Dans les coulisses de mes Cours Privés (Solfège, Piano, Guitare)

Chaque professeur privé a sa propre méthode d’enseigner. Mais qu’en est-il de la mienne ? Vous aimez probablement mes articles mais vous ne savez rien de mes méthodes d’apprentissage ? Eh bien, je vous dis tout dans cet article ! 👉

Prendre des cours de musique, ça vous évoque quoi exactement ?

Dans cet article, je vais effacer vos croyances et vous montrer le VRAI visage des cours de musique,

Tels que MOI, je les édifie.

Si vous êtes guitariste, pas de panique, je vous parlerai du déroulement d’un cours de guitare dans un prochain contenu.

Chaque chose en son temps. 😉

Go !

Une part de solfège en amont.

Eh oui, l’apprentissage du piano requiert tout d’abord une certaine connaissance théorique,

A contrario de la guitare qui peut commencer à s’apprendre sans théorie,

Simplement en apprenant les rudiments techniques de base.

Mais pour ne pas tétaniser mes élèves de piano dès le début,

Je les initie en leur explicant dès le début comment se décompose un clavier de 88 touches,

Puis je m’attaque à leur position de main

Avant de leur faire monter leur première gamme de Do !

En ce qui concerne le bon positionnemment, il est INDISPENSABLE qu’il soit pris dès le début,

Pour ne pas garder de mauvaises habitudes par la suite.

C’est comme si vous appreniez à conduire une voiture en freinant avec le pied gauche !

Compliqué…

Surtout que j’ai déjà essayé, pour le « fun »…

Eh ben ça a failli être pas fun du tout ! 😂

Voilà pourquoi je m’attarde quelques minutes au bon positionnement du corps,

À sa distance par rapport au piano,

À la décontraction des épaules, des bras, du poignet et de la main,

En veillant à rester quand même tonique au niveau du dos, à ne pas être « avachi »,

Et à garder les doigts et le poignet dans des positions spécifiques que l’élève pourra retrouver chez lui grâce à des points de repère.

Si vous êtes pianiste depuis un petit moment, vous devez le savoir,

Ça peut prendre un certain temps avant d’être automatiquement dans cette bonne position,

Et de pouvoir commencer à travailler ses premiers morceaux en ayant ces bonnes habitudes.

D’ailleurs, chaque instrument a son positionnement de prédilection et ses bonnes habitudes à mettre en place dès le début !

Une fois la position apprise, je leur fais monter la gamme.

Une simple gamme de Do, mais en utilisant les bons doigtés,

Et en veillant à respecter que c’est bien le pouce qui va chercher le « Fa » lors du passage de pouce, et non le poignet qui se tourne comme le cou d’une autruche !

Au moins, avec ça, l’élève peut se projeter directement dans le travail technique du piano,

Sans avoir appris la moindre once de solfège ! Si ce n’est bien sûr qu’il sait maintenant qu’il peut monter la « Gamme de Do »…

Mais bon, même la plupart des enfants de 5 ans le savent grâce aux comptines pour enfants. 😉

Attention quand même, je ne fais faire ça qu’aux enfants de plus de 10 ans et aux adultes.

Un enfant de moins de 10 ans pourrait ne pas comprendre ce qu’on lui demande dès le début,

Et aurait besoin de connaître quelques notions élémentaires avant de commencer à monter une gamme de Do.

D’ailleurs, justement, en parlant de notions élémentaires, voilà comment je mène ça :

En général, je pars du principe que l’apprentissage du piano demande de comprendre la musique,

Et donc d’assimiler des notions théoriques, qu’elles soient basiques ou avancées.

C’est, pour moi, la force de la théorie qui permet d’améliorer son déchiffrage (à vue ou non !),

Et son interprétation de la partition.

Après, certains ne jouent qu’à l’oreille et ne connaissent pas la différence entre une noire et un soupir.

Mais à un moment ou à un autre, la lacune théorique peut s’avérer handicapante.

À moins, bien sûr, d’être un génie incontesté de la musique. Mais bon, j’estime qu’il ne s’agit que d’une minorité…

Ayant une petite vingtaine de chapitres théoriques dans mon programme,

Je passe entre 4 mois (pour les plus forts) et 6 mois (pour ceux qui ont un peu plus de difficulté) à faire assimiler tous ces chapitres.

Mais attention, je n’y passe pas une heure totale !

Justement, sur une heure de cours, cette partie théorique ne dure qu’une quinzaine de minutes.

Le temps de tout bien expliquer, de répondre aux éventuelles questions des élèves,

De faire quelques exercices concrets avec eux pour voir s’ils ont bien compris,

Et de leur en donner comme devoir pour le prochain cours.

Ensuite, pendant le quart d’heure suivant, on s’attaque à…

La lecture de notes et de rythmes.

Eh oui, en musique, il y la mélodie d’un côté… et le rythme de l’autre !

Quoi de plus normal que de savoir lire les clés d’une part et de savoir décomposer les rythmes de l’autre ?

Et en plus, en tant que pianistes, la Clé de Sol ne suffit pas…

Je rajoute rapidement la Clé de Fa une fois que la Clé de Sol commence à être maîtrisée en lecture régulière au bout de quelques cours.

Après tout, la Clé de Fa n’est qu’une projection de la Clé de Sol sur la ligne suivante ou l’interligne suivant !

Il suffit donc d’ouvrir un peu son esprit, d’imaginer la note que l’on recherche à cet endroit, et de la lire en Clé de Sol !

Un coup de main à prendre, en soit, mais ce n’est pas réellement une nouvelle langue à apprendre…

Voilà, une demi-heure de cours vient de passer (maximum), et on peut s’attaquer au piano !

Pour commencer, je fais toujours travailler les différentes gammes.

Ils connaissent déjà presque tous la gamme de Do à la main droite, en montant, sur une seule octave…

Mais qu’en est-il des autres possibilités ? 😉

Voilà pourquoi je leur fait travailler d’abord cette même gamme sur 2 octaves, en montant puis en descendant.

Et ensuite, on fait la même chose à la main gauche, avant de faire les 2 mains ensemble !

Là, ça se complique un peu, mais c’est indispensable pour tout pianiste qui se respecte, malheureusement !

Et avec le temps, une fois la Gamme de Do maîtrisée, je leur fait entreprendre d’autres gammes :

La Gamme de Sol Majeur (avec 1 seul #), la Gamme de Ré Majeur (2#), celle de La Majeur (3#),

Jusqu’à ce qu’ils aient compris le principe.

Et à force de les avoir répétées dans tous les sens, de temps en temps… Je fais un petit « contrôle ». 😁

Je leur demande, du tac au tac et lors de n’importe quel cours, s’ils peuvent me monter la gamme… de Mi Majeur, par exemple !

Et c’est là qu’on voit si ça porte ses fruits. 🙂

Ensuite, en parallèle, je leur fais travailler un petit morceau très court dans une méthode de piano,

Pour les enfants comme pour les adultes (la méthode change en fonction de l’âge, bien sûr)

Afin d’apprendre à rester concentré pendant tout un morceau, à être endurant,

Et à penser à tout en même temps.

Et déjà, même sur quelques mesures, c’est pas forcément gagné !

Enfin, pour les plus avancés d’entre eux et pour ceux qui veulent rentrer plus rapidement dans le concret (et qui sont déjà bien plus âgés),

Je leur fais travailler un morceau qu’ils aiment bien ou un morceau moderne qui me semble accessible à leur niveau,

Pour que, quand même, ils prennent du plaisir à jouer !

C’est quand même le plus important. 🙂

Je fais attention à la difficulté du morceau, quand même…

Mais ça leur permet de plus s’impliquer dans ce que je leur demande.

Et je leur dis qu’en travaillant chaque élément du cours seulement 5 min tous les jours (voire tous les 2 jours),

Ils seront sûrs d’avancer rapidement !

Après tout, il faut bien comprendre qu’on ne PEUT PAS ne pas travailler chez soi,

Et n’avoir QUE le cours comme base de travail.

L’entraînement, les automatismes sont indispensables pour progresser,

Mais je vous en reparlerai dans un prochain contenu.

En attendant, j’espère que cette visite dans les coulisses de mes cours de piano vous aura plue,

Et qu’elle vous aura surtout éveillé l’esprit sur ce que pourrait être un cours de piano avec moi,

De la façon dont je l’estime le plus prolifique.

Bien entendu, beaucoup de professeurs seront en total désaccord avec moi,

En disant qu’il y a beaucoup trop de choses que j’enseigne d’un coup,

Que le cours est trop long,

Que je ne passe pas assez de temps sur le solfège, ou trop !

Ou toute autre chose encore…

Mais voilà ce que je leur dis :

« Cela fait plusieurs années que je donne des cours à plus d’une trentaine d’élèves différents, et les résultats sont là.

Si vous avez votre méthode et qu’elle fonctionne, tant mieux !

Pour ma part, c’est le cas, alors je continue dans cette lancée. 🙂 »

Mais la clé principale qui fait l’atout d’un professeur, et il faut que vous en preniez conscience,

C’est sa capacité à s’adapter à chacun de ses élèves.

Je sais que, pour ma part, c’est le cas.

Alors, peut-être que je manque encore un peu de pédagogie, et c’est bien normal.

En continuant mes cours d’un côté et en vous expliquant tout ça en mail, en article ou en vidéo,

Mes capacités pédagogiques vont continuer de croître !

Mais en tout cas, j’ai su m’adapter à l’intégralité des élèves que j’ai pu avoir :

Quel que soit leur âge, leurs projets, leur motivation, leurs capacités,

Que ce soit en direct ou en live sur Skype,

Et que ce soit à la guitare, au piano ou lors des explications théoriques.

Si vous êtes d’accord avec moi (ou pas), dites-le moi en commentaire.

Faites-moi part également de vos expériences passées avec les différents profs que vous avez eu,

En m’expliquant ce qui vous a plus ou moins plu avec eux,

Et comment vous chercheriez à remédier à ça.

En attendant, travaillez bien votre instrument,

Et que la musique soit toujours avec vous.

Laissez-moi un commentaire ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This