Ma PHILOSOPHIE : Entre Idéal & Réalité

Une réflexion sur l’idéal et la réalité qui me tient particulièrement à cœur… Et pour preuve, elle est au centre de ma stratégie de l’enseignement de la musique. Vous voulez en savoir plus ? Je vous dis tout dans cet article.

Voilà ma devise.

Le Ying et le Yang,

Le blanc et le noir,

L’idéal et la réalité,

La Force… et son côté obscur,

Tous ces concepts nous font bien comprendre une chose.

Que dans toute chose néfaste, on peut y trouver un bénéfice.

Et c’est ma façon de voir les choses.

Alors, en ce jour de fin de semaine, laissez-moi simplement vous donner mon point de vue sur cette pensée philosophique,

Et en quoi elle peut aussi s’appliquer en musique.

Laissez-moi d’abord vous donner quelques exemples.

Quoi que soit la vérité de l’origine du virus, la pandémie de la Covid nous a appris quelque chose.

Que nous étions beaucoup trop nombreux sur Terre.

Certes, décimer la moitié de l’Humanité n’est pas une solution à envisager pour régler nos problèmes actuels en tout genre,

Mais lorsqu’on regarde comment la planète a pris une bouffée d’air pur pendant quelques semaines,

On se rend bien compte que l’Homme est totalement néfaste pour elle…

D’un côté : des millions de cas positifs, presque un million de mort au total,

Des dépôts de bilan pour bon nombre d’entreprises,

Du chômage ayant été créé en supplément (comme si on avait besoin de ça),

Et une vie modifiée au quotidien pour chacun d’entre nous avec le port du masque.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi lu :  Ce que nous CACHE le Conservatoire (et qui joue en leur faveur)

D’un autre côté : une prise de conscience pour quelques-uns d’entre nous,

Une preuve radicale que l’on ne peut plus continuer de se reproduire au double de notre nombre à chaque nouvelle génération,

Et des perspectives d’évolution pour certains qui veulent changer de mode de vie, de mode de travail,

Avec une autre façon de consommer.

Mais bon, personnellement, je ne crois pas qu’on puisse faire machine arrière, même en arrêtant toute la planète d’un coup.

Économiquement, ce serait un vrai désastre, c’est vrai,

Et au niveau écologique, on pourrait penser que la planète respirerait mieux, et c’est peut-être vrai.

Mais au fond, elle aurait toujours le cancer que lui ont incorporé les Hommes.

Le fait est que, même dans un cas catastrophique pour l’Humanité, on y trouve quand même un aspect positif,

Et au sein de la situation en elle-même, divers faits négatifs ont induit des réponses positives en compensation.

Autre cas davantage à notre échelle :

Lorsque vous grandissez en milieu scolaire, vous pouvez avoir à faire face à des brutalités morales comme physiques,

Des moqueries, des rumeurs (qui sont psychologiquement déstabilisantes et qui peuvent avoir un impact très négatif pour le reste de vous vie),

Pourquoi pas du racket, de la violence gratuite,

Ou du harcèlement.

Je pense que vous serez d’accord avec moi si je vous dis que la plupart des enfants ayant été victime de ce genre de brutalité sont, aujourd’hui, beaucoup plus forts émotionnellement ?

Certains n’ont hélas pas réussi à en guérir suffisamment pour regagner confiance en eux, et doivent être accompagnés par des spécialistes pendant des années.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi lu :  Une simple astuce issue du Blues pour savoir improviser

Mais beaucoup en ressortent avec des cicatrices et ont su se construire une armure capable de faire face à des situations plus dures qu’ils vont rencontrer par la suite,

De ne plus se laisser marcher sur les pieds, d’avoir du répondant, de comprendre que la vie, en fait, c’est la jungle, et pas seulement à l’école.

Et d’ailleurs, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.

Alors que ceux à qui il ne sera rien arrivé de traumatisant, ceux à qui on aura mis une cuillère en argent à la naissance,

Ceux pour qui tout a toujours fonctionné comme ils l’ont voulu sans rencontrer de gros obsctacles déstabilisants,

Ceux-là seront beaucoup plus fragiles face aux dangers de la vie, quel qu’il soit.

En musique, c’est la même chose.

Si vous souhaitez apprendre la musique en autodidacte, vous allez pouvoir apprendre tout ce que vous voulez,

En allant à votre rythme mais en vous faisant totalement plaisir.

Côté positif.

Le problème, c’est qu’en autodidacte, vous pouvez prendre de très mauvaises habitudes qui vous resteront par la suite,

Et qui pourraient vous empêcher de réellement progresser.

Côté négatif.

Et des aspects négatifs, il y en a d’autres.

Il faut être capable de se donner des objectifs sur le court et sur le long terme, ce qui peut être compliqué à gérer quand on ne sait pas exactement ce qu’on doit apprendre, et qu’on découvre tout un peu sur le tas…

Vous pourriez être à côté de la plaque pour apprendre une technique en particulier,

Et passer donc trop de temps dessus à essayer de chercher, plutôt que de tout avoir clé en main, à appliquer et à vous entraîner, tout simplement.

Les personnes qui ont consulté cet article ont aussi lu :  Être astrophysicien n'est pas nécessaire

Vous pourriez avoir envie d’apprendre un morceau qui vous tient particulièrement à cœur mais qui, même si vous pensez le contraire,

Pourrait s’avérer vraiment difficile.

Et c’est le cas pour la plupart des morceaux « modernes » au piano, comme les musiques de films par exemple.

Ces morceaux-là sont de vrais pièges.

Pour les maîtriser, il vous faudra avoir une théorie solide comme du béton,

Avoir déjà étudié certaines techniques qui vont réapparaître seulement par-ci par-là et qui ne devraient pas vous poser problème,

Le tout en favorisant la lecture de votre partition plutôt que la mémorisation de 10 secondes de suites de notes apprises en 3 heures sur YouTube…

Résultats :

Une énergie gâchée à travailler ce qu’il ne fallait pas,

De probables mauvaises habitudes prises,

Une motivation fortement compromise sur le long terme,

Et tout ça pour ne pas avoir DU TOUT réellement progressé.

Voilà donc un parfait exemple de l’idéal et de la réalité directement appliqué dans le cadre musical.

Je pense que l’on pourrait trouver d’autres cas.

Mais celui-là est le premier qui me soit venu à l’esprit, et c’est vraiment quelque chose sur lequel j’insiste,

Bien que je le fasse trop souvent.

À vous de faire le point sur ce que vous savez faire, sur ce que vous connaissez,

Et de prendre la décision sur la façon avec laquelle vous vous verriez évoluer par la suite,

Sur le long terme.

Il ne tient qu’à vous d’en prendre la décision,

Mais vous savez personnellement ce que j’en pense.

À méditer, donc.

Laissez-moi un commentaire ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This