Les Bienfaits du Chant 🎤

Les Bienfaits du Chant 🎤

LES BIENFAITS DU CHANT

POURQUOI CHANTER EST-IL IMPORTANT DANS LA PRATIQUE INSTRUMENTALE ? 🎤

   Hello les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème « Apprendre À Jouer De La Guitare Seul » ! 🙂

   Cet article sur les bienfaits du chant est un article invité, écrit par Eirene Paz du blog Petit Doremi, blog spécialisé dans l’éveil musical pour les petits de 0 à 7 ans.

   Quoi ? Chanter pour mieux interpréter ? C’est quoi ce délire ?

   Oui, je sais.

   Vous n’aimez pas chanter. Vous trouvez que votre voix ressemble à celle d’une casserole, peut-être même que vous considérez que la casserole chante mieux que vous. Le chant est pour les non-musiciens, vous vous dîtes. Vous ne voulez pas chanter.

   Ok. C’est votre droit.

  Mais, aujourd’hui, je vais vous dire pourquoi vous passez peut-être à côté d’une grande opportunité.

   Vous avancez dans la technique instrumentale, vous êtes content, ça commence à sonner. Mais, au fond de vous, quand vous écoutez vos musiciens préférés, vous savez qu’il y a quelque chose qui vous échappe.

   Quand vous jouez du piano, on n’arrête pas de vous dire qu’il y en a trop partout ? Et vous ne comprenez pas pourquoi… ni comment.

   Vous aimeriez que votre public tombe sous le charme mélodieux et harmonique de votre jeu ?

   Parfois, quand on est en train d’apprendre un instrument, ou d’approfondir la technique ou la théorie musicale, on a tendance à oublier l’essentiel de la musique : le cœur, les émotions, l’interprétation.

   Car écouter Steve Vaï, Bach ou Coltrane dans sa période Be-Bop c’est bien, mais… c’est parfois trop… technique.

   Enfin, sans vouloir n’offenser personne. Ces musiciens sont parfaits, mais, parfois ils manquent un peu de… d’humanité… Non ? (fulminez dans vos commentaires, s’il vous plaît)

   Alors que le chant, et bien, disons que c’est difficile de ne pas exprimer réellement ce que l’on ressent car c’est un instrument qui EST en vous.

   Voici donc 3 raisons hyper importantes pour lesquelles vous devriez considérer les bienfaits du chant pour améliorer votre pratique instrumentale.

I. LES BIENFAITS DU CHANT POUR MIEUX ENTENDRE

   L’oreille est un organe fondamental pour tout musicien. Ce n’est pas un secret pour vous.

   Même si Beethoven, à l’âge de 27 ans, était complètement sourd, il avait ce que l’on appelle une très bonne oreille interne. Une maîtrise absolue de la transmission de la musique qu’il avait dans son esprit à travers l’instrument ou une partition de musique.

   Il n’avait pas besoin d’entendre ce que faisaient les instruments, il suffisait de deux choses : connaître exactement les intervalles et le rythme qu’il entendait, et savoir les écrire ou les exécuter dans un instrument qu’il connaissais par cœur.

   Heureusement, il était Beethoven, un musicien et compositeur excellent !

   L’oreille interne dont se servait Beethoven et tout musicien qui se respecte se développe avec le chant.

   On peut très difficilement, voire pas du tout, entendre ce que l’on ne peut pas chanter.

   Vous avez du mal à entendre les demi-tons ? Vous n’arrivez pas à distinguer une gamme mineure harmonique d’une gamme mineure mélodique ? Les accords de quatre sons vous échappent complètement ?

   Chantez-les une demi-heure par jour pendant une semaine, vous verrez la différence. Ce ne sera pas encore ça, mais vous verrez des résultats, je vous le garantie.

   Mais, peut-être êtes-vous encore un peu réticent à l’idée ?

   D’accord. Laissez-moi vous raconter une histoire.

   Une année, j’ai eu l’immense chance d’avoir une petite élève de 10 ans dans mes cours de chant, qui chantait très, très faux. Cela ne m’était pas encore arrivé… un enfant qui chante faux… Déjà parce que je n’avais pas eu tant d’élèves que ça à cette époque, et parce que, en général, ce sont les adultes qui chantent faux, pas les petits.

   Cette petite adorait chanter. Et j’avais la ferme conviction que n’importe qui pouvait chanter. D’ailleurs, je le pense toujours. Simplement, il faut de la patience… et les enfants ne sont pas caractérisés par la patience… Et une fois que j’ai prévenu qu’il allait falloir du temps et de la patience, on s’est mise au travail.

   Et, j’ai remarqué qu’au bout de 15 jours déjà, elle chantait les vocalises justes.

   Là, je me suis posée, et je me suis dit : « tiens, c’est bizarre, elle a des résultats hyper rapidement… »

   Alors une petite lampe s’est allumée dans mon cerveau et je lui ai demandée :

   « On écoute de la musique chez toi ?

   –  Non », me répond-elle.

   « Ah ! », j’ai dit.

   Tout s’explique. Si elle chante faux, c’est uniquement parce qu’elle n’écoute pas de musique chez elle !

   Vous allez me dire, oui, bon, elle a quand même écouté de la musique à l’école ou ailleurs. Oui, sûrement, mais si elle n’a pas d’exemple à la maison, elle a très peu de chance que son oreille se développe.

   La preuve : quelques vocalises en 15 jours, et hop ! Elle entendait les gammes.

Les lecteurs du blog ont également apprécié : Travailler Son Oreille Musicale👈

   Pour la fin de l’histoire : c’était quand même dur de travailler des chansons, bien plus compliquées que de simples vocalises. Elle n’a pas eu la patience de continuer une deuxième année. Mais les progrès qu’elle a fait étaient incroyables.

   Rien que cette histoire devrait vous convaincre de chanter pour mieux jouer votre instrument.

   Non ? Toujours pas convaincu ?

   Ok, passons à la deuxième raison.

Oui, parce que les bienfaits du chant ne s’arrêtent pas là. 😉

II. CHANTER POUR COMPRENDRE LE SILENCE

   En quoi le chant peut vous aider à mieux interpréter avec votre instrument ?

   Il y a quelque chose que l’on ne peut pas faire quand on chante, et que l’on peut faire quand on joue de la guitare ou du piano : arrêter de respirer.

   En effet, si on est en apnée quand on chante, et bien… plus de voix… même que, peut-être, on finit par mourir.

   C’est ce qui est génial – pas de mourir – mais d’apprendre à mettre des respirations dans notre jeu. Comme si on chantait ce que l’on jouait.

   En appliquant les contraintes du chanteur à ce qu’on joue, vous allez rendre plus humain votre jeu.

   La musique est faite par des notes, par le rythme, et par le SILENCE, les respirations.

   La respiration est la vie ! Elle est l’essence de tout.

   Alors, s’il vous plaît, pour le bonheur de tous les êtres : chantez ce que vous jouez. Cela simplifiera énormément les choses, pour vous et pour votre auditeur.

III. LES BIENFAITS DU CHANT POUR MIEUX INTERPRÉTER

   Enfin, voici le dernier point sur les bienfaits du chant dans la pratique instrumentale.

   Quand on chante, on est directement reliés aux émotions, à l’expression. Car c’est un instrument qui se trouve à l’intérieur de nous, et on ne peut que montrer ce que l’on a à l’intérieur.

   Du coup, ce que vous pouvez faire, c’est de vous investir plus dans votre performance.

   Vous prenez, peut-être, votre instrument comme un refuge, comme un bouclier entre vous et le spectateur (même si celui-ci est votre prof.) et non comme un outil d’expression. Du coup, il y a un manque d’engagement émotionnel, alors qu’il est obligatoire, dans le chant.

   Miles Davis disait que les fausses notes n’existent pas, mais la fausse intention, SI !

   Parce que le chanteur, quand il entonne une chanson, il raconte une histoire. Vous devez intégrer votre instrument comme le chanteur intègre sa voix pour pouvoir l’utiliser pour réciter une histoire.

   Quand on est pris par l’émotion, en chantant, on donne une intention, des nuances, des pauses. En chantant ce que l’on joue à l’instrument, vous allez comprendre exactement ce que vous devez faire plus naturellement, plutôt qu’en analysant à chaque fois, et en oubliant, une fois de plus, de vous investir dans l’émotion.

   Convaincu ?

Les lecteurs du blog ont également apprécié : Comprendre La Musique👈

👉 ENFIN

   Quand je vous dis de chanter ce que vous jouez, il ne s’agit pas d’avoir la technique de Young Sun Nah, de Bobby Mc Ferrin, Mariah Carey ou Axel Rose.

   Il s’agit de savoir placer sa voix et de travailler la justesse. En même temps que vous travaillez l’harmonie, la lecture des notes, l’oreille, vous chantez. Tout simplement.

   Cela demande juste un peu de discipline et de courage.

   Et puis, personne n’est obligé de faire ça devant les autres…

   Alors vous allez chanter maintenant ?

   Voici un article que j’ai écrit qui pourra peut-être vous donner du courage : Chanter pour vous libérer.

   Mettez en commentaires les obstacles que vous rencontrez à l’heure de chanter, et les bienfaits du chant que vous avez expérimenté après l’avoir pratiqué lors de votre pratique.

   À très bientôt !

*Maintenant, c’est à nouveau moi – Antoine – qui vous parle.* 😁

Retrouvez également la vidéo dans laquelle je vous parle de l’utilité du chant en musique 🙂 :

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Apprendre À Lire Une Partition », « Rythme Et Solfège » et « Développer Son Oreille » . 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Développer Son Oreille 👂

Développer Son Oreille 👂

POURQUOI

DÉVELOPPER SON OREILLE ?

Bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème « Pourquoi Développer Son Oreille ? » ! 🙂

   Vous êtes-vous déjà demandés comment certains de vos amis avaient ce talent fou de pouvoir faire ce qu’ils voulaient avec leurs 10 doigts en musique ?

   De pouvoir faire des miracles avec leur instrument en improvisant des plans géniaux sur une backing track, un accompagnement, ou à la volée, comme ça, sur le tas, avec d’autres musiciens ?

   De composer des morceaux tellement sympas qu’ils auraient la légitimité de pouvoir les proposer à des maisons de disque ?

   Dans 2 articles précédents, je vous avais parlé de :

5 raisons de comprendre la musique pour mieux progresser dans sa carrière musicale ;

• Comment travailler son oreille musicale.

   Mais en soi, à quoi cela sert-il vraiment de développer son oreille ? Quelle en est l’objectif final ?

   Eh bien, à tout ce que je viens de citer un peu plus haut. Tout ce dont vos amis sont capables de faire.

   Et si vous consultez ces 2 articles, vous comprendrez comment il est possible d’atteindre ce niveau-là vous aussi. 😉

   Mais tout de suite, je vais vous expliquer en détail comment ils ont réussi à en arriver là, et comment notre oreille peut nous faciliter notre vie de musicien. 🙂

I. SAVOIR MIEUX ANALYSER

   S’il y a bien une chose qu’il faut comprendre, c’est que tout ce que permet de faire l’oreille musicale découle d’une seule chose : une meilleure analyse musicale.

   En analysant mieux ce que vous écoutez, vous êtes davantage en mesure de relever les différents intervalles de notes, les changements de mesures, de tempo, de tonalité, et donc aussi… les éventuelles inexactitudes musicales !

   Par inexactitude, je veux bien sûr parler des fausses notes. 😉

   C’est comme pour un violoniste : cet instrumentiste, au même titre qu’un violoncelliste, altiste, contrebassiste ou qu’un tromboniste doit sans cesse faire attention à la justesse précise de ses notes, étant donné qu’il n’a pas de frette comme sur une guitare !

   C’est pour cette raison que ces musiciens ont développé une oreille assez incroyable qui leur permettent de déceler plus facilement les bavures musicales. 🙂

   Mais pour savoir analyser la musique, il n’est pas nécessaire d’être forcément un violoncelliste, entendons-nous bien là-dessus. 😉

   Comprendre la musique, savoir chanter, s’appuyer sur des références musicales sont quelques-unes des techniques qui permettent d’y parvenir dans un premier temps. 🙂

   Mais pour en savoir plus, je vous renvoie vers mon article sur le sujet.

   En tout cas, savoir analyser la musique – de façons écrite et sonore – va vous permettre de ressentir les méandres de la composition, de l’harmonisation, de l’arrangement mais aussi… de l’improvisation😉

II. SAVOIR DÉVELOPPER SON OREILLE MUSICALE POUR POUVOIR IMPROVISER…

   Et en effet, l’improvisation est un sujet pour lequel beaucoup de musiciens cherchent des réponses concrètes, plutôt que de simplement lire « c’est comme ça, ça vient en ressentant son instrument, en faisant qu’un avec lui. »

BULLSHIT.
BULLSHIT.

   Bon, en vrai, qu’à moitié.

   En réalité, pour en arriver au point de copuler avec son instrument – ce qui, en soi, n’est pas très orthodoxe…, il va falloir passer par des techniques plus « sérieuses » et qui ont vraiment fait leurs preuves.

   Mais savoir improviser est à la portée de tous !

   Bien entendu, c’est comme tout, certains vont mettre le paquet et d’autres ne sauront sortir que quelques notes par-ci par-là… Mais au moins, ce seront des notes qui auront leur place dans le cadre sonore.

   Et au moins, cela prouvera que ces musiciens-là sont sur la bonne voie pour progresser efficacement. 🙂

   En tout cas, savoir développer son oreille vous permettra, à votre niveau, de pouvoir improviser dans le style que vous préférezJazz, Rock, Funk, Metal, etc. – pendant des soirées bœufsvous savez, ce genre de soirées qui réunissent des musiciens de tous horizons pour se retrouver sur scène et jouer agréablement ensemble, en improvisant à tour de rôle ! – ou lors de soirées entre amis. 🙂

   De plus, le niveau en improvisation en dit beaucoup sur l’histoire du musicien, et permet de prouver son niveau global. Et c’est bien normal : en improvisant, vous faites tout autant valoir vos capacités d’instrumentiste mais, en plus de ça, vous ne vous servez d’aucune aide de partition. C’est donc le moyen le plus efficace pour montrer sa valeur, comme un preux chevalier.

Image de l'adoubement d'un chevalier pour l'article "Développer Son Oreille"
Image de l'adoubement d'un chevalier pour l'article "Développer Son Oreille"

   Mais même s’il faut avouer que c’est la vérité vraie, je n’aime pas trop tenir ce genre de propos… Cela sonne « élitiste » et pourrait inciter les guitaristes à croire davantage que « parce que c’est moi qui ait la plus belle guitare et qui joue le plus vite, c’est moi que ch’ui le meilleur »… Et je ne suis pas de cette école-là.

   À vous, donc, d’en penser ce que vous voulez. 😉Et d’ailleurs, dites-le moi dans les commentaires !

   Maintenant, pour terminer sur l’improvisation, sachez également qu’en tant que professeur de musique, savoir improviser sera encore une fois une preuve de maîtrise… Mais cette fois, pas pour se mesurer vis-à-vis des autres « mâles Alpha » et impressionner les donzelles pour assurer la lignée de l’espèce… AHAH. … Non, cette fois, ce sera vis-à-vis de vos élèves😉

   Je sais qu’en tant que professeur, il peut être frustrant de voir jouer ses élèves toute la journée et de ne pas pouvoir jouer soi-même. Il faut donc savoir garder son sang-froid pour ne pas « prendre le piano » à la moindre occasion. 😅

   Cependant, si vous avez quelque chose à expliquer à votre élève pour qu’il intègre mieux une notion, c’est une excellente occasion pour vous de jouer quelque chose issu de votre imagination, tout en restant simple et à sa portée, bien entendu.

   Seulement, ce n’est pas pour devoir vous vanter devant lui que vous devez faire ça, mais tout en lui expliquant sa leçon, c’est un excellent moyen de lui prouver inconsciemment que vous êtes un professeur compétent, digne de confiance et qui maîtrise vraiment son sujet.

   Et pour un élève qui a la volonté d’apprendre efficacement grâce à un bon professeur, c’est tout ce qui compte😉

III. … & COMPOSER !

   Oui ! En sachant développer votre oreille, vous allez être capable de pouvoir composer tout ce que vous souhaitez😉

   Que ce soit pour vous-même, pour des artistes en studio, pour des clients, des amis, vous pouvez en être capable. 🙂

   Savoir composer, c’est savoir tester des choses, mais aussi réutiliser des formules qui ont marché dans le passé à multiples reprises. Seulement voilà, pour trouver cette inspiration, il faut savoir ouvrir ses oreilles, son esprit, écouter attentivement et analyser à partir de connaissances théoriques solides😉

   De plus, lorsque l’on fait de la MAO (Musique Assistée Par Ordinateur), on est en plein dans le processus de composition… mais en utilisant simplement davantage les logiciels utilisant le MIDI que des logiciels d’écriture de partition… Ou des portées vierge en papier 😁

   D’ailleurs, savoir développer son oreille peut aider dans ce domaine, et notamment pour régler une chose : l’Autotune.

   Vous avez sûrement déjà entendu parler de ce petit effet que l’on entend principalement dans le rap de façon agressive, mais qui est pourtant également de plus en plus présent dans la variété française (Brassens, Aznavour, Dassin et Brel doivent se retourner dans leur tombe…)

   Pour faire simple, l’autotune ne se règle pas « comme ça ». Il faut en effet savoir déterminer la tonalité du morceau afin que le plug-in suive une « logique de notes » qui permettra, justement, de faire croire que le chanteur/rappeur l’utilisant chante juste😉

   Lorsque je travaillais en studio d’enregistrement, étant souvent confrontés à des clients rappeurs, je devais savoir régler l’autotune pratiquement à chaque nouvelle session, soit à peu près 2 à 3 fois par jour.

   Mon collègue qui n’était pas musicien, lui, utilisait un plug-in supplémentaire qui, en faisant analyser l’accompagnement musical du rappeur, permettait de savoir dans quelle tonalité il était composé. Ainsi, il n’avait plus qu’à rentrer cette valeur dans l’Autotune, et le tour était joué !

   Mais le problème, c’est qu’on ne peut pas faire pleinement confiance aux machines… Parce que, la plupart du temps, le plug-in tapait à côté.

   Ce qu’il indiquait n’était pas totalement faux… Mais pas totalement juste non plus. 😉Si bien que certaines notes n’avaient pas leur place !

   C’est d’ailleurs moi qui m’en suit rendu compte, et non lui.

   J’utilisai alors un petit clavier maître afin de trouver rapidement, à l’oreille, la tonalité en moins de 5 secondes. Et ça, je peux vous dire que ça a en a impressionné plus d’un😁

   Donc, en soi, cette maîtrise de l’oreillepour le réglage de l’autotune comme pour le reste – faisait que les clients revenaient souvent et aimaient bien travailler avec moi en particulier. 🙂

   Bon mais, si vous souhaitez en savoir plus sur comment trouver la tonalité d’un morceau à l’oreille, je vous renvoie vers cet article qui vous expliquera tout et qui vous permettra de faire mieux… qu’une machine😉

IV. ÊTRE CAPABLE D’ARRANGER TOUS TYPES DE MORCEAUX

   Un autre point en lien complet avec la composition et qui prouve en quoi développer son oreille est important, c’est l’arrangement.

   De même, peut-être avez-vous déjà entendu parler de ce mot dans le contexte musical ?

   Alors, si ce n’est pas le cas ou que c’est un peu flou pour vous, il s’agit en fait de la capacité à pouvoir transformer un morceau déjà existant avec de nouveaux instruments, une nouvelle structure rythmique, parfois harmonique, afin de pouvoir l’intégrer dans un nouvel environnement sonore.

   Ouais bon, je vous l’accorde, j’ai sûrement épaissi davantage le brouillard en vous disant ça… 😂

   Bon, pour faire simple, arranger un morceau, c’est le réécrire à sa sauce. 🙂

   Prenez par exemple le pianiste Patrik Pietschmann : ce pianiste a repris plusieurs dizaines de morceaux cultes, des musiques de films et les a arrangés pour en faire des versions piano qu’un pianiste – assez expérimenté, d’ailleurs – pourra reprendre seul, sans avoir recours à d’autres instrumentistes.

   Voici un des ces arrangements que j’adore particulièrement, issu du thème du film « La Liste De Schindler » :

V. SE LIBÉRER DU STRESS

   Pour finir, on ne le sait pas assez, mais savoir développer son oreille permet… de réduire son stress !

   Bon, bien sûr, je fais un très grand raccourci ! 😁Mais c’est quand même bien véridique, et je vais vous expliquer pourquoi😉

A. ÊTRE LIBÉRÉ DE L’OPPRESSION DE LA PARTITION

   On n’y pense pas assez, mais la partition peut être un vrai carcan en matière de musicalité.

   Lire des indications, des notes, des rythmes, tout cela est un frein à notre imagination et à notre capacité à s’essayer à autre chose, à quelque chose qui nous ressemble, nous.

   Je vais vous illustrer ça différemment.

   Prenez le travail de caissier : à première vue, c’est un travail « banal », que l’on fait en tant que saisonnier pour se faire un petit peu de sous de côté, ou alors que – malheureusement – beaucoup de gens font par dépit, parce qu’ils ne peuvent pas être embauchés ailleurs.

   Attention ! Même si ce n’est pas la vocation que l’on rêve lorsque l’on est petit – bien que l’on puisse jouer à la dinette et au caddie/supermarché, cela ne veut pas dire que personne n’y trouve son compte. Au contraire !

   Et même si ce job est répétitif, cela convient à beaucoup de gens qui ne cherchent pas à avoir des responsabilités sur le dos, qui cherchent simplement à toucher un revenu convenable et qui aiment leurs petites habitudes quotidiennes. Et HEUREUSEMENT !

   Et effectivement, ces personnes-là ne se sentiraient pas capable de monter leur propre affaire, de devenir leur propre patron et de crouler sous les responsabilités à longueur de journée, même s’ils gagnaient le double de leur salaire de caissier. 😉

   Mais il faut quand même bien avouer une chose : si l’on souhaite trouver une activité qui nous correspond et que nous avons des projets, c’est sûr qu’il sera plus compliqué de se motiver à les commencer le soir, après un travail redondant à brasser des clients mécontents et peu aimables, plutôt que si l’on passe la journée à faire ce qui nous plaît, aux heures que l’on a décidé soi-même.

   J’arrête mon histoire ici, mais bien sûr, il y aurait tellement plus à dire sur le sujet.

   En tout cas, ce qu’il faut retenir, c’est que c’est la même chose en musique : avoir une partition directrice nous permet de suivre les règles et d’être encadré, structuré, sans autre responsabilité que d’exécuter correctement ce que l’on nous demande. Bien évidemment, tout dépend du style de musique que l’on joue, et certains permettent plus de libertés que d’autres. 🙂

   On pourrait donc croire que : pas de responsabilité = pas de stress.

   Et ça serait vrai pour ce côté idyllique de la partition ! Mais d’un autre côté, cela peut être un vrai problème.

   En effet, imaginez que vous jouez un morceau en audition et que… Hop ! D’un seul coup, vous oubliez toute la suite de notes ! Ô malheur, ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie… (vous avez vu, je connais mes classiques… 😉) ! Comment faites-vous alors pour reprendre le contrôle de vos doigts et retomber sur vos pieds ?

   Eh bien, si au préalable, vous vous êtes entraînés à développer votre oreille et à comprendre la musique en profondeur, les volontés de composition, d’harmonisation et d’interprétation du compositeur, vous allez peut-être être sauvé. Hallelujah.

   En fait, le vrai stress, c’est de savoir que l’on peut se tromper à tout moment, avoir un « trou de mémoire », et ce parce que… nous sommes humain, tout simplement !

   La mémoire ne fait pas tout. Nous sommes une espèce pouvant retenir énormément de choses, mais nous sommes davantage conçus pour traiter de l’information plutôt que de la stocker. Véridique. 😉

   Et cette situation peut bien sûr vous arriver en audition « classique » en tant que soliste, mais également avec votre groupe ! Si vous avez une lacune à un moment précis, vous pouvez vous retrouver totalement à côté de la plaque et pouvez déstabiliser l’ensemble du groupe – sauf si vous êtes bassiste 😂ça va, on rigole. 😉… Quoique…

   Et pour clore cette longue sous-partie, laissez-moi simplement vous dire que, à plusieurs reprises, en audition, j’ai souvent eu des moments d’oubli qui m’ont donné des coups de frayeur. Mais en l’espace d’un dixième de seconde, je savais – presque à tous les coups, pas tout le temps, je ne vais pas vous le cacher…me rattraper parce que je me souvenais de l’enchaînement des notes, des différents intervalles qui devaient arriver à ces moments-là et de leur sonorité.

   Et encore à la maison, cela me le fait encore sur certains morceaux comme la Nocturne op.9 n°2 de Chopin sur un passage en particulier. Voilà voilà, il faudrait que je passe du temps à rectifier ce problème, mais les mauvaises habitudes sont là, et il me faudrait une bonne heure pour y arriver… Et je ne vous cache pas que je préfère passer cette heure à peaufiner un autre morceau que je suis en train de travailler ou d’en apprendre un tout nouveau ! « Haaan, pas bien Antoine… méchant Dobby ! »

B. DÉVELOPPER SON OREILLE PERMET DE… DÉCOMPRESSER !

   Maintenant, en dehors de tout stress lié aux représentations publiques, le fait de développer son oreille peut permettre de décompresser, et ce dans un cas bien particulier.

   Imaginez que vous rentrez d’une journée éprouvante de travail. Et là, vous avez une envie de jouer du piano… Mais pas de devoir travailler encore le morceau sur lequel vous vous exercez depuis 3 semaines. Vous en avez assez, vous voulez écouter autre chose « sortir de vos doigts » !

   Mais voilà, si seulement vous pouviez jouer ce qui vous passe par la tête, naturellement, en totale improvisation.

   Si seulement vous pouviez connaître les « secrets » de l’harmonisation, vous pourriez sans doute lancer une petite playlist que vous aimez sur YouTube, ou allumer une radio dont la tendance musicale vous plaît et retrouver les mélodies et accords de chacun des morceaux comme ça, instantanément… Vous voyez où je veux en venir ? 😉

   Tout ça, vous pouvez en être capable à force d’essayermais qui est voué à l’échec dans 90% des cas, mais surtout en comprenant la musique et en développant votre oreille.

   Voilà, vous savez ce qu’il vous reste à faire maintenant. 🙂

C. UNE OREILLE DÉVELOPPÉE DANS LE CONTEXTE SOCIAL

   Le dernier point qui relie développement de l’oreille et stress concerne… le social.

   Oui parce que, en société, plus on arrive à montrer que l’on est capable de faire quelque chose, plus les gens sont impressionnés, admiratifs, ou du moins attentifs à ce que vous faites et ça, ça renforce votre confiance en vous. Surtout si, comme beaucoup de musiciens, vous êtes d’une nature assez timide et que vous aimez jouer d’un instrument pour le côté « personnel » que cela renferme. 😉

   Et devant vos amis en petit comité, c’est la même chose : vous avez envie de montrer que vous savez bien jouer en toutes circonstances. Mais d’un autre côté, vous n’allez pas les embêter à jouer vos morceaux du Conservatoire… Croyez-moi, ça va bien 2 min…

   À la place, pourquoi ne pas leur demander un morceau qu’ils aimeraient écouter – que vous avez déjà écouté vous, de préférence – et d’essayer de retrouver la mélodie et les accords comme ça, directement, à l’oreille 😉

   Dans la plupart des cas, c’est d’ailleurs eux qui vont naturellement vous demander d’eux-mêmes : « Eh ! Dis moi, tu sais jouer « … » ? ». Et je pense que vous serez d’accord avec moi en vous disant que c’est frustrant de répondre « Euh non, je la connais, mais je l’ai jamais apprise… », non ? 😉

   Savoir développer son oreille vous permettra alors d’éviter en grande partie ce genre de situation, car il faut savoir que la plupart des morceaux actuels que les gens aiment à écouter peuvent être joués très simplement si vous avez un tant soit peu les bonnes connaissances et un entraînement adéquat au préalable. 🙂

   De plus, en sachant laisser libre court à votre improvisation sur une harmonie bien définie, vous pouvez faire tout ce que vous souhaitez. Et le plus magique là-dedans, c’est que cela émerveillera les gens, les rendra admiratifs et, de surcroît, vont moins se focaliser sur vos éventuelles erreurs !

   Et de votre côté, même si vous en faites, personne ne les remarquera – tout dépend de l’erreur et du niveau musical de votre entourage bien sûr – et cela vous donnera davantage confiance en vous. Votre stress s’en ira alors comme il est venu au profit d’un sentiment d’engouement, d’excitation et de fierté interne, suscitant d’autant plus l’admiration chez vos proches. 🙂 C’est pas merveilleux, tout ça ? 😉

   Maintenant, en bonus, si vous arrivez à faire ça le temps d’une soirée à laquelle est conviée la personne qui vous plaît, cela mettra toutes les chances de votre côté. Pas parce que « Haaaannnnn, il est trop beau, il sait jouer du pianooooo » – 😂– mais plutôt parce que l’attention sera portée sur vous et que, si vous vous y prenez bien, vous aurez toute la confiance en vous nécessaire pour aller plus loin avec cette personne. 🙂 Mais je ne suis pas coach en séduction, et si vous désirez en savoir plus, ce n’est pas sur mon blog que vous trouverez la réponse ! 😂… Même si j’ai déjà trouvé un livre qui s’appelait…

Couverture du Livre "La Guitare Pour Baiser" pour l'article "Développer Son Oreille"
Couverture du Livre "La Guitare Pour Baiser" pour l'article "Développer Son Oreille"

Source : https://bit.ly/2SeLBCf

   Eh oui, rien que ça. 😁

   Ce n’est pas parce qu’on a les cheveux frisés, qu’on est charismatique et qu’on a une 6 cordes ou un 88 touches entre les doigts que l’on va serrer plus facilement, on est bien d’accord.. Mais d’après les chiffres, ça peut aider… Et notamment grâce au fait que l’attention est, encore une fois, portée sur nous. 🙂

   Ahlala, ces musiciens… 😁Et après, on se demande pourquoi ce mythe du guitariste en mode James Blunt au bord de la plage a longtemps existé… 😉

   Voilà, cet article sur « Pourquoi Développer Son Oreille » s’achève ici.

   Dites-moi maintenant en commentaire ce qui vous bloque le plus dans votre quotidien de musicien, ou dites-moi simplement ce que vous avez pensé du contenu de cet article. 🙂

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique :« Rythme Et Solfège », « Travailler Son Oreille Musicale » et « Comprendre La Musique ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Comprendre La Musique 🤔

Comprendre La Musique 🤔

5 RAISONS DE

COMPRENDRE LA MUSIQUE 🤔

   Bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème “Comprendre La Musique” ! 🙂

   Vous êtes-vous retrouvés face à votre instrument avec ce sentiment de ras-le-bol de tourner en rond à force de travailler les mêmes morceaux en boucle parce que votre professeur vous a demandé de parfaire un certain passage ?

   Ou bien de trouver votre instrument chez un de vos amis en soirée et de ne pas savoir quoi jouer ? Parce que bon, le Classique ou la Musique du Monde c’est bien sympa, mais « ça ne va probablement pas intéresser les copains… Eux, ils veulent de la musique qui bouge, qui se danse, ou du moins que tout le monde connaît»

   Ou bien encore d’assister à une soirée scène ouverte et de ne pas vouloir se lancer et jouer avec les autres musiciens ? Et pour quelle raison ? Parce que vous n’avez pas votre partition sur vous, et que eux résonnent avec ce qu’ils appellent des « grilles d’accords » dont vous ignorez tout, que ce soit en terme d’accompagnement ou d’improvisation mélodique

   Si vous vous reconnaissez parmi ces 3 cas-ci, alors laissez-moi vous dire que vous êtes au bon endroit !

   Dans cet article, je vais vous expliquer 5 raisons qui vous montreront pourquoi, au-delà d’apprendre à lire des partitions et de faire de la lecture de rythme, il est fondamental de bien comprendre la musique pour devenir un meilleur musicien plus polyvalent et plus épanoui.

C’est parti ! 😉

I. POUVOIR RATTRAPER SON « RETARD »

   On le sait tous.

 Si les parents inscrivent leurs enfants dans beaucoup d’activités extra-scolaires différentes lorsqu’ils rentrent à l’école primaire, c’est pour les éveiller et pour leur faire découvrir de nouvelles passions auxquelles ils peuvent prendre plus ou moins goût.

  À eux de faire ensuite leurs choix et, en fonction de leurs facultés, à celui des parents de les orienter vers des professeurs ou des coachs plus spécialisés.

   Maintenant, les 2 autres raisons pour lesquelles les enfants sont impliqués dans ces activités très jeunes est que, d’une part, à cet âge-là, l’esprit est très malléable et que l’on peut faire apprendre des choses inouïes aux enfants… et que, d’autres part, les enfants n’ont qu’une responsabilité quotidienne : faire leurs devoirs et ne jamais laisser passer quoi que ce soit avant l’école.

  Mais vous avouerez bien que, en comparaison avec notre vie de fou et en relativisant, nos responsabilités financières, au travail, dans notre couple, dans nos projets professionnels et/ou personnels, et tous les autres problèmes qui s’accumulent au fur et à mesure du temps, les problèmes des enfants de devoir « simplement » faire leurs devoirs sont bien minimes😉

   Bien sûr, on ne peut pas demander à un enfant d’avoir la maturité d’un adulte de 30 ou 40 ans, mais bon, le fait est que les enfants ont un esprit beaucoup plus « clair » et propice à recevoir plein de nouvelles informations qu’ils ingurgiteront plus facilement. 🙂

   Bon mais, tout ça pour vous dire quoi ?

   Que de croire que c’est impossible d’apprendre la musique dès lors qu’on a dépassé les 15 ans !

  D’ailleurs, à 15 ans aussi, de nouvelles responsabilités nous tombent dessus : des devoirs et projets scolaires plus importants qui demandent plus d’investissement, les premiers problèmes de l’adolescence (amour, intégration sociale), etc. Il est donc compliqué de vouloir commencer la musique à cet âge-là.

   Maintenant, si je vous disais que d’assimiler simplement les chapitres les plus importants de la musique vous permettraient de pouvoir jouer très rapidement vos premiers morceaux de piano, de guitare, d’accordéon ou de tout autre instrument ?

   Le problème avec les cours privés, c’est qu’ils peuvent nous apprendre beaucoup… ou pas du tout. Tout dépendra de la pédagogie du professeur et de ses capacités.

   Pour le Conservatoire, n’en parlons pas. Vous devrez OBLIGATOIREMENT passer par un cursus « chiant et long », ne nous ménageons pas pour dire ce qu’il en est.

   Attention, je dis simplement que ce n’est tout simplement pas le bon moyen pour commencer la musique sans courir le risque d’en être rapidement dégoûté. Après, si l’on a déjà des capacités et que l’on souhaite les développer davantage, c’est là que ça devient intéressant😉

   C’est ce qui s’est passé pour moi : j’ai commencé en cours privé avant de rentrer au Conservatoire 10 ans plus tard, et j’y ai totalement trouvé mon compte ! 🙂 Mais je suis sûr d’une chose, c’est que si j’avais commencé par le Conservatoire, je n’aurai peut-être pas tenu jusqu’au bout et vous ne seriez sûrement pas en train de lire ces lignes en ce moment. 😉

   Et encore une fois, pourquoi je vous dis ça ?

   Pour vous faire rendre compte que, si vous souhaitez rattraper le « retard » que vous avez par rapport aux enfants en bas âge (bien qu’il n’y ait pas vraiment de retard en soi), comprendre la musique sera nécessaire pour maîtriser tout ce dont vous avez besoin en très peu de temps.

   Bien sûr, ce n’est pas ce qui vous rendra virtuose, mais cela permettra de vous débloquer un tas de nouvelles facultés qui vous permettront ensuite d’évoluer dans tous les domaines de la musique !

   Et comprenez bien ceci : comprendre la musique, c’est une méthode davantage attribuée aux adultes qu’aux enfants en bas âge qui, eux, n’ont pas à connaître dès le début le pourquoi du comment… alors que les adultes préfèrent, eux, comprendre l’envers du décor avant d’apprendre bêtement. Et c’est là-dessus que vous devrez miser votre force😉

II. POUVOIR SE DÉMARQUER DES AUTRES MUSICIENS

  Comprendre la musique, c’est aussi avoir la possibilité de lire entre les lignes, d’écouter et d’identifier des choses indiscernables par d’autres musiciens moins expérimentés. 🙂

   Là où vos amis sauront jouer des morceaux à partir de tablatures ou de partitions déchiffrées et interprétées, vous serez capable de dire POURQUOI il y a un « Fa double dièse » au lieu d’un « Sol bécarre » (ce qui revient exactement à la même chose sur un piano) à la mesure 5 de la Fantaisie Impromptu de Chopin😉

   Vous saurez expliquer les changements de signatures rythmiques, les modulations (qui sont des changements de tonalité) et l’apparition des différents accords qui apparaissent.

   Vous trouvez la nuance assez subtile, n’est-ce pas ? 😉

   En fait, pour résumer, vous serez capable d’identifier les volontés du compositeur plutôt que de simplement les exécuter. 🙂

   Et cette situation est présente dans la plupart des autres domaines de la vie !

   Prenez par exemple le cas de l’informatique : Il est facile (plus ou moins en fonction de chacun) de se servir d’un ordinateur et d’utiliser ses logiciels et applications

   Cependant, le jour où l’on rencontre le moindre dysfonctionnement, le moindre problème ou une situation nouvelle totalement inconnue, on se retrouve rapidement embêté et on panique par peur de faire une mauvaise action, en cliquant sur un mauvais lien par exemple. Et parce que cela demande trop d’efforts et que l’on n’« ose pas » chercher de solution, on finit la plupart du temps par abandonner. 😕

   Maintenant, si vous connaissez les différents « organes » qui constituent un ordinateur ou que vous savez où aller pour résoudre un problème logiciel, vous serez en mesure de pouvoir entretenir votre ordinateur, de lui éviter des accidents, de le faire vivre plus longtemps et même de le réparer si besoin !

   En musique, c’est la même chose.

   Le jour où vous faites face à une nouvelle situation ou à un problème (comme devoir jouer un morceau que l’on connaît par cœur mais que l’on n’a jamais appris avec une partition), savoir comprendre la musique s’avère alors d’une importance capitale et vous permettra de surmonter les « coups durs » en cas de besoin. 🙂

III. POUVOIR ACCÉDER À UN ENSEIGNEMENT PLUS QUALIFIÉ

   Si vous souhaitez apprendre la musique de zéro et savoir jouer d’un instrument, vous pouvez vous orienter, comme je vous l’ai dit plus haut, vers un professeur privé ou vers un Conservatoire.

   Et avec eux, vous apprendrez bien évidemment à jouer d’un instrument mais également à savoir lire des partitions et décortiquer plein de nouveaux morceaux.

   Maintenant, et c’est le cas la plupart du temps, pour comprendre la musique davantage dans un plus court laps de temps, vous avez 2 possibilités :

• Vous pouvez demander à votre professeur privé d’orienter les cours vers de l’analyse et de l’écriture musicale, mais s’il n’avait pas prévu ça dans son programme, il ne sera sans doute pas en capacité de vous le faire faire. C’est donc une possibilité valable seulement à 50%.

   Et d’ailleurs, l’analyse et l’écriture musicales apparaissent dès la 8ème année de solfège au Conservatoire ! Alors bien sûr, il y a plein d’autres exercices que cette école met en œuvre pour initier ses élèves à un développement plus poussé de l’oreille et à la compréhension musicale, mais autant vous dire que si vous souhaitiez arriver plus rapidement à comprendre la différence entre un « Fa double dièse » et un « Sol bécarre », ce n’est pas en restant seulement un an au Conservatoire que vous allez y arriver…

• Non, l’autre solution qu’il reste, c’est de trouver un professionnel expert dans ce domaine qui sera en mesure de vous l’apprendre pas-à-pas et dans un laps de temps assez court afin que vous restiez toujours motivé, que vous n’abandonniez jamais et que vous parveniez à atteindre des paliers d’objectifs qui, au bout du temps, vous guideront vers votre objectif final. Un coach spécialisé, en soi. 🙂

   Bien entendu, je résume un petit peu ce que je vous propose sur ce blog et ce que je peux vous apporter, mais il existe également d’autres professionnels qui sont capables tout autant que moi de vous proposer ce genre d’aide ! Simplement, trouver une personne de ce type dans sa ville peut-être plus délicat que sur Internet qui foisonne de tas de services en tous genres. 🙂

   En tout cas, si après avoir développé rapidement de nouvelles connaissances, vous décidez d’accroître vos capacités d’instrumentiste, il vous sera alors plus simple de le faire ! Tout ce que vous appliquerez directement ne sera plus que le fruit d’une totale compréhension théorique, et même si ça paraît compliqué (oui parce que je suis inspiré pour écrire des mots à rallonge 😂), cela vous permettra de faire un bond en avant dans votre carrière musicale. 🙂

IV. SAVOIR DIRIGER UN ENSEMBLE MUSICAL

   Un des autres aspects positifs de comprendre la musique, c’est de pouvoir se revendiquer pour soi-même et auprès des autres (en restant bien sûr humble et modeste) un musicien qui a les épaules pour pouvoir contrôler tout ce qu’il écoute.

   Grâce à une meilleure théorie que vous maîtrisez maintenant en interne, vous allez être capable de déceler la moindre petite erreur qui pointerait le bout de son nez. Et cela peut vous être vraiment très utile si vous avez une formation musicale avec des amis. 🙂

   Vous serez alors en mesure de mieux comprendre les besoins du groupe, en sachant analyser les problèmes de composition, d’interprétation, de spatialisation sonore et identifier les fausses notes dérangeantes.

   Et dans tout groupe, c’est dur à entendre, mais il faut UN leader. Il faut quelqu’un qui puisse diriger les autres en matière musicale, quelqu’un qui sache motiver ses compagnons, gérer le travail de chacun en plus du sien et guider la vie du groupe.

   Il peut d’ailleurs être aidé, mais il faut quelqu’un qui puisse administrer et régir ce qui doit être fait pour le bien du groupe, c’est indispensable.

   Tous les grands groupes ont leur leader : Metallica (James Hetfield), Green Day (Billie Joe Armstrong), Megadeth (Dave Mustaine), etc. D’ailleurs, c’est très souvent le chanteur qui se retrouve leader, parce que c’est lui que les gens retiennent avant toute chose parmi les musiciens d’un groupe, et que c’est lui qui a les épaules pour guider le groupe, étant donné qu’il doit mener la danse et savoir « faire son show » devant des centaines de milliers de personnes ! Disons que c’est dans son caractère, de la même façon qu’un bassiste sera généralement plus réservé. Mais voyons, je suis en plein stéréotypes, jamais je ne me permettrai de faire des généralités ! 😂

   Mais pour faire court, en ayant les connaissances suffisantes, vous pouvez vous-même devenir le leader d’un groupe et aider vos amis à orienter leur jeu et leurs façons de composer avec un œil différent. 🙂

   Après tout, comme dirait le scénariste Dan Abnett : « Le pouvoir, c’est le savoir. »… 😉

   … et Victor Hugo : « Pouvoir, vouloir, savoir, trois mots qui mènent le monde. »

   À méditer. 🙂

   Maintenant, si vous faites partie d’un groupe et que vous ne souhaitez pas être un chef pour vos amis ou que vous préférez simplement rester à votre place de guitariste ou d’accordéoniste, comprendre la musique vous aidera pour une chose (mais une chose très importante quand même hein, on n’est pas là pour pousser mémé dans les orties qui n’amasse pas mousse… Euh, je crois que je me suis perdu dans mes dictons là😅) : celle de pouvoir être musicalement libre et de pouvoir mettre ses sentiments en avant au-delà de la mémorisation du morceau en elle-même.

   Vous serez ainsi libéré du carcan de la partition directrice et pourrez laisser court à vos idées de composition et d’improvisation. 🙂

V. UNE AIDE IMPORTANTE POUR ENSEIGNER LA MUSIQUE

   Enfin, savoir comprendre la musique est d’une utilité cruciale si vous êtes professeur de musique.

   Comme je l’ai expliqué plus haut, si vous ne l’avez pas encore développé et que vous souhaitez décupler vos capacités musicales au sein de votre instrument, vous pouvez faire appel à un professeur privé qui acceptera une fois sur 2 d’accepter votre requête.

   Mais s’il vous dit non, ce n’est pas dû au fait qu’il ne voudra pas, mais qu’il ne POURRA tout simplement pas le faire à cause d’un manque de savoir.

   Comprendre davantage la musique permet de paraître crédible aux yeux de ses élèves ou de leurs parents et de se présenter comme un véritable expert en la matière, et ce via plusieurs pratiques :

• Vous pouvez aisément retranscrire d’oreille n’importe quel morceau pour l’adapter à chacun des niveaux de vos élèves ;

• Vous développez une oreille attentive à la moindre petite erreur que ceux-ci peuvent faire, et ce même si vous ne regardez pas le piano ;

• Vous pouvez d’ailleurs corriger vous-même vos propres erreurs afin de progresser davantage et plus rapidement ;

• Vous devenez capable de jouer n’importe quel morceau pour niveau débutant au premier coup d’œil (ou presque), ce qui vous fait valoir comme étant un professeur très compétent et qui renforce votre expertise perçue.

   Alors maintenant, en tant que professeur, ne souhaiteriez-vous pas vous démarquer de la masse de ces professeurs qui ne sauront enseigner que le strict minimum à leurs élèves et pouvoir faire toutes ces merveilleuses choses ?

   Ne désireriez-vous pas devenir un professeur tellement compétent que vous seriez recommandé par tous les musiciens de la région avec le bouche à oreille ?

   Ne voudriez-vous pas pouvoir aller encore plus loin pour vos élèves et vous faire reconnaître à votre juste de valeur en leur inculquant des choses qu’ils n’apprendront pas en si peu de temps auprès d’un autre professeur ou au sein d’un Conservatoire ?

   En acquérant ces connaissances, vous devenez ainsi une référence dans votre métier.

   Et dans l’auto-entreprenariat, plus vous faites correctement votre travail, plus vous êtes récompensé pour ça😉

   Vous pouvez récolter des avis incroyables sur Google, être invités à des masterclass et à des événements avec des musiciens importants, obtenir de grosses subventions pour lancer de plus gros projets… mais vous pouvez aussi rester à envergure humaine et recueillir tout simplement une immense satisfaction de la part de vos élèves. Et si c’est ce que vous désirez simplement, alors vous aurez tout gagné. 🙂

   Indiquez-moi maintenant en commentaire en quoi comprendre la musique pourrais vous aider dans votre quotidien musical. 🙂

  Maintenant, je vous propose de découvrir non pas un, mais 2 articles totalement complémentaires qui font suite au fait de comprendre la musique, c’est celui de pourquoi développer et de travailler son oreille musicale. Et c’est pourquoi je vous propose de les découvrir dès maintenant via les bouton ci-dessous. 😉

À tout de suite !

Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Apprendre À Lire Une Partition » et « Trouver La Tonalité D’Un Morceau ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Travailler Son Oreille Musicale 👂

Travailler Son Oreille Musicale 👂

TRAVAILLER SON OREILLE MUSICALE 👂

   Salut les zikos et bienvenue dans ce nouvel article traitant du thème “Travailler Son Oreille Musicale” ! 🙂

   Qu’est-ce que signifie, pour vous, « avoir l’oreille musicale » ?

   Est-ce avoir l’oreille absolue, ce don que tout le monde connaît mais qu’il est impossible d’avoir ?

   En réalité, on n’est pas loin… Mais avoir une oreille musicale ne veut pas forcément dire avoir l’oreille absolue. Je m’explique :

   Avoir de l’oreille signifie en réalité que l’on a dû travailler pour développer son oreille avec des exercices, des méthodes, et cela requiert une certaine rigueur.

   En revanche, l’oreille absolue, quant à elle, consiste à repérer du premier coup n’importe quelle note et à la nommer. Mais là où la plupart des gens se trompent, c’est que l’oreille absolue est une faculté que l’on a dès tout petit et que, sans le savoir, des dizaines de personnes ont sans être forcément des musiciens !

   C’est, d’une certaine façon, une sorte d’hyperacousie fréquentielle qui n’en reste pas moins désagréable pour les personnes dotées de ce genre de faculté.

   D’ailleurs, ma 1ère prof de musique m’avait raconté qu’une de ses élèves l’avait et que, lors d’une de leurs balances pour le concert de fin d’année, une voiture était passée à proximité, avait klaxonné et cette élève avait dit « Oula, ce klaxon est entre le Fa et le Fa#, c’est très dérangeant… »

   Vous voyez, très impressionnant. 😉

   Eh bien non, dans cet article, je ne vais pas vous parler d’oreille absolue, mais d’oreille… relative !

   Et l’oreille relative, c’est le mot juste lorsque l’on parle de « travailler son oreille musicale », ou « avoir l’oreille musicale ».

   Tout est une question de technique, de maîtrise, pour parvenir à tout un tas de capacités telles que :

Déchiffrer plus rapidement une partition ou une tablature de guitare

• Savoir improviser librement et aisément sur tous types de gammes et de styles ;

• Pouvoir composer soi-même ses propres morceaux de façon organisée ;

• Avoir des facilités pour enseigner la musique et transmettre des notions aux autres.

   Tout ceci est génial… Mais le problème, c’est que la majorité des musiciens ne savent pas quelles étapes suivre pour y parvenir et quelles sont les techniques qui permettent de radicalement travailler son oreille musicale relative afin de progresser totalement dans l’apprentissage et la compréhension de la musique.

   Je le conçois, ça fait beaucoup de mots compliqués😉

  Alors, sans plus tarder davantage, attaquons la piste de ski dès maintenant avec ces 8 Clés qui permettent de travailler son oreille musicale ! 🎿⛷️

I. UNE MEILLEURE BASE MUSICALE… POUR UNE MEILLEURE OREILLE MUSICALE !

   Tout d’abord, la chose ES-SEN-TI-ELLE que tout bon musicien devrait avoir est celle de maîtriser sur le bout des doigts toutes les notions de solfège.

   Alors, vous devez sans doute penser, comme ça, au 1er abord, que c’est quelque chose d’inatteignable, que vous avez déjà essayé dans le passé de tout comprendre lorsque vous preniez des cours privés ou au Conservatoire où vous en avez bavé pendant plusieurs années mais que vous n’avez jamais compris à quoi cela pouvait bien servir dans la pratique de votre instrument ?

   Vous devez croire qu’il est trop tard pour vous de le comprendre « à votre âge », même si vous n’avez QUE 25 ans, puisque vous pensez qu’après 15 ans, on n’a plus la plasticité cérébrale et la dextérité nécessaire pour y parvenir et que les bonnes habitudes ne viendront plus aussi facilement que chez les enfants et les adolescents en bas âge.

   Eh bien, laissez-moi vous dire une bonne chose : tout ceci est AR-CHI FAUX !

   En ce qui concerne la pratique d’un instrument, le problème ne provient pas de notre capacité à pouvoir apprendre ou réapprendre les bonnes habitudes de positionnement de la main, des doigts, du corps, etc.

   Le problème est beaucoup plus logique que cela, mais pourtant pas autant considéré qu’il devrait l’être : plus nous vieillissons, plus nous croulons sous diverses activités, de nombreuses responsabilités de plus en plus importantes à assumer au travail, dans la vie de famille, de couple, du côté financier, etc.

   En résumé, plus la vie avance, plus elle laisse derrière elle un bon nombre de nos agissements qui, sur le long terme, finissent par s’accumuler et ne nous laissent plus aucun temps disponible pour nous laisser un tant soit peu de temps… pour nous !

   C’est aussi simplement triste que ça. 😕

   De plus, quand on est petit, nos parents nous font pratiquer des activités différentes afin de voir dans laquelle nous nous épanouissons le plus. Et c’est là que l’embranchement se fait : lorsque l’on est petit, on a une énergie folle à dépenser… Et c’est pourquoi la plupart des enfants pratiquent en priorité une activité physique plutôt qu’une activité artistique, même si, bien entendu, beaucoup d’enfants arrivent à pratiquer les 2 (voire plus de 2 !).

Image d'enfants pratiquant le football pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"
Image d'enfants pratiquant le football pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"

   Mais la musique est un domaine artistique qui est populaire chez bon nombre de personnes, et ce parce que, après les réseaux sociaux et la télévision, écouter de la musique fait partie de notre quotidien : que l’on soit en train de lire, de conduire, de manger, de prendre sa douche (pour beaucoup de gens 😉), de pratiquer une activité manuelle ou sportive, la plupart des gens aiment écouter de la musique en même temps, tout simplement parce que cela ne sollicite que l’ouïe et nous laisse tous les autres sens pour s’adonner à autre chose en parallèle. 🙂

   Ainsi, pour cette simple raison, beaucoup de gens aimeraient pouvoir apprendre à jouer d’un instrument simple et populaire, tels le piano, la guitare, le violon ou la batterie (entre autres).

   Et c’est pourquoi, passées les étapes du lycée et des études supérieures, avoir du temps pour soi redevient plus envisageable et l’envie de jouer d’un instrument (comme l’envie d’apprendre quelque chose qui nous tient à cœur depuis longtemps) resurgit et nous hante.

   Seulement voilà, même si certaines rares personnes ayant un don seront capables de jouer ce qu’elles voudront d’oreille sans ne rien n’y connaître en solfège, cela ne sera pas le cas pour la majorité des gens, hélas.

   C’est pourquoi je vous ai dit, plus haut, qu’il était indispensable de bien connaître tous les chapitres de solfège puisque ce conseil sera vrai pour une grande majorité de personnes. 🙂 Mais bien sûr, si vous arrivez de vous-même à rejouer des morceaux à l’oreille et que vous n’y connaissez rien en théorie musicale, c’est tout à votre honneur. 😉

   Et d’ailleurs, laissez-moi vous raconter brièvement ce qu’il s’est passé avec un de mes élèves dont je tairai le nom.

Image de Spider-Man en train de lire pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"
Image de Spider-Man en train de lire pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"

Ok, vas-y…

   Kévin – 😂– m’a contacté pour me demander si je pouvais l’aider à intégrer davantage son jeu de piano dans son groupe de jazz en apprenant comment former les accords et à trouver sa place dans la disposition sonore des différents instruments.

   Or, lorsque nous nous sommes rencontrés et que je lui ai demandé de me jouer un morceau de son choix afin d’évaluer son niveau, il a commencé à me jouer quelque chose de totalement improvisé mais digne d’un musicien ayant 20 ans d’expérience musicale derrière lui !

   Des cadences parfaites avec accords renversés 7ème aux gammes blues pentatoniques en passant par des basses continues en accords d’octave pour renforcer la continuité mélodique, tous les ingrédients utilisés par un bon pianiste étaient regroupés.

   Et vous voyez, rien de tel qu’une bonne petite soupe de jargon musical très technique pour vous prouver que je ne rigolais pas (et que lui non plus d’ailleurs 😅) et qu’il était pleinement conscient… qu’il ne connaissait pas l’ombre d’un de ces termes techniques et de ces notions !

   Hallucinant, n’est-ce pas ? 😱

   Eh bien, en réalité, cet élève avait joué plus d’une dizaine d’années dans un bar pour animer des soirées… Voilà qui aide beaucoup. Il a dont tout appris sur le tas tout seul ! Mais il a eu beaucoup de chance d’avoir trouvé le cheminement parfait pour y parvenir sans avoir eu à passer par le solfège. Et, comme lui, seulement une petite poignée de gens y parviennent. 🙂

   Voilà, donc, comme je vous le disais, même si au bout d’un moment, elles arrivent à tourner rapidement en rond autour de ce qu’elles savent faire, certaines personnes auront un don pour arriver à jouer ce qu’elles voudront.

   Et c’est pourquoi cette première partie d’article s’adresse davantage à ceux et celles qui auront envie de connaître le solfège sous toute sa carcasse plutôt qu’à ceux qui, comme Kévin, sauront déjà jouer tout ça, même si ils ne savent pas comment ils font. 🙂

   Maintenant, et pour terminer cette loooongue partie, je tenais simplement à vous préciser qu’une autre de mes élèves a beaucoup progressé lorsqu’elle prenait des cours avec moi (oui, en effet, c’est le but des cours de musique 😂). Mais la différence est qu’elle avait… 75 ans !

   Elle connaissait rapidement les premiers chapitres de solfège mais très peu les chapitres plus avancés. Nous avons donc tout repris depuis le début, et elle a su, en l’espace de quelques mois, tout maîtriser sur le bout des doigts. 🙂

   Et d’ailleurs, si vous vous demandez ce que cela implique d’apprendre le solfège, sachez qu’il peut être ENTIÈREMENT maîtrisé en l’espace d’une vingtaine de chapitres/notions et que chacune d’entre elles se retrouvent ensuite omniprésentes en musique, quoi que vous fassiez.

   C’est donc loin d’être une leçon de mathématiques à apprendre par cœur, mais bel et bien toute une ribambelle de petites clés qui vous permettront de déverrouiller tous les petits cadenas qui vous empêchent de comprendre la musique. 🙂

II. DÉCOUVRIR DE NOUVEAUX STYLES DE MUSIQUE

   Parmi les 6 techniques que je vous présente, celle-ci paraît tellement évidente mais est pourtant si peu exploitée.

   En effet, faire l’effort et prendre le temps de découvrir de nouveaux styles de musique et de nouveaux artistes permet de changer complètement la vision que l’on a de la musiquenotamment de la musique que l’on a l’habitude d’écouter – en terme de composition et d’acquérir de nouvelles bases pour travailler son oreille musicale.

   Bon mais, vous devez déjà peut-être écouter quelques styles de musique différents. Mais le faites-vous suffisamment 😉

   Comme je ne suis pas avec vous en ce moment-même, j’ai une solution à vous proposer pour que vous l’évaluiez de chez vous pour remédier à ce problème.

1. Parmi tous les styles que vous voyez apparaître sur cette photo, sélectionnez-en donc 10 qui vous inspirent le plus:

Liste des styles musicaux pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"
Liste des styles musicaux pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"

2. Sur YouTube ou Spotify, choisissez donc une playlist avec les morceaux les plus connus de ce style, ce qui vous donnera par la même occasion le nom des artistes les plus célèbres. 🙂 

   Pendant longtemps, j’ai écouté les mêmes styles de musique et il m’arrivait même de mépriser certains styles et de les rabaisser par rapport à d’autres.

   Mais aujourd’hui, et depuis quelques années maintenant, j’ai appris à m’ouvrir à plein de nouveaux styles qui m’étaient totalement inconnus jusque-là, tel le Rap, le Jazz ou l’Électro.

   De plus, dans les styles que j’aimais qu’étaient le Rock sous tous ses aspects (Pop-Rock, Punk Rock, Hard Rock – très diversifié tout ça, n’est-ce pas…), j’ai étendu les styles jusqu’à leurs extrêmes, notamment avec les innombrables sous-genres du Metal (Metal Progressif, Nu-Metal, Néo-Metal, Metal Nordique, Speed Metal, Metalcore, etc.) ou bien, d’un autre côté, avec de la musique plus « posée » ou riche en textes (Francis Cabrel, Lomepal, Orelsan) et en mélodies enivrantes (Panda Dub, County Jels, Keane, Faith Hill).

   Mais j’ai également appris à redécouvrir la plupart des artistes que je connaissais depuis longtemps et qui, lorsque l’on s’intéresse un peu à ce qu’ils ont fait en dehors de la sphère commerciale, peuvent nous apporter énormément de choses (Coldplay, Mark Knopfler, Fleetwood Mac, etc.).

   Bien entendu, tous ces artistes et ces styles me parlent profondément à moi, personnellement.

   À vous donc de trouver vos propres styles qui vous apporteront, vous aussi, une grande valeur musicale. Et c’est de cette façon que l’on est le plus en mesure de travailler son oreille musicale😉

   Enfin, gardez une chose à l’esprit : plus vous écouterez de nouveaux styles de musique, plus vous en viendrez à développer inconsciemment votre oreille musicale.

   Ceci est notamment dû au fait que vous découvrirez de nouvelles méthodes de composition, de nouveaux procédés harmoniques et mélodiques, de nouvelles familles sonores et de nouveaux instruments. 🙂

   Et, devinez ce qui est le plus beau dans tout ça ? 😉

  Plus vous arriverez, par ce biais ainsi que par les autres points présents dans cet article, à comprendre la musique et à identifier de nouvelles entités sonores, plus vous serez appâtés par le fait de découvrir encore de nouveaux styles de musique et de nouveaux artistes qui vous apporteront, à leur tour, une bonne dose de richesse musicale. 🙂

   C’est une spirale infernale, mais pour une fois, pour la bonne cause😉

   Alors, qu’attendez-vous ? Jetez-vous dedans corps et âme sans plus attendre😃

III. EXPÉRIMENTER SOI-MÊME : UN POINT CLÉ POUR TRAVAILLER SON OREILLE MUSICALE

   Le 3ème point qu’il est nécessaire de comprendre pour travailler son oreille musicale correctement, c’est de savoir expérimenter les choses par soi-même !

   Du moins, oser se lancer et tester quelque chose😉

   C’est d’ailleurs une pratique utilisée par 50% des gens qui souhaitent déchiffrer des morceaux plus rapidement, et notamment des morceaux qui leur tiennent particulièrement à cœur.

   Mais les autres 50% ne s’osent même pas essayer pour 2 raisons principales :

• Soit par peur de ne pas y arriver directement, ce qui leur demanderai des heures de recherche ;

• La peur de se rendre compte que c’est beaucoup plus compliqué que ce qu’il n’y paraît et que, du coup, ils ne seraient pas faits pour la musique (ce qui est absurde bien sûr).

   D’ailleurs, si vous aussi êtes bloqué lorsque vous essayez de trouver des mélodies ou des accords par vous-même, dites-le moi en commentaire pour me faire part de vos difficultés et dans quelle catégorie vous vous situez. 🙂

   En attendant, il ne faut jamais commencer par des morceaux trop compliqués.

   Ce que je vous propose donc MAINTENANT, c’est de chercher simplement les mélodies chantantes des morceaux suivants :

Dammit de Blink 182 ;

• Let It Be des Beatles ;

• La Sonate n°16 en Do Majeur, K545 (1st Mvt) de Mozart.

DammitBlink 182

DammitBlink 182

Let It BeThe Beatles

Sonate n°16 en Do Majeur, K545 (1st Mvt)Mozart

Sonate n°16 en Do Majeur, K545 (1st Mvt)Mozart

   La particularité de tous ces morceaux est qu’ils sont tous en Do Majeur !

   Alors, si vous ne maîtrisez pas encore totalement ce langage barbare qu’est la musique, cela signifie simplement que vous ne rencontrez aucune touche noire sur votre piano en essayant de les jouer ! (Enfin, cela peut arriver, notamment dans la Sonate de Mozart, mais cela reste occasionnel)

   D’ailleurs, si vous souhaitez connaître davantage la musique en reprenant vos bases depuis le début et comprendre les notes, les rythmes, degrés, intervalles et pouvoir réaliser vos premiers accords au piano ou à la guitare, je vous recommande de télécharger dès maintenant mon livre sur « Les Bases de la Musique au Piano et à la Guitare ». Il est entièrement gratuit et encore disponible actuellement, profitez-en ! 🙂

   Chercher ces mélodies vous sera bien plus abordable que de retrouver les mélodies de Rivers Flow In Yours de Yiruma, ou de n’importe quelle chanson d’Elton John, tout simplement parce que ce dernier, par exemple, n’utilise principalement pas la tonalité de Do Majeur, voilà tout. 🙂 (j’ai dit principalement, mais même si la chanson Song For Guy est en Do Majeur, elle intègre quand même un Sib qui est une touche noire…)

   C’est comme à la montagne : Si vous attaquez dès le début une piste rouge ou noire, vous allez forcément vous sentir nul ! Il vous faut commencer par une piste verte pour voir si vous tenez sur vos skis puis d’augmenter peu à peu vers les pistes bleues pour commencer à faire vos premiers virages.

Image d'un skieur pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"
Image d'un skieur pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"

Décidemment, avec ton ski, là…

   Voilà, en musique, c’est pareil. 😉

IV. SAVOIR IDENTIFIER LES INSTRUMENTS

   Ensuite, pour vous exercer à travailler votre oreille musicale, il faut que vous soyez capable, dans un premier temps, d’identifier les différents instruments présents dans un morceau.

   Cela paraît plutôt simple au premier abord, n’est-ce pas ?

   Bien entendu, si vous écoutez un morceau de Rock, de Punk ou de Metal, cela tournera majoritairement autour de la formation Guitares, Basse, Batterie et Claviers.

   Du coup, et si vous essayiez de repérer les différents instruments dans ces 3 morceaux : (je ne dis pas que c’est forcément compliqué, mais ça change un peu de ce que l’on a l’habitude d’écouter 😁) :

• November Rain des Guns N’Roses ;

• The Lucky One de Alison Krauss & The Union Station ;

• Sarbacane de Francis Cabrel (en live).

November RainGuns N’Roses

November RainGuns N’Roses

The Lucky OneAlison Krauss & The Union Station

SarbacaneFrancis Cabrel (live)

SarbacaneFrancis Cabrel (live)

   Alors oui, ces morceaux sont issus du Rock, de la Variété et de la Country, mais étant donné que la Musique Classique n’est peut-être pas votre fort, je me suis dit que ces exemples vous parleraient mieux. 😉

   D’autant plus que, si vous souhaitez identifier les instruments au sein d’œuvres symphoniques, par exemple, ce n’est pas ce qui manque et vous trouverez votre bonheur sur YouTube. 🙂

   Mais en effet, savoir identifier les instruments vous permet de porter une oreille différente sur les morceaux que vous écoutez et vous entraîne dès maintenant à isoler chaque élément qui constitue une chanson.

   C’est donc un excellent travail (donné d’ailleurs comme exercice au Conservatoire) pour travailler son oreille musicale encore davantage. 🙂

V. DÉVELOPPER SES CAPACITÉS DE CHANT

   Maintenant, pour pouvoir développer davantage votre oreille, la technique qu’il va falloir que vous mettiez absolument en avant est… de chanter !

   Alors, non, pas de panique, je ne vais pas vous demander de devenir des prodiges du chant pour participer au prochain casting de The Voice 😁

   Non, en réalité, vous devez simplement être en mesure de pouvoir chanter ce que vous écoutez pour, à votre tour, pouvoir le jouer sur votre instrument par la suite. 🙂

   D’ailleurs, mon professeur de piano me disait souvent qu’il fallait que je « chante » ma partition, d’abord d’une façon vocaliséece qui me mettait plutôt mal à l’aise, je ne vous le cache pas… – puis au piano.

   Et pour pouvoir mieux interpréter ce que j’avais à jouer au piano, il fallait que je comprenne comment les mélodies se décomposaient au niveau des montées et des descentes mélodiques, du choix des nuances, des phrasésindiqués par les liaisons de legato, etc.

   Ainsi, si l’on souhaite arriver à mieux déchiffrer ou mieux interpréter une partition, il faut savoir se chanter la partition intérieurement.

Image d'une personne en train de chanter pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"
Image d'une personne en train de chanter pour l'article "Travailler Son Oreille Musicale"

   Et par la suite, cette oreille que vous aurez développé pour y parvenir sera la MÊME OREILLE que lorsque vous souhaiterez improviser ou composer😉

   De plus, en chantant une mélodie, vous vous rendrez davantage compte des différents intervalles entre les notes, puisque cela vous demandera un effort supplémentaire pour atteindre ces différentes notes.

   Et travailler son oreille musicale, c’est en grande partie savoir décrypter les différentes notes d’un morceau, et donc les intervalles présents entre chacune d’entre elles. 🙂

VI. SAVOIR ACCORDER SA GUITARE D’OREILLE

   Pour terminer cet article, je rajoute une simple petite astuce qui s’adresse aux guitaristes mais également à tous les autres instrumentistes à corde.

   Donc, si vous êtes guitariste, vous accordez sûrement votre guitare avec un accordeur, comme la majorité des débutants en la matière.

   Mais il existe d’autres façons de savoir accorder sa guitare, en utilisant simplement… son oreille, eh oui !

  D’ailleurs, pendant longtemps, les instruments étaient accordés de cette façon et c’est la technologie récente qui a permis au grand public de pouvoir accorder soi-même ses propres instruments plus facilement 😉

   Mais pour ne pas trop m’étendre sur ce sujet dans cet article, je vous propose de découvrir dès maintenant comment accorder une guitare sans accordeur, à l’oreille, dans un article totalement dédié à ce sujet. 🙂

   N’oubliez également pas que les violonistes, altistes, violoncellistes et contrebassistes possèdent des manches fretless, c‘est-à-dire sans petite barre métallique pour délimiter les notes – les frettes.

   Ces instrumentistes doivent donc développer une oreille dès le début de pratique de leurs instruments afin de réaliser les notes de la façon la plus juste possible.

   Allez ! Pour conclure, allez donc déboucher vos oreilles avec un coton-tige et servez-vous davantage de ce petit outil magique pour vous propulser vers de nouvelles perspectives musicales ! 😃

   J’espère que, maintenant, vous comprenez mieux pourquoi il est important de travailler son oreille musicale. 🙂

   Si vous éprouvez d’ailleurs des difficultés pour arriver à mieux la développer ou si, au contraire, vous y parvenez facilement et que cela a changé votre vie, faites-le moi savoir maintenant en commentaire ! 🙂

   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Accorder Une Guitare Sans Accordeur », « Apprendre La Clé De Fa » et « Apprendre À Lire Une Partition ». 🙂

   Vous pouvez également télécharger cet article au format PDF si vous souhaitez le consulter à tout moment ! Pour cela, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous et téléchargez-le ensuite sur votre ordinateur ou sur votre smartphone ! 🙂

Pin It on Pinterest