’à cette tâche. Une fois celle-ci accomplie, rendez-vous au passage suivant et répétez l’opération. Une fois que vous les aurez tous surmontés, il vous sera alors beaucoup plus efficace et agréable de rejouer votre morceau de A à Z. Vous aurez vraiment la sensation d’avoir participé à votre propre amélioration, ce qui fera fuir votre manque de motivation à tous les coups. 😉

En bonus, vous vous rappellerez qu’il est important de ne jamais abandonner car rien n’est impossible avec de la rigueur et de la volonté, malgré que vous ne vous croyiez pas capable d’atteindre certains de vos objectifs. Souvenez-vous en la prochaine fois que vous rencontrerez des difficultés, cela vous remotivera davantage. 😉

 

II. SE LASSER DE SON INSTRUMENT : LE FLÉAU DE LA MOTIVATION.

 

Cela fait maintenant plusieurs années que vous faites partie d’un Conservatoire ou d’une école de musique privée, que l’on vous a attribué un instrument à apprendre mais que vous n’y trouvez plus aucun plaisir. Ou alors, vous êtes simplement autodidacte et vous avez l’impression de tourner en rond à un tel point que jouer est devenu lassant. Il n’existe alors qu’une seule et en même temps plusieurs solutions à ce problème ! (Oui c’est un peu facile de dire ça, et pourtant…)

Le seul moyen de rompre la monotonie que vous procure la pratique de votre instrument et votre relation avec la musique est de changer d’air, radicalement. De nombreuses techniques vous permettront d’y arriver, mais voici 3 exemples qui pourraient vous intéresser que j’ai choisi d’extraire du lot :

     • Changez de style de musique. Qui dit piano, violon, flûte ou cornemuse ne veut pas forcément dire musique classique ou traditionnelle. Après tout, l’apprentissage classique et scolaire de certains cours de musique n’est là que pour apporter toutes les armes nécessaires à votre développement personnel au sein de ce beau monde qu’est la musique. Le plus important, avant toute chose, est de vibrer pour ce que l’on écoute et ce que l’on joue. Pourquoi alors s’embêter à être contraint de pratiquer quelque chose qui nous sort pas les oreilles ? De même, qui dit guitare électrique ne veut pas dire seulement Rock. Bien que ce domaine soit très (très) vaste, l’utilisation de la guitare électrique peut s’appliquer à tous styles, et même au classique !

   • Ne jouez plus seul. Cherchez autour de vous des musiciens de tous horizons et profitez de votre créativité pour monter une petite formation basée sur une passion commune. Le fait de jouer avec ne serait-ce qu’avec un autre musicien mettra votre écoute à l’épreuve. De plus, vous sentirez comme un sentiment de renaissance en vous par rapport à l’époque où vous jouiez seul dans votre chambre, à tourner à longueur d’après-midi sur du Nirvana ou du Metallica… En bonus, le fait de voir de nouvelles personnes impliquées dans vos projets vous redonnera une motivation monstre pour y arriver.

     • Apprenez un nouvel instrument. Il n’est pas nécessaire d’arrêter votre premier instrument si vous voulez en commencer un nouveau. Vous le regretterez un jour et vous perdrez une complémentarité musicale qui pourrait vous être fatale pour la suite. À la place, mettez à profit tout ce que vous avez appris pour apprendre une nouvelle maîtrise technique. Ceci vous permettra d’apporter de la valeur à votre statut de musicien, vous développerez davantage votre oreille, vous élargirez votre cercle de fréquentations et de culture, etc. Bref, tout un tas d’arguments qui ne peut que vous redonner envie de continuer la musique, à condition, bien entendu, d’avoir le temps de tout faire !

     N’arrêtez donc pas la musique sur un coup de tête, simplement parce que votre professeur vous insupporte ou que vous pensez ne pas être fait pour ça, ce serait du beau gâchis… Il existe tellement de possibilités d’évolution que même les plus grands musiciens ont adopté plusieurs angles pour arborer leur génie au cours de leur vie, sans n’avoir jamais été lassé ou déçu de ce qu’ils produisaient. Alors, à votre tour de briller désormais ! Mais pour cela… On se remotive et on va de l’avant, pour de nouvelles et bonnes résolutions ! 🙂

 

Vous pouvez d’ailleurs retrouver plein de bonnes résolutions à prendre en tant que musicien en accédant à l’article suivant : 10 Bonnes Résolutions Pour La Nouvelle Année En Tant Que Musicien (Et Professeur De Musique).

 

III. RETROUVER DU TEMPS & DE L’ÉNERGIE POUR GARDER UNE BONNE MOTIVATION.

 

Vous venez de rentrer du travail après avoir fait vos courses, vous devez encore déposer puis aller rechercher vos enfants à leurs activités extra-scolaires, sans compter les différents rendez-vous prévus et les imprévus de dernière minute… Une semaine ordinaire pour vous, et pourtant fort laborieuse. Difficile alors, TRÈS difficile de trouver du temps et de l’énergie pour s’adonner à la pratique de son instrument et ne pas perdre la motivation que l’on s’est efforcée à trouver pour se remettre à l’apprentissage d’une vieille passion. Ce cas est assez récurrent et pourtant tellement particulier à chacun de ceux qui rencontrent ce problème. Si c’est votre cas, vous devez sans doute vous dire qu’il est impossible de le résoudre, et pourtant…

Si vous êtes un vrai passionné de musique, vous avez dû vous rendre compte que le simple fait de vous atteler à votre instrument et de vous plonger dans sa musicalité pour en extraire les premières notes vous donne l’impression que le temps s’arrête et que c’est VOTRE moment à VOUS. Vous vous sentez alors détendu et votre cerveau se retrouve alors sur un petit nuage. C’est en tout cas le ressenti qu’ont beaucoup de musiciens, qu’ils soient débutants ou professionnels, et ce à tout âge. Si c’est votre cas également, alors essayez au maximum de faire l’effort de vous lancer dans la pratique de votre (ou de vos) morceau(x). Vous verrez, vous ne verrez plus le temps passer et vous en profiterez pour reposer votre cerveau, quoi que vous en pensiez. Pratiquer au minimum entre 10 et 15 minutes par jour au minimum est la clé pour ne pas perdre toute motivation. Faites cet effort et vous prendrez alors une très bonne habitude pour la suite, soyez-en sûr. 🙂

 

IV. SE MOTIVER EN CHANGEANT DE MÉTHODE D’APPRENTISSAGE.

 

Ce point pourrait sans aucun doute s’apparenter au second point par le fait qu’il est important de changer d’approche d’apprentissage lorsque celle-ci n’est pas adaptée à ses envies et à ses objectifs. Un professeur qui ne sera pas à votre écoute et qui aura pris l’habitude de donner des cours de la façon dont il le fait depuis des années ne changera sans doute pas d’approche avec vous. Beaucoup de mes connaissances ont été dans ce cas-là. Au lieu de continuer à s’émanciper dans un domaine qui leur tenait beaucoup à cœur, le simple fait d’avoir eu un professeur qui ne correspondait pas à leurs attentes et qui ne s’adaptait pas du tout à eux les a contraint de quitter le monde de la musique vers tout autre chose, ou rien d’autre pour le remplacer, ce qui est, vous le confirmerez, bien triste. Ceci est arrivé à plusieurs reprises, arrive encore aujourd’hui et continuera d’arriver au fur et à mesure des années.

Je m’adresse donc à vous, si vous-même pensez que vous ne pouvez plus continuer à subir des techniques d’apprentissage qui ne vous conviennent pas. N’hésitez surtout pas à en parler autour de vous, dans un premier temps, puis à votre professeur dans un second temps. Si, obstinément, vous êtes persuadé que celui-ci ne pourra jamais répondre à vos attentes, demandez alors purement et simplement un changement de professeur. Enfin, si en tout état de cause, ceci est impossible, n’abandonnez pas pour autant. Il existe aujourd’hui énormément d’outils disponibles sur Internet pour devenir autodidacte dans ce qui nous tient à cœur, et la musique est loin d’être le sujet le moins exploité sur la toile. Recherchez par vous-même des partitions qui vous plaisent, des explications de professionnels qualifiés, des formations à distance, explorez, expérimentez, rencontrez de nouvelles personnes, etc. Voilà pourquoi tout ceci est à regrouper avec le second point de l’article. Ne perdez pas la motivation lorsque la disparition de celle-ci est causée par quelqu’un d’autre que vous. Si vous le voulez vraiment, vous êtes tout à fait capable de réussir par vous-même en contournant ce type de problèmes.

V. ÊTRE MOTIVÉ DE JOUER… OU DE PLAIRE ?

Enfin, trouvez-vous votre motivation dans le fait même de jouer de la musique, de ressentir toutes les subtilités de votre instrument, d’écouter chanter votre vous intérieur, ou faites-vous cela uniquement pour satisfaire votre entourage ou impressionner certaines personnes ? L’exemple le plus récurrent est l’apprenti guitariste qui décide de devenir le nouveau James Blunt des plages pour pouvoir avoir plus de chances auprès des filles… Ne vous cachez plus, je sais que c’est votre cas. 😉Sachez d’ailleurs que c’est le piano qui est le plus efficace pour attirer l’attention des filles, bien que ce soit un instrument plus conséquent.

Allez, on arrête les frais là… Même si jouer d’un instrument comme la guitare ou le piano peut aider à se sociabiliser, c’est assurément le meilleur moyen pour arrêter au bout de très peu de temps. En agissant de la sorte, vous n’aurez qu’une envie, apprendre le plus vite possible pour pouvoir jouer le plus de morceaux possibles, mais au détriment de quelle qualité ? Parce qu’on le sait bien, on n’attend pas à ce que vous jouiez comme Eric Clapton ou Steve Vaï lorsqu’on vous écoute jouer au bord de la plage, autour des chamallows grillés. C’est pourtant dommage, vous auriez sans doute beaucoup aimé ça avant cet été… Résultat, vous avez aujourd’hui abandonné un instrument qui n’attendait que de la passion de votre part, chose que n’aurez jamais pu lui offrir.

Bien entendu, si vous êtes guitaristes depuis plusieurs années et que vous voulez mettre toutes vos chances de votre côté durant une semaine de camp, alors votre guitare sera votre meilleure amie. Mais vous devrez lui rendre la pareille. Et pour cela, vous devrez la bichonner et lui montrer que vous la méritez… Je parle de la guitare, hein, bien sûr ! Dans ce cas-là, cette sortie vacancière n’influencera en rien la motivation de retrouver des moments privilégiés avec votre guitare lorsque vous rentrerez, contrairement à celui qui aura voulu apprendre quelques morceaux par-ci par-là expressément pour l’occasion.

Cependant, si c’est votre cas, vous avez du vous rendre compte que, même si vous avez voulu commencer par apprendre des morceaux simples « passe-partout » qui étaient à la fois cool et simples à apprendre, vous avez du rapidement vous orienter vers un tout autre style de musique, tel le Jazz, le Blues, le Rock, le Punk, voire le Métal pour la plupart ! Et là, on est bien loin de « Goodbye My Lover »… 😁

Gardez donc en tête que l’essentiel est de se faire plaisir avant tout et que, qui peut le plus, peut le moins. Vous aurez alors en vous une motivation à toute épreuve pour réussir tout ce que vous entreprendrez.

 

Je pense avoir fait le tour des principaux maux qui freinent notre motivation au quotidien et espère avoir apporté le maximum de solutions pour les écarter de notre champ visuel. Merci encore à Marine Montazaud, coach en développement personnel, pour son aide à la contribution de cet article. 🙂

 

Laissez-moi un commentaire pour me dire ce que vous pensez de ces solutions, si vous-même avez été dans un de ces cas-là, ou si vous auriez d’autres idées à apporter pour retrouver davantage de motivation dans d’autres situations.

 

Sur ce, n’oubliez pas, gardez foi en vos capacités et n’abandonnez jamais, vous n’avez plus d’excuse désormais. 😉

Pour laisser un commentaire, remplissez les champs requis et appuyez sur la touche “Entrée” de votre clavier.

10 RÉSOLUTIONS POUR LA NOUVELLE ANNÉE EN TANT QUE MUSICIEN ET PROFESSEUR DE MUSIQUE ET COMMENT LES TENIR

10 RÉSOLUTIONS POUR LA NOUVELLE ANNÉE EN TANT QUE MUSICIEN ET PROFESSEUR DE MUSIQUE ET COMMENT LES TENIR

10 RÉSOLUTIONS POUR LA NOUVELLE ANNÉE EN TANT QUE MUSICIEN ET PROFESSEUR DE MUSIQUE ET COMMENT LES TENIR

 

 

10 RÉSOLUTIONS POUR LA NOUVELLE ANNÉE EN TANT QUE MUSICIEN ET PROFESSEUR DE MUSIQUE ET COMMENT LES TENIR

     En cette période de fête et de changement d’année, il est temps pour nous tous de se fixer de nouveaux objectifs et de sortir de notre zone de confort pour mieux évoluer. Voici donc une liste de 10 résolutions que je vous propose de tenir sur cette nouvelle année, 5 en tant que Musicien puis 5 en tant que Professeur de Musique.

 

5 BONNES RÉSOLUTIONS QUAND ON EST MUSICIEN :

1. ENTRAÎNEZ-VOUS UN PEU PLUS À L’EXERCICE DE VOTRE INSTRUMENT.

     Jouer régulièrement vous donnera envie de découvrir de nouveaux morceaux, de nouvelles techniques et ne fera que développer vos capacités. Le piège dans lequel il ne faut pas tomber est celui de « procrastiner » intelligemment : par paresse ou par lassitude, la plupart des musiciens ont tendance à jouer et rejouer des morceaux qui leur plaisent au lieu d’en apprendre de nouveaux. En agissant de cette façon, vous entretiendrez vos capacités mais vous n’apprendrez rien de plus.

 

Comment s’y tenir ?

 

     Soyez curieux quotidiennement et ne vous laissez jamais aller à la facilité. Pour cela, faites une liste des morceaux que vous auriez envie de savoir jouer et commencez par apprendre le premier morceau de cette liste dès MAINTENANT. Peut-être ne mettrez-vous que 10 minutes pour le connaître parfaitement, mais au moins, vous l’aurez fait. Le but, bien évidemment, est de se donner l’objectif de savoir jouer des morceaux qui vous donneront du fil à retordre. Pour rester efficace, 15 minutes par jour de pratique est un minimum si l’on veut progresser rapidement, le mieux étant d’y passer entre 30 minutes et 1 heure par jour.

 

2. METTEZ EN PRATIQUE VOS CAPACITÉS MUSICALES AU SEIN D’UN GROUPE.

 

     Chaque musicien cherche à atteindre un objectif différent. Que l’on cherche à vouloir composer, à savoir jouer le maximum de reprises pour agrandir son répertoire, à vouloir enseigner ses connaissances autour de soi, ou bien à devenir indépendant en sachant improviser sur tous styles de musique, tout seul ou en groupe, chacun doit vivre de la musique comme bon lui semble. Là où je veux en venir, c’est que la plupart des musiciens opteront davantage pour l’idée de rencontrer d’autres musiciens et de monter un groupe. C’est une expérience unique qui vous permettra de travailler la musique sous un autre angle, en écoutant les autres et soi-même et de mettre en œuvre des techniques de jeu que vous n’auriez pas utilisées si vous aviez été seul, chez vous, sur votre canapé. N’oubliez pas que la musique se partage avant tout et qu’à plusieurs, elle est d’autant plus enivrante.

     Bien entendu, il faut s’octroyer du temps pour les répétitions, pour connaître tous les morceaux sur le bout des doigts à chacune d’entre elles et pour prendre en compte les imprévus que vous rencontrerez. Sachez également par avance que les concerts que vous donnerez vous amèneront à faire une multitude de nouvelles rencontres et que vous en découvrirez plus sur ces ambiances en étant musicien que si vous n’étiez qu’un simple spectateur.

 

Comment intégrer un groupe ?

 

     Tous les groupes possèdent une histoire qui leur est propre. Mais beaucoup d’entre eux se sont créés à la suite d’un événement inattendu. Or, si vous avez envie d’intégrer un groupe dès à présent, il existe aujourd’hui d’autres méthodes plus rapides que d’attendre de rencontrer d’autres musiciens par le biais du Saint-Esprit – même si prier Satan peut être une solution si vous jouez du métal 😜. La première chose à faire est de s’intéresser aux soirées et scènes musicales qui s’organisent dans votre localité est de ne pas hésiter à y aller le plus souvent possible. Si vous préférez le jazz, vous rencontrerez probablement les mêmes personnes dans beaucoup des représentations qui mettront le jazz en valeur. De plus, des soirées « bœuf » sont organisées régulièrement autour de vous pour vous permettre de monter sur scène et jouer ainsi avec des musiciens que vous ne connaissez pas pour passer un bon moment. Si vous maîtrisez correctement votre instrument et en participant le plus possible à ce type de soirées, vous serez vite remarqué et vous commencerez à vous faire un nom. À partir de là, vous aurez sûrement beaucoup d’opportunités de jouer avec de très bons musiciens qui vous proposeront peut-être d’intégrer leur groupe. 🙂

     Mais vous pouvez également vous inscrire sur des sites dédiés à la rencontre de musiciens autour de vous et de choisir de contacter les profils que vous trouverez les plus intéressants.

 

3. OUVREZ-VOUS À UN NOUVEAU STYLE DE MUSIQUE.

 

     Que ce soit en musique ou dans n’importe quel autre domaine, rien n’est plus difficile que de sortir de sa zone de confort. En réalité, ce que l’on aime avant tout lorsque l’on écoute une musique réside dans le fait qu’on la connaît en long, en large et en travers. L’être humain est avant tout attiré par ce dont il a l’habitude et n’ose pas s’aventurer en territoire inconnu par peur d’y laisser des plumes ou d’être déçu. C’est exactement le cas avec la musique. Chacun d’entre nous préférera écouter un de ses albums favoris plutôt que de découvrir de nouveaux morceaux qui le décevront peut-être.

     Alors, pour cette nouvelle année, sautez le pas et ouvrez-vous à des playlists d’un genre tout autre de celui que vous écoutez généralement. Ne faites d’ailleurs pas dans la dentelle : choisissez un style de musique que vous ne pensez pas supporter et lancez une playlist réunissant les titres les plus connus ou un album mythique d’un artiste qui a eu énormément de succès dans ce style. Durant les prochaines semaines, écoutez plusieurs fois cette même playlist ou cet album en l’alternant avec ce que vous écoutez quotidiennement pour ne pas vous sentir trop dépaysé. J’en vois déjà certains d’entre vous qui sont en train de se dire : « Oui mais moi, quand je rentre du travail, j’ai envie de me détendre en écoutant ce qui me plaît… » et vous avez tout à fait raison !

 

Mais alors, comment faire pour s’y tenir ?

 

     Eh bien, si vous êtes musiciens et que vous aimez écouter de la musique, alors je présume que vous en écoutez à longueur de journée, que vous soyiez en train de cuisiner, dans la salle de bain ou dans la voiture ! 😉Certains en écoutent même peut-être en s’endormant, comme c’est mon cas… Oui je sais, c’est pas bien ! 😁

    Eh bien, pour diffuser votre nouvelle playlist, choisissez les moments qui vous sont le moins agréables et qui vous demandent peu de concentration sur la musique. De cette façon, votre inconscient intègrera plus facilement ce qu’il entendra et cela vous permettra de mieux assimiler ce nouveau style. Bien entendu, choisissez votre situation en fonction du style que vous écoutez d’ordinaire et de celui que vous avez choisi.

• Par exemple, si vous êtes du genre à écouter de la musique classique et que vous vous mettez à écouter du Punk Rock, privilégiez les moments en voiture pour cela.

 • À l’inverse, si vous écoutez de la Trap et que vous voulez vous mettre à écouter de la Variété Acoustique, choisissez de le faire au moment de vous endormir ou lorsque vous prenez votre douche. Bien entendu, la liste est longue et c’est à vous de la compléter. 😉

4. REPRENEZ DES COURS.

 

     Rien n’est plus insupportable pour un musicien que de tourner en rond. A chaque fois que vous prenez votre instrument, vous avez l’impression de jouer les mêmes choses en boucle, les mêmes schémas et de ne pas avancer techniquement… Reprenez donc quelques cours ! Bien que vous sachiez sûrement déjà très bien jouer, l’oreille et les conseils d’un professeur vous apporteront des richesses insoupçonnées qui vous feront progresser rapidement et qui vous redonneront de la motivation. Et, quand le moral est bon, tout paraît déjà beaucoup moins insurmontable. 🙂

 

Le problème, c’est que les cours privés coûtent cher et qu’il faut prendre le temps de les prendre régulièrement…

 

     Je vous rassure, si vous êtes déjà un bon musicien, seulement un cours de temps en temps vous sera suffisant pour vous rebooster. Vous pouvez ainsi vous permettre un cours par mois et agrémenter vous-même ce que vous avez vu en cours avec vos propres recherches.

 

5. COMMENCEZ UN NOUVEL INSTRUMENT.

 

     Pour les plus audacieux d’entre vous, vous pouvez opter pour l’apprentissage d’un nouvel instrument qui vous permettra d’élargir vos horizons. Étant donné qu’un instrument à vent ne se joue pas du tout de la même manière qu’un instrument à cordes et, qu’au sein des vents, un bois ne fonctionne pas de la même manière qu’un cuivre, changer d’instrument vous apportera un état d’esprit différent pour interpréter la musique.

 

C’est bien beau, mais un instrument ça coûte cher et il faut avoir le temps de pratiquer !

 

     Effectivement, un instrument n’est pas donné et il faut s’octroyer du temps supplémentaire pour tout réapprendre de nouveau. Pour remédier à ce problème de coût, choisissez donc un instrument d’occasion et bas de gamme pour commencer afin de déterminer si cela vous plaira vraiment toujours autant au bout d’un certain temps. Vous apprendrez très bien son mode de fonctionnement et vous pourrez facilement vous faire les doigts dessus. En ce qui concerne le temps passé à son apprentissage, passez-y au minimum 10 à 15 minutes par jour. Si vous avez plus de temps, c’est encore mieux mais l’essentiel est de rester régulier. De cette façon, vous progresserez rapidement et vous pourrez, par la suite, augmenter votre temps de pratique sans trop vous épuiser à tout comprendre comme vous l’aurez fait au tout début.

 

5 BONNES RÉSOLUTIONS QUAND ON EST PROFESSEUR DE MUSIQUE :

1. SOYEZ DAVANTAGE À L’ÉCOUTE DE VOS ÉLÈVES.

 

     Pour être un bon Professeur de Musique, il faut savoir être à l’écoute de ses élèves et s’adapter à chacun d’entre eux pour répondre au mieux à leurs attentes. Si vous exercez cette profession depuis des années déjà, vous devez savoir vous adapter très facilement. Cependant, on peut avoir l’habitude de donner régulièrement des cours à des élèves sans forcément être le professeur qui correspond le mieux à certains d’entre eux. De plus, lorsque l’on débute, il n’est jamais évident de savoir comment améliorer les cours que l’on donne à ses élèves.

 

Comment faire, donc, pour savoir si ce que vous leur apportez correspond vraiment à chacun d’entre eux ?

 

     Eh bien, posez-leur la question, tout simplement ! Demandez-leur de faire une liste de toutes les choses qu’ils ont aimé avec vous et de toutes celles qu’ils aimeraient voir améliorées. Par exemple, si, au début, un élève voulait simplement apprendre la guitare pour pouvoir mieux jouer au sein de son groupe sans passer par tous les méandres du solfège et qu’il vous dit qu’il aimerait pratiquer un peu plus plutôt que de faire de la théorie pure pendant une partie du cours, proposez-lui de n’étudier qu’un chapitre du solfège tous les deux cours du mois et de laisser la place à plus de pratique les deux autres cours. Le solfège est malheureusement un inévitable. Mais, en l’espace de quelques mois, l’intégralité de celui-ci pourra être assimilé et du temps pour plus de pratique d’instrument peut être dégagé par la suite. Sachez donc doser ce que vous enseigner à chacun en fonction de ce qu’ils ont réellement besoin et de ce qui les intéressera le plus.

 

2. ÉCRIVEZ VOUS-MÊME VOS PROPRES PARTITIONS.

 

     Il faut savoir que les parents des élèves en bas âge que vous avez ont choisi d’envoyer leurs enfants dans VOTRE école de musique plutôt que dans une autre ou que dans un conservatoire. Il faut donc que vous leur prouviez qu’ils ont fait le bon choix en les inscrivant chez vous ! Et la plus belle preuve qu’ils puissent avoir est de voir leur enfant épanoui à chaque fin de cours avec l’envie de revenir rapidement pour le prochain.

Mais comment faire pour arriver à un tel résultat ?

 

     Il existe beaucoup de moyens de donner à vos élèves l’envie de revenir chez vous, mais la principale est de lui donner ce dont il est venu chercher : savoir jouer un morceau qu’il adore alors qu’il n’a que quelques mois de pratique. Quel enfant n’a pas eu envie de savoir jouer « Libérée, Délivrée » du film « La Reine des Neiges », « Life Is A Highway » des Rascal Flatts – chanson du film Cars lorsque Flash McQueen prend la route pour la Californie – ou bien toute autre musique de dessin animé ?

     Voilà ce qu’ils sont venus chercher. Alors, offrez-le leur ! Pour cela, réécrivez de façon très simplifiée la mélodie du chant – ou les accords pour les plus avancés – et apprenez-lui la partition. Étant donné son faible niveau, il ne parviendra pas à jouer tout seul les accords et la mélodie pour rejouer le morceau à lui seul. Dans ce cas, accompagnez-le ! En jouant ce morceau avec lui, l’envie qu’il aura de revenir prendre un cours avec vous n’en sera que plus grande. 🙂

     Ne croyez pas ceci compliqué et laborieux. Le but est ici de retranscrire de la façon la plus simple possible le morceau original. Vous pouvez même modifier la tonalité si jamais il demande de jouer trop de touches noires – pour le piano par exemple. Au début, vous mettrez sûrement quelques heures pour le faire. Mais, en le faisant régulièrement, vous finirez par y arriver de plus en plus rapidement. Je vous conseille d’utiliser le site flat.io pour vous aider à retranscrire directement vos partitions sur ordinateur. C’est un site gratuit – pour la version lite – permettant d’écrire très librement des partitions et de les extraire sous format Audio, PDF ou MIDI. Si vous voulez plus d’informations à ce propos, je vous invite à cliquer ici pour découvrir comment bien utiliser flat.io.

 

     Dites-vous bien que dès qu’une partition sera terminée, elle sera renouvelable pour tous vos futurs élèves. Le début peut être long, mais, avec le temps, vous arriverez à créer un important répertoire que vos élèves adoreront. Je vous préconise d’écrire une partition par semaine car, en général, quelques heures suffisent pour le faire. En gardant ce rythme hebdomadaire, vous mettrez de moins en moins de temps pour chaque nouvelle partition et vous aurez fait également un gros travail au niveau de votre écoute personnelle.

 

3. RENDEZ LES COURS PLUS IMMERSIFS ET ENCORE PLUS CONCRETS.

 

     Comme dit précédemment, la musique est quelque chose qui se partage.

 

Quoi de plus naturel que de faire jouer ses différents élèves ensemble sur un même morceau ?

 

     Si vous n’enseignez qu’un seul instrument, faites leur jouer des morceaux comportant plusieurs parties du même instrument pour que chacun joue une partie différente et qu’ils puissent recréer ensemble le morceau original. Si peu de morceaux simples existent pour organiser une alliance de ce style, vous pouvez tout aussi bien faire ce que je viens d’expliquer précédemment et réécrire vous-même vos propres arrangements afin d’adapter des musiques connues pour plusieurs flûtes, plusieurs guitares, plusieurs trompettes ou plusieurs percussions, par exemple. Plus vous enseignerez d’instruments et plus la variété d’élèves que vous pourrez former au sein d’un groupe deviendra intéressante. Ces cours donneront envie aux élèves de revenir à vos cours et leur inculqueront une manière différente de jouer de la musique : celle de l’écoute des autres avant toute chose.

 

4. ABORDEZ UNE NOUVELLE PÉDAGOGIE.

 

     Peut-être l’aurez-vous remarqué si vous avez des élèves en très bas âge… Les mathématiques sont souvent un problème ! Eh oui, en musique, il est vite nécessaire de comprendre les opérations de base afin de réaliser correctement les différents rythmes, de décomposer les intervalles ou d’agencer correctement les mesures. Or, à l’âge de 6 ans, même si les premières additions sont abordées à l’école, il n’en est pas forcément de même pour les multiplications et les divisions. Ce qui est des plus évidents pour nous peut être des plus abstraits pour ces petits bouts de choux.

 

Alors, que faire ? Nous n’allons quand même pas mettre les cours en pause tant que ces opérations n’auront pas été vues à l’école ?

 

     Bien sûr que non. À la place, mettez plutôt en place votre PROPRE méthode d’enseignement des mathématiques de base afin d’inculquer facilement les choses les plus simples à l’enfant. Optez par exemple pour la méthode Cuisenaire, célèbre pour son utilisation de réglettes en bois de tailles différentes et permettant à l’enfant de comprendre les notions du partage et de la contenance. Si une explication plus approfondie de cette méthode vous intéresse, vous pouvez consulter l’article rédigé à cet effet en cliquant ici.

 

     En attendant, pour les élèves de cet âge-là, demandez avant tout qu’un même parent soit toujours présent aux cours pendant les premiers mois jusqu’à ce que l’enfant comprenne de lui-même avec vous. Un enfant de 6 ans livré à lui-même ne pourra pas être concentré sur ce que vous lui apprendrez s’il n’a pas une petite pression de la part de ses parents. Cela évitera les « Euh je me souviens plus… » à chaque fois que ces derniers lui demanderont ce qu’il aura appris en rentrant du cours.

 

5. ORGANISEZ UN ÉVÉNEMENT.

 

     Si vous ne l’avez pas déjà fait, commencez à préparer un événement que vous pourriez réaliser à la fin de l’année scolaire afin de la clôturer en beauté. De cette manière, vous pourrez prévoir de nouveaux thèmes de morceaux avec vos élèves, leur fixer un objectif et leur enseigner tout ce qu’une représentation scénique implique : stress, concentration, excitation, fierté, et la liste est longue… Vous renforcerez votre expertise auprès d’eux et gagnerez ainsi davantage en crédibilité auprès de leurs parents.

 

D’accord, mais quel événement pourrais-je organiser ?

 

Vous avez plusieurs possibilités :

• Vous pouvez opter pour un simple concert regroupant l’ensemble de vos élèves et dont chacun d’entre eux jouerait un morceau qu’il aurait préparé, seul ou en groupe avec d’autres élèves.

• Mais vous pouvez également organiser une masterclass avec un professionnel que vous pouvez faire venir afin que vos élèves abordent la musique d’un point de vue différent de celui de leur professeur préféré ! 😁Pour plus de fun, couplez cette masterclass avec un concert afin de rendre le moment encore plus festif !

• Enfin, vous pouvez préparer un enregistrement en studio pour la journée ou enregistrer vous-mêmes vos élèves si vous disposez du matériel nécessaire. Leur offrir une « trace » de ce qu’ils auront appris en un an avec vous ne rendra leur envie de vous revoir que plus trépidante.

     Voilà, la liste des bonnes résolutions à tenir pour cette nouvelle année s’achève ici ! Bien entendu, chacun peut y apporter les siennes afin de rendre cette dernière encore meilleure. En espérant que cet article vous aura plu et qu’il aura répondu à vos attentes, auquel cas, je vous invite à le partager autour de vous le plus possible. 🙂Il a été rédigé à l’occasion de l’événement interblogueurs 2019 « Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions » du blog Devenez Meilleur d’Olivier Roland. Voici d’ailleurs un des articles de ce blog que j’apprécie beaucoup : comment gagner de l’argent avec votre art ?

 

Sur ce, je vous dis à bientôt sur le blog Enseigner la Musique pour d’autres articles encore plus palpitants dans le domaine de la Musique ! 😉

 

Pour laisser un commentaire, remplissez les champs requis et appuyez sur la touche “Entrée” de votre clavier.