LE SHUFFLE : UN ESSENTIEL DE LA RYTHMIQUE

I. QU’EST-CE QUE LE SHUFFLE ?

II. COMMENT LE JOUER ?

III. PLUS CONCRÈTEMENT…

  Avant d’expliquer ce qu’est le shuffle, venons-en… au Blues !

 

  En effet, le blues est un style particulièrement intéressant puisqu’il s’accorde parfaitement pour les guitaristes de tous niveaux. Que vous soyez un total débutant ou un expert chevronné de la 6 cordes, vous trouverez toujours l’occasion de vous faire plaisir sur un bon blues. 😉

 

  Il est d’ailleurs aussi simple de commencer à jouer dans ce style que de se perfectionner, puisqu’il n’est fondé que sur 3 accords différents qui sont modulables à souhait, de quoi apprendre correctement quelques accords de base pour les débutants et donner d’autres possibilités de jeu aux guitaristes professionnels. Et c’est pour cette raison qu’il est particulièrement utilisé lors des bœufs : tout le monde peut participer !

 

  Bon, mais revenons-en à notre shuffle.

I. QU’EST-CE QUE LE SHUFFLE ?

  Tout d’abord, rappelons-le, la musique est composée de deux choses complémentaires et indissociables : la mélodie et la rythmique. Et le blues n’y fait pas exception, et de loin ! (étonnant, non ?)

 

  Ainsi, pour jouer un bon blues, il faut savoir maîtriser les notes et le rythme. Eh bien, le shuffle est un des rythmes que l’on peut retrouver – et que l’on retrouve très souvent – dans le blues. 🙂

 

  Pour comprendre de quelle façon il est composé, intéressons-nous un tant soit peu à quelques notions théoriquesje vous rassure, ce sera court 😉 :

 

  Dans un premier temps, il est important de discerner la notion de mesure binaire et de mesure ternaire. Un rythme binaire est un rythme dont chaque battement – chaque temps – peut être divisé par 2 et, par logique, un rythme ternaire permet de décomposer chaque temps en 3 parties égales. Voici un petit schéma représentatif d’un rythme binaire en comparaison avec un rythme ternaire :

  Si vous voulez en connaître davantage sur les Bases de la Musique à la Guitare, je vous invite à télécharger gratuitement votre guide en cliquant ici.

  Il faut savoir que le binaire est le type de rythme le plus répandu dans le monde de la musique moderne, en Rock, Électro, Rap, Variété, Métal, etc.

  Voyons donc quelques exemples concrets de musiques utilisant, d’une part, le binaire et, d’autre part, le ternaire :

  Maintenant que vous visualisez comment sonnent ces deux types de pulsations, vous allez pouvoir comprendre que le shuffle est en fait un rythme blues issu du ternaire ! Pour le jouer, il faudra jouer seulement le 1er et le 3ème battement de chaque temps :

  À l’origine, le rythme cyclique et bousculé du shuffle faisait référence au bruit d’une locomotive. D’ailleurs, le premier morceau originaire du swing shuffle est sans doute par évidence le célèbre Chatanooga Choo Choo. Dans ce morceau, on peut distinguer les sifflets du train, le « tchou tchou » produit grâce à la pression de la vapeur, ce qui rappelle cet effet de rythme.

II. COMMENT RÉALISER UN BON SHUFFLE ?

  Bon, maintenant que vous voyez comment créer un shuffle, voyons de quelle façon il faudra le jouer lorsque vous le rencontrerez dans des morceaux.

  En réalité, bien que ce soit un rythme créé à partir du ternaire, il est utilisé au sein de morceaux utilisant une pulsation binaire.

« Non, ne fuyez pas comme ça ! Je vais vous expliquer 😉 »

« Non, ne fuyez pas comme ça ! Je vais vous expliquer 😉 »

  En musique, il est possible de (presque) tout faire. Si l’on veut exécuter un rythme ternaire au sein d’une pulsation binaire, il est tout à fait possible de le faire, tout comme réaliser un rythme binaire au sein d’une pulsation ternaire. Cela signifiera que, pour un nombre de temps défini, le rythme joué par l’instrument sonnera ternaire alors que le rythme de l’accompagnement joué par la batterie, la basse et les autres instruments restera binaire (donc divisibles par 2).

  Prenez le cas du solo de fin de « Fade To Black » du groupe Metallica. Au début de ce solo, entre 5’25 et 5’33, vous remarquerez que les notes sont jouées d’une façon plus « bousculée » qu’ailleurs dans le morceau :

  Elles sont jouées avec un rythme que l’on nomme « triolet ». Un triolet permet ainsi de jouer de façon ternaire au sein d’une pulsation binaire. À l’inverse, un duolet permet de jouer un rythme de façon binaire à l’intérieur d’un morceau possédant une pulsation ternaire. Voici à quoi ressemblent ces petites bêtes :

  Si vous maîtrisez quelques bases théoriques, vous devez savoir que dans la plupart des morceaux (en fonction de la signature rythmique) un temps peut être écrit avec :

– 1 noire ;

– 2 croches ;

– 4 double-croches ;

– etc.

  Mathématiquement, dans une pulsation binaire, le trioletcomposé de 3 croches – aura la même valeur que 2 croches simples. De même, un triolet de noires – composé de 3 noires – aura la valeur rythmique de 2 noires :

  Eh bien le shuffle n’est ni plus ni moins qu’une série de triolets de croches dont on a extrait les notes du milieu :

  Le petit symbole entre les notes est un silence et s’appelle un demi-soupir. Comme il possède la même valeur rythmique que la croche, il ne faudra donc pas jouer pendant cette valeur de temps.

 

  En réalité, à la guitare, la 1ère note de chaque triolet sera prolongée jusqu’à la 3ème. Comme la durée d’une croche au sein d’un triolet est assez courte, remplacer la 1ère croche et le demi-soupir par une noire2 demi-temps = 1 temps – est tout à fait envisageable et permet de mieux refléter le jeu des guitaristes. C’est pourquoi un morceau joué en shuffle sera écrit sans aucun triolet au cours du morceau mais avec une indication en début de partition qui permettra de comprendre qu’il faut jouer comme si 2 croches valaient un triolet de croches :

  Cette indication de « Triplet Feel 8th » signifie littéralement que l’on doit ressentir un sentiment de « Triplet », ou « Triolet » sur 8 croches – 8 croches étant équivalent à 4 noires, soit 4 temps dans le Blues/Rock traditionnel au sein d’une mesure. On parle grossièrement de « croches swinguées ».

III. LE SHUFFLE, PLUS CONCRÈTEMENT…

  Voilà un petit exemple vidéo pour vous montrer la différence entre un Blues qui n’utilise pas le Shuffle et un autre, plus lent, qui l’utilise. Je vous ai indiqué les tablatures en dessous afin que vous puissiez suivre au fur et à mesure. 🙂

1. EXEMPLE DE RYTHME NON-SHUFFLE :

1. EXEMPLE DE RYTHME NON-SHUFFLE :

2. EXEMPLE DE RYTHME SHUFFLE :

2. EXEMPLE DE RYTHME SHUFFLE :

  Cliquez sur les images pour les voir en plus grand ou pour les télécharger si vous le souhaiter. 🙂

  Vous pouvez retrouver d’autres vidéos explicatives sur YouTube sur ma chaîne en cliquant ici.

 

  Voilà, vous avez maintenant toutes les indications pour réaliser un bon shuffle. À vos grattes ! 😀

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Pour laisser un commentaire, remplissez les champs requis et appuyez sur la touche “Entrée” de votre clavier.

Couverture du bonus Les Bases de la Musique au Piano et à la Guitare 02

TÉLÉCHARGEZ-LE DÈS MAINTENANT !

En complément, téléchargez GRATUITEMENT votre guide pour connaître toutes les bases de la musique au Piano et à la Guitare ainsi que votre livret PDF pour connaître tout le lexique des guitaristes et des pianistes !

Merci, vous allez recevoir votre guide par mail ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This