3 CLÉS NON ENSEIGNÉES POUR PROGRESSER DANS SON INSTRUMENT 🗝🗝🗝

   Lorsque vous recherchez sur des forums, des blogs ou autres sites en tout genre comment faire pour progresser miraculeusement rapidement dans son instrument, vous tombez souvent sur :

« Prenez des cours avec un professeur » ;

 « Pensez à travailler lentement et par étapes » ;

Ou encore :

 « Travaillez encore et encore, ça finira par rentrer au bout d’un moment ! »

   Alors, bien sûr, tout ceci est plus que vrai, d’autant plus que j’en parle souvent dans mes articles comme « 10 Résolutions Pour La Nouvelle Année En Tant Que Musicien Et Professeur De Musique » ou encore « Dépasser Ses Limites » qui sont, en soi, des articles idéaux de carnaval d’articles puisqu’ils permettent d’aborder d’un point de vue assez généraliste l’apprentissage de la musique. 🙂

Vous penserez sûrement que je suis en train de me tirer une balle dans le pied ? Voyons, quelle idée ! 😉

   En réalité, j’ai aujourd’hui l’intention d’aborder pour vous 3 points clés qui sortent de l’ordinaire et qui vous permettront de mieux progresser dans votre instrument à la façon d’un musicien et non d’un « élève ». 😉

I. DISSOCIEZ TRAVAILLER ET JOUER

   Tout d’abord, une règle très importante à respecter est qu’il faut savoir faire la différence entre travailler et jouer pour le plaisir. Ce sont deux choses différentes.

   En effet, on joue principalement pour se faire plaisir, pour écouter la musique que l’on est capable de produire grâce à nos 10 doigts et à nos années d’expérience. On joue pour s’évader, le temps d’un morceau, et laisser de côté ses problèmes. En conclusion, on joue pour la musique telle qu’on l’aime, dans toute sa beauté et sa grandeur. 🙂

   Or, avant d’être capable de jouer pour soi, il faut savoir apprendre comment jouer et passer par des phases de travail.

A. LA PHASE DE TRAVAIL

Vous l’aurez sans doute deviné, mais travailler son instrument permet d’atteindre des objectifs que l’on se fixe en amont, de passer des étapes et de renforcer des acquis.

Et en effet, travailler ne consiste pas à jouer plusieurs fois son morceau d’une traite sans s’arrêter sur les endroits qui posent problème, mais justement de s’arrêter sur ces passages qui le méritent afin de mieux les décortiquer individuellement. En d’autres termes, travailler, c’est répéter segment par segment ce que l’on désire acquérir dans son intégralité. 😉

Apprendre les gammes, les modes, les triades, tétrades et leurs renversements à la guitare et au piano, ou encore faire travailler son oreille sur la reconnaissance des intervalles pour développer son oreille relative, etc., tout ceci n’est qu’une partie de la liste de tout ce qu’il est possible de travailler afin de devenir un meilleur instrumentiste !

Bien entendu, je ne parle pas de technique à proprement parlé dans cet article, mais si vous souhaitez en savoir davantage sur certaines techniques à travailler à la guitare, vous pouvez consulter mes articles sur les harmoniques naturelles et artificielles ou sur l’utilisation du vibrato, par exemple :

Image de l'article "Les Harmoniques Naturelles & Artificielles" pour l'article "3 Clés Pour Progresser Dans Son Instrument"
Image de l'article "Le Vibrato À La Guitare" pour l'article "3 Clés Pour Progresser Dans Son Instrument"

   En revanche, si vous pensez que vous manquez de notions de solfège pour aller plus loin dans la compréhension même de la musique et que, sans ça, vous n’arriverez jamais à calculer les intervalles et ainsi à développer votre oreille relative, n’hésitez plus à télécharger mon guide sur les Bases de la Musique au Piano et à la Guitare qui reprendra pour vous et avec la plus grande simplicité tous les principes les plus fondamentaux de la musique… Et tout ça, avec beaucoup d’illustrations graphiques en complément ! 😉

B. L’UTILITÉ DE JOUER POUR SOI

   Bon mais, après l’effort, le réconfort ! En effet, il faut savoir relâcher la pression et s’accorder des moments de plaisir pour clôturer la séance de travail sur un bon point. C’est comme si vous arrêtiez de courir d’un seul coup et que vous ne preniez pas le temps de marcher lentement puis de vous étirer avant d’aller vous doucher.

   Eh bien, lorsque l’on travaille son instrument, c’est la même chose ! Une fois la séance de « travail » terminée, accordez-vous – si le temps vous le permet – une pratique plus ludique de votre instrument sur un morceau que vous aimez particulièrement écouter et jouer. Ainsi, vous évacuerez toute la pression et, inconsciemment, vous associerez les prochaines séances de travail comme étant assez ludiques par le fait que vous les finirez par l’exécution d’un morceau que vous appréciez. 🙂

   Mais la difficulté est bien de faire la part des choses entre le travail et la pratique par plaisir ! Il faut s’empêcher au maximum de commencer sa séance de travail par un morceau que vous aimez si vous n’avez pas à le travailler ! Hélas, bien que cela soit plaisant – et j’en sais quelque chose 😉, vous allez perdre tout votre temps et votre énergie dans ce morceau et vous n’aurez plus rien pour le morceau que vous devrez réellement travailler.

Faites donc attention de ne pas mélanger le travail et le loisir : c’est une des clés de la réussite. 🙂

II. OSEZ SORTIR DE VOTRE ZONE DE CONFORT

« On n’apprend bien que par soi-même dans le miroir des autres. Seul, tu es condamné à la réclusion, à la solitude mortelle. »

« On n’apprend bien que par soi-même dans le miroir des autres. Seul, tu es condamné à la réclusion, à la solitude mortelle. »

   Cette citation de Dugpa Rinpoché peut aussi se traduire par « On n’apprend pas mieux qu’en expérimentant par soi-même. » 😉

A. SORTEZ DE CHEZ VOUS !

   Et en effet, si vous souhaitez avancer, évoluer dans votre apprentissage, n’hésitez pas à sortir, échanger avec d’autres musiciens, découvrir la façon dont eux voient la musique et la travaillent. Comme le dit très bien le proverbe, rester seul chez vous ne vous mènera qu’à vous renfermer sur vous-même.

   La première des solutions est bien entendu de prendre des cours avec un professeur pour que vous appreniez la musique et la maîtrise de votre instrument en dehors des 4 murs de votre chambre. De plus, cela vous permettra de découvrir ce qu’il en est d’apprendre la musique par l’intermédiaire de quelqu’un puis par vous-même, comme si vous étiez autodidactelorsque vous êtes chez vous à travailler pour le prochain cours.

   Mais vous pouvez, en complément et sans remplacer totalement le fait de sortir de chez vous, vous inscrire sur des groupes Facebook ou d’autres réseaux sociaux pour échanger avec toute une communauté de musiciens simplement depuis votre ordinateur ! Vous pouvez ainsi faire des vidéos de vous et les partager pour recevoir des conseils de musiciens plus expérimentés. C’est également un excellent moyen pour ce qui suit…

B. DÉVELOPPEZ VOTRE CONFIANCE EN VOUS

   Eh oui, pour progresser, vous devez, d’une part, prendre du plaisir à jouer mais, d’autre part, être confiant dans ce que vous êtes capable de faire en fonction de votre niveau d’apprentissage et de votre expérience.

   Et, pour cela, rien de tel que de se mettre des petits défis tels que les vidéos dont je parlais dans le point précédent !

   Mais il existe d’autres solutions : je parie que votre plus grande peur, si vous êtes un musicien débutant, est de devoir jouer en public, je me trompe ? 😉

   Alors vous allez pouvoir être rassuré : c’est tout à fait normal. 🙂
Maintenant, ce que vous allez faire, c’est commencer par prendre votre smartphone et d’ouvrir l’application qui s’appelle « Enregistreur Vocal » et, vous l’aurez compris… vous allez vous enregistrer ! 😀

Image illustrant un enregistrement pour l'article "3 Clés Pour Progresser Dans Son Instrument"
Image illustrant un enregistrement pour l'article "3 Clés Pour Progresser Dans Son Instrument"

   Vous pensez sans doute que c’est absurde. OK. Eh bien, testez donc par vous-même. 😉Je parie que vous allez faire plus d’erreurs que lorsque vous jouiez juste pour vous. 😉Mais si c’est le cas, alors cela signifie que vous êtes sur la bonne voie pour jouer en public !!

   Entraînez-vous donc le plus possible en vous enregistrant en même temps. De cette façon, vous resterez davantage concentrés sur les éventuelles erreurs que vous ferez, ce qui vous aidera à les travailler pour ne plus les reproduire en situation réelle, devant un VRAI public ! 😉

   Bien évidemment, dès que vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à vous donner concrètement en public ! Vous aurez sans doute honte de vous, amplifié par le fait que l’on ne vous aura pas demandé de jouer. Vous penserez que les gens pourraient vous critiquer en pensant de vous que vous êtes un vantard et que vous cherchez à vous faire remarquer. En réalité, seules les personnes jalouses réagiront de cette façon. Laissez-les donc jaser et continuez, car les autres personnes vous regarderont et vous écouteront avec attention et, après tout, c’est ça le plus important. 🙂

   Si vous êtes en train de lire cet article parce que vous êtes pianiste, je vous recommande alors de profiter des pianos qui se trouvent à disposition dans la plupart des gares de France et sur lesquels vous ne pouvez pas mieux faire que de jouer devant un public qui ne vous connaît pas, qui ne pourra pas vous juger sur qui vous êtes et qui ne vous écoutera probablement pas en raison du stress stagnant dans les gares ! Vous avez donc tout à y gagner. 🙂

   Et d’ailleurs, voilà votre défi : la prochaine fois que vous vous arrêtez dans une gare et que vous devez attendre au moins 10 minutes, dirigez-vous vers le piano – à condition qu’il soit libre bien sûr 😉– et jouez le morceau que vous avez fini d’apprendre dernièrement. Si vous avez réussi ce petit défi, indiquez-le en commentaire pour montrer aux autres lecteurs que vous en avez été capable et que, de cette façon, tout le monde peut le faire ! 🙂

   Si vous êtes guitariste, il vous sera facile de trouver une guitare acoustique dans une soirée et de l’emprunter pour faire un petit show ! Croyez-moi, l’occasion s’est présentée à moi des dizaines de fois, dont la dernière remonte à il y a quelques semaines seulement !

   Je parle de la guitare et du piano, mais tous les instruments sont de la partie, bien entendu ! Cependant, il sera sûrement plus compliqué de trouver un violon, une flûte traversière ou une batterie sur une plage plutôt qu’une guitare acoustique… Mais bon, on ne sait jamais ! 😁

C. INTÉGREZ UNE FORMATION MUSICALE

   Comme je l’ai souvent répété, trouvez d’autres musiciens autour de vous pour, en plus d’échanger avec eux, essayer de former un groupe. 🙂En effet, le travail de son instrument chez soi et dans un groupe est totalement différent !

   Lorsque l’on veut jouer chez soi, il s’agit du travail pur et dur de l’instrument tel que votre professeur vous l’aura enseigné ou tel que vous l’aurez trouvé grâce à Internet. Mais jouer en groupe va bien au-delà de tout ça ! Cela va vous demander d’écouter les autres, de vous adapter continuellement et de proposer vos idées d’arrangement ou de composition afin d’embellir au maximum votre production commune. On aborde donc les sujets de l’écoute et de la composition, ce qui est plusieurs pas en avant par rapport au solfège ou à la répétition des gammes. 😉

   En bref, pour résumer ces 3 points, n’hésitez pas à sortir de votre zone de confort, que ce soit en rencontrant davantage de nouvelles personnes dans la musique, en formant un groupe avec elles ou simplement en vous forçant au maximum à jouer en public ! 😉

III. ÉTENDEZ VOTRE STYLE MUSICAL

   Enfin, il y a un dernier point qu’il faut bien que vous compreniez afin de réellement progresser en musique.

   En effet, TOUS les plus grands musiciens de l’histoire, bien qu’appartenant à un style précis, écoutent ou ont écouté à un moment de leur vie des styles qu’ils n’auraient jamais pensé écouter un jour.

   C’est d’une importance capitale que de s’ouvrir au maximum de styles de musique qui existent, et ce pour plusieurs raisons :

• S’ouvrir à la culture d’un style de musique vous apportera énormément de connaissances musicales, en terme de composition, d’arrangement instrumental, de paroles et d’état d’esprit de la musique.

   Par exemple, si vous avez toujours été habitué à écouter de la Musique dite « Classique », vous aurez remarqué que l’état d’esprit qui plane dans les Conservatoires est assez scolaire, voire parfois froid avec des règles, des façons d’apprendre et des critères de sélection bien différents de ce que l’on peut trouver dans d’autres écoles issues d’autres styles.

   De plus, en Musique Classique, toute la musicalité de la musique doit être indiquée sur une partition pour que n’importe quel musicien qui sache lire ce langage puisse comprendre ce qu’il doit jouer. Or, dans une soirée bœuf Rock ou Jazz, la plupart des instrumentistes viennent sans partition. Ils jouent tous avec leur cœur avant toute chose et avec leurs oreilles en second lieu. Et ce parce que ceci est particulièrement lié à ces styles de musique.

   Alors, je m’excuse tout de suite auprès de la communauté de la Musique Classique puisque, et je le reconnais, il faut néanmoins une très bonne oreille pour pouvoir jouer dans une formation d’orchestre et jouer également avec ses émotions pour mieux ressentir et interpréter le morceau que l’on joue. Ce que je veux dire, c’est que, pour parvenir à ce stade d’interprétation, il faut dans un premier lieu maîtriser parfaitement le morceau sous son aspect théorique, ce qui implique plusieurs heures de travail. Ces heures de travail sont donc vouées au travail de l’instrument et non au ressenti des émotions que l’œuvre propose.

   Il est bien entendu normal que certaines émotions se fassent ressentir lorsque l’on déchiffre un morceau, notamment si il est très beau même à basse vitesse, mais 90% du travail de son interprétation finale s’assurera simplement après 100% de sa maîtrise technique. 🙂

Or, un morceau Jazz ou Rock sera beaucoup plus rapidement propice à être joué en groupe plutôt que seul, ce qui demandera presque dès le début d’apprentissage du morceau d’ouvrir ses oreilles et son cœur pour mieux ressentir la façon de jouer.

• Ensuite, vous ouvrir à d’autres styles de musique fait partie de votre carrière de musicien, car ce dernier doit posséder une grande ouverture d’esprit pour se promulguer « artiste ».

   Si vous restez dans votre bulle, cela reviendra au même que de rester chez vous, entre 4 murs, ce qui nous ramène à ce que je vous disais un peu plus haut : de sortir de chez vous pour ouvrir votre esprit ! Eh oui, tout est lié. 😉

   Mais si, en plus, vous maîtrisez les notions de pulsation, d’analyse harmonique et rythmique, d’armure et de tonalité, de modulations ou de cadences, exercez-vous à les analyser dans tout ce que vous entendrez et cela ne vous sera que plus bénéfique pour comprendre un nouveau style de musique, et donc pour l’apprécier davantage. Voilà pourquoi la plupart des musiciens apprécient la musique, quelle qu’elle soit. Par analogie, on pourrait parler d’un bon œnologue qui, même s’il n’aime que certains vins, les appréciera quand même tous car il connaîtra les différentes particularités de chacun, qu’il s’agisse de vins blancs, rouges ou rosés !

   Bon, je ne suis pas un grand amateur de vin, et encore moins d’alcool fort, mais bon, vous aurez compris le rapprochement que j’ai tenté de faire. 😁En tout cas, cherchez un autre domaine, et vous verrez que ce modèle s’applique partout ! 🙂

• Enfin, si vous êtes un vrai musicien, la découverte de nouveaux styles de musique doit être quelque chose de naturel chez vous.

   En effet, étant donné que vous êtes un passionné de la musique sous toutes ses formes, la découverte de nouvelles pratiquesnon non, pour ces pratiques-là, vous faites bien ce que vous voulez… 😉– et de nouvelles associations de sonorités doit vous intriguer et vous faire demander si vous ne pouvez pas vous en servir pour vos propres compositions ou pour intégrer les techniques que vous venez de découvrir dans d’autres morceaux de styles complètement opposés.

   Un exemple auquel je pense est notamment le Slap qui, à l’origine, étant une technique de jeu utilisée sur contrebasse, et non sur basse électrique. Or, aujourd’hui, cette technique s’est démocratisée grâce à de grands pionniers comme Larry Graham, Marcus Miller dans l’univers du Jazz Fusion puis jusqu’au Rock avec Michael Balzary, aussi nommé Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers. 🙂

   Sur ce, appliquez bien tous ces conseils et vous en ressortirez en meilleur musicien qu’avant ! En réalité, en ayant lu cet article, vous avez déjà fait un premier pas vers votre propre amélioration personnelle ! 😉

À bientôt pour un prochain article les zikos !

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Pour laisser un commentaire, remplissez les champs requis et appuyez sur la touche “Entrée” de votre clavier.

👉 TÉLÉCHARGE-LES DÈS MAINTENANT !👈

🌟🌟🌟 En complément, télécharge GRATUITEMENT ton guide pour connaître toutes les Bases de la Musique au Piano et à la Guitare ainsi que ton livret PDF pour connaître tout du lexique des guitaristes et des pianistes ! 😍🎼🌟🌟

Bonus pour lightbox 2

Merci, tu vas recevoir ton guide par mail dans un court instant ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This