Devenir Libre Financièrement En Musique 💵

Devenir Libre Financièrement En Musique 💵

DEVENIR LIBRE FINANCIÈREMENT EN MUSIQUE 🎶

   Hello les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème « Devenir Libre Financièrement En Musique » ! 🙂

   Ah, la liberté financière ! Ça fait rêver !

   En France (et dans le monde entier !), beaucoup de gens vivent avec peu de moyens en exerçant un métier qui ne le leur plaît pas, avec un patron autoritaire et des collègues désagréables.

   Et de surplus, beaucoup doivent se lever à 5h tous les matins, quémander au rabais la pose de leurs RTTs, ou travailler des heures supplémentaires parfois NON PAYÉES pour recevoir une prime ridicule à la fin de l’année ou ne pas être licencié.

   Bien sûr, tout ceci n’est pas le cas de tout le monde.

   Mais ce qui est sûr, c’est que la majorité des gens exercent un métier qui ne leur plaît pas. Et c’est peut-être votre cas, vous qui me lisez !

   Mais peut-être qu’avec le temps, vous vous en êtes accommodé ? Et comme vous maîtrisez parfaitement votre métier et que vous avez des habitudes de travail qui fonctionnent d’elles-mêmes, vous y trouvez un certain plaisir. Et c’est tout ce que je vous souhaite ! 🙂

   Mais ce que je sais aussi, c’est que, si vous êtes ici actuellement, en train de lire ces lignes, c’est que vous portez un intérêt plus ou moins évident pour la pratique musicale.

   Du coup, si je vous disais que vous pouvez quitter votre travail et vivre de la musique, vous me répondez quoi ? 😉

« Ah non non, gagner sa vie avec la musique, c’est IMPOSSIBLE ! Enfin, en tout cas, moi, je n’en suis pas capable. Il faut avoir le cul bordé de nouilles pour trouver les bonnes opportunités et connaître du monde dans le milieu pour être pistonné ou avoir sa chance. Et en plus, il faut être un EXCELLENT musicien, un vrai virtuose. »

« Ah non non, gagner sa vie avec la musique, c’est IMPOSSIBLE ! Enfin, en tout cas, moi, je n’en suis pas capable. Il faut avoir le cul bordé de nouilles pour trouver les bonnes opportunités et connaître du monde dans le milieu pour être pistonné ou avoir sa chance. Et en plus, il faut être un EXCELLENT musicien, un vrai virtuose. »

   Je ne pense pas me tromper en vous disant que c’est ce que vous pensez, à plus ou moins quelques mots près, n’est-ce pas ?

   C’est pour ça que j’ai décidé de lancer ce Carnaval d’Articles autour du thème « Devenir Libre Financièrement », dans lequel, pour ma part, je vous explique 5 échappatoires à votre métier actuel afin que vous puissiez vivre de votre passion qu’est la musique – si tel est le cas – et décider de quelle façon vous décidez de prendre votre vie en main dès AUJOURD’HUI.

   Maintenant, on croit que « l’argent, ça rend mauvais », et que ce n’est pas bon d’avoir trop d’argent. Ça, c’est à vous de voir si vous souhaitez en gagner beaucoup ou pas.

   Mais la liberté financière, c’est surtout pouvoir gagner suffisamment sa vie pour consacrer du temps aux choses qui nous tiennent à cœur… Nos proches, nos passions, notre santé & notre bien-être, etc. Attention donc au distinguo. 😉

   Allez, c’est parti !

I. DEVENIR PROFESSEUR DE MUSIQUE : LE MEILLEUR MOYEN POUR DEVENIR LIBRE FINANCIÈREMENT EN MUSIQUE

Bien évidemment, la musique, ça s’apprend… Donc, ça s’enseigne😉

A. PROFESSEUR DANS L’ÉDUCATION NATIONALE

   La première option est de devenir un professeur de musique au collège ou au lycée.

   Pour cela, il vous faudra d’abord pratiquer un ou plusieurs instruments et les maîtriser. Logique.

   Mais il vous faudra également suivre des études supérieures dans le domaine de la musique jusqu’au Master 1 au minimum. Vous avez, par exemple, le Département de Musique et de Musicologie dans divers villes (Tours, Paris) qui peuvent vous préparer à ça.

   Enfin, vous devrez passer le concours du CAPES (pour l’enseignement dans des établissements publics) ou le CAFEP d’éducation musicale et de chant choral (pour l’enseignement dans des établissements privés).

   En soit, je ne vous cache pas que c’est la voie que je choisirai en dernier si je devais me reconvertir dans le domaine de la musique. D’ailleurs, juste le fait de vous avoir écrit ces quelques lignes m’ont rendu plutôt mal à l’aise à l’idée d’enseigner ce métier.

   Pourquoi ?

   Eh bien, enseigner est une chose formidable.

   Pour enseigner, vous devez être, au préalable, un grand passionné. Sans ça, vous ne donnerez pas toutes vos tripes dès que vous expliquerez quelque chose à un élève. Et si vous-même n’êtes pas enjoué et pas motivé plus que ça, alors je ne vous explique pas comment ça doit être dans la tête de votre élève

   Et de surcroît, plus vous êtes passionné, plus vous prenez de votre temps personnel pour faire des recherches sur ce sujet. Vous allez creuser votre sujet, découvrir de petites anecdotes ci et là, anecdotes que vous allez pouvoir raconter à vos élèves et qui les aideront à mieux comprendre.

   Et puis, si le sujet ne vous plaît pas, que vous fassiez ce métier ou votre métier précédent (qui, pour rappel, vous insupportait), cela n’améliorera en rien votre vie et votre motivation d’aller travailler le matin.

   Vous l’avez donc compris : Ne faites PAS ça si vous n’êtes pas passionné.

   Et en plus, il n’y a pas pire endroit que le collège pour enseigner la musique ou l’art plastique !

   Ces 2 cours-là sont « des cours de récréation » dans lesquels il y a le plus d’indiscipline et le moins d’intérêt, sauf celui de foutre le bordel. Oui, c’est cru, mais c’est la vérité.

   Au lycée, c’est déjà différent. Ce sont les élèves qui ont fait la demande de suivre les cours de musique, ils sont donc davantage motivés ! (Et ils ont grandi, au passage… 😅<)

   Mais bon, tout le monde aime la musique pour le plaisir d’en jouer et de pratiquer, et pas forcément pour apprendre l’Histoire de la Musique… C’est pour ça que pendant ces cours-là, je peux vous dire que je n’étais pas très attentif et que je préférais, avec mon meilleur ami (avec qui nous avions un groupe à cette époque-là), écrire des paroles de chansons ou trouver des idées pour de futures compositions… 😅

   Dans un cas comme dans l’autre, l’éducation musicale à l’école peut-être une direction à prendre pour rester dans son domaine préféré, mais le désintéressement prononcé des élèves peut vous faire rapidement changer d’avis.

B. PROFESSEUR À SON COMPTE

   Voilà pourquoi on arrive sur ce côté de l’enseignement qui est beaucoup plus intéressant : devenir professeur de musique à son compte.

   Pour cela, rien de plus simple : pas besoin de diplôme Universitaire, de diplôme de Conservatoire, de Concours CAPES ou CAFEP à passer… Tout ce dont vous avez besoin, ce sont vos connaissances, vos compétences, et des services à vendre à vos clients.

   Et pour ça, vous pouvez adopter 2 formes juridiques :

• Devenir professeur libéral ;

• Ouvrir sa micro-entreprise et exercer en tant que prestataire de services.

   Ayez quelques compétences en web pour créer votre site, un local pour accueillir vos élèves, un plan de ce que vous allez leur apprendre, un peu de pédagogie à apprendre sur le tas au fur et mesure, et c’est parti !

   Bien entendu, cela paraît simple au premier abord.

   Mais même si il faut gérer pas mal de choses (dont le côté administratif sur lequel la CCI peut vous éclairer), je dois vous avouer que j’exerce ce métier depuis le 21 juin 2018 – date symbolique pour un musicien, vous en conviendrez. 😉– et que tout s’est fait très naturellement et progressivement.

   Si bien que j’ai actuellement une vingtaine d’élèves à ce jour, et que cela me suffit amplement pour consacrer le reste de mon temps à ma pratique personnelle de la musique, à mes proches, à mon blog et à quelques petits contrats en CDD à France Bleu qui, de temps en temps, me refont voir les coulisses de la vie salariée à laquelle j’ai compris que je n’aspirais pas du tout. 😉

   Et, pour ne rien vous cacher, je gagne autant – voire davantage – ma vie dans cette configuration qu’un professeur de collège le pourrait en travailler 35h par semaine.. sauf que, moi, je ne travaille que 20h par semaine. 🙂

   Pas de patron, des horaires ajustables, des « RTT » à poser quand bon me semble… Ça ressemble quand même à un petit paradis, non ? 😉

   Ah oui ! Et j’ai omis de vous dire quelque chose :

   Les élèves que vous avez en cours privé sont 100 fois plus qualifiés que des élèves au lycée et au collège, ça va de soi ! Vous aurez alors toute leur attention, vous prendrez RÉELLEMENT du plaisir à leur enseigner votre passion, et vous développerez rapidement des relations amicales avec certains d’entre eux. 😉

   Non, vraiment, y’a pas à chier, c’est un beau métier. 🙂

   P.S. : Les cours privés sont plus personnels mais également plus chers que les cours au Conservatoire. Mais plus on paye quelque chose cher, plus on a envie de se défoncer pour le rentabiliser à fond et ne pas croire que l’on a jeté notre argent par la fenêtre. Le fait de payer des cours privés plus chers incite donc les élèves à travailler davantage et à progresser plus rapidement. 😉

C. PROFESSEUR AU CONSERVATOIRE

   Pour terminer sur le métier de professeur de musique, je souhaitais rapidement aborder l’aspect de professeur de musique au Conservatoire.

   Je pourrais en faire un comparaison directe avec un professeur de collège ou de lycée, puisqu’il faut un excellent niveau de pratique instrumentale pour y parvenir et qu’il faut passer un concours pour pouvoir enseigner. Mais en supplément, il vous faut l’agrégat d’un Diplôme de Conservatoire pour pouvoir prétendre à enseigner dans un Conservatoire.

   Vous pourrez alors devenir professeur de chant, de solfège, d’instrument, d’analyse ou d’écriture musicale, et de plein d’autres domaines en fonction de ce que propose le Conservatoire en question.

   Par exemple, à Montluçon (là où j’ai grandi et où j’ai appris la musique au Conservatoire après avoir arrêté les cours privés), il y a des sections de Jazz & Musiques Amplifiées, de Musiques du Monde (dirigées par mon ancien professeur de piano), et depuis peu, une section de MAO (Musique Assistée par Ordinateur) vient d’ouvrir ses portes ! De quoi donner un bon coup de modernité à cette institution parfois trop archaïque, et c’est une bonne chose. 😉

   En conclusion, vous aurez compris que je préconise davantage de devenir professeur de musique à son compte, puisqu’il y a beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients en comparaison aux autres façons d’enseigner la musique. 🙂

   Mais si vous ne vous sentez pas pédagogue et que vous cherchez un autre moyen de devenir libre financièrement en musique, alors on passe à la suite. 😉

II. DEVENIR MUSICIEN INTERMITTENT

   L’intermittence est un statut qui vous demande de réaliser, sur une durée précise de 12 mois (en 2020), 507 heures de travail afin de pouvoir ouvrir des droits au chômage lorsque vous n’êtes pas en prestation.

   Cela nécessite donc plusieurs choses : développer un réseau, se rendre disponible très aisément et très rapidement, ne pas compter ses heures et accepter d’être sur les routes pour « vagabonder » d’un contrat à un autre.

   Il existe des intermittences pour tous types de métiers, mais ceux auxquels vous pouvez aspirer sont l’intermittence du spectacle en tant que technicien du son ou musicien.

A. MUSICIEN DE TOURNÉE

   Tout d’abord, si vous maîtrisez suffisamment votre instrument et que vous connaissez les bonnes personnes, vous pouvez vous renseigner pour devenir le musicien d’un artiste important et de le suivre sur toute sa tournée.

   Je ne vous cache pas que cela s’avère compliqué lorsque l’on débute. Mais si c’est ce que vous souhaitez absolument, alors renseignez-vous davantage à ce sujet pour découvrir comment commencer : dans tous les cas, vous devrez avoir assez d’expérience et vous faire un nom dans le milieu.

   Et pour être totalement transparent avec vous, lorsque l’on pense qu’être musicien est quelque chose de compliqué car il y a beaucoup de demandes et qu’il faut savoir tirer son épingle du jeu pour « provoquer sa chance » et se créer un réseau, c’est PRÉCISÉMENT à cause de cet aspect-là.

   Devenir musicien de tournée est quasiment aussi compliqué que de faire connaître son groupe de musique. La différence résidence – grossièrement – dans un fait :

• Un groupe doit faire ses propres compositions pour se faire connaître, les reprises diverses et variées n’étant réservées que pour les soirées d’animation.

   Ou alors, montez un Tribute d’un groupe (un groupe qui reprend les morceaux d’un autre groupe très connu), mais dans ce cas, ne jouez QUE leurs morceaux pour attirer les bons spectateurs et travaillez minutieusement les techniques de jeu, le son et les effets de scène qu’utilisaient le groupe original. Vous connaissez beaucoup de groupes connus sur la France entière (ou dans le monde) qui font des reprises en tous genres ? Voilà, vous avez votre réponse. 😉

• Un musicien intermittent qui joue pour un artiste ne doit rien composer, il doit « simplement » suivre les grilles d’accords des morceaux, les partitions, les intentions musicales de cet artiste et les reproduire à la perfection.

   Par exemple, Sébastien Chouard est un guitariste que j’ai pu rencontrer en Masterclass (et qui est un grand ami de mon professeur de guitare, Didier Besse) et qui tourne pour plusieurs grands artistes tels que Nolwenn Leroy, Gérald De Palmas, Johnny Hallyday (avant sa mort), Céline Dion, Rose, Garouet plein d’autres – et qui a fait plusieurs saisons à The Voice !

B. MUSICIEN DE SESSION EN STUDIO

   La seconde possibilité est de vous faire engager dans un grand studiodu moins un studio qui en a les moyens et qui en a besoin – et devenir musicien de session pour des chanteurs ou des musiciens qui souhaiteraient produire leurs projets solos mais qui nécessiteraient de compétences instrumentales particulières.

   Par exemple, si l’artiste ne sait jouer que de la guitare en plus de savoir chanter mais qu’il souhaiterait rajouter de la batterie, du clavier et une partie de basse intéressante, le studio peut faire appel à des musiciens expérimentés dans ce domaine, notamment grâce à des appels d’offre auxquels les intermittents du spectacle peuvent répondre (par exemple) ou bien avoir à des musiciens multi-instrumentistes embauchés pour exécuter cette tâche.

   Tout est possible ! 🙂

  C’est pour cette raison, et pour toutes les suivantes, qu’il est possible de devenir libre financièrement en musique. 🙂

III. DEVENIR COMPOSITEUR

   3ème possibilité d’activité à exercer pour rester dans le thème de la musique : devenir compositeur !

   On croit souvent que compositeur est un métier qui requiert des connaissances poussées dignes d’un diplôme de conservatoire et qu’il faut connaître les subtilités de l’analyse et de l’écriture musicale baroque et classique pour pouvoir composer de la musique.

   Et le premier style de musique auquel on pense est la musique de film.

   C’est en effet, actuellement, le domaine dans lequel on retrouve le plus de notions classiques mis au goût du jour. On utilise très souvent des orchestres symphoniques ou philharmoniques, mais au-delà, au niveau de la composition, de nombreuses connaissances classiques sont requises. Demandez à Hans Zimmer pour voir ce qu’il en pense. 😉

   En attendant, même s’il faut autant de génie que John Williams pour créer les meilleures bande-son de films, sachez qu’il est tout à fait possible de composer de la musique pour des clients !

   Vous avez sans doute un genre musical de prédilection ?

   Si c’est le cas, et si vous êtes musicien, vous devez sans doute connaître quelques particularités de ce style qui vous permettront de composer vous-même vos propres morceaux. Par exemple :

• L’une des particularités du Reggae est que la guitare joue en contretemps ;

• Dans la Pop, développez des mélodies accrocheuses et des accords qui passent partout et cherchez des instruments intéressants à l’oreille en complément de la batterie (ou de la boîte à rythme), du piano et de la guitare.

• Dans le Heavy Metal, intéressez-vous à la rythmique des morceaux composés par Iron Maiden (entre autres) et à l’utilisation de la tierce, très utilisée pour créer des parties de guitares ou de chœurs harmoniquement connectés.

   En développant le style de votre choix, vous allez devoir vous intéresser également aux styles voisins (le Rap et le Rock pour la Pop, le Rock et Metal en tout genre pour le Heavy Metal, le Rap, la Dub et la Funk pour le Reggae, etc.).

   Et, pour ça, vous allez devoir écouter de la musique, vous ouvrir à de nouveaux styles, analyser, reproduire, tester, et vous allez finir par créer des patterns intéressants😉

   Maintenant, si vous souhaitez en vivre, mettez-vous simplement à votre compte en profession libérale ou en ouvrant une micro-entreprise.

   C’est d’ailleurs ce qu’a fait le célèbre YouTubeur Max Yme en sa qualité de compositeur Heavy Metal.

   Max compose pour des clients divers et variés et cela lui permet de gagner relativement sa vie. 🙂

   Vous y découvrirez son parcours, l’envers de son décor, ses points de vue sur le monde de la musique (encore plus que dans ses Raw Talks 😂), et vous en apprendrez encore davantage sur son métier de compositeur ! 🙂

IV. LE SON : L’ALTERNATIVE À LA MUSIQUE

   Lorsqu’on s’intéresse à la musique, on s’intéresse à tout l’univers musical qui va autour.

   Et le principal métier « reconnu » qui est cherché quand on est musicien, c’est de devenir « ingénieur du son ». Ce mot est en réalité est un abus de langage anglophone, venant de « Sound Engineer », la vrai qualification française étant simplement « Technicien du Son ». Oui, c’est clair, ça le fait moins.

   Mais quelle que soit l’appellation qu’on lui donne, Technicien du Son est un métier à apprendre en 2 ans grâce à un BTS Audiovisuel et permet de travailler dans tous les métiers du son.

   Et d’ailleurs, c’est cette direction que j’ai choisie après le Bac afin d’avoir un métier plus « sûr » que d’être musicien. Voilà pourquoi je suis, en complément de mon travail de professeur de musique, réalisateur-opérateur du son à France Bleu. 🙂

   Mais il n’y a pas que ce métier que l’on peut faire en travaillant dans le son, et je vous explique tout ça😉

A. COMPOSITION 2.0 : LE BEATMAKING

   Le premier métier que l’on peut exercer et qui mélange parfaitement les capacités techniques du son et les capacités artistiques de la musique, c’est le beatmaking.

   Si vous ignorez en quoi cela consiste, il s’agit d’être praticien MAO, c’est-à-dire de composer de la Musique Assistée par Ordinateur.

 Et même si, aujourd’hui, être compositeur requiert d’utiliser un ordinateur quasi-systématiquement, être beatmaker est plus spécifique et s’adresse davantage aux artistes qui souhaitent utiliser des instrumentales dans le Rap, la Pop, l’Electro et tous leurs dérivés.

   Pour vous rendre compte de ce que peut être une instrumentale, tapez simplement « Instru Type Beat » dans YouTube. Vous en trouverez à la pelle. 😉

   J’ai d’ailleurs composé 2 instrumentales pour le plaisir que j’ai ajoutée sur ma chaîne YouTube et que vous pouvez écouter juste ici :

   Pour devenir à votre tour Beatmaker, vous devrez ouvrir votre micro-entreprise, vous former aux logiciels de mixage comme Cubase ou FL Studio et maîtriser un minimum le solfège : le rythme, les notes, les intervalles, les accords, etc.

   Pour en vivre, vous pourrez alors frapper aux portes des studios qui enregistrent davantage de Rap que de Rock et de Variété, et demander à devenir un partenaire que ces studios recommanderont à leurs clients.

   Créez également votre site internet ou soumettez vos instrus à des services de beatmaking en ligne où vous recevrez une commission sur chaque commande.

   Comme l’explique Max Yme dans l’interview, un bon moyen de se faire connaître est de se lancer sur Fiverr, par exemple.

B. TRAVAILLER DANS LE SON GRÂCE À UN BTS AUDIOVISUEL

   Maintenant, si vous aimez la musique et la culture, vous êtes sûrement intéressés par le cinéma, la télévision, la radio et tous les métiers qui en découlent ?

   Voilà pourquoi beaucoup de mes amis qui étaient au BTS avec moi étaient, pour la majorité d’entre eux, des musiciens. Pianistes, guitaristes, batteurs, percussionnistes, il y en avait pour tous les goûts.

   Mais en tant que « sondier » (appellation donnée entre nous aux étudiants en Son), beaucoup s’intéressaient aux sons que pouvaient avoir certains instruments et étaient continuellement dans le test et la recherche sonore pour déceler des pépites ! Oui, on était un peu taré sur les bords, quand on y pense bien. 😉

   En tout cas, ce BTS a pour objectif de former à tous les métiers du Son comme la radio, la télévision, le cinéma, l’enregistrement studio, en acquérant des techniques de prise de son, de mise en place de plateaux et de régies techniques à caractère télévisuels ou radiophoniques, des techniques de montage et de mixage.

   Avec tout ce panel de compétences, vous êtes ensuite capable d’intégrer une boîte audiovisuelle, en tant que stagiaire dans un premier temps, puis en acceptant des contrats CDD, intérimaires ou en intermittence par la suite.

   Vous allez, de ce fait, vous créer un réseau qui vous conduira toujours plus loin et vous amènera à rencontrer énormément de gens qui vous feront découvrir beaucoup de choses en terme technique, musical, et même sur la vie.

   C’est une expérience très enrichissante, et vous pourrez rester dans le thème de la musique tout en en vivant. 🙂

V. LANCER SON ACTIVITÉ SUR INTERNET

   Enfin, en 2020 plus que jamais, lancer son activité sur Internet n’a jamais été aussi simple.

   Mais alors, qu’est-ce que ça veut dire et en quoi cela consiste-t-il ?

   Tout d’abord, pour quelques-uns des métiers que je vous ai présentés ci-dessus (professeur de musique, beatmaker, compositeur, etc.), l’important est de se faire connaître pour recevoir des demandes de clients.

   Quoi donc de plus important que d’avoir un site vitrine sur lequel présenter vos compétences afin de vous faire connaître au plus grand monde ?

   Personnellement, lorsque j’ai lancé mon école de musique en 2018, j’ai été aidé par l’un de mes amis qui m’a tout expliqué pour que je puisse créer mon site.

   Si vous souhaitez le voir, le voici :

Logo de l'école de musique Athome Musique pour l'article "Devenir Libre Financièrement En Musique"
Logo de l'école de musique Athome Musique pour l'article "Devenir Libre Financièrement En Musique"

   C’est notamment grâce à ce site que j’ai pu avoir la majorité des élèves que j’ai actuellement. Ça vaut donc le coup de s’y intéresser un petit peu. 🙂

   Maintenant, l’autre possibilité que vous pouvez avoir, c’est de créer un blog autour de votre passion.

   Oui oui, comme celui sur lequel vous êtes en train de lire actuellement. 😉

   Un blog est quelque chose de merveilleux :

   Le but du jeu, c’est d’arriver à vous faire connaître au plus grand monde, et pas seulement qu’en France.

   Vous devrez donc être capable de choisir un thème et de le garder en fil rouge pour écrire des articles, tourner des vidéos et enregistrer des podcasts sur ce thème.

   Et pour cela, vous devrez connaître votre sujet du mieux que vous le pourrez.

   Si votre sujet est une véritable passion, alors il ne vous sera pas difficile de trouver 10, 20, 50 idées d’articles à rédiger. En revanche, si c’est juste un sujet que vous aimez « comme ça », vous n’allez pas tenir le coup très longtemps.

   Le tout est donc de se former en continu, d’aller recueillir les informations de diverses façons afin de devenir une référence dans votre domaine que les gens apprécieront en venant chez vous.

   Beaucoup de blogueurs ont commencé en n’y connaissant rien du tout.

   Aujourd’hui, ils sont devenus quelques unes des références les plus importantes dans leur sujet en France, et parfois même dans le monde francophone.

   Je prends l’exemple de Laurent Breillat, du blog Apprendre La Photo. Au début, Laurent n’y connaissait pas grand-chose en photographie. Il décide d’acheter son premier appareil photo, s’initie par ses propres moyens en recherchant des astuces et conseils sur Internet… et lance son propre blog sur la photographie 2 mois après !

   D’ailleurs, son slogan de l’époque était (et est toujours actuellement) : « Apprendre La Photo – Ensemble Et Pas À Pas. »

   Que l’on soit donc un expert dans son domaine ou un parfait débutant, la principale compétence à avoir est d’être passionné par son sujet.

   Si c’est votre cas, alors foncez ! 🙂

« C’est bien beau, mais en quoi cela va-t-il nourrir mes enfants ? »

« C’est bien beau, mais en quoi cela va-t-il nourrir mes enfants ? »

   Ah oui, je n’en ai pas encore parlé.

   Mais en tant que blogueur, ou plutôt… « Infopreneur », vous allez développer une relation avec votre communauté qui vous demandera beaucoup plus que de simples articles, vidéos ou podcasts accessibles gratuitement.

   Les gens ont besoin d’avoir des résultats, de voir qu’ils font radicalement des progrès.

  Or, comment progresse-t-on lorsque l’on prend des cours de guitare ? Lorsque l’on souhaite apprendre à conduire une voiture ? Lorsque l’on souhaite apprendre la décoration d’intérieur ?

   La réponse est simple : en étant guidé par un professeur, par un coach.

  C’est pour cette raison que, dans un premier temps, j’ai lancé mon service de coaching sur Internet afin de prendre le temps qu’il faut pour aider des personnes dans le domaine musical.

   Et dans un second temps, j’ai décidé de créer des petites formations qualitatives permettant de répondre aux principaux besoins de mes lecteurs. Développer son oreille, arriver à jouer des accords, comprendre le rythme, apprendre des techniques spécifiques à la guitare, etc.

  Tout ceci peut très vite être une source de revenus principale au même titre que de devenir professeur de musique dans un local.

   Et si vous en vivez, vous pourrez dire : « Ça y est, je vis de ma passion qu’est la musique », et c’est, pour moi, ce qui est le plus merveilleux. 🙂

   Voilà, j’espère que cet article sur « Comment Devenir Libre Financièrement En Musique » vous aura plu !

   Mettez-moi un petit commentaire pour me dire ce que vous en pensez, et quel métier vous rêveriez d’exercer en musique si on vous laissait le choix DÈS AUJOURD’HUI !

   Quant à nous, on se retrouve pour un prochain article via l’un des boutons de votre choix :

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Les Bienfaits Du Chant », « Développer Son Oreille » et « Rythme Et Solfège ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Reprendre La Musique 🎶

Reprendre La Musique 🎶

REPRENDRE LA MUSIQUE 🎶

 

   Hello les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème “Reprendre La Musique” ! 🙂

   Aujourd’hui, je vous propose un article écrit par une amie blogueuse qui écrit sur le thème du jeu et de la positivité ludique. Voici donc Emy du blog Les Animaginables qui raconte son témoignage sur « comment reprendre la musique » après plusieurs années. 😉

   De 0 à 10 ans : J’ai commencé la musique avant de souffler mes 3 bougies, peut-être même un peu avant… Attendez, je vous explique :

   Papa est un excellent musicien et autodidacte. Sa spécialité… les claviers (piano, orgue, synthétiseur) avec une grande ouverture musicale. C’est donc tout naturellement qu’il m’a inscrite dès mes premiers pas à l’école de musique puis à des cours particuliers de piano. La pédagogie de l’époque ne me permettait pas de jouer ce qui m’intéressait le plus, malheureusement. Il fallait absolument apprendre le solfège et des morceaux de musique classique avec mes professeurs, ce qui n’était pas ce qui me faisait rêver. Je voulais que ça bouge !

   De 10 ans à 20 ans : Mon adolescence rebelle m’a conduite plutôt à abandonner les cours de piano pour me tourner vers l’apprentissage de la guitare, également en autodidacte.

   La guitare était l’un des seuls instruments que mon père ne maîtrisait pas. Je me sentais ainsi plus libre dans mon apprentissage. En effet, je rêvais intimement d’atteindre le niveau de mon père en musique et il m’était plus facile d’y arriver sur un autre instrument ! De plus, la guitare avait un autre avantage… celui d’utiliser des tablatures beaucoup plus faciles que le solfège.

   J’ai pratiqué quelques années de manière irrégulière, juste de quoi jouer quelques riffs mais sans réellement développer cette capacité. Je n’ai donc jamais osé jouer dans un groupe ni même en public. Je ne sais d’ailleurs toujours pas accorder à l’oreille ma guitare ou changer une corde seule. D’un autre côté, l’arrêt du piano a toujours été un échec pour moi. C’est la seule chose que j’ai réellement abandonné dans ma vie.

   Aujourd’hui, j’ai 31 ans. J’aurais donc dû avoir près de 30 ans de pratique ! Vous imaginez le niveau ? Et au-delà de ça, le constat est plus que médiocre avec 20 minutes de pratiques en 5 ans et certainement pas beaucoup plus en 10 ans. Et pourtant la musique occupe une partie très importante de ma vie : j’en écoute beaucoup, j’aime chanter, me rendre à des concerts ou découvrir de nouveaux groupes en festival… C’est comme une partie de moi qui reste dans l’ombre mais qui ne pourra jamais me quitter.

Ce qui m’a empêché de reprendre la musique pendant 10 ans :

   Les raisons de ce désert d’apprentissage musical sont nombreuses mais, derrières celles-ci, il y a une petite voix dans ma tête que j’appelle ici « procrastination » et qui a plein de phrases pour me convaincre :

Ce n’est pas grave, pourquoi s’embêter avec ça ?

Tu as le temps, pourquoi tu veux reprendre maintenant ?

Qu’est-ce que tu y gagnerais à faire ça?

Tu ne sais même pas par où commencer ?

Tu as vu ton niveau en 30 ans ? A quoi bon perdre du temps ?

Tu as abandonné le piano et la guitare, la musique ce n’est peut-être pas pour toi ?

C’était quand la dernière fois que tu as pris du plaisir à jouer ?

Quand as-tu progressé pour la dernière fois en musique ?

Quand vas-tu faire ça, tu n’as pas le temps ?

   Chaque année, comme bonne résolution, je me dis qu’il faudrait que je reprenne la musique. Mais cette résolution disparaît rapidement dans le classement de mes priorités dans le tumulte du quotidien pour revenir de manière incessante dans l’échec majeur de l’année à la fin du mois de décembre.

Comment j’ai réussi à stopper les effets de cette petite voix et réellement reprendre la musique :

   J’ai pris le problème à l’envers et j’ai essayé de répondre positivement à chacune des questions et il en est ressorti plusieurs pistes pour agir rapidement. Mais pour que cela fonctionne, il me fallait une approche positive, ludique et non pas scolaire pour éviter que je me lasse trop vite.

   Ma spécialité, c’est la création de jeux et d’animation. J’ai créé un blog sur le sujet il y a quelques mois : https://lesanimaginables.com. J’ai donc tout naturellement pensé à créer un jeu dans lequel je serais mon propre personnage en évoluant dans le jeu au fil de ma progression.

 

   Prérequis : Avoir un journal de bord avec une liste contenant au moins deux morceaux à apprendre.

 

   Le principe du jeu : Je prends mon instrument, 4 fois par semaine minimum, pour une session de 30 minutes. 20 minutes de pratique et 10 minutes de fun. Pour les 10 minutes de fun, je lance un dé :

Rôle des dés pour l'article "Reprendre La Musique"
Rôle des dés pour l'article "Reprendre La Musique"

   Je reporte ensuite mes progrès dans mon journal de bord avec mes impressions de la séance.

   Une à deux fois par mois :

   Je regarde mes progrès et m’accorde un cadeau pour chaque objectif atteint du tableau des réussites et succès et/ou à chaque nouveau morceau appris en entier.

Journal de bord pour l'article "Reprendre La Musique"
Tableau des réussites pour l'article "Reprendre La Musique"

   Si vous souhaitez récupérer ces documents pour vous, vous pouvez les télécharger via le bouton ci-dessous :

   Voilà, j’espère que vous aussi, vous aurez trouvé vos propres techniques pour réussir à reprendre la musique, que ce soit de façon plus ou moins ludique et que vous réussirez à atteindre vos rêves. 🙂

 “

   Découvrez également d’autres articles qui pourraient vous plaire : « Ton Et Demi-Ton », « Rythme Binaire et Ternaire » et « Rythme Et Solfège ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Devenir Libre Financièrement : Carnaval d’Articles

Devenir Libre Financièrement : Carnaval d’Articles

CARNAVAL D’ARTICLES :

DEVENIR LIBRE FINANCIÈREMENT

GRÂCE À SON ACTIVITÉ

Bonjour à tous ! 🙂


Le carnaval d’articles étant aujourd’hui terminé, je vous présente dans cet ebook récapitulatif les résultats de tous les participants ayant contribué au contenu de qualité que vous pouvez trouver à l’intérieur ! 😉

Bonne lecture à tous ! 🙂

CARNAVAL D'ARTICLES - DEVENIR LIBRE FINANCIEREMENT
CARNAVAL D'ARTICLES - DEVENIR LIBRE FINANCIEREMENT

[CLÔTURÉ] CARNAVAL D’ARTICLES : DEVENIR LIBRE FINANCIEREMENT GRÂCE À SON ACTIVITÉ

   Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le thème du 2nd Carnaval d’Articles lancé sur le blog : « Devenir Libre Financièrement » ! 😀

   Eh oui, aujourd’hui, il est possible de vivre de sa passion dans beaucoup de domaines, et il est, avec l’expansion d’Internet et des nouvelles technologies, de plus en plus facile d’y parvenir sans forcément investir 30 000€ au départ avant de voir si cela va fonctionner… Ou pas !

   C’est pour ça que j’ai décidé de lancer mon carnaval d’articles autour de ce thème.

   Tous les blogs sont les bienvenus dans cette aventure afin d’essayer de faire s’identifier un maximum de personnes et que chacun puisse vivre de l’activité de ses rêves !

   Mais… vous vous dites peut-être : comment pourrais-je avoir ma place dans ce monde déjà bouché de partout, et comment pourrais-je avoir des clients à qui je pourrais vendre mes services ?

   Eh bien, dites-vous simplement que vous êtes unique, et que ce que vous aurez à proposer intéressera forcément des dizaines, centaines voire des milliers de personnes.

   Mais, encore une fois, si et seulement si les moyens mis en oeuvre pour y parvenir  sont correctement utilisés😉

   Et puis, si chaque personne de cette planète avait son propre business, ce ne serait pas non plus impossible de se faire sa place. Même la personne la plus célèbre dans le monde de l’élevage canin et qui gagne correctement sa vie voudra forcément faire appel à un professionnel du dessin s’il désire apprendre à dessiner. Et en plus, si son activité s’ancre dans la génération actuelle de « travailler moins pour gagner plus », alors il aura à la fois le temps et l’argent pour apprendre correctement sa nouvelle activité !

   Alors, gardez toujours cette pensée en tête et… foncez😎💪

I. LE FONCTIONNEMENT DE L’ÉVÉNEMENT

Image d'illustration du fonctionnement du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration du fonctionnement du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

   Bon, mais revenons un peu sur le principe du carnaval d’articles, pour ceux qui ne comprendraient pas vraiment le principe.

  Il est très simple : tous les auteurs des blogs qui le souhaitent peuvent écrire un article autour du thème choisi. Tous ces articles sont partagés de façon ordinaire sur chacun des blogs.

   Un article récapitulatif est ensuite publié afin de retrouver tous les participants à l’événement et un ebook sera partagé et téléchargeable gratuitement.

   D’ailleurs, si vous-même avez un blog, sur quelque sujet que ce soit, vous pouvez tout à fait y participer ! Cela vous permettra de faire partager votre point de vue et d’intéresser une nouvelle audience de lecteurs, tout en bénéficiant de la promotion de l’ebook auprès des lecteurs des autres blogs participants. Un atout pour la visibilité, donc. 😉

   De plus, rien de tel qu’un thème autour du développement personnel et professionnel regroupant énormément d’horizons différents pour faire le plein de nouvelles idées et de retrouver un boost considérable dans votre quotidien ! 😀

Pourquoi ce thème ?

Pourquoi ce thème ?

   Eh bien, c’est très simple : chacun peut arriver à vivre la vie de ses rêves en mettant à profit ses capacités pour les vendre à ceux qui en ont besoin.

   Seulement voilà, cette pratique entreprenariale n’est pas inculquée forcément dans l’esprit de tout le monde. Et moi le premier !

   Cela ne fait que 2 ans que je commence réellement à prendre conscience de cet état d’esprit et que je me rends compte de sa puissance, que ce soit pour mon travail sur le blog, dans mes cours de musique ou lorsque j’effectue mes petits contrats CDD à la radio.

   Arriver à comprendre qu’il y a mieux que la vie salariale, c’est très important. Arriver à comprendre que de travailler pour ce qui nous passionne plutôt que pour une entreprise qui vous demande une tâche précise parmi des milliers, ça l’est tout autant.

   Alors, si vous êtes blogueurs, mettez tout ce que vous avez dans l’article de ce carnaval et aidez un maximum de personnes pour qu’elles puissent atteindre leurs rêves.

   ⚠️⚠️Attention, vous vous dites sûrement que ce thème n’est pas fait pour vous parce que vous n’avez, pour le moment, réalisé aucune vente à partir de votre blog. Mais ce n’est pas un problème : le but de ce carnaval d’article est de faire partager au plus grand nombre quels métiers se rattachent à votre domaine d’expérience et de quelles façons ils peuvent y parvenir. Par exemple, si l’on prend le domaine de la musique, je n’ai aucun chiffre d’affaire de par mon blog, mais à côté, je suis professeur de musique et technicien à France Bleu⚠️⚠️

   Et en effet, dans mon article, que vous trouverez via ce lien, j’explique que l’on peut devenir compositeur, professeur, musicien de session, beatmaker, mais également dériver dans le son avec la maîtrise des logiciels de montage, mixage dans le cinéma, en studio d’enregistrement mais également pour la radio ou la télévision. Une large palette de métier qu’il est possible d’accéder de multiples façons, mais dont je n’en pratique “que” 2, bien qu’un soit déjà bien suffisant. 😉😅

II. LES RÈGLES DU JEU POUR PARTICIPER

1. QUI PEUT PARTICIPER ?

Image d'illustration des règles du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration des règles du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

  Tout le monde peut participer, il vous suffit d’avoir un blog et de respecter les règles qui suivent. Attention, ceux qui ne respectent pas ces règles risquent malheureusement une exclusion ! 😔

2. QUELLE EST LA DATE LIMITE POUR PARTICIPER ?

Image d'illustration du délai limite du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration du délai limite du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

Votre article doit être publié et votre email envoyé avant le Jeudi 30 Avril 2020 à 23H59 (heure de Paris).

3. COMMENT PARTICIPER ?

Image d'illustration de la façon de participer au carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration de la façon de participer au carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

• Votre article doit faire 500 mots au moins, et être écrit en français ;

• Il doit porter sur le sujet « Devenir Libre Financièrement » et ne pas être hors sujet ;

• Il ne peut pas être composé, même partiellement, de contenu déjà publié ailleurs (Copyscape sera utilisé pour vérifier cela) ;

• Essayez de limiter les fautes.

• Il ne peut pas contenir de liens affiliés (mais peut contenir un lien vers un livre dont vous parlez) ;

Vous ne pouvez pas promouvoir votre(vos) propre(s) livre(s) ;

• Vous devez intégrer un paragraphe en début d’article présentant l’évènement, en insérant un lien vers Enseigner La Musique et plus particulièrement cet article (bien sûr, vous pouvez aussi insérer un lien vers la page d’accueil, ou encore mieux, un article de ce blog que vous avez apprécié). 
Par exemple : « Cet article participe à un carnaval d’articles (plusieurs blogueurs écrivent sur un même thème) proposé par le blog Enseigner La Musique. C’est un blog qui porte sur l’apprentissage et l’enseignement de la musique à travers des cas pratiques sous forme d’articles et de vidéos. J’ai particulièrement aimé les conseils donnés dans l’article […] » Choisissez vous-même l’article qui vous plaira le mieux :

[Articles du blog]

Veillez à ce que vos liens soient explicites (ou à les rajouter explicitement après le lien cliquable) pour que tous les lecteurs puissent y accéder dans le PDF ;

Une fois l’article publié avec le paragraphe, envoyez un email à [email protected] avec le lien de votre article et une version word ET PDF ;

• Je vérifierai que votre article suit bien toutes les règles du jeu. S’il ne les respecte pas, votre article ne pourra pas être pris en compte ;

Si votre article respecte bien les règles, je vous enverrai un mail pour vous confirmer la prise en compte de votre article dans cet événement ! 🙂

4. TAILLE DE VOTRE ARTICLE

Image d'illustration de la taille de l'article à rédiger issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration de la taille de l'article à rédiger issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

Votre article doit faire au moins 500 mots.

5. RÉCAPITULATIF DE L’ARTICLE

Image d'illustration du récapitulatif du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration du récapitulatif du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

   Durant le mois de Mai, je publierai l’article récapitulatif qui inclura une liste de tous les articles participant à l’évènement, avec un lien vers ceux-ci. Le classement des articles sera fait par ordre d’arrivée ! Premier arrivé, premier servi ! 😉

6. PUBLICATION DU LIVRE PDF

Image d'illustration de l'ebook à la fin du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration de l'ebook à la fin du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

  Je publierai ensuite sur ce blog le livre PDF rassemblant tous les articles participants, et vous enverrai par email un lien que vous partagerez à votre tour !

Les participants ont le devoir de promouvoir ce livre auprès de leurs lecteurs en l’offrant en téléchargement dans un article de leur blog.

7. RÈGLES IMPORTANTES À RESPECTER

Image d'illustration du récapitulatif des règles à respecter dans le carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration du récapitulatif des règles à respecter dans le carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

   Respectez impérativement ces règles pour que votre article soit accepté :

Votre article doit faire 500 mots au moins, et être écrit en français ;

• Il doit porter sur le sujet« Devenir Libre Financièrement » et ne pas être hors sujet ;

• Il ne peut pas être composé, même partiellement, de contenu déjà publié ailleurs (Copyscape sera utilisé pour vérifier cela) ;

• Veillez à ce que votre article soit bien corrigé ;

• Il ne peut pas contenir de liens affiliés (hormis un lien vers un livre dont vous parlez) ;

• Les auteurs n’ont pas le droit de promouvoir leur(s) propre(s) livre(s) ;

• Vous devez intégrer un paragraphe en début d’article présentant l’évènement, en insérant un lien vers Enseigner La Musique et plus particulièrement cet article ;

• À la fin de l’événement, vous devez repartager le livre PDF contenant tous les articles.

8. BLOGS NE POUVANT PARTICIPER À L’ÉVÉNEMENT

Image d'illustration des blogs ayant l'interdiction de participer au carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration des blogs ayant l'interdiction de participer au carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

   Les blogs interdits aux mineurs ou qui sont dans des thématiques illégales ou moralement douteuses (warez, torrents, etc.) ne peuvent pas participer à cet événement.

9. C’EST PARTI ! 😀

Image d'illustration du lancement du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"
Image d'illustration du lancement du carnaval d'articles issu de l'article "Carnaval d'articles : Rester Focus Sur Ses Objectifs"

   Vous avez jusqu’au Jeudi 30 Avril 2020 à 23H59 pour publier votre article et envoyer votre email avec le lien de l’article et la version Word ou .odt et PDF de l’article ! 🙂

Le carnaval d’articles est aujourd’hui clôturé. Merci à tous les blogueurs participants pour leurs articles incluant du contenu de qualité afin d’aider le maximum de personnes à devenir libre financièrement grâce à leur activité ! 😊

Comme vous avez dû le remarquer en haut de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement l’eBook qui regroupe les articles de tous les blogueurs pour que vous puissiez y avoir accès à toute heure du jour ou de la nuit, avec ou sans connexion Internet. 😉

Si jamais vous n’avez pas la foi de retourner en haut – bien que vous ayez une petite flèche en bas à droite de votre écran depuis votre ordinateur 😉, je vous redonne les liens de téléchargement ci-dessous. Comme je suis gentil ! 😛

Bonne lecture à tous ! 😄

 

CARNAVAL D'ARTICLES - DEVENIR LIBRE FINANCIEREMENT
CARNAVAL D'ARTICLES - DEVENIR LIBRE FINANCIEREMENT

Le Regard Des Autres En Musique 🧐 🎼

Le Regard Des Autres En Musique 🧐 🎼

CARNAVAL D’ARTICLES : COMMENT GÉRER

LE REGARD DES AUTRES EN MUSIQUE 🧐🎼

 

   Bonjour les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème « Comment Gérer Le regard des autres en musique » ! 🙂

   Il y a peu de temps, j’ai écrit un article sur le thème « La Musique Et Les Émotions » dans le cadre d’un carnaval d’articles. Aujourd’hui, eh bien il s’agit encore une fois d’un article issu d’un carnaval, et qui plus est avec un sujet assez similaire.

   En effet, aujourd’hui, je m’attaque à un sentiment bien particulier : le terrifiant regard des autres et le jugement d’autrui ! En fait, je vais vous montrer que l’on peut tirer beaucoup de positif en partant de la faiblesse – que l’on croit ! – d’être jugé par les autres et qu’on peut s’en construire une force à part entière. 🙂

   Le blog organisateur de ce carnaval et qui regroupera tous les articles se rapportant à ce sujet est celui de Sarah : Multipassionnés Épanouis. J’aime d’ailleurs tout particulièrement son article qui mentionne le Seigneur des Anneaux qui est une saga que j’adore personnellement. 😉

   Alors, sans plus tarder, attaquons, si vous le voulez bien ! 🙂

Vous allez voir, vous n’aurez plus honte du regard des autres en musique après ça. 🙂

I. NE PAS AVOIR HONTE DE SON NIVEAU

   En général, lorsque l’on est soumis au regard des autres en musique, plusieurs situations nous viennent immédiatement à l’esprit, mais la première d’entre elle, c’est la peur du jugement du public lorsque l’on joue devant beaucoup de personnes ! 🙂C’est pourquoi j’y viendrais un peu plus bas. 😉

   Mais tout d’abord, je vais vous présenter un autre cas que l’on rencontre souvent chez les musiciens, et notamment ENTRE eux. En gros, on pourrait le résumer comme ça chez les guitaristes :

« Regarde, moi je shred à 200 km/h en rajoutant du tapping avec mes pieds ! 🎸👣 »

« Regarde, moi je shred à 200 km/h en rajoutant du tapping avec mes pieds ! 🎸👣 »

  Ce phénomène est d’ailleurs beaucoup plus présent chez les guitaristes que chez les autres instrumentistes, mais chez les pianistes, ça pourrait se présenter de cette façon :

« Ah ouaiiis, j’aime en foutre partout, moi les silences, j’connais pas ! 🎹🎹🎹🔊🔊»>

« Ah ouaiiis, j’aime en foutre partout, moi les silences, j’connais pas ! 🎹🎹🎹🔊🔊»>

   Attention ! J’aime beaucoup ce qu’il fait Jarrod Radnich… 😉Mais bon, je trouve quand même qu’il étale un peu trop de pâté dans celle-là ! 😁

   Autant vous dire que si quelqu’un joue comme ça devant vous ou que vous trouvez une vidéo d’un gars qui joue comme ça, vous vous sentez tout nul, tout pabo et vous aurez envie d’aller vous cacher, nu, dans la forêt, avec les asticots… Bon, ça, c’est vraiment pour un stade avancé de dé-composition – #petitclindoeilmusical 😉😂– et j’espère pour vous que vous n’en arriverez pas là. 😁

   En attendant, on se sent quand même bien déstabilisé, et ça, vous ne pourrez pas dire le contraire. 😉 Eh bien, sachez que vous n’avez aucune raison de l’être !! Certains ont des facilités et d’autres des difficultés, mais l’apprentissage d’une discipline fluctue énormément d’un individu à l’autre, et ce à cause de multiples facteurs !

Image d'un facteur
Image d'un facteur
Image d'un facteur
Image d'un facteur
Image d'un facteur

   Mais non, pas ceux là… 🤦‍♂   Les capacités sont développées grâce à la motivation de chacun, du temps disponible pour travailler son instrument mais aussi en fonction du professeur qu’on aura en face de nous, le ressenti des cours – aménagement de la salle de cours, ambiance lumineuse, complicité, etc. – et sa situation familiale, entre autres. Tout ça peut vous paraître anodin, mais pourtant ça ne l’est pas. 😉Après tout, c’est le même processus que de construire son parcours scolaire, avec les mêmes contraintes, les mêmes conditions de travail, de vie

   En tout cas, ce qui est sûr, c’est que tout le monde peut être capable de réussir ce qu’il désire, à condition de s’en donner les moyens. 🙂Si vous le désirez vraiment, vous aurez toujours au fond de vous la volonté de trouver du temps pour travailler, vous améliorer, même si cela prend plus de temps chez certains que chez d’autres. L’essentiel, c’est d’avancer à son rythme et de ne jamais baisser les bras !

   Pour vous rassurer, dites-vous que Jimi Hendrix est devenu un guitariste virtuose puisqu’il a passé tout son temps libre à s’entraîner dès l’âge de ses 15 ans, d’une part par pure passion et d’autre part pour faire abstraction de la tension planante entre ses parents. Il s’y consacrait d’ailleurs plus de 12 heures par jour, d’où une très nette baisse de ces résultats scolaires… 😁

   Or, aujourd’hui, il n’est plus possible de s’entraîner autant de temps par jour ! Même si on était tous riches à souhait et qu’on n’aurait plus besoin de travailler pour vivre, tellement de choses nous englobent et nous impactent quotidiennement que nous n’avons quand même que très peu de temps pour nous…

   Bon c’est vrai, il faut quand même avouer que les millionnaires dans leurs villas ont quand même davantage de temps pour eux que les habitants des grandes villes qui gagnent peu, qui travaillent plus de 10 heures par jour et qui passent le reste de leur temps dans les transports si ce n’est dans les tâches ménagères. D’ailleurs, peut-être êtes-vous dans ce cas, vous qui me lisez à cet instant. Si c’est le cas, sachez que je suis de tout cœur avec vous et que si mon article – et mon blog en général – peut vous redonner un tant soit peu d’espoir afin que vous trouviez du temps pour vous, j’en serais vraiment satisfait ! D’ailleurs, un article sur la gestion du temps paraîtra d’ici peu sur le blog ! N’hésitez pas à vous abonner si ce n’est pas encore fait afin d’en être averti par la suite ! 😉Pour cela, remplissez simplement le formulaire ci-dessous et vous recevrez en bonus votre livre GRATUIT des Bases de la Musique au Piano et à la Guitare. Plutôt cool, non ? 😉

Cela vous apprendra d’autant plus à faire abstraction du regard des autres en musique !

En attendant, je vous mettrai le lien dans cet article une fois qu’il sera terminé. 🙂

Bon, et si je terminais ce paragraphe ? 😁

Bon, et si je terminais ce paragraphe ? 😁

   Tout ça pour vous dire : n’ayez pas honte de vous lorsque vous voyez des brutes épaisses de la musique vous en ratatiner plein la figure avec leur technique pure et dure ! Tout le monde doit progresser à son rythme et chacun peut arriver à atteindre ce niveau. Tout ne dépend que de vous. 🙂N’oubliez jamais que les plus grands musiciens de ce monde ont commencé débutants !

   Et pensez également à ceci : John Frusciante, le guitariste lead des Red Hot Chili Peppers, ne montre que très peu de signes de virtuosité technique au sein des morceaux du groupe. Or, c’est une bête sans nom, tout simplement parce qu’il place les bonnes notes aux bons endroits. 😉

   Eh oui : la musique est faite de notes et de SILENCES ! Sachez les exploiter comme il le faut et vous verrez que votre solo aura 10 fois plus d’impact qu’un solo de 3 minutes shreddé à mort jusqu’à décapitation de votre paroi cutanée digitale. 🙂

Extrait d'un solo de Rata Blanca pour l'article "Savoir gérer le regard des autres"
Pink Floyd - Delicate Sound Of Thunder pour l'article "Savoir gérer le regard des autres"

Preludio ObsesivoRata Blanca

VS.

Shine On You Crazy DiamondPink Floyd

 

Dites-moi en commentaire laquelle des 2 vidéos vous préférez ! 🙂

N.B. : Je vous ai mis le lien de la vidéo de Pink Floyd à partir de 2 minutes, mais n’hésitez pas à l’écouter dès le début pour vous mettre davantage dans l’ambiance ! 😉

II. LE REGARD DE SES PROCHES LORSQUE L’ON JOUE

   Une peur que bon nombre de musiciens ont est celle de jouer devant des gens, bien entendu… Mais encore davantage devant des gens que l’on connaît PERSONNELLEMENT !

   Lorsque je prenais des cours de musique avec ma première prof de musique, celle-ci nous inscrivait souvent à des auditions et à des concerts qu’elle organisait plusieurs fois par an, notamment lorsqu’elle se produisait avec son orchestre. Au début, on a les foies, ça, je ne vous le cache pas…

Image de Bif Tannen pour l'article "Savoir gérer le regard des autres"

   Surtout que toute ma famille était présente ! Parents, grands-parents et amis de mes parents qui venaient voir leurs enfants…

   Et je peux vous dire que j’ai toujours été particulièrement affecté par le regard des autres en musique, chose qui évolue peu à peu mais dont je peine à me détacher. 😥

   Mais au fur et à mesure du temps, j’ai perfectionné mon jeu et je me suis habitué à ces auditions, tant bien que, lorsque j’ai intégré le Conservatoire, je n’avais pas vraiment l’impression de partir de 0 lorsque je devais me produire devant un petit public. La seule différence entre l’école privée et le Conservatoire qui me faisait bizarre, c’est que le Conservatoire instaurait inconsciemment une ambiance assez « élitiste » qui demandait à ce que l’on exécute notre morceau le mieux possible, comme si un jury nous observait tout le temps, même pour une simple audition. Je vous avoue que cette ambiance de concert ne me plaisait pas beaucoup, mais bon, ce qui ne nous tue pas ne peut que nous rendre plus fort, et ça a été le cas ! 😁

   Au bout de quelques années, j’ai d’ailleurs intégré l’orchestre qu’avait monté ma prof en tant que claviériste et c’est là que je me suis construit mes armes pour mieux gérer le stress, n’étant déjà plus SEUL sur scène. 🐄🤷‍♂

   Avec les années, j’ai intégré divers autres groupes de musiques, joué pour pas mal d’événements, en groupe comme tout seul, et maintenant, j’arrive à gérer beaucoup mieux le stress et le regard des autres. 🙂Avec le groupe que nous avions monté au lycée, nous avions même joué en petit comité devant seulement une dizaine de personnes très proches puisque c’était pour mes 20 ans, et c’est passé trèèès crème ! 😁😉🍦

   Tout ça pour vous dire que la peur de jouer devant un public dont on voit les visages et, qui plus est, dont on CONNAÎT ces visages, est une chose difficile, parfois même plus difficile que si l’on jouait devant une fosse de 500 personnes. 🙂D’ailleurs, cela nous est arrivé une fois de jouer devant autant de personnes, et ce à l’occasion de la fête de la musique en 2014. Eh bien, sachez que, même si le chanteur n’avait plus sa guitare pour assurer la partie rythmique, cela a été un des meilleurs concerts que l’on ait jamais fait ! 🙂

   Pour vaincre cette peur, il vous suffit de vous entraîner… à jouer régulièrement devant votre famille, vos amis, avec d’autres musiciens, etc. ! De cette façon, vous maîtriserez de plus en plus cette situation et vous recevrez également – par moment – des avis et des critiques, souvent constructifs afin de vous aider à vous perfectionner et de mettre vos compétences musicales en situation concrète « live ». 🙂

III. LE REGARD DES AUTRES EN MUSIQUE LORSQUE L’ON JOUE SUR SCÈNE

   Comme je viens de vous l’expliquer, jouer en petit comité « privé » est plus délicat que de jouer devant beaucoup de personnes, notamment si l’on ne voit pas le visage de ces personnes. 🙂Mais bon, ce n’est pas pour autant qu’il est simple de jouer sur scène, et qui plus est devant des dizaines voire des centaines de personnes !

   La raison première de notre stress est la peur de se tromper devant tant de spectateurs, je pense que vous serez d’accord avec moi sur ce point-là. 😉Pour parer à cela, il vous faut alors connaître votre morceau sur le bout des doigtsc’est le cas de le dire… – et vous entraîner à le jouer dans tous types de situations ! Quelques exemples

   Comme je l’ai évoqué dans un article précédent dans lequel je parlais de savoir gérer ses émotions, j’expliquai que, lorsque l’on travaille un morceau chez soi et devant son professeur, on n’arrivait pas à le jouer de la même façon. En effet, on est davantage soumis au regard examinateur de notre professeur lorsque l’on est en cours plutôt que chez soi, seul, ce qui nous fait perdre quelques pourcents de notre concentration initiale.

   Pour remédier à cela, j’apportai le fait qu’il vous faut vous enregistrer – avec votre smartphone par exemple – pour entraîner votre cerveau à être perturbé par autre chose que la simple et bonne exécution du morceau, chose qui arrive tout le temps en live ! Sur scène, des dizaines de choses attirent notre attention, de nouvelles émotions apparaissent et, pour en profiter pleinement ou pour se concentrer davantage sur leur contrôle lorsqu’elles peuvent s’avérer négatives, il est indispensable d’avoir travaillé son morceau dans d’autres conditions que celles dont on est familièrement habituées. 😉

   Un autre exercice plutôt efficace qui fonctionne s’il est réalisé régulièrement – dans la mesure du possible – est celui de jouer à n’importe quelle occasion. 🙂Par exemple, vous avez peut-être déjà dû remarquer que, dans beaucoup de gares, on peut trouver des pianos droits pour que tous les pianistes qui le désirent puissent attendre leur train dans des conditions plus agréables, ce qui ravit au passage les autres voyageurs ! 😁😉Vous avez compris… Si vous êtes pianiste, profitez de ces moments pour vous faire la main :

Sur un piano que vous ne connaissez pas ;

• Dans des conditions de jeu inconnues ;

Devant des centaines de personnes que vous ne connaissez pas ;

   L’avantage de cet exercice, c’est que le morceau que vous voudrez jouer sera un morceau que vous connaissez par cœur sans utiliser de partition ! En effet, vous aurez envie de donner tout ce que vous avez devant tant de monde, logique que vous n’aurez pas envie de jouer le morceau que vous avez commencé la veille ! 😉Et, qui plus est, vous n’aurez pas forcément vos partitions à portée de main. La seule solution est de jouer quelque chose de tête que vous maîtrisez suffisamment pour ne pas faire n’importe quoi devant tant de personnes. Autrement dit… comme en live !

   À une seule différence néanmoins : en live, les gens paient pour venir vous voir et vous écouterou se déplacent exprès tout du moins – alors que, dans une gare, personne ne s’attend à ce que vous jouiez ! C’est d’ailleurs ce qui en décourage plus d’un de se lancer : on a peur de se faire « mal voir » en s’imposant de la sorte. Mais c’est hélas typiquement français. Aux USA, par exemple, les prises d’initiatives en public ne sont pas autant jugées qu’en France – d’où aussi des faits insolites que l’on ne voit que là-bas, dans le bon comme dans le mauvais sens. 😉

   Si vous pensez que quelqu’un critique simplement ce fait sans même critiquer votre jeu en lui-même, dites-vous que cette personne est simplement jalouse parce qu’elle n’arrive pas à se lancer comme VOUS, vous venez de le faire. Continuez alors de plus belle, en vous disant que plus de 95% des gens qui écouteront – et non entendront simplement ! – ce que vous jouerez seront davantage absorbés par ce que vous leur apporterez plutôt que par les simples erreurs techniques que vous ferez. 🙂Et puis, vous ne reverrez jamais toutes ces personnes de toutes façons, autant sauter sur l’occasion ! En d’autres termes… LANCEZ-VOUS !!! Vous avez tout à y gagner ! 😉

   Enfin, pour terminer, gardez à l’esprit que, même si vous avez l’impression de vous planter littéralement, la plupart des gens ne le remarqueront même pas. Tout dépend de la faute, bien entendu. 😁Mais, étant donné qu’une simple erreur d’interprétation vous rendra insatisfait de la façon dont vous avez joué votre morceau, vous aurez – ou avez-vous déjà eu peut-être ! – l’impression d’avoir complètement raté votre morceau alors qu’il aura été parfaitement exécuté pour la majorité des gens présents. 🙂Et puis, dites-vous aussi que même des grands groupes se sont foirés lamentablement sur scène dans l’histoire de la musique et, pourtant, ça a quand même fait un carton ! Bien sûr, comme ce sont des célébrités, on leur pardonne beaucoup… Mais The Show Must Go On ! Et c’est ça le plus important ! 😉

   Regardez cette vidéo si vous n’êtes pas convaincu 😉:

Je vous assure que là, le regard des autres en musique, il s’en moque un peu 😂

Les lecteurs du blog ont également apprécié : Être Un Professeur De Musique Zen👈

IV. LE REGARD DES AUTRES LORSQUE L’ON ENSEIGNE

   Pour finir avec cet article, parlons rapidement de l’enseignement de la musique.

   Vous le savez sûrement, mais si vous êtes en train de me lire en ce moment, c’est parce que je suis un musicien avant tout – non, sans déc’… – mais je suis aussi professeur de musique !

Oui, on sait ! Et c’est tout ?

Oui, on sait ! Et c’est tout ?

   Non mais si je vous dis ça, c’est pour une raison bien particulière. 😉

   En effet, si j’ai eu l’idée de lancer ce blog, c’est pour vous faire part de mes conseils et astuces sur tous les domaines de la musique au sein desquels on retrouve également… L’enseignement de la musique ! J’écris donc régulièrement des articles dont le thème serait avant tout du développement personnel afin que tout le monde puisse progresser, élèves débutants, confirmés, professeurs, etc. mais également pour d’autres lecteurs qui découvrent ma vision des choses sur des thèmes de développement de soi et qui peut leur apporter des clés dans la vie de tous les jours et non seulement en musique. 🙂

   Ainsi, afin de partager au maximum mon contenu et de faire connaître le blog au plus grand nombre, je me suis inscrit sur des groupes de conversation sur lesquels j’essaie de répondre à ceux qui ont des interrogations sur tel ou tel sujet et de les aider le plus possible grâce à mes connaissances. 😉De plus, je publie régulièrement mes nouveaux articles et mes nouvelles vidéos sur ces groupes afin d’aider le maximum de personnes en expliquant de la façon à moi que j’fais ! 🙂Certains n’aiment sûrement pas, mais je sais que cela en aide plus d’un, et c’est pour cela que je continue ! 🙂

   Il faut dire que le domaine de l’éducation est assez difficile d’accès. En effet, étant donné que des méthodes ont été créées par des professeurs depuis des centaines d’années, il est difficile d’en faire admettre de nouvelles que l’on aurait créées nous-même, aujourd’hui, au XXIème siècleet d’autant plus quand on a 23 ans 😉. Et pourtant, de nouvelles techniques apparaissent d’années en années, et ce grâce à l’évolution de la technologie et du réseau Internet. 🙂Tout le monde peut aujourd’hui avoir la possibilité de présenter ses opinions, ses tests et ses résultats afin de faire évoluer la pédagogie plus rapidement qu’à une certaine époque.

   Si je vous dis ça, c’est parce que, malgré mon jeune âge, j’ai eu plusieurs professeurs qui m’ont appris la musique de façon différente à chaque fois mais que toutes m’ont apporté quelque chose de bénéfique ! Ainsi, tout ce que je vous partage sur ce blog n’est rien d’autre qu’un combiné de toutes ces connaissances accumulées depuis 2003 – eh oui, mon premier cours de musique a été le 3 septembre 2003 😉😜… ça remonte… – agrémentées de mes expériences personnelles et professionnelles en tout genre. 🙂

   Et pourtant, je sais que je touche à un domaine où certains considèrent leurs méthodes pédagogiques comme étant infaillibles et qu’il ne faut en aucun cas remettre en question à défaut de se faire incendier assez brutalement. 😉Néanmoins, j’ai décidé de continuer ce que j’ai commencé d’entreprendre en faisant abstraction de toutes ces doses de négativité mais en gardant quand même un esprit ouvert à toutes les remarques éventuellement constructives que l’on pourrait me faire. 🙂

Bla Bla Bla par Ross de la série Friends
Bla Bla Bla par Ross de la série Friends

   Bon, tout ça pour dire que, quoique vous commenciez à faire par vous-même, et même que cela ne soit encore bancale, eh bien… CONTINUEZ ! Le succès réussi aux audacieux et à ceux qui se jettent à l’eau. 😉

   De plus, comme pour la pratique du piano dans les gares, gardez à l’esprit que si vous pensez que des gens vous critiquent, c’est que vous les dérangez d’une façon ou d’une autre. 😉Et, dès lors que vous recevrez votre premier message de haine à votre égard, fêtez donc ça glorieusement ! Ceci marque le PREMIER PAS vers votre réussite ! 😉

   Je n’ai qu’une chose à dire… Piquantes ces p’tites merguez ! Gardez une POSITIVE attitude 😀

   Et voilà, j’avais dit que je ne ferais pas un article à rallonge… 😅

   Mais bon, tout ceci me tient tellement à cœur en même temps ! J’aime partager avec vous mes ressentis, mes expériences, d’autant plus lorsqu’elles s’avèrent vrai pour d’autres gens. 😉

   Et puis, au moins maintenant, vous saurez l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour gérer le regard des autres en musique et rester épanouis dans votre pratique d’instrument !

   C’est vous qui m’aidez à continuer et à vous proposer de jours en jours de nouveaux contenus toujours plus passionnants ! Ne changez rien, vous êtes parfaits ! 😉

   Je rappelle que cet article a été écrit dans le cadre du Carnaval d’Articles lancé par Sarah du blog Multipassionnés Épanouis. 🙂Merci encore à elle pour ce sujet qui nous affecte tous, musiciens comme non musiciens. J’ai d’ailleurs hâte de lire les articles issus des autres blogs participants ! 😉

 

À bientôt pour un prochain article. 🙂

 

Fort musicalement. 😉🎼🎶🎵

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Dépasser Ses Limites En Musique », « La Musique Et Les Émotions » et « 10 Résolutions Pour La Nouvelle Année En Musique ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

La Musique et Les Émotions 🎼

La Musique et Les Émotions 🎼

CARNAVAL D’ARTICLES :

LA MUSIQUE ET LES ÉMOTIONS

 

   Bonjour les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème « La Musique Et Les Émotions » ! 🙂

   C’est un sujet que l’on ne voit pas forcément tout le temps sur la toile lorsque l’on désire apprendre à jouer d’un instrument ou lorsque l’on est en cours de musique, que l’on soit côté élève… ou côté prof ! 😉

   Voilà pourquoi j’ai décidé d’évoquer ce sujet, d’autant plus qu’il s’intègre plus que parfaitement à la thématique lancée par Marie du blog Secrets de Nutritionnistes, blog que je vous recommande si vous désirez adopter un meilleur régime alimentaire et que vous aimez cuisiner des bonnes choses ! 😉J’ai d’ailleurs beaucoup aimé cet article-là dans lequel Marie explique comment réaliser des plats très industriels… façon maison ! Du coup, j’en suis très friand ! 😁

   En attendant, je vous laisse « déguster » la suite de cet article, on se retrouve après les nuggets aux graines ! 🐥🌰😀

I. LES BIENFAITS DES ÉMOTIONS EN MUSIQUE

   Tout d’abord, vous devez sûrement vous en douter mais… l’être humain est fait pour ressentir des émotions, sinon nous serions tous des robots dénués de sentiments et sans expression… Or, l’ère de Walking Dead n’est pas encore arrivée, alors sachons réaliser que nous avons encore de la chance de pouvoir ressentir et exprimer nos émotions ! 😉

   D’ailleurs, les émotions sont aussi vieilles que nous, et même que les premiers êtres vivants apparus sur Terre ! Mais, pour revenir au cas de l’Homme, les premiers d’entre eux ont commencé à avoir des émotions grâce à leurs 5 sens, dont l’ouïe. Celle-ci leur permettait d’identifier des sons d’animaux qu’ils pouvaient ensuite identifier à une lointaine distance afin de pouvoir se protéger du danger ou pour chasser de façon intelligente. On peut donc dire que, d’une certaine façon, c’était la mémoire qui a été la clé de leurs sentiments, et la mémoire auditive en grande partie.

   Aujourd’hui, la mémoire auditive est toujours à l’origine de beaucoup de nos sentiments, notamment lorsqu’elle fait ressurgir des souvenirs passés depuis longtemps qui peuvent être nostalgiques, tristes, joyeux, douloureux, etc., comme le fait également la mémoire visuelle. En revanche, les mémoires gustative, olfactive et tactile peuvent y contribuer mais sont moins puissantes. Après, bien entendu, tout cela dépend de chacun d’entre nous, étant donné que nous sommes tous différents et munis de passés également différents. 🙂

   Cependant, pour revenir à la mémoire auditive, il existe aujourd’hui des milliers de sons qui nous entourent mais un seul style de son peut nous rappeler de forts souvenirs… et vous l’aurez deviné, c’est la musique !

   La musique est une essence forte. D’une part, elle peut faire remonter des souvenirs à la surface, ce qui a été mon cas plus d’une fois et, d’autre part, elle est indispensable à tout être humain, non pour survivre, mais pour vivre, tout simplement. 🙂Sans musique, la vie est plus vide, fade et plate.

   Pssst : D’ailleurs, fait amusant Mon grand-père n’écoutant jamais de musique, je n’aimais pas monter avec lui dans son ancienne voiture parce qu’il avait retiré le lecteur radio et audio (ou peut-être ne l’avait-il pas demandé quand il avait acheté sa voiture… 😁) et que, forcément, même en bas âge, j’aimais écouter de la musique à tout moment de la journée. 🙂

    Je savais bien qu’il aimait pousser la chansonnette de temps en temps ou tapoter sur le piano pour jouer l’Eau Vive de Guy Béart, mais je pensais que ça s’arrêtait là. Or, j’ai appris depuis peu par ma grand-mère que, dans sa jeunesse, il était dans un groupe de danse folklorique bourbonnais – et non auvergnat, comme me l’a bien souligné ma grand-mère 😁- et qu’il avait quand même un chanteur préféré qui n’était rien de moins que Johnny Cash ! Sur le coup, ça m’a surpris, mais en bien ! Je me doutais bien que personne ne pouvait ne pas avoir aimé la musique au moins un moment dans toute sa vie. 🙂

   Mais, au-delà de ce fait qui illustre bien la nécessité de la présence de la musique dans notre société, celle-ci est également un moyen de soigner quelques maladies, notamment par la musicothérapie. 🙂En effet, l’hypertension artérielle, la nervosité, les maux de tête, l’anxiété et l’insomnie peuvent être guéris en partie voire totalement grâce aux bienfaits des émotions véhiculées par la musique !

   De plus, j’ai appris depuis peu que, suivant le style de musique que l’on écoute en voiture, on pourrait être plus ou moins dangereux au volant, plus indécis, plus nerveux et conduire plus brusquement. Par exemple, écouter du Pink Floyd, au style très posé et avec des tempos lents vous fera conduire plus calmement. Néanmoins, cela peut quand même vous emmener droit dans le « Wall » si vous vous endormez… 😉🚧… Ben oui fallait que je la fasse celle-là 😅… Non on avait dit pas les tomates… 🍅🍅🍅

   A contrario, si vous écoutez du Testament ou du Bad Religion, vous allez être beaucoup plus dangereux et, dans ce cas, vous devriez écrire votre testament avant de prendre le volant… Oui je sais je descends plus bas que terre là… 6 pieds sous terre… 🧟‍♂Allez j’arrête les frais ! 😂

   En tout cas, la musique a ses bienfaits qu’aucune autre chose ne peut apporter ! On est tous émus en l’écoutant, elle est un langage universel instinctif depuis des millions d’années, elle permet de créer des liens sociaux, elle joue de façon positive sur l’humeur… Si si !

   Tout est relatif, mais même si vous ne supportez pas une certaine musique que d’autres adorent, la musique ne peut pas aller jusqu’à nuire sur notre moral, sauf bien sûr si vous écoutez du Aya Nakamura ou du Jul… Mais dans ce cas-là, on se fera un malin plaisir de dire tout ce qu’on pense d’eux, et ça, ça nous fera du bien ! 😉

   Ensuite, le son utilisé dans la musique possède son importance. Je pourrais vous faire tout un article sur le sujet, mais celui-ci commence déjà à être suffisamment long pour m’en donner l’occasion une autre fois. 😁

   Enfin, la musique a également ses bienfaits dans les paroles qu’elle véhicule. Le lien entre paroles et musique est très important puisque cette dernière permet d’accentuer le poids des mots en leur ajoutant une notion artistique émotionnelle supplémentaire. 🙂

Voilà en quoi on peut totalement relier la musique et les émotions. 🙂

II. LA NÉCESSITÉ DES ÉMOTIONS MUSICALES

   Lorsque l’on est musicien, il est important d’avoir des émotions musicales puisque c’est ce qu’on recherche avant tout quand on débute un instrument. 🙂De plus, interpréter correctement un morceau permet de transmettre correctement toutes les émotions recherchées par le compositeur, et notamment grâce à plusieurs choses :

• Au son de l’instrument. Pour faire court, si l’on utilise un synthétiseur puis un piano pour jouer le thème du Seigneur des Anneaux, on sentira bien qu’aucune émotion ne circulera à travers le synthétiseur alors qu’on ressentira toutes les nuances et les caractéristiques du timbre du piano – et encore davantage si c’est un piano à queue… 😉 ;

En utilisant des changements de rythmes et en faisant varier le tempo, afin de surprendre l’auditeur ou, au moins, de ne pas lui faire écouter quelque chose de monotone. Après tout, les silences et les respirations sont tout autant importants que les notes ! 😉

En faisant des variations de nuances pour, encore une fois, surprendre l’auditeur ;

Grâce à de belles mélodies qui, si elles donnent la chair de poule, sont assurément réussies !

Grâce à notre imagination qui, si on l’a développe, permet de recréer le contexte d’une histoire auditive en faisant intervenir diverses émotions telles que le suspens, la tristesse, la joie, etc.

   Après, bien entendu, une bonne connaissance théorique et de l’entraînement pratique est aussi nécessaire pour bien progresser dans son instrument.

   D’ailleurs, j’en profite pour vous dire que si vous désirez déchiffrer plus facilement, composer ou improviser plus librement en étant rôdé par un gros bagage théorique, je vous invite à télécharger mon livre sur Les Bases de la Musique au Piano & à la Guitare que je vous offre en bonus afin que vous maîtrisiez mieux toutes les notions abstraites du solfège qui vous manqueraient peut-être. 🙂

III. POURQUOI & COMMENT DOIT-ON GÉRER NOS ÉMOTIONS EN MUSIQUE ?

   Il existe différentes situations dans lesquelles il faut ressentir des émotions en musique. Toute la difficulté de la chose est de savoir les contrôler. 🙂Voyons donc ces 3 cas au peigne fin : en cours de musique, lorsque l’on joue de son instrument et lorsque l’on compose :

A. EN COURS DE MUSIQUE : PROFESSEUR & ÉLÈVE

   Pour ce premier point, voyons comment gérer les différentes émotions qui se présentent à nous suivant que l’on soit le professeur ou l’élève :

1. DU CÔTÉ DU PROFESSEUR

   Lorsque l’on donne un cours à ses élèves, les émotions peuvent être diverses et variées, et ceci est dû principalement au fait que chaque élève est différent et qu’ils ne réagiront pas tous de la même façon vis-à-vis de ce que vous leur enseignerez.

En général, si vous commencez à donner des cours, vous allez souvent vous retrouver face à de parfaits débutants qui vous feront répéter énormément de fois les mêmes notions de bases d’un élève à l’autre. Certains auront du mal à assimiler ces notions, notamment sur la fin du programme, mais certains comprendront instantanément, poseront des questions supplémentaires pour mieux comprendre telle ou telle chose et, en général, ce genre de questions ne vous laissera pas indifférent ! 😉D’un seul coup, vous aurez envie d’expliquer tout ce que vous connaissez à ce propos, et cela créera chez vous de la joie, de l’excitation et un emballement certain ! 🙂Lorsque cet emballement est poussé trop à l’extrême, certains ont tendance à parler beaucoup plus vite et pourquoi pas à bégayer ! Ce ne peut-être le cas que pour certains, mais on n’imagine pas le nombre de gens parlant déjà très vite de nos jours – et je parle en connaissance de cause 😉– et qui peuvent bégayer pour cette raison ! Dans ce cas-là, savoir relativiser et apprendre à gérer ses émotions est alors primordial.

Ensuite, il se peut qu’à certains moments, vous vous perdiez dans vos explications, notamment si vous débutez dans ce métier. Gardez à l’esprit que vous devez rester crédible. Pour cela, gardez la tête froide et essayez de retomber sur vos pieds en parlant plus lentement et en vous orientant sur un autre sujet se rapportant à vos débuts d’explications. 🙂Vous aurez bien l’occasion de retrouver ce que vous vouliez dire plus tard, alors, ne vous inquiétez pas ! 😉

Enfin, et ce peut-être le cas le plus important pendant lequel il vous faudra contrôler vos émotions : apprenez à vous contrôler quand un élève joue avec vos nerfs ! 😀On le sait, certains élèves – et notamment les enfants – sont tête-en-l’air, ne sont que peu attentifs ou vous coupent toutes les 2 minutes pour vous parler de quelque chose de drôle auquel ils pensent sur le moment. Bien sûr, pour que l’élève soit le plus attentif possible, tout réside dans la pédagogie et il est également important qu’il puisse parler quand il le veut ! Mais cela n’empêchera pas que ça pourra quand même vous agacer ! 😉

   Dans ces cas-là, continuez comme si de rien n’était et respirez un grand coup ! Cependant, si cela continue en s’intensifiant, adoptez un ton qui indiquera à l’élève de rester concentré sur ce qu’il est en train d’étudier et qu’il posera toutes ses questions à la fin. De toutes façons, tout cela n’est souvent valable que pendant les leçons de solfège, et non d’instrument, puisque jouer est – normalement – ce qui devrait le plus l’intéresser. 🙂

Comme quoi, la musique et les émotions, ce n’est pas qu’une question de musicalité… 😉

2. DU CÔTÉ DE L’ÉLÈVE

   Maintenant, lorsque l’on est du côté élève, il sera également important de bien savoir gérer ses émotions pour 3 choses :

   Comme je l’ai évoqué dans le paragraphe précédent, essayez de ne pas couper votre professeur trop souvent, gardez quelques questions dans un coin de votre tête et essayez de les lui poser une fois qu’il termine une explication sur un sujet. Certains s’agacent plus rapidement que d’autres. Un vrai professeur qui aime toujours son métier au bout de 20 ans ne vous fera pas comprendre que vous l’embêtez avec vos questions. En revanche, certains sont très nerveux et n’aiment pas que l’on vienne interrompre des explications qu’ils ont donné d’une telle façon pendant des années ! C’est d’ailleurs un point à travailler lorsque l’on est professeur : s’adapter continuellement, ce qui est de plus en plus dur lorsqu’on se rapproche de la fin de carrière ! 🙂

Je tiens à rappeler à tous les professeurs qui me lisent que je suis loin d’être un pédagogue parfait qui a tout vu et tout fait, surtout à l’âge de 23 ans ! Cependant, je partage mes points de vue sur le sujet et je juge qu’il y a certaines valeurs à avoir lorsque l’on donne des cours, tout comme il y en a pour vivre en société. 🙂Dites-moi en commentaire si vous êtes en désaccord, mais essayez de rester courtois… 😉

Je tiens à rappeler à tous les professeurs qui me lisent que je suis loin d’être un pédagogue parfait qui a tout vu et tout fait, surtout à l’âge de 23 ans ! Cependant, je partage mes points de vue sur le sujet et je juge qu’il y a certaines valeurs à avoir lorsque l’on donne des cours, tout comme il y en a pour vivre en société. 🙂Dites-moi en commentaire si vous êtes en désaccord, mais essayez de rester courtois… 😉

Bon, mais revenons à nos moutons ! 🐑

En tant qu’élève, je sais par expérience qu’il est difficile de jouer devant quelqu’un plutôt que de jouer tout seul chez soi. Et il l’est d’autant plus lorsque vous devez le faire devant votre professeur, et chez lui ! De plus, certains professeurs peuvent mettre mal à l’aise et l’endroit du cours, la lumière et tout un tas d’autres petits facteurs peuvent jouer en grande partie sur nos émotions, et notamment sur notre stress. Votre exercice du jour est donc de faire abstraction de tout cela en vous concentrant davantage sur votre instrument et en imaginant que vous jouez seul chez vous ! C’est un travail de longue haleine et on n’y parvient jamais totalement mais, au fur et à mesure, on en vient à se maîtriser de plus en plus. Ne perdez donc pas espoir ! 🙂

Enfin, et pour nous apparenter à ce qui vient d’être dit, eh bien… entraînez-vous chez vous à vous imaginer avec votre professeur à côté de vous ! 😀En fait, cela est difficile. En revanche, il existe des méthodes pour le simuler. 😉Vous pouvez commencer par imaginer que votre professeur se situe juste à côté de vous ou bien que vous jouez devant 200 personnes pour votre audition de fin d’année, mais si vous n’y arrivez pas et que cela « ne vous stresse pas assez » – oui je suis sadique je sais… – eh bien il existe une méthode toute simple : l’enregistrement !

   Prenez votre téléphone et enregistrez-vous pendant que vous jouez votre morceau. De cette façon, vous serez davantage focalisés sur les éventuelles fautes que vous ferez et vous voudrez essayer de les rattraper du mieux que vous le pourrez, comme si vous vouliez jouer votre morceau devant votre professeur. 🙂

   En faisant ce travail chez vous et le travail précédent chez le professeur, et au bout d’un certain temps, vous parviendrez à atteindre un équilibre émotionnel qui vous permettra de contrôler d’au moins 50% vos émotions pour tout événement futur qui générera automatiquement du stress. 🙂

Schéma de l'évolution du stress chez le professeur et chez l'élève pour l'article "Savoir Gérer Ses Émotions En Musique"
Schéma de l'évolution du stress chez le professeur et chez l'élève pour l'article "Savoir Gérer Ses Émotions En Musique"

   C’est la variation de stress entre 2 événements qui peut être à l’origine d’un échec dans le cas du stress trop intensif lorsqu’on n’y est pas préparé. Ce schéma montre que si l’on travaille sa gestion du stress chez le professeur et chez soi, la distance entre les 2 niveaux de stress diminuera, ce qui diminuera par la même occasion le taux d’échec pendant un cours ou lors d’une représentation. 🙂

Les lecteurs du blog ont également apprécié : Rester Concentré Sur Ses Objectifs👈

B. PENDANT LA PRATIQUE D’INSTRUMENT

   Lorsque l’on joue d’un instrument, différentes émotions se déclenchent. Essayons donc de les identifier afin de mieux pouvoir les déclencher à souhait et de les comprendre pour les contrôler. 🙂

• Tout d’abord, lorsque l’on s’apprête à jouer de son instrument, on n’a qu’une envie : jouer ce qui nous plaît ! Et la première chose que l’on commence à faire, c’est de jouer un ou plusieurs morceaux que l’on aime et que l’on sait joueren général, si on n’aime pas particulièrement le morceau de base, on apprend à l’apprécier une fois qu’on sait le jouer. 😉

   Vous vous attendez peut-être à ce que je vous dise que ce n’est pas bien, qu’il faut se centrer sur ce que l’on doit travailler ? Eh bien… Oui et non !

   En effet, vous devez savoir mettre vos émotions de côté, ne pas trop vous éparpiller et rester sérieux dans le travail que l’on vous a donné – ou que vous-même vous êtes donnés – sur un nouveau morceau. Mais commencer par jouer ce qui vous plaît est une bonne chose ! Cela permet de chauffer vos doigts avant de travailler et, si vous arrivez à jouer votre morceau sans trop vous tromper – vous pouvez ne pas réussir à le jouer correctement puisque vous n’êtes pas échauffés, cela vous donnera confiance en vous et vous rendra fier du travail accompli jusque-là. Rien de tel pour se redonner une bouffée de motivation pour le travail qui vous attend ! 🙂

• Ensuite, mettez votre peur de côté si vous voulez vous lancer dans le déchiffrage d’un nouveau morceau. En général, vous vous attaquerez à des morceaux de plus en plus compliquéspour progresser, c’est normal 🙂– et vous devrez faire ainsi face à l’appréhension qui se présentera à vous à ce moment-là. 😉De plus, vous apprendrez peut-être des nouvelles techniques de jeu durant ce morceau que vous n’arriverez peut-être pas à assimiler du premier coup. Si c’est le cas, alors n’abandonnez surtout pas !

   Tout est réalisable avec du temps, et vous serez vous-même étonnés de voir ce que vous êtes capable de faire à force de persévérer ! 😉En revanche, n’attendez pas de savoir jouer la Danse Hongroise de Brahms si vous venez juste de découvrir les accords d’octave au piano… Chaque chose en son temps, et il est également important de s’auto-évaluer en jugeant par vous-même le niveau que vous avez. Pas de surestimation ni de dénigrement, évaluez-vous sans modestie et en étant juste avec vous-même ! 🙂

• Maintenant, si je vous parle de pratique d’instrument, je vais rapidement vous parler de la prestation sur scène. En vous retrouvant sur scène en tant que musicien, vous avez toutes vos émotions qui se décuplent : le stress, la joie, la peur, l’excitation mais aussi un profond apaisement intérieur qui vous permets de ressentir la musique plus intensément. Je n’ai pas grand conseil à donner à ce sujet-là, mis à part qu’il est important que vous laissiez sortir toutes ces émotions et que vous vous laissiez aller ! C’est VOTRE moment, ne faites pas le timide, sauf si vous enlevez tous vos vêtements, personne ne se moquera de vous. 😉Je sais que c’est quelque chose d’assez difficile et que cela demande de la pratique plus que de la simple théorie lue sur un blog, mais gardez quand même cela en tête ! Il vaut mieux être averti et essayer une première fois plutôt que de n’y avoir jamais pensé. 🙂

Enfin, sachez gérer votre temps de travail : une trop grosse charge de travail pourrait vous faire saturer rapidement ! Par exemple, il est préférable de ne travailler qu’1h ou qu’une ½h par jour pendant une semaine plutôt que de travailler 5h le premier jour, 2h le suivant et plus rien pour le reste de la semaine ! C’est contre-productif. Pour faire une analogie avec le sport (et même que je ne sois pas un grand sportif 😁) je sais que : « rien ne sert de courir, il faut partir à point ». 😉

   Si vous travaillez comme un forcené pendant trop longtemps, vous allez finir par vous énerver tout seul, et avec de la colère, vous pousser jusqu’au dégoût ! Au final, vous ressentirez une certaine tristesse de ne pas avoir réussi comme vous l’auriez voulu et une certaine peur le lendemain de ne pas vouloir reprendre le travail ! En revanche, si vous travaillez par étapes, vous progresserez peu à peu et vous n’aurez qu’une envie : continuer au plus vite pour arriver jusqu’à la fin, sans colère ni tristesse, sans dégoût ni peur ! 🙂

C. PENDANT LA COMPOSITION

   Enfin, le dernier cas que l’on peut évoquer en musique qui fait parler les émotions est celui de la composition.

Lorsque l’on compose, on crée sans cesse de nouvelles choses, soit à partir d’inspiration, soit à partir de soi-même. Notre sentiment d’excitation est donc très élevé à ce moment-là. Gardez donc bien ce sentiment, mais apprenez à le contrôler afin de ne pas tout gâcher ! 😉Remettez-vous en question de temps en temps pour vous demander si ce que vous venez de faire est judicieux. La composition est personnelle, mais si vous souhaitez l’avis d’un de vos proches qui aiment le style dans lequel vous composez, n’hésitez pas à lui demander pour qu’il puisse vous dire comment lui aurait vu les choses. À vous ensuite de faire votre choix! 🙂De plus, si vous travaillez à deux ou plus sur un morceau, vous aurez les avis des uns et des autres sur chacun des éléments de votre création commune.

   Tout comme dans le point précédent sur la pratique de son instrument, ne passez pas trop de temps d’un seul coup à travailler sur votre composition. Ce travail de création demande de l’inspiration. Alors, à moins que vous n’ayez de l’inspiration pendant 4h d’affilées, faites des pauses, fumez un joint et reprenez plus tard ! En décompressant un petit moment, d’autres idées vous hanteront pour la suite de votre composition et vous n’aurez qu’une envie : retourner travailler ! C’est quand même plus sympa que de se dégoûter pendant des heures à chercher ce qui pourrait aller le mieux sans vraiment savoir où l’on va ! 😉

   Enfin, le point le plus important lorsque l’on parle d’émotions et de composition, c’est de comprendre quels points vont être intéressants de développer pour créer une composition qui engendre des sentiments chez les gens. Pour cela, il est extrêmement important d’avoir une culture musicale diversifiée afin de pouvoir piocher dans tout ce que vous connaissez pour mener à bien votre composition !

   Mais il s’agit également de trier les différentes sonorités que vous connaissez dans chacun de ces morceaux, les instruments utilisés, les rythmiques empruntées, les mélodies qui en ressortent, etc. Et c’est cet assortiment de paramètres qui font que certains morceaux comme We Are The Champions de Queen ou Englishman In New-York de Sting sont devenus des tubes interplanétaires. 🙂

   À force d’avancer dans votre composition, vous aurez envie d’emprunter tel élément que vous avez écouté dans tel morceau et qui apporterait telle émotion à un tel moment. 😉Ne le copiez pas, mais inspirez-vous en simplement pour créer une sonorité similaire qui pourrait enrichir votre composition.

   Bien entendu, je ne pourrai jamais résumer tout un travail de composition en quelques lignes, mais si vous essayez de partir sur ces premiers conseils, je n’ai aucun doute sur le fait que vous arriverez à composer quelque chose de riche et qui aura musicalement tout son intérêt. 🙂

Eh oui, la musique et les émotions, ça passe par tellement de choses. 🙂

   D’ailleurs, si cela vous intéresse de savoir comment composer un accompagnement de A à Z, je vous recommande de suivre l’article suivant : Harmoniser Une Mélodie.

   Voilà ! Merci à vous d’avoir lu cet article. J’espère que j’aurai pu vous donner quelques astuces afin de mieux gérer vos émotions.

   En effet, celles-ci sont les piliers qui font de nous des êtres humains, elles nous accompagnent chaque jour et elles font état de pont liant entre notre esprit et notre corps à travers l’expression de nos sentiments. 🙂De plus, c’est grâce à elles si nous arrivons à trouver notre équilibre et si nous pouvons trouver du bonheur dans des petites choses. Et après tout, c’est ça l’essentiel : l’entretien de notre bien-être ! 😉

 

   Je remercie encore Marie du blog Secrets de Nutritionnistes pour m’avoir invité dans ce carnaval d’articles passionnant autour de la gestion des émotions. 🙂

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « La Pédagogie Musicale Active », « Top 10 Des Erreurs À Éviter En Musique » et « Apprendre À Lire Une Partition ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

La Pédagogie Musicale Active 👨‍🏫

La Pédagogie Musicale Active 👨‍🏫

LA PÉDAGOGIE MUSICALE ACTIVE 👨‍🏫

 

   Bonjour les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème « La Pédagogie Musicale Active » ! 🙂

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, article un peu différent puisque nous allons parler éducation !

   D’une part, vous avez dû le remarquer, beaucoup de formations existent sur Internet afin d’apprendre des choses que vous n’auriez pas forcément apprises au sein d’une école, quelle qu’elle soit. Mais pourquoi une personne lambda achèterai-t-elle une formation auprès de quelqu’un dont elle ne sait rien et sans même le rencontrer en vrai ?

   D’une autre part, l’éducation actuelle dans les collèges, lycées, institutions publiques et privées est sans cesse réformée afin, d’abord, de faire évoluer de plus en plus la pédagogie et, ensuite, pour faire face à cette nouvelle concurrence connectée.

Image de description de l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"
Image de description de l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"

   Dans un cas comme dans l’autre, les avis fusent et divergent en tous sens ! C’est pourquoi j’ai beaucoup été attiré par le sujet de ce carnaval d’articles lancé par Mickaëline du blog L’Avis De Mickaëline afin de donner mon point de vue à propos de la pédagogie de demain, incluant notamment la façon avec laquelle je la verrais évoluer ainsi que mes idées personnelles de perspective futures. 🙂J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié son article proposant des idées sur l’aide donnée aux enfants dyslexiques afin qu’ils aient recours à une éducation plus adaptée. Vous pouvez d’ailleurs y accéder en cliquant ici !

   Pour ceux qui ne connaîtraient pas le principe – et pourtant j’y participe souvent 😉, un carnaval d’articles est un événement réunissant des blogueurs autour d’un sujet commun et partagent leurs points de vue sur celui-ci. Cette méthode est un excellent moyen de faire découvrir de nouvelles idées aux lecteurs des différents blogs et de leur apporter des réponses sur d’autres sujets pouvant les intéresser !

   Alors, sans plus tarder, attaquons je vous prie ! 😉

I. LA PÉDAGOGIE EN COURS

   Tout d’abord, il existe 2 types de cours avec un professeur : les cours groupés et les cours individuels. Je vous propose donc 2 idées qui peuvent s’appliquer dans les 2 cas ainsi qu’une dernière que je séparerai pour le cours groupé puis pour le cours individuel. 🙂

A. RECHERCHER DES MÉTHODES ALTERNATIVES

   Rabâcher des notions d’une certaine façon depuis des années à son ou ses élèves peut-être positif si la méthode utilisée est reconnue et qu’elle fonctionne. Or, quelques fois, certaines méthodes créées par des éducateurs ne s’adaptent pas à la plupart des élèves, ce qui peut souvent amener à des échecs. De plus, et c’est souvent le cas, certaines méthodes conviennent à une majorité des élèves mais une minorité a encore beaucoup de mal à comprendre les notions évoquées.

   Le professeur doit donc s’assurer de trouver de nouvelles méthodes afin que tout le monde puisse arriver au même stade au bout du compte.

   Cette recherche de méthodes alternatives peut alors s’appliquer pour des cours en classe ou pour des cours privés, comme c’est le cas avec les cours de musique par exemple – oh tiens, ça par exemple Quelle coïncidence ! 😁

   Pour donner un exemple concret, une de mes élèves âgée de 7 ans avait beaucoup de mal pour comprendre les durées de notes entre la ronde4 temps, la blanche2 temps, la noire1 temps – et la croche1/2 temps.

   Sa mère m’a donc proposé d’appliquer une méthode qu’elle avait découvert sur Internet : la Méthode Cuisenaire !

   Il s’agit d’une méthode assez révolutionnaire permettant à l’enfant de mieux aborder les premières opérations en les assimilant à des longueurs et à des couleurs, faisant ainsi intervenir la mémoire visuelle, tactile, mais également auditive ! Ainsi, la mise en action de ces 3 types de mémoire permet d’accélérer le processus d’apprentissage et de remédier aux lacunes rencontrées.

   Enfin, c’est une excellente méthode afin de développer l’auto-correction, permettant ainsi à l’enfant de se rendre compte lui-même des erreurs qu’il fait et donc de réfléchir par lui-même à une autre solution.

Et c’est toute la base de la pédagogie musicale active. 🙂

Image de présentation des réglettes cuisenaire pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"
Image de présentation des réglettes cuisenaire pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"

   Du coup, depuis, mon élève a beaucoup mieux réussi à gérer les problèmes mathématiques rencontrés dans le solfège dont elle n’avait pas encore appris les notions à l’école. 🙂

   Ainsi, comme avec la méthode Cuisenaire, un professeur devra chercher au maximum de nouvelles méthodesdéjà existantes ou que lui-même pourra inventer – afin de résoudre les problèmes de ces élèves les plus en difficulté. D’ailleurs, les inventer lui-même ne pourra qu’être que ce qu’il y aura de plus adaptatif pour ses élèves. 😉

B. ANNONCER LES OBJECTIFS AU FUR ET À MESURE

   Lorsque j’étais au lycée, au moment de la rentrée, quelques uns de mes professeurs nous présentaient dès le début l’ensemble des thèmes que l’on allait aborder tout au long de l’année afin que l’on visualise mieux ce que l’on étudierait et qu’on ne se sente pas submergé par un travail sans fin mais, qu’à l’inverse, on reste motivé !… Du moins, c’est ce qu’ils croyaient. 😁

   Assez tristement, c’est seulement aujourd’hui que je me rends compte que cette étape qui précède le commencement des cours en eux-mêmes est primordiale et qu’il ne faut pas hésiter à revenir dessus en cas de coup de mou durant l’année.

   Néanmoins, lorsque l’on est au lycée, nos professeurs sont toujours là pour nous accompagner lorsque nous en avons besoin – ou du moins, en majorité, pour ne pas évoquer les professeurs qui sont eux-mêmes lassés par leur travail et dont les élèves sont le cadet de leurs soucis Mais bref, ce n’est pas le sujet ! 😁

   L’avancée vers l’objectif final qu’est la clôture du programme voire le passage d’un examenbrevet, baccalauréat – se fait donc naturellement, à condition bien sûr de suivre les instructions de son professeur.

   Néanmoins, même si, au lycée, l’annonce du programme en début d’année n’est pas jugée à sa juste valeur de la part des élèves, cette technique n’en reste pas moins mauvaise et il est important de continuer à l’employer. Ainsi, pour les cours privés dans quelque domaine que ce soit, l’élève aura davantage d’attention envers ce programme qui le conditionnera dès le départ dans une démarche plus efficace vers sa réussite, bien qu’il ne comprenne peut-être pas la moitié des notions évoquées ! 😁

C. SAVOIR S’ADAPTER À SES ÉLÈVES

1. EN COURS GROUPÉ

   Pour moi, la pédagogie musicale adaptative est la meilleure des pédagogies dans le sens où chacun peut avoir ses problèmes et avancer à son rythme tout en atteignant quand même l’objectif final au même titre que ceux ayant des facilités ou qui comprennent les cours sans trop de problème.

   C’est pourquoi, pour un professeur, il est important de prévoir un cours parallèle qu’il faudra inclure au cas où au sein de son cours afin d’aider les élèves en difficulté.

Pourquoi le prévoir à l’avance ?

Pourquoi le prévoir à l’avance ?

   Eh bien, il y aura toujours des élèves qui mettront plus de temps que d’autres à comprendre les notions évoquées et, pendant qu’il faudra reprendre avec eux quelques passages du cours, les autres devront en profiter pour avancer sur des exercices.

   Certes, tout ceci existe d’ores et déjà dans l’éducation nationale, mais il est quand même important de l’évoquer pour que, si vous-même êtes professeur novice ou professeur en dehors de l’Éducation Nationale, vous le preniez en compte pour que vous ayez le moins d’élèves possibles en difficulté. 🙂

2. EN COURS INDIVIDUEL

   Tout comme pour les cours en groupes, il faut plus que jamais savoir s’adapter aux besoins de ses élèves lorsqu’il s’agit de cours individuels, d’autant plus qu’il est plus simple de préparer des cours personnalisés et propres à chacun que des cours adaptés directement à un groupe de 25 personnes.

   Après avoir appris à connaître ses différents élèves, les attentes, les lacunes et les objectifs de chacun d’entre eux, il est donc indispensable d’adapter son cours jours après jours afin que tout le monde puisse arriver à atteindre son objectif, que cela prenne 3 mois ou 1 an.

II. LA PÉDAGOGIE SUR INTERNET

   Comme je le disais en introduction, il existe aujourd’hui de plus en plus de façons de se former sur Internet, quel que soit le domaine que vous recherchez.

   Cette nouvelle méthode d’enseigner est différente de l’enseignement national proposé par les institutions dans le sens où ces formations proposent d’accéder directement au savoir que l’on recherche en s’épargnant des étapes non nécessaires que l’on pourrait apprendre dans des formations reconnues par l’État.

   Bien évidemment, et pour reprendre l’exemple du BTS Audiovisuel que j’ai passé en 2016, je ne dis pas que certaines matières sont inutiles. Bien au contraire, elles sont toutes indispensables, même les matières de Culture Audiovisuelle et Artistique – qui, entre nous, m’endormaient plus qu’autre chose 😁– mais qui sont néanmoins nécessaires à la formation de tout bon technicien qui se respecte travaillant dans l’Audiovisuel aujourd’hui. 🙂

   Un des autres cours auquel je n’avais pas envie d’assister était l’EEJ, l’Environnement Économique et Juridique. Et pourtant, c’est une matière tout aussi importante que les autres puisque c’est grâce à elle que l’on apprend à trouver les différents débouchés après l’obtention du diplôme ainsi que les différents régimes auxquels on peut adhérer : CDD, CDDu, intermittence, Freelance, etc. Bon, en plus, notre professeur aimait beaucoup nous raconter des anecdotes et était très sympathique, ce qui faisait quand même passer l’heure assez rapidement. 😉

   En attendant et pour ne pas non plus vous raconter toute ma vie, même si je sais que vous trouvez ça passionnant (méwibiunsur… 😁), si j’avais souhaité me former directement sur Internet pour apprendre le métier de Technicien Son – ce qui aurait été chose compliquée quand même pour ce type de métier, j’aurais fait abstraction de ces matières et j’aurais directement appris les notions liées aux grilles d’affectation des tables de mixage, de la configuration et de l’exploitation des logiciels dédiés, de la physique acoustique ainsi que la principale liste du matériel utilisé dans ce domaine.

   Mais pour ne pas m’éterniser sur mon parcours personnel, je vous propose de découvrir tout de suite 3 techniques qui sont, pour moi, très importantes afin d’amorcer un bon début de pédagogie via le tremplin d’Internet ! 🙂

   Techniques que j’estime très ancrées dans la pédagogie active, et plus précisément dans ce cas dans la pédagogie musicale active😉

A. UTILISER L’INTERACTIVITÉ NUMÉRIQUE

   Aujourd’hui, et plus que jamais, le numérique fait partie de notre vie.

   Personnellement, je ne prône pas le développement avancé de la technologie et de l’intelligence artificielle, entre autres. En effet, j’estime que l’Homme a encore le dessus dans beaucoup de domaines par rapport à la machine qui n’est là que pour servir d’outil et rien d’autre. De plus, nul n’est à l’abri d’un dysfonctionnement technologique en comparaison au cerveau humain ! Quoi que, y a quand même des cas isolés parmi les humains où on se demande si certains n’ont pas disjonctés Mais bon, passons ! 😁

Extrait du sketch Le Cid des Inconnus pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"
Extrait du sketch Le Cid des Inconnus pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"

« Il a pété un boulon lui » – Extrait du sketch « L’audition du Cid » des Inconnus

   De plus, certains films nous font réfléchir sur l’évolution des « machines » au sein de la société humaine, comme Matrix, Terminator ou Tron par exemple !

Bon mais, je m’égare trèèèès loin du sujet principal là donc on referme la parenthèse ! 😁

   Tout ça pour dire que je ne suis pas enthousiaste plus que ça à propos de l’évolution du numérique. Mais il faut reconnaître qu’il est compliqué de vivre sans aujourd’hui et que tout passe par la technologie et Internet… et même l’apprentissage !

   En effet, toute formation peut être suivie depuis la toile puisqu’une innovation apparue ces dernières années a été la création de multiples méthodes afin d’apprendre quelque chose en l’expérimentant directement chez soi avec le matériel approprié !

   Pour faire plus court, de nombreux outils interactifs ont toujours été plus ou moins développés pour apprendre telle ou telle discipline !

   Je me souviens que dans ma jeune enfance (entre 1998 et 2005… eh oui c’est pas vieux…), j’aimais beaucoup dessiner avec un logiciel interactif qui s’appelait « Disney Magic Artist Studio »… Que de souvenirs…

Jaquette du logiciel interactif Disney Magic Artist Studio pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"
Jaquette du logiciel interactif Disney Magic Artist Studio pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"

Mais ça, c’était avant… 😉

   Aujourd’hui, énormément de nouveaux logiciels interactifs ont été créés sur ordinateur à la manière des consoles de jeux qui existaient déjà depuis longtemps en 2000 : Atari, NES, MegaDrive, Super Nintendo et j’en passe !

   Un des jeux sorti en 2011 qui aurait pu servir comme une méthode d’enseignement s’appelle Rocksmith, un jeu de guitare dans lequel une VRAIE guitare est utilisée pour apprendre à jouer les morceaux originaux grâce à un système mélangeant Guitar Hero à l’apprentissage sur tablature.

Image d'une tablature et du jeu Guitar Hero pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"
Jaquette du jeu Rocksmith pour l'article "Pédagogie 2.0 : Ma Vision De L'Éducation"

Ingénieux, donc !

Ingénieux, donc !

   Cependant, le jeu n’a pas eu autant de succès que son prédécesseur Guitar Hero dans le fait que c’était davantage un logiciel d’enseignement qu’un jeu vidéo à part entière. Néanmoins, bon nombre de guitaristes ont appris quelques morceaux grâce à ce « jeu », ce qui en fait pour moi un des meilleurs softs de guitares lorsqu’on a vraiment envie d’apprendre la guitare de façon fun en partant de zéro ! 😉

   Ce qu’il faut en retenir, c’est qu’on peut arriver à apprendre énormément de choses grâce à une application et qu’aujourd’hui, plus que jamais, le temps est à l’innovation et qu’il faut se creuser la tête – et avoir un peu les moyens quand même Oui parce qu’une application à développer ça coûte cher 😁– pour proposer de nouveaux moyens d’enseignement à ceux qui… eh bien, qui ne demandent que ça au final : apprendre facilement depuis chez eux. 🙂

Attention : Je le répète et l’assure à 200%, quelque logiciel ou programme virtuel que ce soit ne pourra JAMAIS remplacer un vrai professeur en chair et en os. 😉

C’est pour cela que, pour trouver des techniques de pédagogie musicale active, il faut savoir faire la part des choses et rester innovant en sachant mettre quand même quelques limites… En soit, pas chose facile ! 😉

B. PROPOSER UN SUIVI PERSONNALISÉ

   Lorsque l’on achète une formation en ligne, le tout est quand même d’être guidé et de ne pas être lâché dans la nature, d’autant plus après avoir déboursé une somme plus ou moins conséquente !

Je comprends que tous les formateurs en ligne ont un nombre plus ou moins important d’élèves, mais je préconise de créer un suivi personnalisé pour chacun d’entre eux afin de :

Donner de la plus-value à sa formation et que le retour de la part des clients soit le plus positif possible ;

Les aider personnellement en cas de problème.

   La meilleure solution qui existe est d’organiser des séances de coaching commun, au cours de la quelle les différents membres inscrits à la formation posent leurs questions. Ainsi, tout le monde peut participer pour répondre à telle personne ou telle autre, ce qui peut, de plus, créer des liens et former des groupes d’entraides par la suite sur les réseaux sociaux – par exemple.

   Le tout est de créer ce « point de réunion virtuel » autour duquel tout le monde peut donner son avis, échanger, se questionner et pendant lequel le formateur peut répondre aux interrogations et aux attentes de chacun. 🙂

C. POUVOIR SUIVRE LES COURS À SON RYTHME

   Mais l’avantage principal d’une formation sur Internet est que l’on peut suivre les cours à son domicile et surtout… à son rythme ! 😉

   Par exemple, cela fait plus d’un an aujourd’hui, en ce dimanche 29 septembre, que je suis une formation sur Internet dont le visionnage des cours aurait dû être terminé depuis plus de 3 mois maintenant. Or, j’ai préféré prendre mon temps afin de faire correctement les choses, quel que soit le temps que cela puisse prendre. 🙂

   Ainsi, si un formateur quelconque crée le moyen de pouvoir suivre la formation à un rythme qui n’appartient qu’à chacun, ce sera d’autant mieux pour son image. 🙂

D. LE POINT NÉGATIF D’UNE FORMATION SUR INTERNET

   Néanmoins, il y a quelques points négatifs qu’on peut reprocher à une formation sur Internet et qu’il est important d’exposer :

• L’incapacité de pouvoir rencontrer son mentor. 

   Mise à part lors d’éventuels événements créés par le formateur, les élèves ne le rencontreront jamais en face à face ce qui, en soit, n’est pas forcément dérangeant pour aboutir à la fin de la formation. Mais certaines personnes se sentiront mieux de pouvoir rencontrer leur mentor et de discuter directement avec lui plutôt que derrière leur écran. 🙂

   Si vous souhaitez devenir formateur sur Internet, je vous conseille donc de créer, par la suite, des événements regroupant tous vos élèves à la même manière que les séances de coaching commun, mais cette fois… en vrai ! 😉

• La perte de motivation sur le long terme.

   La perte de motivation est un réel problème rencontré par les autodidactes ou par ceux qui suivent une formation en restant seuls chez eux, derrière leur écran. C’est pourquoi, dans le prix de la formation, il existe des cours prévus pour redonner du boost au moral et pour trouver de nouveaux moyens pour mieux cibler ses objectifs. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous renvoie sur mon article Rester Concentré Sur Ses Objectifs  que vous pourrez retrouver dans l’eBook du Carnaval d’Articles créé pour l’occasion en cliquant ici auquel Mickaëline et 10 autres blogueurs ont d’ailleurs participé ! 🙂

   Enfin, pour reparler de ce que je vous disais au début (et pour refermer la boucle 😉), le fait d’exposer le programme de la formation dès le début avec le plan détaillé des chapitres peut aider à retrouver la motivation si l’on veut tout faire pour arriver au bout coûte que coûte. 🙂

   Voilà, j’espère que cet article du Carnaval d’Articles lancé par Mickaëline autour de la pédagogie de demain vous aura permis de comprendre un peu ma vision de l’enseignement tel qu’il devrait être aujourd’hui et pour les années à venir.

   Mais j’espère aussi que vous aurez de nouvelles références à suivre afin de mieux comprendre comment travailler en fonction de la situation dans laquelle vous vous trouvez et orienter vos méthodes de pédagogie vers une pédagogie musicale active plus développée. 😉

   N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en pensez et quelle est, pour vous, une des meilleures façons d’enseigner. 🙂

   Sur ce, je vous dit à bientôt sur le blog pour un nouvel article passionnant ! 🙂

   À la prochaine les zikos !

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Comment Travailler La Guitare », « Rythme Et Solfège » et « Le Regard Des Autres En Musique ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Pin It on Pinterest