COMPOSER UN ACCOMPAGNEMENT :

PARTIE 1 : TROUVER DES ACCORDS

 

COMPOSER UN ACCOMPAGNEMENT :

PARTIE 1 : TROUVER DES ACCORDS

 

Cet article est disponible en Podcast Audio que vous pouvez écouter et télécharger ci-dessous :

   Grâce aux podcasts de Enseigner La Musique, vous pourrez écouter les derniers articles parus ou vos articles préférés à tout moment : dans le train, dans le bus, en voiture, pendant votre bain ou avant que vous vous endormiez ! 😃Je pense vraiment qu’écouter des podcasts pendant nos temps de déplacement est un de meilleurs moyens de gagner du temps tous les jours😉

   Bienvenue dans ce nouvel article traitant aujourd’hui de la composition et de l’improvisation à travers l’approche harmonique. Pfiou… Ça commence bien ! 😥

Et en français, ça donne quoi ? 😁

Et en français, ça donne quoi ? 😁

   Eh bien, tout comme vous l’indique le titre, nous allons nous pencher sur la construction des lignes d’accompagnement afin de comprendre comment former des accords en fonction d’une mélodie, de les développer et de les arranger pour tous types de formations, que ce soit pour composer ou pour improviser avec d’autres musiciens. 😉

   Pour cela, j’ai décidé de scinder cet article en 3 grandes parties afin de ne pas trop vous surcharger d’informations et de vous faire comprendre par étapes comment détailler rigoureusement ce processus. 🙂

   Ainsi, pour la première partie de ce sujet, nous allons d’abord nous consacrer à savoir comment trouver des accords qui s’adaptent agréablement à une mélodie.

   N.B. : Bien entendu, les différents artistes connus à ce jour ont – presque – toujours utilisé des accords qui collaient parfaitement avec leurs parties vocales ou instrumentales aigues, mais beaucoup d’entre eux sont sortis des sentiers battus et, de par le fait que ce sont des vrais artistes, ont réussi à créer des chefs d’œuvres tout en ne respectant pas les codes de la composition « traditionnelle ». Sachez donc que, suivant les instruments que vous utilisez, le rythme que vous composez, le contexte du style et tout un tas d’autres paramètres, vos combinaisons d’accords ne sonneront pas de la même façon. C’est l’assemblage réfléchi et novateur de ces associations qui feront de vous un véritable artiste. 🙂

   Pour notre part, nous allons nous pencher sur les techniques « classiques » de la composition afin de mieux disséquer l’harmonie. C’est parti ! 😉

I. ANALYSER LES ACCORDS

   Avant de composer vous-même vos propres accords, il vous faut, dans un premier temps, savoir les reconnaître au sein de différents morceaux et comprendre leurs enchaînements.

   Mais, avant toute chose, et si vous ne l’avez toujours pas fait, je vous recommande fortement de télécharger mon guide « Les Bases de la Musique au Piano et à la Guitare » qui vous expliquera, en plus de beaucoup d’autres choses, comment comprendre les intervalles, les degrés et la formation des accords parfaits, ce qui est, pour cet article, une chose primordiale. 🤷‍♂Profitez-en, il est entièrement gratuit ! 🙂

Recevez votre guide GRATUIT pour connaître toutes les bases de la Musique au Piano et à la Guitare.

Bien, maintenant que tout le monde est à jour, nous pouvons continuer. 😉

   Le but du jeu, dans les 3 morceaux suivants, est de repérer les différents accords que l’on trouve. Autrement dit, trouver les accords correspond à retrouver l’ordre des différents degrés que l’on peut trouver dans la gamme associée au morceau.

Pour rappel, une Gamme de Do Majeur sera constituée des 7 degrés suivants :

   Et on peut donc associer chacun des 7 degrés à des accords parfaits – c’est-à-dire des accords composés de 3 sons que sont la tonique, la médiante et la dominante – qui respecteront toujours le même ordre schématique quelle que soit la Gamme Majeure empruntée.

   N.B. : Ces accords doivent bien entendu respecter absolument l’armure générale associée à la tonalité. Ainsi, en Do Majeur, il n’y a aucune altération à la Clé, ce qui nous la fait jouer seulement sur les touches blanches du clavier. 

L’ordre de ces accords est le suivant – toujours pour rappel :

Ce qui nous donne, en résumé :

Voilà, maintenant vous êtes fin prêts pour l’exercice. 🙂

1. The Beatles – Let It Be :

   Règle n°1 : Pour trouver la tonalité d’un morceau de style variété-pop-rock-électro dans 90% des cas, fiez-vous au 1er accord et au dernier accord joué, ou du 1er accord joué en début de couplet ou de refrain. Si vous trouvez plusieurs fois le même accord à ces différents instants du morceau, vous pourrez alors en conclure que vous êtes dans la tonalité qui porte le même nom que cet accord.

   Dans Let It Be, les 1er et dernier accords joués sont un Do Majeur, ainsi que le premier accord des couplets, même si le refrain commence par un accord différent. Dans ce cas-là, nous pouvons donc affirmer que nous sommes bel et bien en Do Majeur, donc dans une gamme Majeure – si le premier accord avait été un Do mineur, nous aurions été dans une gamme mineureIncroyable, non ? 😉

Ce morceau, bien qu’aux allures plutôt mélancoliques, est donc issu d’une gamme de Do Majeure – les gammes Majeures reflètent des sentiments plutôt joyeux et les gammes mineures des ressentis plutôt tristes.

▶ Du fait que nous sommes en Do Majeur, l’armure ne sera donc composée d’aucun dièse ni d’aucun bémol.

   Règle n°2 : Toujours en variété-pop-rock-électro, il existe une suite d’accords « miracle » qui permet de composer très facilement de beaux morceaux. Dans le milieu, on parle du « chapeau des accords magiques que l’on ressort à toutes les sauces », comme le dit si bien PvNova. 😉L’ordre importe peu. Tant que les degrés suivants sont présents, le succès est assuré :

I – IV – V – VI

I – IV – V – VI

Dans notre gamme de Do Majeur, les accords correspondants sont donc :

Do MajeurFa MajeurSol MajeurLa mineur

Do MajeurFa MajeurSol MajeurLa mineur

   Pour rappel, un accord est Majeur ou mineur en fonction de l’ordre d’apparition de ses deux tierces. Si la 1ère tierce est Majeure, alors l’accord sera Majeur. A contrario, si la 1ère tierce est mineure, alors l’accord sera mineur :

   Je vous le rappelle : si vous commencez à être un peu perdu, je vous invite fortement à télécharger le guide, sinon vous aurez énormément de mal à tout assimiler ce qui va suivre. 😉

Mais l’ordre de ces degrés peut également être comme cela :

VI – IV – V – I

VI – I – IV – V

VI – IV – V – I

VI – I – IV – V

Eh bien, dans Let It Be, la suite des 4 accords pendant le couplet est :

Do MajeurSol MajeurLa mineur  Fa Majeur

Do MajeurSol MajeurLa mineur  Fa Majeur

Soit :

I – V – VI – IV

I – V – VI – IV

   N.B. : Maintenant que vous maîtrisez parfaitement la notion de degrés, vous pouvez noter, pour revenir à la règle n°1, que si vous hésitez entre une tonalité en Do Majeure – Ier degré – et une tonalité en La mineur – qui est l’accord qui correspond au VIème degré de la gamme de Do Majeur, alors c’est que vous ne vous êtes pas trompés. 😉

   En effet, on appelle ces deux gammes des gammes relativesexpliqué dans le guide – et, par conséquent, l’armure est identique dans les deux cas. Dans ces cas-là, comme il faut bien choisir, privilégiez la tonalité Majeure si le 1er accord est Majeur ou que l’atmosphère générale du morceau est objectivement plutôt joyeuse. Dans le cas d’une atmosphère plus triste ou d’un premier accord mineur, partez sur une tonalité mineure. 🙂

   Règle n°3 : Parmi les 7 degrés connus, seulement 4 de ces accords sont utilisés de façon très récurrente. Mais il reste encore le n°II, le n°III et le n°VII !

   En réalité, pour les plus avancés en solfège, le VII est un peu spécial puisqu’il est plutôt utilisé comme 1er renversement d’un accord de quinte de dominante, qui n’est donc rien d’autre qu’un Vème degré, comme son nom l’indique.

Pour les autres, oubliez ce charabia pour le moment et concentrez-vous principalement sur les accords de IIème et IIIème degrés. 😉

   Si on regarde l’agencement des accords en fonction des degrés de la gamme de Do Majeur – cf. le schéma ci-dessus, on se rend compte que ces 2 degrés sont donc des accords mineurs, étant composé des notes Ré-Fa-La pour le IIème degré et de Mi-Sol-Si pour le IIIème – les tierces sont mineures entre le Ré-Fa et le Mi-Sol.

   Et en effet, dans notre exemple, le refrain n’est pas constitué des mêmes accords que le couplet. Du moins, à moitié : la 1ère moitié est différente, tandis que la 2nde moitié est identique à la 2nde moitié du couplet.

   N.B. : La 2nde moitié du couplet intègre un 2ndFa Majeur à la place du La mineur, tandis que la main gauche du piano, exécutant la basse, descend en jouant Fa-Mi-Ré-Do.

Le 1er accord est un accord de La mineur, soit de VIème degré ;

Il est suivi par un accord que l’on n’a pas encore écouté jusqu’à maintenant : un accord de IIIème degré. On le trouve généralement en amorce d’un accord de IVème ou de VIème degré. Et c’est le cas dans notre exemple puisque :

Les 2 accords suivants sont connus : un accord de Fa Majeur – IVème degré – et un accord de Do Majeur – Ier degré – pour terminer.

En récapitulatif, on obtient ça :

2. Ed Sheeran – Perfect :

   Pour ce second exemple, on peut distinguer 3 parties différentes d’enchaînements d’accords : les couplets, les refrains et les petits interludes après les refrains – à 1’52. 

   • Pour les couplets :

   Tout comme pour Let It Be, le premier accord est un accord Majeur et, bien que ce morceau puisse nous mettre la larme à l’œil, il a un caractère plutôt joyeux, donc Majeur.

   Cependant, notre premier accord Majeur n’est plus un Do mais un Lab. Nous serons donc en tonalité de Lab Majeur. Les différents accords que l’on peut avoir en fonction des degrés sont donc :

Lab MajeurSib Mineur Do mineurRéb MajeurMib MajeurFa mineur – Sol diminué

Lab MajeurSib Mineur Do mineurRéb MajeurMib MajeurFa mineur – Sol diminué

   Je vous invite d’ailleurs à les reproduire sur votre guitare ou sur votre piano pour les écouter et pour vous entraîner à les construire en fonction de leur état Majeur ou mineur.

   N.B. : Faites attention aux intervalles que vous construisez : si votre premier intervalle est une tierce Majeure, la seconde tierce de l’accord sera donc mineure et inversement !

Ainsi, dans les couplets de Perfect, les 4 accords sont :

Pour les refrains :

   On part a priori sur le même schéma d’accords, mais pas dans le même ordre. En effet, on commence par un accord mineur. On a donc le choix entre le IIème, IIIème ou le VIème degré. On va donc privilégier le choix du VIème degré… Et on tombe dans le mille : c’est un accord de Fa mineur ! Les accords suivants sont les mêmes, mais dans cet ordre-là :

Pour les interludes :

   Les accords sont encore identiques, mais joués 2x plus rapidement et dans un ordre encore différent. Ainsi, pour un interlude composé sur 8 accords, on aura :

   N.B. :  Le 2nd accord pourra peut-être vous paraître un peu différent du fait que c’est un accord renversé. Ainsi, il n’est pas joué Mib-Sol-Sib mais Sol-Sib-Mib, avec le Sol en bas, ce qui donne un sentiment de continuité dans la mélodie de la basse et donc une plus grande fluidité. Mais ce n’est pas le sujet de cet article. 🙂

Vous voyez, quand je vous dis que ce sont des accords magiques… 😉

3. Green Day – Boulevard Of Broken Dreams :

   Pour terminer, attardons-nous sur ce grand classique du groupe de Punk Rock mondialement connu, Green Day. Il faut savoir que le Punk a toujours utilisé et utilise toujours – pour les irréductibles groupes encore en lice – les suites d’accords parfaits selon l’agencement des accords magiques.

   Cependant, la différence réside dans le fait que ces accords ne sont constitués que de la tonique et de la quinte, enlevant ainsi toute notion de Majeure ou de mineure déterminée par la tierce – Majeure ou mineure. En effet, comme les accords sont joués par des guitares électriques très saturées, l’ajout de la tierce donnerait un résultat brouillon, alors que la tonique et la quinte à elles seules donnent un effet de puissance, d’où le nom de Power Chordsou Accords de Puissance.

   Néanmoins, même si les accords ne sont pas explicitement Majeurs ou mineurs, ils sont quand même empruntés à une gamme, donc à une tonalité, et sont joués selon les degrés de cette tonalité, tout comme les exemples précédents. Et vous ne me croirez pas si je vous dis que l’armure de Boulevard Of Broken Dreams est exactement la même que Perfect : 4 bémols à la Clé ! Nous serions donc… en Lab Majeur ?

Eh bien oui Mais non ! 😉

Eh bien oui Mais non ! 😉

   En fait, Perfect commence par un accord de Lab Majeur et a une consonance plutôt joyeuse, ce qui nous donne une tonalité en Lab Majeur. Or, Boulevard Of Broken Dreams commence par un accord de Fa mineur et les couplets sont plutôt tristes, d’où une tonalité mineure. Mais, comme dit un peu plus haut, ceci est tout à fait logique puisque 2 gammes relatives possèdent exactement la même armure… et c’est exactement ce à quoi nous assistons. 🙂

Et notre couplet aura les accords suivants :

… Sib MAJEUR ? Mais, le Sib, accord du IIème degré de la Gamme Majeure, n’est pas censé être mineur ? 🤔

… Sib MAJEUR ? Mais, le Sib, accord du IIème degré de la Gamme Majeure, n’est pas censé être mineur ? 🤔

   Eh bien en fait, 3 des 7 accords peuvent être joués dans le mode opposé duquel ils sont prédestinés à être joués. Il s’agit des IIème, IIIème et IVème degré. En effet, les IIème et IIIème degrés peuvent devenir Majeurs et le IVème degré peut devenir mineur lorsqu’ils sont associés à certains accords. La raison se situe au niveau des différentes gammes mineures qui existent, mais encore une fois, ce n’est pas le sujet de cet article et nous y reviendrons plus tard. 🙂

Pour le refrain, les accords sont presque les mêmes et dans un ordre différent :

   Remarquez qu’il s’agit du même ordre que pour les refrains de Perfect sauf que la suite d’accords commence par le Réb Majeur et se termine par le Fa mineur, soit un décalage d’un accord… 😉

   Voilà, maintenant que nous avons vu ensemble ces 3 exercices, je vous recommande d’essayer de trouver par vous-même les accords de tous les morceaux que vous connaissez ! De cette façon, vous ne vous lasserez pas d’écouter ce qu’il vous plaît et cela vous fera un entraînement très efficace ! 😉Néanmoins, si vous planchez sur certains, c’est peut-être qu’ils sont trop compliqués à décrypter pour le moment, comme la plupart des morceaux d’Elton John par exemple. Auquel cas, ne vous en faites pas, je vous recommande de vous entraîner d’abord sur les 10 morceaux ci-dessous que vous connaissez à coup sûr ! 🙂Voici la méthode à suivre :

Dans un premier temps, cherchez avec votre instrument la note fondamentale du premier accord que vous entendez : vous saurez que votre accord aura le nom de cette note ;

• Essayez donc cet accord sur votre instrument dans son mode Majeur puis dans son mode mineur pour voir lequel correspond le mieux ;

Une fois l’accord principal trouvé, vous pouvez donc en déduire la tonalité et l’armure associée – aidez-vous du guide pour cela, à partir de la page 62 ;

Si et seulement si vous êtes dans un mode mineur, trouvez la tonalité relative Majeure associée.

• Listez dans l’ordre tous les accords de cette gamme degré par degré;

• Marquez les 4 degrés les plus utilisés : I, IV, V et VI ;

À l’aide de votre instrument, essayez de trouver les différents accords du morceau à l’oreille et notez-les une fois trouvés ! 😉

Astuce : Si chanter ne vous pose pas de souci, essayez de chanter ce que jouerait la basse pour trouver la note fondamentale de chaque accord et ainsi les différents degrés utilisés.

1. The CranberriesZombie

1. The CranberriesZombie

2. Mike Posner – I Took A Pill In Ibiza

3. Dean Lewis – Be Alright

3. Dean Lewis – Be Alright

4. James Blunt – You’re Beautiful

5. AviciiWake Me Up

5. AviciiWake Me Up

6. Bon Jovi – It’s My Life (Refrain)

7. Linkin Park – Numb

7. Linkin Park – Numb

8. Francis Cabrel – Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai

9. Plain White T’s – Hey There Delilah

9. Plain White T’s – Hey There Delilah

10. Bruno Mars – The Lazy Song

II. RÉFÉRER SES ACCORDS À LA MÉLODIE

   Maintenant que vous êtes un maître dans le domaine de l’analyse harmonique, vous commencez à comprendre un petit peu les rouages de la musique. 🙂

Voici donc une 1ère méthode afin de commencer à composer de beaux accords pour vos mélodies ! 😉

   Dès que vous avez trouvé votre mélodie, écrivez-la sur une partition… Eh oui, il va falloir y passer ! 😃Si vous ne savez pas le faire, chantez votre mélodie en boucle et essayez de la reproduire sur votre instrument. Normalement, si vous connaissez vos notes, vous devriez réussir à replacer les bonnes notes dans l’ordre en les réécrivant sur une partition, même si vous ne savez pas écrire le rythme.

   Une fois votre mélodie retranscrite sur une portée vierge – sans rythme et barres de mesure, mettez un petit trait en-dessous des notes où vous voudriez que l’accord change. De cette façon, vous déterminerez vos mesures. Si vous ne savez pas du tout à quel moment votre accord devra changer, vous pouvez essayer d’imaginer une batterie jouant par-dessus :

Ou bien :

Ou bien :

Une fois ceci fait, dressez la liste de toutes les notes qui tombent au début de chaque nouvelle case où un changement d’accord est observé.

   Eh bien, à partir de toutes ces notes, vous allez pouvoir réussir trouver de beaux accords les accompagnant ! Le but est de faire un tableau en indiquant pour chaque note les 3 accords qui possèdent cette note. Cependant, comme nous n’allons pas utiliser le VIIème degré, vous n’aurez que 6 lignes d’accords possibles et non 7. Voici un exemple de tableau réalisé pour une tonalité de Fa# mineur.

   D’après ce que l’on sait, Fa# mineur est la tonalité mineure relative de La Majeur et donc possède 3# à la Clé. Les 6 accords possibles – si l’on retire le 7ème – sont les suivants :

La MajeurSi MineurDo# mineurRé MajeurMi MajeurFa# mineurSol# diminué

La MajeurSi MineurDo# mineurRé MajeurMi MajeurFa# mineurSol# diminué

Voici donc ce tableau :

   Voilà, maintenant il ne vous reste plus qu’à essayer différents accords pour une même note et de juger par vous-même lesquels vont les mieux ensemble. 🙂

III. TESTER LES COMBINAISONS D’ACCORDS

   Maintenant que vous commencez à associer différentes combinaisons d’accords en fonction des notes de la mélodie, continuez dans cette lancée mais n’hésitez également pas à essayer des accords par vous-même, même si ils n’ont pas forcément de lien avec chacune des notes.

   En effet, certaines notes de la mélodie sont dites « de passage » et ne servent qu’à faire la transition entre deux notes « réelles », ce qui peut grandement limiter votre créativité si vous n’allez pas explorer plus loin. 😔Et pour cela, voici 2 petites méthodes que je vous propose :

1. TESTEZ À PARTIR DE RÉFÉRENCES

   Dans un premier temps, écoutez énormément de morceaux de musique pour vous donner un maximum d’idées qui pourraient rappeler ce que vous essayez de composer. Écoutez d’abord des musiques dans le style que vous voulez composer, puis allez écouter des musiques issues des styles voisins avant de terminer par vous aventurer dans des styles de musique éloignés du vôtre. Vous serez toujours étonné de ce que vous pourrez découvrir. 😉

   De plus, que vous écoutiez du reggae, du rock, de la variété, du rap, de la funk, du métal, de l’orchestration cinématographique, du punk, du blues ou de l’accordéon musette, vous retrouverez les accords magiques partout sur votre chemin. Vraiment merveilleux, n’est-ce pas ? 🙂

2. CHERCHEZ PAR VOUS-MÊME

   Enfin, comme vous savez maintenant construire des accords parfaits, entraînez-vous à réaliser l’intégralité de ces accords dans n’importe quelle gamme puis de les mélanger pour essayer de trouver de nouvelles sonorités et de nouvelles combinaisons ! Cela vous fera d’ailleurs un super entraînement pour développer votre oreille relative et vous n’en sortirez que gagnant, croyez-moi ! 😉

   Au bout d’un moment, étant donné qu’il existe une infinité de musiques qui utilisent ces agencements pirates des accords, l’association de certains de ces accords au hasard devrait vous rappeler peut-être telle ou telle musique. Si cela vous arrive, c’est que vous êtes vraiment sur la bonne voie ! 😃

   J’espère que cette première partie d’article vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à l’écrire en commentaire, pour me dire si cela vous a aidé à trouver de nouvelles idées pour vos accompagnements ! Et puis, si jamais vous butez sur tel ou tel problème, marquez-le aussi afin que je puisse réfléchir aux points que je pourrais éclaircir. 🙂

Si vous souhaitez accéder directement à la 2nde partie de cet article qui s’appelle : « Développer Au-Delà Des Accords », vous pouvez cliquer ici. 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Pour laisser un commentaire, remplissez les champs requis et appuyez sur la touche “Entrée” de votre clavier.

38 Partages
Partagez38
Tweetez
%d blogueurs aiment cette page :