Le Staccato Musique Suspendue

Comment fonctionne Le Staccato en musique ? Quels sont les types de Staccato qui existent et comment sont-ils représentés ? Je vous explique tout dans cet article. 🙂

Par :

Solfège

Bienvenue dans cet article traitant du thème : « Le Staccato – Musique Suspendue » et bonne lecture !

Oui, c’est un nom un peu bizarre pour un article… Et je vous expliquerai pourquoi j’ai décidé de l’appeler comme ça. 😉

Mais tout d’abord, il faut savoir que, lorsque l’on travaille un morceau de musique, il y a 3 grandes phases de travail.

La 1ère, c’est l’étape du déchiffrage. L’étape qui permet de comprendre l’armature du morceau : sa signature rythmique, la tessiture des notes, son tempo, son armure, sa tonalité, ses cadences, sa forme, ses mouvements, etc.

La 2nde étape, c’est la phase de travail technique. Le but ici est de pouvoir enchaîner toutes les notes, mains confondues, de A à Z sans s’arrêter mais en respectant les indications rythmiques, les bonnes notes et les doigtés attribués à chacune d’entre elles.

Enfin, la 3ème étape est l’étape de l’interprétation. Et à l’intérieur, on peut encore faire 2 distinguo : L’interprétation indiquée et l’interprétation ressentie.

Effectivement, tous les morceaux ont un caractère, dégagent une ambiance spéciale et ne sont donc pas amenés à être joués de la même façon. Or, certaines particularités de jeu sont propres à chaque interprète, et chaque choix est différent pour chacun d’entre eux.

Mais il doit quand même y avoir des « bases » d’interprétation qu’il faut savoir respecter pour rester « dans le thème » et ne pas jouer, par exemple, les premières notes de la Vème Symphonie de Beethoven avec timidité et en douceur. Non, ces premières notes doivent être jouées en nuance forte avec de la tonicité.

Ainsi, pour que chacun puisse savoir dans les grandes lignes ce qu’avait décidé le compositeur à l’époque où il a écrit son œuvre, des indications d’interprétation sont présentes tout au long de la partition. Et parmi elles, on retrouve notamment :

  • Les nuances fixes et progressives ;
  • Les liaisons de phrasés ;
  • Les points d’orgues ;
  • Les modifications ponctuelles de tempo (ralentendo, accelerando) ;
  • Etc.

D’ailleurs, je vous expliquai dans l’article précédent les différences entre les 2 types de liaisons qui existaient en musique. Pour le lire, c’est ici que ça se passe :

D’ailleurs, si vous avez raté les 1ers articles et que vous voulez reprendre la série depuis le début, vous pouvez le faire en partant de l’article de votre choix :

1. Les Mesures en Musique

2. Les Clés en Musique

3. Les Altérations

4. La Liaison en Musique

De plus, si vous souhaitez enfin comprendre comment fonctionne la musique de A à Z et ainsi vous débarrasser de la vision du solfège comme étant la “bête noire” qui vous empêche d’avancer, je vous propose de télécharger dès maintenant mes livres : L’Essentiel de la Musique au Piano et à la Guitare (mais applicables à n’importe quel instrument) et L’Oreille “Absolue” Pour Tous.

Et grâce à ces livres, vous maîtriserez une bonne fois pour toutes toutes les bases théoriques, vous comprendrez par quels principes il est possible de développer son oreille et vous pourrez, vous aussi par la suite, retrouver n’importe quelle mélodie, n’importe quel accord à l’oreille.

Alors, si l’un de vos objectifs est de pouvoir rejouer toutes les chansons que vous écoutez à l’oreille sans utiliser de partition, renseignez simplement les 2 champs requis et je vous envoie ces 2 livres dans la minute… et gratuitement, s’il vous plaît ! 😉

Mais il existe également une autre indication nécessaire à l’interprétation et qui est marquée noir sur blanc : le staccato.

Alors, qu’est-ce que le staccato ? Qu’est-ce que je veux dire quand je parle de « Staccato – Musique suspendue » ? Je vous dis tout tout de suite.

I. 1ÈRE FORME DU STACCATO : MUSIQUE PIQUÉE

Le staccato est davantage connu par les musiciens en tant que « note piquée ».

Pourquoi « piquée » ? Parce qu’il indique à l’interprète que les notes devront être jouées de la façon la plus brève et expéditive possible.

D’ailleurs, on reconnaît ces notes par le point qui leur est inscrit juste en-dessoussi la hampe est montante – ou au-dessussi la hampe est descendante.

Représentations de notes piquées pour l'article "Le Staccato Musique Suspendue"

Attention, à ne pas confondre avec le point qui permet de rallonger la durée des notes de la moitié de leur durée et qui s’inscrit à la droite de la note, comme ceci :

Représentation d'une noire pointée pour l'article "Le Staccato Musique Suspendue"

Et le plus beau, c’est que l’on peut trouver le point du staccato sur n’importe quelle figure de notes « classiques » ou « pointées ».

Et là, vous vous demanderez sûrement :

« Oui, mais à quoi ça sert d’écrire une blanche piquée si il faut la jouer aussi rapidement qu’une noire pointée ? »

Effectivement, peu importe la figure de note sur laquelle figurera le staccato, toutes les notes piquées devront faire la même durée. Ou du moins, presque. En fait, une noire piquée devra tout de même être jouée un tout petit peu plus longtemps qu’une croche piquée.

De plus, il faut comprendre que le staccato est vraiment un symbole d’interprétation : avant que le compositeur ne rajoute l’intention de piquer certaines notes, la mélodie était écrite avec une certaine volonté de phrasé, des rythmes précis choisis avec soin et des silences placés là où il le fallait. Ce n’est qu’après cette première phase d’écriture que le compositeur choisira ou non de piquer les notes pour les rendre plus « volatiles », plus légères et plus « dansantes ». Vous voyez la nuance ? 😉

Mais effectivement, je suis d’accord avec vous. Un staccato ajouté sur une double-croche à 140 = ♩ aura bien moins d’intérêt – voire aucun – que s’il était placé sur une blanche jouée à 80 = ♩ et qu’on choisirait de piquer.

D’ailleurs, on rencontre majoritairement les notes piquées sur des noires et sur des croches.

Regardez et écoutez par vous-même cette œuvre de François Joseph Gossec, Gavotte, qui fait jouer à la flûte un thème en croches et noires piquées :

Extrait de la Gavotte de François Joseph Gossec pour l'article "Le Staccato Musique Suspendue"

J’adore.

De plus, de façon encore plus prononcé que le staccato, il existe le staccatissimo écrit de cette façon :

Représentations de notes en staccatissimo pour l'article "Le Staccato Musique Suspendue"

Bon mais voilà, dans la Gavotte de Gossec, vous avez entendu des noires et des croches piquées, quelques rares notes non piquées, mais vous avez peut-être également remarqué un autre symbole au-dessus de certaines notes…

Un trait horizontal. Oui, et c’est justement pour vous parler à présent de la 2nde forme du staccato : musique portée.

II. 2NDE FORME DU STACCATO : MUSIQUE PORTÉE

Qu’avez-vous ressenti au niveau des mesures 2, 4, 6 et 8 de la Gavotte ? Et plus précisément au niveau de ces notes qui avaient un trait horizontal au-dessus d’elles ?

Dites-le moi en commentaire, même si je vais quand même vous dire ce que vous devez comprendre. 😉

Ce trait indique que la note devra être « portée » ou « lourée », c’est-à-dire appuyée avec une certaine pressionet pas que sur une touche de piano. C’est assez compliquée à expliquer sans le montrer en réel. Et c’est pour ça que je vous l’explique en vidéo juste ici. (si le lien ne fonctionne pas, c’est que la vidéo n’est pas encore en ligne)

Mais comme vous avez compris le principe que j’ai expliqué en 1ère partie d’article (1ère forme du Staccato : Musique Piquée), alors c’est exactement le même principe.

Au lieu de jouer la note de façon brève – de la même façon que si vous laissiez votre doigt sur une plaque brûlante et que vous le retiriez subitement, une note lourée est une note qui n’ira pas jusqu’au bout de sa durée initiale mais qui sera néanmoins plus longue qu’une note piquée et, de plus, qui devra être jouée avec la volonté d’exercer une certaine pression dessus. Grosso modo, c’est ça. Et c’est ce que l’on appelle… le tenuto.

Représentation de notes lourées pour l'article "Le Staccato Musique Suspendue"
Longueur des notes en fonction de leur degré de staccato pour l'article "Le Staccato Musique Suspendue"

De plus, en fonction de l’instrument, certains symboles de staccato et de tenuto seront différents dans un souci de cohérence avec la technique pure utilisée pour cet instrument.

Bon, mais voyons maintenant une dernière forme de staccato qui apparaît souvent, même si elle paraît totalement contradictoire…

III. UNE AUTRE FORME DE NOTES PORTÉES

Pour cette dernière partie, il va falloir vous rappeler du dernier article sur les liaisons que j’ai mentionné plus haut.

Oui, parce qu’il existe des notes piquées qui sont reliées entre elles par une liaison d’expression ! … Hein ?

Tandis que l’un nous demande de jouer les notes de façon brève, l’autre nous dit de les jouer… liées entre elles. Paradoxal, n’est-ce pas ?

En réalité, ce cas de figure est une forme d’écriture similaire à certaines expressions anglaises. Par exemple, dans l’expression « blow out », si l’on prend chacun des mots indépendamment, on a :

  • Blow = souffler
  • Out = dehors, à l’extérieur

Sauf que « blow out », ça veut dire… « rejeter ». Voilà.

Eh bien, là, c’est pareil. Il ne faut pas comprendre que l’on va jouer des notes piquées et liées en même temps, c’est tout bonnement impossible ma p’tite dame. Non, ça signifie simplement qu’il faudra appuyer les notes un peu plus longtemps que si elles étaient simplement piquées, mais pas non plus autant que si elles étaient écrites sans indication de staccato… Comme le tenuto, en fait. 🙂

Dans l’ordre, voici les situations qui vous demanderont de jouer les notes de la façon la plus brève à celle la moins brève :

Longueur des notes en fonction de leur indication de staccato pour l'article "Le Staccato Musique Suspendue"

Voilà, j’espère que vous aurez compris pourquoi j’ai appelé cet article « Le Staccato – Musique Suspendue » et que vous l’aurez apprécié. 🙂 Encore une fois, c’est un nom quelque peu saugrenu, mais qui caractérise tellement bien l’intention du staccato quelle que soit sa forme.

Pour la suite, je vous propose de découvrir l’article suivant sur les symboles en musique : Les Nuances.

Et puis, si vous souhaitez consulter les autres articles de la même série parus avant celui-ci, tout commence ici :

Bonne lecture !

Vous pouvez également télécharger cet article en PDF pour le consulter où vous voulez et quand vous le souhaitez ! 🙂 Pour cela, cliquez simplement sur ce lien :

👉 Cliquez ici pour recevoir le PDF de l’article !


   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Les Altérations En Musique », « Ton et Demi-Ton » et « Rythme Et Solfège ». 🙂

8 Replies to “Le Staccato Musique Suspendue”

  1. Walid A. dit :

    Nous sommes suspendus à vos lèvres 😉
    C’est bien décortiqué et très précis. Au-delà de la passion, on sent que vous maitrisez bien votre sujet.

  2. Alice dit :

    Merci pour cette explication! cela faisait bien longtemps que je ne m’étais plus penchée sur cela 😉 !
    Le morceau de flûte est très agréable!
    Merci Antoine!

  3. j’adore tous ces termes italiens en musique 😉

  4. laure nollet dit :

    Quel article hyper complet ! c’est une vraie mine d’infos ! Merci !

Laissez-moi un commentaire ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This