Lancez un DÉ et… Progressez !

Apprendre ses gammes n’a jamais été aussi simple ! Qu’elles soient Majeures, mineures, modales, pentatoniques, lancez un dé… et progressez ! 🙂

Si je vous disais qu’on peut apprendre le solfège et travailler sa théorie… par le jeu !

Vous en penseriez quoi ?

« Ouais bon… À ce rythme-là, tout peut-être un jeu,

Même le fait de travailler ses tables de multiplication !

C’est facile de dire ça… »

Exactement ! Tout peut être pris sous la forme d’un jeu,

Et ce, même les tâches les plus ingrates.

Après tout, où est le mal ?

Le plus à respecter lorsque l’on travaille quelque chose ou sur quelque chose,

C’est de se souvenir POURQUOI on le travaille.

Et c’est de garder le mental et la motivation toujours guidés vers l’objectif que l’on cherche à atteindre.

Effectivement, toutes les tâches ne se valent pas.

Certaines sont plus longues, plus dures ou moins motivantes que d’autres, ça c’est certain.

Mais ça signifie simplement qu’il faut se motiver encore davantage en imaginant ce que pourraient être les bénéfices sur le long terme…

Ou bien tout simplement ce que l’on a à y perdre si on ne les fait pas…

Si vous considérez que votre travail ne vous plaît pas et que c’est un calvaire de vous lever tous les matins,

La seule motivation que vous aurez, ce ne sera pas de vous dire :

« Si je travaille correctement, avec efficacité et à coeur ouvert, je vais exploser mes chiffres,

Et je pourrai avoir un revenu tellement élevé que je pourrai me payer une Lambo’ ! »

Hélas, non, ça ne marche pas comme ça…

Enfin, en tant qu’entrepreneur, si, peut-être !

Mais en tant que salarié, vous n’aurez peut-être le droit qu’à une prime de quelques centaines d’euros à la fin de l’année, et encore…

Non, la seule motivation pour se lever tous les matins, c’est de se dire :

« Si je ne travaille PAS correctement, je pourrai avoir des pénalités, voire être licencié,

Et ne plus pouvoir payer mon loyer et nourrir les bouches de mes enfants… »

Et c’est vrai que c’est une motivation « négative » qui est, d’elle-même, bien suffisante…

Et qui fonctionne, mine de rien !

Donc, quoi qu’il en soit, il vous faut vous trouver une motivation pour tout ce que vous entreprenez.

Meilleur revenu, gagner en confiance en toi, meilleur santé, être un expert plus vite dans un domaine…

Et c’est exactement en ça que consiste le travail que je vous propose aujourd’hui dans cet article.

Celui de travailler vos gammes. Et ce, que vous soyez guitariste, pianiste ou tout autre instrumentiste,

Avec une technique motivante qui surpasse toute baisse de morale,

Et qui vous permettra d’être efficace, de ne pas voir le temps passer,

Et de progresser à la vitesse de l’éclair.

C’est simple : retournez à l’âge de vos 10 ans… et jouez aux dés !

Oui oui, comme lorsque, plus jeune, vous jouiez au jeu de l’oie avec vos parents ou grands-parents.

« Mais… comment ça, des dés ? On lance les dés sur le clavier du piano ou sur le manche de la guitare ?! C’est idiot… »

Non non, pas de cette façon-là. 😉

En réalité, en musique, il existe une notion bien spéciale qu’il est nécessaire de maîtriser,

Pour maîtriser tout ce qui tourne autour.

Cette notion, c’est la gamme.

La gamme théorique d’un côté, avec l’appartenance à une armure, à une tonalité,

Et qui permet de déterminer une harmonisation,

Afin de connaître les accords que l’on va rencontrer sur une partition,

Ou ceux que l’on va pouvoir choisir de jouer lors d’une improvisation.

Mais de l’autre côté, il y a la gamme pratique, la bonne vieille gamme instrumentale.

Vous savez, celle que les profs de musique vous demandent de savoir jouer ?

Oui, celle-là, qui est plutôt casse-c*******, on va pas se le cacher…

Et pourtant, elle est plus que nécessaire !

Alors, malheureusement, de la même façon que la dictée musicale au Conservatoire,

Les profs ne nous expliquent jamais vraiment POURQUOI ils nous la font travailler,

Pourquoi il est si important de savoir la maîtriser pour « progresser », selon eux.

Bon, la première des raisons, c’est que bien souvent,

L’élève qui apprend à jouer des gammes n’est pas âgé de plus 10 ans.

Et en-dessous de cet âge-là, il vaut mieux compter sur la capacité qu’a le cerveau des enfants pour s’adapter à toutes les nouvelles situations,

Plutôt que de lui expliquer le pourquoi du comment,

Ce qui pourrait vite l’amener vers des contrées un peu plus techniques,

Chose que l’on ne veut pas au début…

Maintenant, en ce qui concerne les élèves plus âgés, il s’agit simplement d’un choix de la part du professeur.

Certains profs ne demandent qu’à faire exécuter ce qu’ils disent, tel qu’ils l’ont marqué dans leur programme.

Mais d’autres profs (dont je fais partie) préfèrent expliquer pourquoi il est nécessaire de travailler les gammes (par exemple)

Pour progresser plus rapidement dans sa pratique instrumentale.

Pour ma part, je le fais seulement si l’élève en face de moi est assez réceptif pour l’entendre,

Et seulement si je le sens un poil sceptique quant à cette pratique.

En soit, une explication, c’est pas la fin du monde !

Personnellement, je suis persuadé qu’un initié comprendra mieux ce qu’on cherche à lui faire apprendre

En lui exposant le programme à l’avance, ainsi que certaines anecdotes historiques qui pourraient l’aider à mieux mémoriser.

Et puis, expliquer l’envers du décor, ça permet de garder une ligne directrice,

Pour ne pas perdre de vue ce que l’on est en train d’apprendre.

D’ailleurs, la majorité des professeurs au lycée exposent leur programme de l’année,

Et ce, dès le premier cours, avant de commencer quelque chapitre que ce soit !

Pour moi, ÇA, c’est une vraie force de pédagogie et d’éducation.

Mais revenons à notre gamme.

Pourquoi est-ce si important de travailler la gamme dans la pratique ?

Pour une raison simple : la gamme fait le tri entre les notes qui sont autorisées

Et celles qui sont interdites.

En d’autres mots, grâce à l’armure, on peut déterminer une tonalité,

Et grâce à cette tonalité, on pourra en découler une gamme qui nous indiquera où placer nos doigts,

Et quelles combinaisons de notes il nous sera possible de jouer.

En soit, c’est vraiment très important.

Au lieu de déchiffrer note par note une partition qui paraîtrait un peu chargée de notes rapides,

On pourrait plutôt se demander si une gamme (ou une portion de gamme) ne se cacherait pas dedans,

Auquel cas, il suffirait de la ressortir sans réfléchir et ça nous ferait gagner de longues minutes de travail… Incroyable, non ?

Et le plus magique, c’est qu’une fois ces gammes apprises,

C’est comme pour le vélo : c’est fait pour la vie !

Il faut les entretenir de temps en temps, comme on changerait les pneus, les freins, les lumières,

Mais on sait toujours monter à vélo même après 50 ans d’inactivité.

Pour les gammes, c’est pareil. 😉

Mais voilà, il y a un problème : apprendre les gammes, c’est chiant !

La seule façon d’y parvenir, c’est de trouver une méthode ludique de les apprendre.

Et pour ça, la méthode du lancé de dés est excellente.

Je ne l’avais jamais entendue nulle part.

Mais, en réfléchissant un peu, et après avoir joué à un jeu de dés avec mes amis,

Je me suis dit qu’il y avait sûrement un moyen d’y parvenir via cette méthode…

Et j’ai trouvé.

Après tout, apprendre la gamme de Do Majeure, c’est simple. Enfin, ça s’apprend plutôt vite, quoi.

Mais bon, il y a encore 11 autres gammes Majeures à apprendre…

Sans compter les 3 types de gammes mineures, les gammes modales, les gammes pentatoniques, blues, etc.

Et le problème s’est posé à moi après un cours de guitare.

En effet, ayant appris seul à jouer de la guitare,

Je me suis directement dirigé vers l’apprentissage de morceaux connus,

Et j’ai laissé un peu de côté l’apprentissage des gammes basiques, les connaissant déjà au piano.

Mais lorsque mon prof m’a demandé de jouer la Gamme de Do Majeur pour m’expliquer une montée de gamme modale,

J’ai eu un blanc, et je n’ai pas su lui jouer une simple gamme Majeure de façon « classique »,

En suivant le schéma que l’on apprend dès le départ.

Il fallait donc que je remédie à ce problème.

Un prof de guitare qui ne connaît pas sa gamme Majeure, ça craint un peu…

Mais heureusement pour moi, grâce à cette technique des dés,

J’ai rapidement rectifié le tir. 😉

Je me suis donc noté tous les types de gammes que je connaissais :

Gamme Majeure, Gammes mineures naturelle, harmonique, mélodique,

Modes Ionien, Dorien, Phrygien, Lydien, Mixolydien, Aeolien, Locrien,

Et ailleurs, j’ai noté les 12 notes de la gamme chromatique.

Et avec seulement 2 dés, je me suis noté une suite de combinaisons qu’il fallait que je sache construire.

Par exemple, le Fa correspondait au chiffre n°6, et la gamme mineure harmonique au n°12.

Si je faisais 6 avec les 2 dés au premier lancé puis 12, il fallait donc que je sache monter la gamme de :

Fa mineure harmonique ! Et immédiatement.

Résultat : en travaillant mes gammes et en appliquant cette méthode,

Je maîtrisai l’ensemble de mes gammes en l’espace de quelques heures.

Ouuuuuf. J’avais sauvé mon honneur. 😁

Appliquez donc cette méthode pour vous.

Vous verrez, c’est magique.

Ça peut fonctionner aussi pour d’autres notions plus « basiques » encore :

Vous ne savez pas monter ou descendre la gamme à l’oral en partant de n’importe quelle note ?

Lancez une première fois votre dé : s’il donne un résultat pair, montez la gamme. Impair, vous descendez.

Relancez-le : le numéro qu’il vous donnera vous indiquera la note par laquelle il vous faudra commencer.

Vous ne pourrez aller que jusqu’au « La » avec 6 numéros.

Mais au bout de 6 lancés, partez du « Si » pour vous entraîner aussi avec cette note-là.

Vous pouvez également vous entraîner au calcul des tonalités en fonction des armures en dièses et bémols,

Mais aussi au calcul d’intervalles de toutes sortes,

Ou bien encore aux degrés des gammes,

Etc.

Utilisez vraiment cette technique, elle vous servira pour progresser d’une façon dont vous ne soupçonnez même pas les bienfaits.

Et en bonus : le temps que vous allez y consacrer va filer à la vitesse du son. 😉

Laissez-moi un commentaire ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This