APPRENDRE LE PIANO SANS SOLFÈGE ?Â đŸ€”

   Hello les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thĂšme « Apprendre Le Piano Sans SolfĂšge » ! 🙂

    Ah, le solfĂšge, vous avez dĂ» en entendre parler un bon paquet de fois…

  Vous connaissez bien ce mot, avec les notions qu’il contient, les heures de « souffrance » qu’il implique, les sueurs froides qu’il provoque dans le dos


   Et pourtant, quand le solfÚge est bien expliqué, que les chapitres sont arborés de façon ludique, claire et limpide, tout va beaucoup mieux.

   Mais bon, ce n’est pas l’avis de tout le monde


   Ce qui nous amÚne à la question suivante :

   Peut-on apprendre le piano sans solfÚge ou est-ce forcément une nécessité ?

   Alors, pour tous les adeptes du Conservatoire, rangez votre commentaire nĂ©gatif : la Formation Musicale actuelle a bien Ă©voluĂ© par rapport Ă  une certaine Ă©poque… Et mĂȘme si ce n’est pas le sujet de cet article, son but est de vous montrer quels sont ses aspects positifs nĂ©gatifs de façon OBJECTIVE.

Bonne lecture. 😉

APPRENDRE LE PIANO EN MÊME TEMPS QUE LE SOLFÈGE ?

   Que ce soit avec ou sans solfÚge, apprendre un instrument est la volonté premiÚre pour laquelle on souhaite prendre des cours de musique. Il est donc normal de commencer à le découvrir dÚs le début.

   Mais faut-il apprendre le solfĂšge en mĂȘme temps ou ne vaux-t-il mieux pas l’apprendre du tout pour laisser le champ libre Ă  l’écoute et Ă  l’éveil naturel ?

   Avant de commencer, laissez-moi vous rappeler que vous pouvez tĂ©lĂ©charger mon livre sur les Bases de la Musique au Piano et Ă  la Guitare. Il est destinĂ© Ă  vous initier au solfĂšge ou Ă  combler vos lacunes en abordant tous les chapitres que vous aurez besoin de maĂźtriser pour votre carriĂšre de musicien ! Profitez-en, il est gratuit actuellement. 😉

LES AVANTAGES D’APPRENDRE LE SOLFÈGE AVEC LE PIANO

1. COMPRENDRE LES NOTES

   Si vous avez pris des cours de musique et que vous vous en souvenez bien, il existe une petite vingtaine de chapitres à bien assimiler pour apprendre la théorie de la musique.

   Si je vous dis gammes, intervalles, degrĂ©s, tonalitĂ©s, ça vous rappelle quelque chose, non ? 😉

   Eh bien, toutes ces notions ne peuvent exister que grùce aux notes de musique.

   Et inversement, une note de musique prĂ©sentĂ©e Ă  nue, comme ça, ne reprĂ©sente rien tant qu’elle n’est pas contextualisĂ©e.

   C’est comme si, lors de votre contrĂŽle de maths, vous rĂ©pondiez simplement « Oui » Ă  la question « La fonction f(x) est-elle la dĂ©rivĂ©e seconde de la fonction g’(x) ? »  Oui, c’est loin
 et oui, ça fait mal Ă  la tĂȘte rien qu’au fait d’y repenser
 😉

  Mais quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas simplement dire « Oui » ou « Non ». Vous devez expliquer pourquoi en vous appuyant sur des notions vues dans le cours et en rĂ©flĂ©chissant Ă  une succession d’étapes vous permettant d’accĂ©der au rĂ©sultat.

   Alors, mĂȘme si je ne vous demande pas de calculer le taux d’accroissement d’une fonction (au passage, je ne sais mĂȘme plus Ă  quoi ça correspond 😂), vous devez obligatoirement remettre les notes dans leur contexte et en relation avec des notions prĂ©cises pour mieux comprendre POURQUOI on parle de ces notes.

   C’est en cela que le solfĂšge est trĂšs important : il vous permet d’assimiler toutes les notions, de les relier les unes aux autres et, au final, de savoir « lire entre les notes » pour en extraire une meilleure comprĂ©hension.

   Peut-ĂȘtre trouvez-vous ça un peu abstrait
 Et peut-ĂȘtre que cela est un peu trop avancĂ© pour vous, mais laissez-moi vous donner un simple exemple pour que vous compreniez mieux de quoi je veux parler :

   Dans la Sonate n°15 pour Piano de Mozart, la main gauche commence à jouer ceci :

Début de la Sonate n°15 de Mozart au piano pour l'article "Apprendre Le Piano Sans SolfÚge"
Début de la Sonate n°15 de Mozart au piano pour l'article "Apprendre Le Piano Sans SolfÚge"

   À premiùre vue, il s’agit d’une simple succession de notes Do, Sol, Mi, Sol, etc.

   Mais en rĂ©alitĂ©, cela regroupe beaucoup plus de choses : ces 3 notes sont la Note Fondamentale, la Tierce Majeure et la Quinte Juste de l’accord de Do Majeur Ă  l’état Fondamental, l’accord de Tonique de la TonalitĂ© de Do Majeur
 TonalitĂ© dĂ©terminĂ©e par l’absence d’altĂ©rations Ă  l’Armure entre la ClĂ© et la Signature Rythmique.

  Le schĂ©ma de notes suivant RĂ©, Sol, Fa, Sol reprĂ©sente 3 des notes de l’accord de 7Ăšme de Dominante de la TonalitĂ©, Sol 7 renversĂ© au 2nd degrĂ© avec un chiffrage 4‱3 et qui conclut selon le modĂšle d’une Cadence Parfaite V-I sur le premier DegrĂ© de la Gamme de Do Majeur.

  Enfin, les 3 prochains modĂšles qu’emprunte la basse reprennent ce schĂ©ma de basse alternĂ©e, dite « Basse d’Alberti » sur les degrĂ©s IV, V et I en prenant soin d’utiliser les renversements appropriĂ©s – en l’occurrence 6‱4, 5 et 6‱5 – afin de construire une basse mĂ©lodique agrĂ©able Ă  l’oreille.

  Je pourrai analyser des partitions pendant des heures, vous en conviendrez. 😉

  Mais c’est simplement pour vous montrer que chaque note a son rĂŽle dans une partition est qu’elle n’est rien si elle n’est pas accompagnĂ©e d’autres notes. 🙂

2. S’HABITUER À ÉCONOMISER SA MÉMOIRE AU PROFIT DE SON JEU

   Ensuite, apprendre le solfùge permet de savoir lire une partition, c’est normal.

   Mais en quoi est-ce important au niveau de la mémoire ?

   Eh bien, aujourd’hui, et aprĂšs plus de 17 ans de piano, les morceaux que j’apprends ont une durĂ©e finale comprise entre 3 et 7 minutes, ce qui reprĂ©sente entre 3 et 15 pages
 Mais en mĂȘme temps, je peux rĂ©ellement me faire plaisir Ă  apprendre des morceaux plus rapides, plus complexes ou plus connus en l’espace de trĂšs peu de temps
 Alors, pourquoi m’en priver ? 🙂

   La seule chose que les gens n’arrivent pas Ă  comprendre, c’est comment j’arrive Ă  mĂ©moriser par cƓur tous ces morceaux avec toutes ces notes !

   Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que je ne connais par cƓur que quelques morceaux que j’apprĂ©cie vraiment et que je trie sur le volet
 ce qui reprĂ©sente entre 2 et 5% de mon rĂ©pertoire.

   En ce qui concerne les autres morceaux que j’apprends, je ne les connais qu’en ayant la partition devant les yeux. Sans elle, je me retrouve perdu à un moment ou à un autre.

   Bien Ă©videmment, ma comprĂ©hension du solfĂšge m’aide Ă©normĂ©ment Ă  mieux mĂ©moriser des enchaĂźnements de notes et des positions d’accords spĂ©cifiques, mais il me faudrait davantage de temps pour rĂ©pĂ©ter encore et encore certains morceaux et ainsi savoir les jouer sans partition.

   Et c’est lĂ  que maĂźtriser le solfĂšge et savoir lire aisĂ©ment les notes et les rythmes rentre en jeu : en lisant au fur et Ă  mesure votre partition et en jouant directement ce qui est Ă©crit, vous pouvez allouer 90% de l’énergie consacrĂ©e Ă  la mĂ©moire
 Ă  la lecture sans effort d’une partition.

   Et vous pouvez dĂ©chiffrer, rĂ©pĂ©ter ou jouer 3 fois plus de morceaux dans une sĂ©ance
 Elle est pas belle la vie ? 😉

3. COMPRENDRE, PRÉVOIR & ANTICIPER

 Comme je l’ai Ă©voquĂ© juste au-dessus, comprendre le solfĂšge permet d’anticiper les enchaĂźnements et les combinaisons de notes beaucoup plus rapidement.

   Par exemple, si l’on prend le cas d’une partition que je fais travailler Ă  certains de mes Ă©lĂšves, qui est une version simplifiĂ©e du Canon de Pachelbel au piano, le premier thĂšme commence par une suite d’arpĂšges des diffĂ©rents accords du Canon alors que la main gauche rajoute la basse de l’accord (qui n’est pas forcĂ©ment la note fondamentale de l’accord).

   Voici à quoi cela ressemble :

Partition du Canon de Pachelbel au piano pour l'article "Apprendre Le Piano Sans SolfĂšge"

   Pour ma part, je suis capable de jouer ces diffĂ©rents arpĂšges au premier coup d’Ɠil puisque je sais qu’il s’agit de l’enchaĂźnement d’accords de RĂ© Majeur, La Majeur, Si mineur, Fa# mineur, Sol Majeur, RĂ© Majeur, Sol Majeur puis La Majeur.

   De la mĂȘme façon, Ă  la fin du morceau, on joue des double-croches en se baladant sur la gamme de RĂ© Majeur. Et lĂ , si on sait – en regardant l’armure – qu’on est en RĂ© Majeur grĂące aux 2# prĂ©sents Ă  l’armure, il est beaucoup plus facile de savoir quels doigtĂ©s utiliser pour monter ou descendre la gamme, qu’importe la note de dĂ©part. 🙂

   Et, vu sous et angle, tout devient beaucoup plus « digeste », d’une certaine façon. 😉

4. APPRENDRE LA THÉORIE AU DÉBUT & UNE BONNE FOIS POUR TOUTES

   Lorsque l’on apprend un instrument, notre cerveau est stimulĂ© et met en place des mĂ©canismes et rĂ©flexes en renforçant les connexions neuronales, ce qui est trĂšs bĂ©nĂ©fique.

   Par exemple, il est conseillé de faire jouer les personnes ùgées à des jeux de société pour ne pas les laisser devenir des « légumes », ou de leur faire faire des activités manuelles.

   Alors, non, vous n’ĂȘtes peut-ĂȘtre pas une personne ĂągĂ©e (enfin tout dĂ©pend de vous, moi perso j’ai 23 ans et je me sens vieux 😂), mais si vous ĂȘtes aux Ă©tudes, que vous ingurgitez de l’information au minimum pendant 25h par semaine et que, le reste du temps, vous travaillez sur des projets ou que vous rĂ©visez vos cours, votre cerveau est plus apte et rĂ©ceptif Ă  apprendre de nouvelles choses, dont la pratique d’un instrument.

   Ce qui signifie Ă©galement que d’apprendre un nouvel instrument – ou de simplement s’entraĂźner pour entretenir ses capacitĂ©s – stimule suffisamment le cerveau pour qu’il soit prĂ©disposĂ© Ă  recevoir de nouvelles informations.

   Pourquoi ne pas alors en profiter pour apprendre le solfĂšge pendant que « c’est chaud » et que, de surcroĂźt, la connaissance que vous pouvez acquĂ©rir dĂ©cuplera vos capacitĂ©s techniques dans votre instrument ? 😉

   Voyez ça comme l’obtention du permis moto : Ă  la fin de votre permis B, vous avez encore en tĂȘte tout ce que vous avez appris pour obtenir le code et vous ĂȘtes familiarisĂ© avec l’ambiance des auto-Ă©coles : conditions de stress, forte concentration, diverses choses que l’on nous demande et qu’on n’utilise plus vraiment lorsque l’on conduit par la suite.

   Vous gardez donc les bonnes habitudes que votre auto-Ă©cole vous a apprise et c’est beaucoup plus facile de passer le permis moto dans la foulĂ©e.

Passer son permis en métaphore pour l'article "Apprendre Le Piano Sans SolfÚge"
Passer son permis en métaphore pour l'article "Apprendre Le Piano Sans SolfÚge"

  Eh bien, en solfĂšge, c’est la mĂȘme chose. Une fois que vous avez appris Ă  reconnaĂźtre les diffĂ©rentes notes du clavier, Ă  identifier les diffĂ©rentes distances entre ces notes, l’action des touches noires par rapport aux touches blanches, autant en profiter pour passer quelques semaines sur l’apprentissage quasi-complet des chapitres de thĂ©orie musicale !

  Et croyez-moi, connaĂźtre tous ces chapitres peut ĂȘtre trĂšs rapide et vous aurez assez de connaissances pour dĂ©marrer sur les chapeaux de roues ou vous amĂ©liorer radicalement. En chiffre, ce que vous devez connaĂźtre reprĂ©sente entre 60 et 80% de tout ce qu’il est possible d’apprendre en musique – mĂȘme si on peut Ă©largir les chiffres si l’on prend en compte des domaines annexes comme celui de la physique acoustique
 Mais bon, quand on veut jouer de la guitare, on s’en moque un peu du graphique des courbes isosoniques quoi. 😉

   Oui, ça existe.

5. UNE OUVERTURE DE POSSIBILITÉS INIMAGINABLE

   Connaßtre le solfÚge peut vous apporter bien plus que ce que vous ne pouvez croire.

   Vous ĂȘtes en mesure de comprendre les notes, leurs agencements et, de ce fait, vous dĂ©veloppez RA-DI-CA-LE-MENT votre oreille au fur et Ă  mesure et
 AUTOMATIQUEMENT !

   C’est pas formidable, ça ?

   Si vous apprenez 100 morceaux de piano sans apprendre le solfĂšge grĂące Ă  une application – dĂ©jĂ  vous ĂȘtes super douĂ©s parce que peu de gens y parviennent, vous voyez passer des notes, encore et encore et votre but est de les jouer au bon moment, comme dans Guitar Hero.

  Mais si vous comprenez avec prĂ©cision de quelle façon les diffĂ©rentes notes sont reliĂ©es entre elles, quels intervalles elles forment, quels accords elles font apparaĂźtre et, en supplĂ©ment, comment ces accords se succĂšdent, alors vous ĂȘtes le roi du pĂ©trole.

   Vous apprenez Ă  dĂ©velopper votre oreille et vos capacitĂ©s d’analyse au fur et Ă  mesure que vous apprenez Ă  jouer de nouveaux morceaux
 Un seul travail pour une double rĂ©munĂ©ration !… Franchement, c’est pas tous les jours qu’on a le droit Ă  ça. 😉

   Alors profitez-en, ce serait bĂȘte de passer Ă  cĂŽtĂ©. 🙂

  Et maintenant, une fois que vous connaissez tout ce qui gravite autour d’une partition et des rĂšgles utilisĂ©es par les compositeurs, eh bien
 À vous de composer vos propres chansons. 😉 AprĂšs tout, vous avez tous les outils en main. Il ne vous reste plus qu’à bricoler. 🙂

   Mais les possibilités vont encore au-delà de ça ! Vous pouvez :

‱ Jouer avec n’importe quel musicien ;

‱ Analyser n’importe quelle musique, lue sur une partition ou simplement entendue ;

‱ Enseigner vos connaissances Ă  vos amis ou Ă  vos Ă©lĂšves dans votre propre Ă©cole.

   Et mĂȘme si toutes ces possibilitĂ©s ne tiennent qu’en quelques lignes, cela vous durera tout le long de votre vie, puisqu’aprĂšs tout
 On n’arrĂȘte jamais d’apprendre. 🙂

6. UN INVESTISSEMENT SUR LE LONG TERME

   On le sait, « solfĂšge », c’est pas trĂšs « goutu » comme nom
 Ça Ă©voque les cours au Conservatoire, la discipline rigide et l’ennui digne d’un cours thĂ©orique de mathĂ©matiques.

   Alors, de 1, non. Pas forcément.

   Et de 2, en prenant le temps d’assimiler correctement les diffĂ©rentes notions thĂ©oriques, sachez que vous investissez dans votre propre amĂ©lioration puisque vous ĂȘtes sĂ»r de gagner du temps jusqu’à la FIN DE VOTRE VIE.

   Imaginez simplement ceci :

   Vous souhaitez apprendre un morceau qui vous tient Ă  cƓur – prenons River Flow In Your de Yiruma – mais vous ne connaissez pas la diffĂ©rence entre une noire pointĂ©e et un triolet de croches.

   Vous allez donc sur YouTube, vous tapez « River Flow In Your » suivi de « Synthesia » ou « Tuto », et vous tombez sur des vidéos de maps de piano qui vous montrent à quels moments tombent chacune de notes.

Vous vous dites alors :

« Bon, ça va ĂȘtre un peu long, mais en tout cas, il m’est POSSIBLE de trouver toutes les notes sur mon piano, alors ça me va ! »

« Bon, ça va ĂȘtre un peu long, mais en tout cas, il m’est POSSIBLE de trouver toutes les notes sur mon piano, alors ça me va ! »

   Ouais ouais. Pour 1 minute de morceau, il vous faudra plusieurs heures de travail pour arriver Ă  enchaĂźner toutes les notes, et d’autres heures supplĂ©mentaires pour vous les remĂ©morer dans l’ordre, pour utiliser les mĂȘmes doigtĂ©s que le pianiste de la vidĂ©o – dans le cas oĂč vous voyez ses doigts – et pour rĂ©pĂ©ter les enchaĂźnements difficiles.

   En soit, on est bien sur une bonne dizaine d’heures de travail. Entre 5 et 10h pour ceux qui ont plus de facilitĂ©s, allez.

   À cĂŽtĂ©, le mĂȘme morceau Ă©crit sur une partition me prendrait personnellement
 15 min pour le dĂ©chiffrer entiĂšrement, pour identifier les doigtĂ©s et les passages difficiles et pour l’analyser.

   C’est par la suite que 90% de mon travail de rĂ©pĂ©tition rentre en jeu : je dois avoir le morceau « dans les doigts », maĂźtriser les enchaĂźnements qui demandent un peu plus de travail, rĂ©pĂ©ter et rĂ©pĂ©ter encore jusqu’à ce que la partition soit ancrĂ©e dans ma tĂȘte et retenir l’analyse complĂšte de la partition afin de mieux la mĂ©moriser.

   AprĂšs, dans cette phase de 90%, c’est le niveau « pianistique » qui compte, et plus vraiment les notions thĂ©oriques – beaucoup moins en tout cas.

   Cela veut donc dire que je pourrai savoir jouer ce morceau en 30 min, dĂ©chiffrage, analyse et rĂ©pĂ©tition compris, mais qu’un morceau comme Liebestraum n°III de Liszt me prendrait plusieurs semaines de travail, juste en acquisition des doigtĂ©s et en rĂ©pĂ©tition afin que mon cerveau intĂšgre les sauts de notes, les diffĂ©rents accords et les passages rapides et techniques qui demandent un temps d’assimilation.

  Ne nĂ©gligez donc pas l’apprentissage du solfĂšge. Vous pouvez rĂ©ellement gagner un temps monstrueux sur tout ce que vous apprendrez pour le restant de votre vie !

7. APPRENDRE LE SOLFÈGE : LE POUVOIR D’ÊTRE SOI-MÊME ENCADRÉ & STRUCTURÉ

   Quand vous apprenez le solfĂšge, vous apprenez l’importance d’utiliser tel ou tel doigtĂ©.

  Vous comprenez qu’il est important d’analyser la partition sous diffĂ©rents aspects pour pouvoir mieux la jouer par la suite.

  Vous comprenez que toutes les indications indiquées sur cette partition vont vous aider à développer votre propre interprétation.

  En quelques sortes, apprendre le solfùge permet de se structurer et d’encadrer son propre apprentissage de l’instrument.

   Si l’on veut progresser en attaquant tel ou tel nouveau morceau, il va falloir mettre en Ɠuvre un certain nombre de rĂ©flexes et d’habitudes, et en l’occurrence de bonnes habitudes.

   Et on le sait tous : les mauvaises habitudes, c’est ce qu’il y a de plus difficile à oublier.

  Apprenez donc le piano dĂšs le dĂ©but en ayant une bonne connaissance thĂ©orique et de bons conseils techniques, et vous pouvez ĂȘtre sĂ»r Ă  99% de ne pas vous Ă©carter du sentier des bonnes habitudes et de progresser plus rapidement. 🙂

8. LA MUSIQUE & LES MATHS : UNE RELATION LOINTAINE

   Bon, j’ai une bonne
 et une bonne nouvelle pour vous. 😉 (Non non, je ne me suis pas trompĂ©. 😁)

   Je commence par laquelle ? La bonne ?… 😁

   Disons que, pour apprendre la musique, et notamment la thĂ©orie
 ça ne sert Ă  rien d’avoir un diplĂŽme en astrophysique ou en mathĂ©matiques appliquĂ©es.

   Vous ĂȘtes rassurĂ©s ? 🙂

   Oui, je sais, vous vous ĂȘtes dit, le temps d’un instant :

« Je suis nul‱le en maths, le solfĂšge, c’est pas pour moi. »

« Je suis nul‱le en maths, le solfĂšge, c’est pas pour moi. »

   Ah oui, hein, ça va mieux d’un seul coup ? 😁

   Par contre, l’autre bonne nouvelle, c’est que
 Si vous ĂȘtes douĂ© en maths et que vous avez un esprit cartĂ©sien, c’est un gros plus pour comprendre le solfĂšge.

   Par exemple, Brian May – le guitariste de Queen – Ă©tait astrophysicien avant d’intĂ©grer le groupe. Et d’ailleurs, en 2007, il dĂ©cida de terminer sa thĂšse qu’il avait commencĂ©e 30 ans auparavant et obtint son doctorat. Cool, non ?

  Et il faut bien reconnaĂźtre que c’est vraiment un excellent musicien. Si on Ă©coute la chanson Innuendo, on se rend compte qu’il utilise les modes de la gamme mineure harmonique Ă  merveille, par exemple
 Autrement dit, c’est pas un rigolo.

  Ne rĂ©visez donc pas vos tables de multiplication pour ĂȘtre un meilleur musicien –mĂȘme si ça peut vous servir dans la vraie vie 😉, mais si vous avec un esprit docile avec les maths, alors vous avez de grandes chances de progresser plus rapidement. 🙂

   Petite anecdote au passage :

   J’ai eu un nouvel Ă©lĂšve il y a quelques mois qui se dĂ©brouillait trĂšs bien et qui m’avait contactĂ© pour que je l’aide Ă  apprendre rapidement le piano en l’espace de 10 cours, mais en partant TOTALEMENT de zĂ©ro.

   Tout ce qu’il faisait, c’était de rĂ©cupĂ©rer des morceaux sur Synthesia et de les dissĂ©quer lui-mĂȘme. Et bien qu’il arrivait Ă  se dĂ©brouiller, ce n’était pas suffisant, et ça le frustrait.

   C’est pourquoi j’ai dĂ©cidĂ© de lui donner tous mes cours et de lui expliquer rapidement mais en dĂ©tail tout ce que je savais et qui pouvait l’aider Ă  progresser de lui-mĂȘme.

  Et il m’avait vraiment Ă©tonné : il avait une capacitĂ© d’apprentissage incroyable, comprenait instantanĂ©ment tout ce que je lui enseignais et mĂ©morisait tout comme un chef pour le cours d’aprĂšs.

   Eh bien, devinez quoi ?

   Lorsque je lui ai demandĂ© son mĂ©tier, il m’a rĂ©pondu :

« Prof de maths. »

« Prof de maths. »

   Ah oui, c’est vrai, ça aide.

   Autre chose : si j’aime autant la musique et les maths, ça doit sĂ»rement venir des gĂšnes de mon grand-pĂšre qui a Ă©tĂ© d’abord professeur de maths avant d’ĂȘtre professeur de musique. Et il m’a souvent dit que ça l’avait beaucoup aidĂ© pour comprendre la musique et lui faire jouer d’autres instruments que son instrument de prĂ©dilection qu’est l’accordĂ©on.

   Alors, merci papy !

P.S. : « Non, les « S » vous avez un cerveau de matheux, vous avez rien Ă  faire dans les matiĂšres artistiques comme la musique, on vous donne pas la possibilitĂ© de prendre l’option lourde de musique pour le bac »… Ouais ben n*****-vous bien l’éducation nationale.

   Sur ces douces paroles, passons à la suite. 😁

9. PERMET UNE UNION & UNE COORDINATION SANS ÉGAL

   Le fait d’apprendre le solfĂšge nous incite Ă  rentrer dans les rĂšgles prĂ©Ă©tablies de la musique.

   Cela signifie une chose : qu’elle sert de chef d’orchestre à tous les musiciens.

   Dans un orchestre, si tous les musiciens connaissent le solfĂšge et qu’ils s’écoutent les uns avec les autres, vous tenez le moyen pour qu’ils arrivent Ă  jouer tous ensembles.

  Alors oui, beaucoup de musiciens de groupes ne connaissent pas le solfĂšge et arrivent quand mĂȘme bien Ă  jouer ensemble
 Et mĂȘme qu’ils ont fait de leur groupe une vraie lĂ©gende !

   Mais il faut quand mĂȘme avouer que certains styles prĂ©sentent moins de difficultĂ©s que d’autres. Je veux par exemple parler du Punk Rock. Et ça me fait mal de l’admettre, puisque c’est un de mes styles de musique prĂ©fĂ©rĂ©s.

   Mais à cÎté du Metal ou de la Musique Classique, ce sont de trÚs petits joueurs.

   Si vous souhaitez suivre une tablature de Dream Theater, je vous conseille d’apprendre à suivre le rythme.

   Et si vous souhaitez intĂ©grer un orchestre romantique, je vous recommande vivement de vous plonger dĂšs maintenant dans le solfĂšge, ça devrait vous aider. 😉

10. POUVOIR IDENTIFIER PRÉCISÉMENT TOUT CE QUI EST DIFFICILE À DÉCRYPTER À L’OREILLE

   Vous est-il dĂ©jĂ  arrivĂ© de vouloir jouer une musique qui vous plaisait et de la ralentir pour essayer de retrouver chacune des notes Ă  l’oreille ?

   Si c’est le cas, c’est soit que :

‱  Vous n’avez pas trouvĂ© une partition qui vous convenait ou pas de partition du tout ;

‱ Vous ne connaissez pas le solfĂšge et que c’est le seul moyen que vous avez trouvĂ© pour l’apprendre.

   Eh bien, voilà. En maßtrisant le solfÚge, vous serez certain de pouvoir disséquer chaque partition qui vous tombera devant les yeux.

   Et mĂȘme si c’est bĂ©nĂ©fique pour vous de tendre l’oreille pour arriver Ă  diffĂ©rencier les parties de basses et les parties mĂ©lodiques aiguĂ«s, vous n’avez plus Ă  le faire une fois que vous avez la clĂ© de dĂ©cryptage. 😉

   En plus de ça, les notes vous sont livrées avec tous les doigtés nécessaires, les nuances désirées par le compositeur, le rythme précis utilisé tout au long du morceau, etc.

   Mais le plus important dans l’histoire est que vous avez une vision d’ensemble du morceau.

   Juste en regardant l’armure, vous arrivez Ă  dĂ©terminer avec prĂ©cision la ou les tonalitĂ©s du morceau – s’il y a des modulations ou pas – et Ă  vous imprĂ©gner de la gamme principale, de son utilisation et ainsi de pouvoir davantage anticiper les prochaines notes, de les comprendre et de les mĂ©moriser beaucoup plus rapidement et facilement.

   Donc, la prochaine fois que vous ralentissez une musique sur YouTube pour en extraire les notes, pensez que d’apprendre le solfùge vous ferait gagner beaucoup plus de temps et que ce serait, encore une fois, un trùs bon investissement sur le long terme. 😉

11. UNE ALTERNATIVE AU SOLFÈGE POUR LES GUITARISTES

Maintenant, si vous ĂȘtes guitariste, vous vous dites certainement :

« Pff, moi je m’en fous, je suis guitariste, et les rĂšgles du solfĂšge ne s’appliquent pas comme pour ceux qui apprennent le piano, la trompette ou le violoncelle. »

« Pff, moi je m’en fous, je suis guitariste, et les rĂšgles du solfĂšge ne s’appliquent pas comme pour ceux qui apprennent le piano, la trompette ou le violoncelle. »

   Oui, oui, oui, je sais. Je suis guitariste, moi aussi.

   Et effectivement, pour nous faciliter la vie, nous avons ce qu’on appelle les tablatures.

   C’est une Ă©volution de la portĂ©e classique sur laquelle sont reprĂ©sentĂ©es les cordes de la guitare et qui permettent de jouer les notes prĂ©cisĂ©ment en comptant simplement les cases sur le manche.

  Mais mais mais mais, n’oubliez pas une chose, amis guitaristes, les notes sur le manche n’indiquent que la valeur de l’espace, bien que celle-ci soit frĂ©quentielle.

   Mais pour que la magie opĂšre, il vous faut des coordonnĂ©es complĂštes : vous devez prendre en compte la notion de temporalité ! Et ça, ce n’est pas indiquĂ© par des chiffres.

   C’est pour cette raison qu’en dessous de chaque note, un rythme solfĂšgique est indiquĂ© et vous permet de suivre l’emplacement temporel de chacune d’entre elles.

   Donc, pour maĂźtriser ça, je vous conseille vous aussi, mes chers gratteux, de vous pencher sur la thĂ©orie musicale. 😉

   Et puis, ce n’est pas parce que c’est plus simple pour vous que vous devez nĂ©gliger cette discipline ! AprĂšs tout, vos gammes pentatoniques, vos suites d’accords et vos combinaisons de notes « Rock » – powerchords, double-bend, harmoniques artificielles, etc. – sont bien issues de quelque part
 Alors, on ne renie pas ses origines, et on tourne sa vĂ©nĂ©ration auprĂšs de Pythagore et non plus envers Satan. MĂȘme si ça ne m’empĂȘche pas de beaucoup apprĂ©cier Tenacious D. 😉

LES INCONVÉNIENTS D’APPRENDRE LE SOLFÈGE AVEC LE PIANO

1. UNE ÉTUDE PARFOIS LONGUE & RIGOUREUSE

   Comme je l’ai dit juste avant, apprendre le solfĂšge peut ĂȘtre une tare pour beaucoup de gens.

   Ses bienfaits sont multiples, certes, mais son apprentissage peut s’avĂ©rer long, rigoureux, et peut entraĂźner l’abandon total de la musique par dĂ©goĂ»t, purement et simplement.

   À vous, donc, de trouver une façon ludique d’apprendre le solfĂšge sans prise de tĂȘte et sans risquer de vous dĂ©goĂ»ter.

2. UNE BARRIÈRE À LA CRÉATION & PARFOIS À L’INTERPRÉTATION

   En fonction de la mĂ©thode avec laquelle vous apprenez la musique, vous aurez des matiĂšres plus ou moins poussĂ©es qui vont vous demander plus de rĂ©flexion qu’un « simple » apprentissage des notions comme je le fais dans mes cours.

   Vous aurez de l’analyse musicale, une matiĂšre dans laquelle vous apprendrez Ă  analyser des styles et des courants musicaux et d’en comprendre les codes et les subtilitĂ©s.

   J’ai notamment appris un courant musical par trimestre lors de ma 7Ăšme annĂ©e : la musique Classique, la musique Traditionnelle et la musique Jazz, les 2 derniers ayant Ă©tĂ© les plus captivants pour moi
 et pour beaucoup de mes amis d’ailleurs. 😉

   Vous avez Ă©galement de l’Écriture Musicale, ou « Harmonie », qui consiste Ă  savoir chiffrer les accords, Ă  les faire se succĂ©der intelligemment et dans les rĂšgles qu’utilisaient les compositeurs de l’époque.

   Tout ceci est bien joli et m’a beaucoup servi, notamment pour les renversements d’accords, mais vous n’en voyez pas directement l’application concrùte dans la musique actuelle.

   Et bien que les musiques d’aujourd’hui sont souvent beaucoup moins complexes que leurs aĂŻeux au niveau de la composition, les grands musiciens actuels utilisent des procĂ©dĂ©s directement issus de ces rĂšgles pour les moderniser dans les styles que nous Ă©coutons tous les jours : Rock, Electro, Metal, Rap, etc. Eh oui, mĂȘme dans le Rap. 😉

   Mais quand je parle de grands musiciens, je parle du trio Steve Vaï / Joe Satriani / Eric Johnson, du compositeur Hans Zimmer, des excellents musiciens Sting et Brian Setzer, et la liste est longue


   NĂ©anmoins, Ă  notre modeste niveau, savoir utiliser tous ces procĂ©dĂ©s pour en faire quelque chose Ă  la fois d’apprĂ©ciable et novateur relĂšve de vraies qualitĂ©s thĂ©oriques et techniques.

  Des fois, le « feeling » fonctionne beaucoup mieux que de rĂ©flĂ©chir pendant plusieurs heures. Vous prenez votre instrument, vous chargez le Preset JCM800, vous attrapez votre mĂ©diator, vous lancez un riff Ă©nergique, et vous pouvez obtenir quelque chose de vraiment sympa sans trop savoir Ă  quelles rĂšgles thĂ©oriques ça s’apparente.

   Apprendre TROP d’informations peut donc ĂȘtre un frein Ă  la composition si on ne maĂźtrise pas assez cette information.

  De plus, lorsque l’on commence Ă  apprendre le solfĂšge et la pratique d’un instrument simultanĂ©ment, on apprend Ă  suivre les indications dictĂ©es par la partition au poil de cul prĂšs.

   Mais le jour oĂč vous devez interprĂ©ter votre premier vrai morceau, vous ĂȘtes complĂštement perdus. Vous devez bien entendu gĂ©rer parfaitement le cĂŽtĂ© technique, mais vous devrez rajouter votre propre ressenti au morceau.

   Or, pour interprĂ©ter un morceau, il ne suffit pas de regarder ce qui est Ă©crit : vous devez vous en imprĂ©gner dans sa globalitĂ©, le comprendre et jouer avec lui pour faire ressentir la mĂȘme chose Ă  votre auditoire. C’est ÇA le pouvoir de l’interprĂ©tation.

   Et souvent, apprendre trop de thĂ©orie comme un robot peut Ă©galement ĂȘtre un frein Ă  la libertĂ© musicale, d’un certain point de vue.

   Mais, bonne nouvelle
 Ça s’apprend aussi ! 😉

3. QUELQUE CHOSE DE PEU LUDIQUE

   Pour revenir sur le point numéro 1, le solfÚge prend du temps à apprendre.

   Dans ces conditions, dur de rester motivĂ© et de ne pas s’en dĂ©goĂ»ter. Mais heureusement, il existe des mĂ©thodes ludiques pour l’apprendre !

   Et c’est dans la recherche de ces mĂ©thodes ludiques que vous devez miser. Vous verrez, aprĂšs ça, vous trouverez ça drĂŽle. 😉

   Si je pouvais simplement vous donner un conseil supplémentaire, je vous dirai de vous orienter sur du solfÚge pratique et concret.

   En d’autres mots, dĂšs que vous apprenez une nouvelle notion, appliquez-la directement sur votre instrument, exercez-vous Ă  la reproduire le plus rapidement possible et dans plusieurs conditions
 et rĂ©pĂ©tez, rĂ©pĂ©tez et rĂ©pĂ©tez encore jusqu’à ce que ça en devienne une Ă©vidence.

   Par exemple, si vous devez comprendre comment se forme un accord parfait Majeur (ou mineur), prenez 2 dés et assignez les 12 numéros possibles aux 12 notes de la gamme chromatique. Ainsi, vous pouvez travailler aléatoirement chacun des accords en vous entraßnant à les former automatiquement et en quelques secondes.

4. UN FREIN POUR DÉCOUVRIR LES CHOSES PAR SOI-MÊME

   Que l’on apprenne le solfĂšge en cours privĂ© ou au Conservatoire, il y a un aspect que l’on nĂ©glige et qui se prĂ©sente chez 95% des Ă©lĂšves.

   Étant donnĂ© qu’il s’agit d’une Ă©cole, ceux-ci savent que pour progresser, ils doivent faire leurs « devoirs », faire l’exercice que leur professeur leur a demandĂ©, mĂȘme s’ils ne savent pas forcĂ©ment Ă  quoi cela correspond ou Ă  quoi cela va leur servir par la suite. Ils font, c’est tout.

   Or, lorsque l’on apprend la musique en autodidacte, on se focalise sur ce que l’on a besoin d’apprendre en oubliant le superflu et on concentre notre Ă©nergie Ă  la rĂ©pĂ©tition concrĂšte de cette thĂ©orie sur notre instrument.

   Autrement dit, on teste Ă©normĂ©ment par nous-mĂȘme.

   Et cette expérimentation continuelle des choses ne se retrouve pas forcément chez les élÚves qui suivent simplement ce que leur indique leurs professeurs.

   Grave erreur.

  D’un cĂŽtĂ©, on apprend tout ce qu’il faut savoir, mĂȘme bien plus, mais on prend le risque d’abandonner en cours de route. Et de l’autre, on n’apprend que ce que l’on a besoin de savoir en testant des choses par soi-mĂȘme
 mais on prend le risque d’ĂȘtre perdu avec cette masse d’informations et de ne plus s’y retrouver seul, derriĂšre son instrument.

PEUT-ON APPRENDRE LE PIANO SANS SOLFÈGE ?!

   Ah ! La grande question !

   Eh bien, en conclusion, et vous l’aurez compris venant de ma part


   Je dirai que oui, il est possible d’apprendre le piano sans passer par la case solfùge.

  MAIS, c’est beaucoup plus long, beaucoup plus dangereux et demande une volontĂ© Ă  toute Ă©preuve. Autrement dit, ce n’est pas la solution de la facilitĂ©, et donc pas celle que je suggĂšre.

   Par contre, d’un autre cĂŽtĂ©, vous apprendrez Ă  forger vous-mĂȘme votre oreille, ce qui est essentiel pour devenir un bon musicien, et vous vous ouvrirez davantage Ă  l’interprĂ©tation et Ă  vos propres rĂšgles de composition !

   Sachez d’ailleurs que si vous souhaitez apprendre Ă  jouer du piano au grĂ© de vos instincts, Ă  n’importe quel moment et en vous basant simplement sur votre oreille, vous pouvez le faire grĂące Ă  ma vidĂ©o prĂ©sente dans les cadeaux que je vous offre !

   Pour y accéder, vous pouvez passer par ce lien.

   Maintenant, tout dépend de votre objectif.

   Si vous souhaitez simplement vous faire plaisir et que cela vous suffit, vous pouvez tout à fait apprendre à enchaßner des notes qui sonnent bien entre elles.

   Mais, au bout d’un moment, vous aurez vraiment l’impression de tourner en rond. Et mĂȘme, vous penserez que vous ĂȘtes devenu mauvais !

   Mauvais puisque vous stagnerez sur place pendant que d’autres progresseront à grand pas, mauvais parce que vous n’aurez aucun nouvel objectif à atteindre ou que vous ne pourrez pas l’atteindre


   Et mine de rien, c’est important d’avoir des objectifs. Pas d’objectif, pas de rĂ©sultat.

  Et mĂȘme si votre stagnation vous permet quand mĂȘme de pouvoir identifier les notes d’un morceau que vous aimez bien Ă  l’oreille, il s’agit quand mĂȘme d’une paralysie de vos objectifs, et vous pouvez en ĂȘtre affecté  Alors que vous savez retrouver des p****** de morceaux Ă  l’oreille, b***** de m**** ! C’est quand mĂȘme incroyable !

   D’oĂč l’utilitĂ© de connaĂźtre le solfĂšge.

   En plus de ça, il existe des millions de morceaux qu’il est possible d’apprendre à jouer à partir de partitions, alors
 profitez-en. 😉

   De plus, sur le blog, il y a pas mal d’articles dans lesquels je vous explique comment comprendre la musique et arriver Ă  dĂ©velopper votre oreille.

   Comme je l’ai dit plus haut, c’est un atout essentiel pour tout musicien qui se respecte.

   Mais si vous ne connaissez pas le solfĂšge, je ne pourrai pas vous expliquer clairement comment faire ! Ce sera Ă  vous et Ă  vous seul de comprendre la logique entre les notes et d’expĂ©rimenter longuement par vous-mĂȘme.

   Cela peut d’ailleurs prendre plus ou moins de temps en fonction des personnes et prĂ©senter plus ou moins de difficultĂ©s. Certains auront de grandes facilitĂ©s, pourront retrouver des morceaux Ă  l’oreille, comme ça, sans rien n’y connaĂźtre
 tandis que d’autres n’arriveront jamais Ă  comprendre cette logique d’eux-mĂȘmes et continueront Ă  tĂątonner sur leur clavier, en vain.

  Vous l’aurez donc compris : que l’on cherche Ă  savoir jouer n’importe quelle partition, Ă  la dĂ©chiffrer le plus rapidement possible ou de pouvoir retrouver d’oreille n’importe quelle chanson, de rejouer les accords et de pouvoir improviser par-dessus, je ne peux vous conseiller que ceci :

   Pour jouer ce que l’on dĂ©sire vraiment, apprendre le solfĂšge reste VRAIMENT quelque chose d’indispensable.

   Et vous l’aurez bien compris de vous-mĂȘme : il y a plus de points positifs que de points nĂ©gatifs Ă  adopter cette idĂ©e. 🙂

Apprendre le piano sans solfĂšge, pourquoi pas… Mais avec le solfĂšge, c’est mieux. 😉

   DĂ©couvrez Ă©galement les autres articles dans la mĂȘme thĂ©matique : « DĂ©velopper Son Oreille », « Apprendre À Lire Une Partition » et « Rythme Et SolfĂšge ». 🙂

   Vous pouvez Ă©galement tĂ©lĂ©charger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter Ă  tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et tĂ©lĂ©chargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

👉 TÉLÉCHARGE-LES DÈS MAINTENANT !

🌟🌟🌟 En complĂ©ment, tĂ©lĂ©charge GRATUITEMENT ton guide pour connaĂźtre toutes les Bases de la Musique au Piano et Ă  la Guitare ainsi que ton livret PDF pour connaĂźtre tout du lexique des guitaristes et des pianistes !Â đŸ˜đŸŽŒđŸŒŸđŸŒŸ

Bonus pour lightbox 2

Pin It on Pinterest

Shares
Share This