La Tierce Picarde

La Tierce Picarde : qu’est-ce que c’est ? Comment ça fonctionne ? Quel est son rôle, son origine ? Je vous explique tout dans cet article 👉

Par :

Solfège

Bienvenue dans cet article dans lequel je vous parle de la… « Tierce Picarde » !

Quel est son rôle ? Son utilité ? Son origine ? Son principe de fonctionnement ? Je suis là pour tout vous expliquer maintenant:

I. DÉFINITION DE LA TIERCE PICARDE

Malgré son nom, une Tierce Picarde n’est… pas une tierce, non. En fait, presque, mais pas vraiment quand même.

Je m’explique :

Il s’agit en fait d’un enchaînement de 3 accords qui apportent une sonorité assez spéciale au sein de la gamme mineure. Et si ça sonne aussi « spécial », c’est simplement parce que ces 3 accords ne se retrouvent tout simplement dans une aucune gamme…

Si vous ne voyez toujours pas de quoi je vous parle, laissez-moi vous rappeler quelque chose :

Vous savez sans doute que, dans une gamme, les notes sont dénommées sous forme de degrés ? Le Ier degré de la Gamme de Do, c’est le Do. Le Vème degré, c’est le Sol, etc. Jusque-là, vous devez me suivre.

Mais si l’on va plus loin, on peut construire, sur chacun des degrés de la gamme, un accord (de 3, 4 ou 5 sons) qui aura une nature particulière. Pour les accords à 3 sons, il s’agira soit d’accords Majeurs, mineurs ou diminués. Pour les accords à 4 sons, il s’agit d’accords Septième avec des dénominations particulières, et de même pour les accords 5 sons qui font apparaître des accord de Neuvième… Mais ce n’est le but de cet article ici.

D’ailleurs, si toutes ces notions vous paraissent un peu floues et que vous souhaitez enfin comprendre comment fonctionne la musique de A à Z et ainsi vous débarrasser de la vision du solfège comme étant la “bête noire” qui vous empêche d’avancer, je vous propose de télécharger dès maintenant mes livres : L’Essentiel de la Musique au Piano et à la Guitare (mais applicables à n’importe quel instrument) et L’Oreille “Absolue” Pour Tous.

Et grâce à ces livres, vous maîtriserez une bonne fois pour toutes toutes les bases théoriques, vous comprendrez par quels principes il est possible de développer son oreille et vous pourrez, vous aussi par la suite, retrouver n’importe quelle mélodie, n’importe quel accord à l’oreille.

Alors, si l’un de vos objectifs est de pouvoir rejouer toutes les chansons que vous écoutez à l’oreille sans utiliser de partition, renseignez simplement les 2 champs requis et je vous envoie ces 2 livres dans la minute… et gratuitement, s’il vous plaît ! 😉

De plus, pour comprendre les accords de 7ème, ça se passe ici.

Ceci dit, on peut reprendre.

Si l’on ne se base que sur les accords à 3 sons, leur disposition dans la Gamme Majeure sera :

Ordre d'apparition des accords issus de la gamme Majeure sur des claviers pour l'article "Composer Un Accompagnement : Partie 1 : Trouver Des Accords"

Ça, c’est pour la Gamme Majeure. Mais les 3 Gammes mineures possèdent chacune d’entre elles leur propre configuration d’accords, et c’est également le cas pour toutes les autres gammes et pour les modes.

Bon mais, pourquoi je vous explique tout ça ?

Eh bien, parce que l’on ne trouve JAMAIS 3 accords Majeurs les uns à la suite des autres, dans quelque gamme que ce soit.

Et pourtant, c’est ce que fait la Tierce Picarde. Voilà la fameuse qui fait son entrée.

Oui, la Tierce Picarde permet d’enchaîner 3 accords Majeurs les uns à la suite des autres, mais pas n’importe lesquels ! Soit il s’agit d’une cadence parfaite et on aura affaire au IVème, Vème et Ier degré, soit il s’agit de l’enchaînement des VIème, VIIème et Ier degrés de la Gamme mineure naturelle.

Sauf que le Ier degré de la gamme mineure naturelle n’est pas Majeur… mais mineur ! Oui oui, regardez le schéma ci-dessous : il s’agit du 6ème accord de la Gamme Majeure, soit celui de La mineur. Écoutez par vous-même :

Eh bien la Tierce Picarde va le transformer… en Majeur ! Alors, forcément, ça fait une sensation un peu étrange. Regardez et écoutez cette cadence parfaite (IV – V – I) SANS puis AVEC Tierce Picarde :

Exemple de Cadence Parfaite en La mineur
Cadence parfaite SANS Tierce Picarde
Exemple de Cadence Parfaite en La mineur se terminant sur une Tierce Picarde
Cadence parfaite AVEC Tierce Picarde

Maintenant, écoutez comment cela sonne avec l’enchaînement VI, VII puis I (majorisé par la Tierce Picarde) :

Enchainement des degrés VI, VII et I
Enchainement VI VII I SANS Tierce Picarde
Enchainement des degrés VI, VII et I se terminant sur une Tierce Picarde
Enchainement VI VII I AVEC Tierce Picarde

Dans les deux cas, on assiste à une sonorité particulière, mais pas non plus déplaisante.

Et donc, pourquoi ce nom de Tierce Picarde ? Parce que la transformation d’un accord mineur en accord Majeur (et inversement) passe par la modification de sa Tierce !

Si elle devient mineure, l’accord devient mineur, et de même vers le Majeur. Vous voyez mieux maintenant ?

Bon mais, voyons d’où ça vient :

II. ORIGINES DE LA TIERCE PICARDE

D’abord, on a Jean-Jacques Rousseau qui nous donne une définition de la Tierce Picarde dans son Dictionnaire de la Musique :

« TIERCE de Picardie. Les Musiciens appellent ainsi, par plaisanterie, la Tierce majeure donnée, au de lieu de la mineure, à la finale d’un morceau composé en Mode mineur. Comme l’Accord parfait majeur est plus harmonieux que le mineur, on se faisoit autrefois une loi de finir toujours sur ce premier ; mais cette finale, bien qu’harmonieuse, avait quelque chose de niais et de mal-chantant qui l’a fait abandonner.

On finit toujours aujourd’hui par l’Accord qui convient au Mode de la pièce, si ce n’est lorsqu’on veut passer du mineur au majeur : car alors la finale du premier Mode porte élégamment la Tierce majeure pour annoncer le second.

Tierce de Picardie : parce que l’usage de cette finale est resté plus longtemps dans la Musique d’Église, et, par conséquent en Picardie, où il y a Musique dans un grand nombre de Cathédrales, et d’autres Églises. »

Oui, un peu indigeste, dit comme ça. Mais je pense que vous avez compris l’idée.

Mais il se peut également que l’origine de son nom soit toute autre et provienne du dérivé « piquant », traduisant ainsi que c’est un enchaînement d’accords assez « spéciaux » et donc qui « agressent l’oreille », le rendant de ce fait « piquant ». Ou encore au compositeur Josquin des Prés qui, né en Picardie, semblait être l’un des premiers à utiliser la Tierce Picarde à la Renaissance.

Voilà voilà… Mais bon, même si la culture et l’Histoire sont intéressantes, le mieux est encore de vous donner quelques petits exemples utilisant cette Tierce Picarde :

III. EXEMPLES CONCRETS

A. GREEN DAY

Green Day l’utilise dans les derniers accords de 2 de leurs chansons. D’abord Church On Sunday sur l’album Warning en 2000, puis sur l’album 21st Century Breakdown sorti en 2009 avec la chanson The Static Age. Et entre nous, on se demande si ils ne sont pas un peu « trop » inspirés de la 1ère pour écrire la 2nde 9 ans plus tard…

Le fait est que, dans ces deux chansons, les tonalités sont Majeures, ce qui ne correspond pas à notre définition de base qui stipule que l’on doit être dans une tonalité mineure pour transformer le Ier degré mineur… en Majeur !

Mais en réalité, uniquement sur ces accords, il s’agit plutôt d’une modulation dans la même tonalité mais en mineure. Et, ainsi, étant passé en mineur, on obtient ce résultat grâce à la Tierce Picarde. Si vous n’avez pas compris, regardez :

The Static Age est en Si Majeur tout du long, puis module en Do Majeur sur la fin.

Eh bien, sur les 3 accords de fin, ils décident de moduler en Do mineur (à partir du Do Majeur) et de réaliser une Tierce Picarde avec les degrés VI, VII et I « majorisé ». De cette façon, ils obtiennent l’enchaînement Lab Majeur, Sib Majeur (issus de la tonalité de Do mineur et n’ayant rien à faire en Do Majeur) puis la résolution sur le Do Majeur grâce à une Tierce Picarde.

C’est du Punk. Les mecs font ce qu’ils veulent. Et c’est fort probable qu’ils n’aient pas autant réfléchi avant de jouer ça. Tout ce qu’ils ont voulu faire, c’est de terminer sur un Do Majeur comme c’était prévu, mais d’utiliser instinctivement ce système de Tierce Picarde pour obtenir un enchaînement de 3 accords Majeurs successifs sur la fin. Et sans l’avoir décidé, ils ont emprunté la tonalité de Do mineur.

Vous n’avez pas tout saisi ? Ce n’est pas grave. L’essentiel, c’est de savoir que ça se fait.

B. LA FUGUE EN SOL MINEUR BWV 578 DE J.S. BACH

Une belle Tierce Picarde apparaît sur cette fugue, terminant ainsi sur un Sol Majeur au lieu d’un Sol mineur initialement prévu. Regardez et écoutez comment cela sonnerait si elle n’était pas présente :

Fin de la Fugue en Sol mineur BWV 578 de J.S. Bach se terminant par une Tierce Picarde
AVEC la Tierce Picarde
Fin de la Fugue en Sol mineur BWV 578 de J.S. Bach ne se terminant PAS par une Tierce Picarde
SANS la Tierce Picarde

Il existe bien d’autres exemples de Tierces Picardes. Et maintenant que vous savez les reconnaître, il vous suffit de tendre l’oreille pour essayer de les reconnaître par vous-même. 😉

Vous pouvez également télécharger cet article en PDF pour le consulter où vous voulez et quand vous le souhaitez ! 🙂 Pour cela, cliquez simplement sur ce lien :

👉 Cliquez ici pour recevoir le PDF de l’article !


   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Les Intervalles En Musique », « Trouver La Tonalité D’Un Morceau » et « L’Harmonisation de la Gamme Majeure ». 🙂

Laissez-moi un commentaire ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This