La Note Pointée

La notion de note pointée est directement à lier à la rythmique d’un morceau. Dans cet article, je vous explique comment elle fonctionne, son rôle et ses particularités. 👉

Par :

Solfège

Bienvenue dans cet article sur le thème de « La Note Pointée ».

En musique, bon nombre de symboles existent pour retranscrire les notes, leurs durées et la manière de les interpréter sur le papier.

J’ai d’ailleurs publié une série de 10 articles dédiés aux thèmes de ces différents symboles que l’on peut croiser sur une partition afin de vous en expliquer leurs fonctionnalités, leurs rôles et leurs particularités.

Le lien juste ici :

Et dans ces symboles, l’un d’entre eux a une « liaison » directe avec le sujet de cet article… Il s’agit justement de la liaison ! (ke c kokass didon)

Bon mais, avant de vous en dire plus, reprenons les choses depuis le début. 😉

I. LES FIGURES DE NOTES CLASSIQUES

Tout d’abord, avant de parler de note pointée, de savoir à quoi ça correspond et à quoi ça sert (surtout), reparlons rapidement des différentes figures de notes.

Il s’agit juste d’un rappel, parce qu’effectivement, si vous avez fait un tant soit peu de recherches en théorie musicale, vous avez appris les différentes figures de notes qui existaient principalement. La Ronde, la Blanche, la Noire, la Croche, Double-Croche, Triple-Croche, Quadruple-Croche… Normalement, vous maîtrisez.

Si ce n’est pas le cas, laissez-moi alors vous glisser ce petit schéma qui vous résumera tout :

Liste des différentes figures de notes pour l'article "La Note Pointée"

Et si vraiment tout ça vous est totalement inconnu, alors il ne vous reste plus qu’à reprendre les bases depuis le début. 😉

D’ailleurs, si vous souhaitez enfin comprendre comment fonctionne la musique de A à Z et ainsi vous débarrasser de la vision du solfège comme étant la « bête noire » qui vous empêche d’avancer, je vous propose de télécharger dès maintenant mes livres : L’Essentiel de la Musique au Piano et à la Guitare (mais applicables à n’importe quel instrument) et L’Oreille « Absolue » Pour Tous.

Et grâce à ces livres, vous maîtriserez une bonne fois pour toutes toutes les bases théoriques, vous comprendrez par quels principes il est possible de développer son oreille et vous pourrez, vous aussi par la suite, retrouver n’importe quelle mélodie, n’importe quel accord à l’oreille.

Alors, si l’un de vos objectifs est de pouvoir rejouer toutes les chansons que vous écoutez à l’oreille sans utiliser de partition, renseignez simplement les 2 champs requis et je vous envoie ces 2 livres dans la minute… et gratuitement, s’il vous plaît ! 😉

Dedans, j’évoque toutes ces notions de figures de notes, et je parle d’ailleurs du principe de la note pointée par la suite. Vous verrez, vous aurez de quoi lire. 😉

Maintenant que cette petite remise à niveau est faite, on passe… à la liaison !

II. LA LIAISON ENTRE LES NOTES

Alors bon, comme je vous l’ai dit, j’ai déjà fait un article COMPLET à ce sujet, que vous pouvez consulter en cliquant ici :

Mais pour vous faire un rapide résumé, voici :

Si l’on n’utilisait que les figures de notes « standards », on ne pourrait jamais avoir des notes qui dureraient 3 temps, 2 temps ½, 6 temps ou bien ¾ de temps.

De plus, si, dans une mesure à 4 temps, vous voulez écrire une note qui dure 4 temps… mais qui ne devra être jouée qu’à partir du 3ème temps, vous n’allez pas pouvoir écrire la ronde à cheval sur 2 mesures, si tant est que ce soit possible ! Allez, un petit schéma pour vous montrer :

4 temps sur 2 mesures avec 2 blanches non liées pour l'article "La Note Pointée"

Vous voyez, pour avoir l’équivalent d’une ronde dans cette configuration-là, il va falloir couper la figure de note en 2 blanches. Sauf qu’en faisant ça, on va devoir répéter la note, et au final, on n’aura plus une seule note qui durera 4 temps sans s’arrêter, mais bien 2 notes différentes valant 2 temps chacune.

C’est pour cette raison qu’on va les relier entre elles par un symbole de liaison de prolongation et qui a pour seul but d’additionner leurs durées, tout simplement ! Comme ceci :

4 temps sur 2 mesures avec 2 blanches liées pour l'article "La Note Pointée"

Cette fois, on retrouvera bien la durée totale d’une ronde en ayant additionné les valeurs des durées des 2 blanches. 🙂

Et comme je l’explique dans l’article, il est possible d’additionner plusieurs mêmes notes identiques à la suite, même si leurs durées diffèrent. Par exemple, une ronde reliée à une croche reliée elle-même à une noire. Tant que ces 3 notes ont le même nom et qu’elles sont strictement de même hauteur, on est bon !

Bon mais, maintenant, lier des notes entre elles pour créer de nouvelles durées impossible à avoir avant, c’est bien joli, mais ça surcharge. Et un musicien doit pouvoir se débrouiller avec le minimum d’informations possible sur une partition.

Voilà pourquoi on a mis au point une nouvelle technologie… La note pointée !

Allez, je vous explique (ENFIN) tout. Vous allez voir, c’est très simple. 😉

III. UNE NOTE POINTÉE POUR SIMPLIFIER

En liant tous types de figures de notes entre elles, ont peut obtenir la durée que l’on désire, au 32ème de temps près, voire plus.

Le principe de la note pointée, quant à elle, n’est pas exactement de jouer ce rôle-là. Non, pour créer des nouvelles durées de notes, la liaison sera toujours bien utile.

Néanmoins, il est possible de créer de nouvelles durées plus communes que « 9 temps 7/8ème » sans devoir toucher à la liaison. Des valeurs comme 3 temps, 6 temps, 7 temps, 1 temps et ½, ¾ de temps… toutes ces valeurs-là jusque-là impossible à obtenir sans utiliser la liaison… elles deviennent enfin accessibles. Et grâce au point.

Et en couplant la technique de la note pointée à celle de la liaison de prolongation, on peut multiplier les combinaisons de durées. 😉

Pour le fonctionnement, c’est très simple :

Le point à côté d’une figure de note équivaudra à la moitié de cette figure de note ! Par exemple, le point à côté d’une Ronde vaudra la moitié de la Ronde, soit 2 temps.

Sauf qu’au lieu de dire qu’il s’agira d’une « Ronde avec un point à côté », on dira qu’il s’agit d’une « Ronde pointée » comme étant une figure de note à part entière ! Et cette nouvelle figure de note vaudra donc les 4 temps de la Ronde + les 2 temps de son point, soit 6 temps au total.

Pour l’exemple de la Blanche pointée, on aura donc 2 temps pour la Blanche et 1 un temps pour son point, soit 3 temps en totalité.

Pour la noire pointée, la Noire vaudra 1 temps et son point… ½ temps, ce qui nous donne 1 temps et ½ au total. Et pour la croche pointée, on obtiendra ¾ de temps en ayant une croche qui vaut ½ temps et son point ¼ de temps.

Simple comme bonjour ce principe de note pointée, vous avez-vu ? 🙂

On peut donc maintenant utiliser de nouvelles figures de notes qui pourront simplifier l’écriture d’une Blanche liée avec une Noire, par exemple. À la place, on notera une Blanche pointée, et ce sera beaucoup plus simple à écrire, à lire et à comprendre lors d’un déchiffrage lorsqu’on veut l’effectuer le plus rapidement possible.

Maintenant, comme je vous l’ai dit, il s’agit de figures de notes à part entière. Les règles sont donc les mêmes que pour les figures de notes dites « classiques » telles que la Ronde, la Blanche ou la Noire. Vous ne pourrez donc pas écrire une note pointée à cheval sur 2 mesures, mais vous pourrez la diviser en 2 figures de notes que vous pourrez dispatcher dans les 2 mesures et que vous pourrez relier avec… une liaison de prolongation, tout à fait ! 😉

IV. BONUS : LA NOTE POINTÉE DANS LE TERNAIRE

Enfin, un petit bonus concernant la note pointée.

Si vous maîtrisez seulement depuis peu les notions élémentaires de la musique, il y a peu de chance pour que vous sachiez exactement à quoi correspond le binaire et le ternaire.

Dans ce cas, pas de panique. Je vais vous donner quelques articles dans lesquels vous allez pouvoir aller piocher pour vous instruire à ce sujet. 😉

Mais avant, et pour faire court, vous avez sans doute déjà vu, au début d’une partition, un symbole de « fraction » ? Par exemple, 2/4, 4/4, 6/8 ? Bon, en réalité, il n’y a pas la barre de fraction…

Les 3 signatures rythmiques en binaire pour l'article "La Signature Rythmique"
Les 3 signatures rythmiques en ternaire pour l'article "La Signature Rythmique"

Ces symboles constituent la Signature Rythmique du morceau. Pour faire simple, il s’agit de la structure rythmique. Le nombre de temps par mesure, la valeur de chaque temps, leur décomposition, etc.

J’explique tout ça en détail (une fois de plus) dans mon livre sur l’Essentiel des Bases de la Musique, mais également dans cet article sur la Signature Rythmique.

Et dans cet autre article sur la différence entre le binaire et le ternaire, j’explique (en gros) que la différence majeure entre un morceau binaire et ternaire, c’est la décomposition de chacun de ses temps.

Si chaque temps se divise par 2, on sera en binaire. En revanche, si chaque temps peut se diviser par 3, on sera en ternaire.

Attention, un temps est un temps, et non pas une mesure. Certains confondent d’ailleurs le ternaire avec les mesures à 3 temps. C’est 2 choses totalement différentes. Il existe des mesures à 2 temps ternaires et des mesures à 3 temps binaires.

De façon courante, 95% des morceaux actuels possèdent 2, 3 ou 4 temps dans chacune de leurs mesures. Et plus de 60% d’entre eux sont binaires, contre moins de 40% pour les morceaux ternaires.

Il existe donc 6 signatures rythmiques qui reviennent le plus souvent, 3 pour 2, 3 et 4 temps en binaire (2/4, 3/4 et 4/4 ou C), et 3 pour 2, 3 et 4 temps en ternaire (6/8, 9/8 et 12/8) !

Bon, si tout ça vous paraît un peu compliqué, j’explique tout encore une fois dans les articles que je vous ai indiqués plus haut. 😉

Tout ça pour vous dire quoi ?

Qu’en binaire, la valeur des temps se chiffre en figures de notes « classiques » divisibles par 2 (rondes, blanches, noires, croches, etc.) et multiples de 2 (la définition même du binaire qui signifie que chaque temps se divise par 2), alors qu’en ternaire, comme chaque temps se divise par 3, il va nous falloir une figure de note divisible par 3.

Or, une noire divisée en 3 ne nous donne rien de parfaitement égal, si ce n’est 0,33333 noire. Vous conviendrez que ce n’est pas très « musical » de compter mathématiquement de la sorte. 😉

À la place, on va utiliser des figures de notes pointées telles que la ronde pointée, la blanche pointée, la noire pointée, la croche pointée, etc. en guise de valeur du temps.

Ainsi, et pour prendre la noire pointée comme valeur de temps la plus répandue en ternaire (au même titre que la noire en binaire), on pourra la diviser en 3 figures de notes identiques : 3 croches. Et ça marche !

Bon, ça, c’est du pur bonus. J’en conviens que vous n’en êtes pas forcément encore là, et vous avez tout votre temps. 🙂

Je vous recommande de continuer votre escapade à travers les différents autres articles du blog, et quand vous maîtriserez un peu mieux les différentes notions théoriques (et notamment rythmiques), vous comprendrez beaucoup plus facilement tout ce qui vient d’être évoqué précédemment.

Entre la petite centaine d’articles présents sur le site, le nombre équivalent de vidéos sur ma chaîne YouTube, les bonus que je vous offre gratuitement à télécharger et les formations que je propose en supplément en guise de cours pour tout comprendre de A à Z avec des exemples à l’appui et des exercices à réaliser pour s’entraîner, vous avez vraiment la possibilité de trouver TOUT ce dont vous aurez besoin pour vous lancer dans l’apprentissage de la musique, quelque soit votre objectif. 🙂

Sur ce, laissez-moi un petit commentaire pour me dire si cet article sur la note pointée vous a plu, où vous en êtes dans cette initiation musicale et ce que vous aimeriez voir paraître comme article sur un sujet en particulier (en article comme en vidéo d’ailleurs).

Je vous glisse également ci-dessous quelques autres articles qui pourraient vous intéresser.

Bonne lecture à vous !

Vous pouvez également télécharger cet article en PDF pour le consulter où vous voulez et quand vous le souhaitez ! 🙂 Pour cela, cliquez simplement sur ce lien :

👉 Cliquez ici pour recevoir le PDF de l’article !


   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « La Signature Rythmique », « Rythme Binaire et Ternaire » et « Apprendre À Lire Une Partition ». 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This