Les Types d’Abréviation Musicale

Pour ce dernier article de la série sur les symboles présents sur une partition, découvrez ici et maintenant les différents types d’abréviation musicale que l’on peut rencontrer !

Par :

Solfège

Bienvenue dans ce nouvel article dans lequel je vais vous parler des différents types d’abréviation musicale !

Cet article est le dernier article de la série sur le thème des symboles en musique. D’ailleurs, si vous avez manqué les articles précédents et que vous souhaitez les consulter depuis le début, tout est là :

1. Les Mesures en Musique

2. Les Clés en Musique

3. Les Altérations

4. La Liaison en Musique

5. Le Staccato et ses dérivés

6. Les Nuances en Musique

7. Les Appoggiatures en Musique

8. Le Signe de Reprise en Musique

9. Les Arpèges au Piano

Voilà donc pourquoi il était important de terminer sur un bon résumé des types d’abréviation musicale existants et que nous n’avons pas vu jusqu’à présent, afin que n’importe quelle partition n’ait définitivement plus de secret pour vous et que vous deveniez un vrai maître du déchiffrage. 😉

Au passage, j’en profite pour vous dire que si vous avez encore quelques lacunes en solfège et que vous souhaitez enfin comprendre comment fonctionne la musique de A à Z et ainsi vous débarrasser de la vision du solfège comme étant la “bête noire” qui vous empêche d’avancer, je vous propose de télécharger dès maintenant mes livres : L’Essentiel de la Musique au Piano et à la Guitare (mais applicables à n’importe quel instrument) et L’Oreille “Absolue” Pour Tous.

Et grâce à ces livres, vous maîtriserez une bonne fois pour toutes toutes les bases théoriques, vous comprendrez par quels principes il est possible de développer son oreille et vous pourrez, vous aussi par la suite, retrouver n’importe quelle mélodie, n’importe quel accord à l’oreille.

Alors, si l’un de vos objectifs est de pouvoir rejouer toutes les chansons que vous écoutez à l’oreille sans utiliser de partition, renseignez simplement les 2 champs requis et je vous envoie ces 2 livres dans la minute… et gratuitement, s’il vous plaît ! 😉

1er TYPE D’ABRÉVIATION MUSICALE : LES RÉPÉTITIONS DE NOTES

A. LA BATTERIE

La batterie est une abréviation musicale on-ne-peut-plus pratique. Oui parce que, si on évalue la place qu’elle peut faire gagner sur une échelle de 1 à 10, je dirais qu’on est bien à 19. 😉

Plus sérieusement, elle est d’une utilité cruciale lorsque l’on souhaite ne pas réécrire 50 fois la même note… Alors qu’une seule agrémentée de cette petite abréviation musicale est amplement suffisant.

Comment ça fonctionne ?

C’est très simple.

En gros, ça concerne les notes, mais également les intervalles et les accords. Imaginez que vous souhaitiez jouer un La 16 fois d’affilée en double-croches, sur un équivalent d’une ronde qui, donc, ferait 4 temps (en considérant que le temps vaut la noire pour prendre un cas par défaut).

Eh bien, au lieu d’écrire 16 fois cette fameuse double-croche, on va plutôt écrire UNE SEULE fois le La sous la forme d’une ronde… Mais que l’on va agrémenter de 2 petits traits horizontaux.

« Des petits traits horizontaux ? »

Mais oui, vous savez, les mêmes types de traits que l’on trouve entre 2 double-croches pour les relier ! Les ligatures entre les notes à durée, quoi. Bon, je vous montre… :

Double-croches équivalentes avec et sans ligatures pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

« Aaaaaaaaaaah… »

Mais oui, voilà, je savais que ça vous dirait quelque chose. 😉

En attendant, on va indiquer ce petit symbole sous la ronde pour indiquer que ce La sera soumis à la répétition par « batterie » et qu’il devra donc être répété de façon régulier autant de fois qu’il faut de doubles-croches dans une ronde, tout « simplement » !

Je suis d’accord, c’est pas forcément évident à visualiser. Allez, je suis gentil, je vous fait un petit schéma 😉 :

Abréviation d'une batterie d'un La ronde sur un rythme de double-croches pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Bien évidemment, si on avait eu ceci comme abréviation… :

Abréviation d'une batterie d'un La blanche sur un rythme de triple-croches pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

… Eh bien, on aurait dû jouer ceci :

Batterie d'un La écrit en 16 double-croches en notes réelles pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Et comme je vous le disais, cette abréviation musicale fonctionne pour les notes, mais également pour les intervalles et pour les accords. Un petit exemple :

Équivalent de batteries sur des accords pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

À savoir, cette abréviation musicale ne pourra se matérialiser que lorsque les valeurs de notes à répéter seront inférieures ou égales à la croche.

En effet, tout comme avec le fait que l’on peut relier les croches, double-croches, triple-croches, quadruple-croches, etc. entre elles par un « trait » commun (appelé « durée », rappelons-le…) mais pas les noires, les blanches et les rondes (ces figures de notes n’ayant pas de durée), eh bien il en sera de même pour la batterie.

J’espère que vous aurez compris ce que je veux dire… Mais bon, si ce n’est pas tout à fait clair, pas d’inquiétude. Tant que vous avez compris tout le reste avant, c’est le principal. 😉

Bien entendu, abréviation musicale de batterie à ne pas confondre avec une vraie batterie, même si ça reflète quand même bien le fait que les batteurs jouent tout le temps la même chose…

Ça va, je PLAISANTE. BOUTADE. Non mais. Quelle susceptibilité, je vous jure.

Bon allez, avant que cet article ne se transforme en pièce de théâtre, on passe à la suite…

B. LE TRÉMOLO

On va tâcher d’être un peu plus rapide pour cette abréviation musicale-là : le trémolo.

Et en même temps, après être passé sur la batterie, le plus gros a déjà été dit, alors je vais faire court (enfin, je vais essayer)… En 2 coups de « baguette » magique quoi… S’il vous plaît, cliquez sur cet extrait audio, ne me laissez pas tout seul avec cette vanne pourrie…

Aaaaaah, merci !

Allez, quand j’aurai fini de m’amuser, je vous expliquerai peut-être ?

En gros, le trémolo remplit PRESQUE le même rôle que la batterie, dans le sens où il ne sera nécessaire de n’indiquer QUE les éléments nécessaires pour comprendre son exécution. Ainsi, le compositeur va pouvoir gagner un temps monstre en l’utilisant, et l’interprète ne sera, encore une fois, pas surchargé de trop d’informations inutiles (puisque répétitives).

Mais la particularité première du trémolo, c’est qu’elle permet l’alternance entre 2 notes, 2 intervalles ou 2 accords.

Vous vous souvenez quand je vous prenais pour exemple les croches, double-croches (et autres figures de notes à durées) et que je vous disais que l’on pouvait les relier ensemble pour une meilleure facilité d’écriture et de lecture ? Mais si, comme ça :

Double-croches équivalentes avec et sans ligatures pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Bon. Eh bien, avec le trémolo, on va pouvoir relier les 2 notes ou accords entre eux de cette façon. Et comme pour la batterie :

  • La tête des notes prendra la valeur de temps pendant laquelle ce trémolo devra s’effectuer ;
  • Les notes seront reliées par la durée correspondant à la vitesse d’exécution, et ce pendant toute la durée de la note précédemment précisée.

Un beau méli-mélo de définitions. Mais en pratique, ça donne quoi ?

Un petit exemple. Si on veut alterner les 2 notes Do et Mi pendant 4 temps en valeur de double-croches, voici les 2 versions que l’on pourrait utiliser (avec et sans trémolo abrégé) :

Équivalence d'un trémolo entre un Do et un Mi sur 4 temps avec un rythme de double-croches pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Tout simplement. C’est quand même plus lisible avec le trémolo abrégé, vous ne trouvez pas ?

N.B. : Petite précision : comme il est question de relier les notes par une ligature, on ne pourra pas écrire une ronde en tête de note (pour les exécuter sur 4 temps), mais plutôt  2 blanches, étant donné que la blanche est la plus grande figure de note faisant figurer une durée.

Un autre exemple. Vous pouvez avoir en effet des accords (donc composés d’au moins 2 notes) alternés avec des notes ou d’autres accords, comme ceci avec un accord de Do Majeur décomposé Mi – Sol et Do sur 2 temps en valeurs de croches :

Équivalence d'un trémolo entre un accord Mi-Sol et une note - Do - sur 2 temps avec un rythme de croches pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Bon et maintenant, vous voudriez peut-être des exemples de morceaux utilisant cette abréviation musicale de trémolo ?

Mais bien sûr, j’ai tout ce qu’il faut en magasin, ma p’tite dame ! L’intro du Beau Danube Bleu de Strauss, cela vous siéra-t-il ? (Oui, j’ai quand même recherché la conjugaison du verbe seoir au futur… Pour vous dire, même Word me le souligne en rouge… BREF OSEF) :

2nd TYPE D’ABRÉVIATION MUSICALE : LES RÉPÉTITIONS DE MESURES

Le but d’une abréviation musicale, c’est d’abréger. Merci Einstein.

Mais saviez-vous que vous pouviez abréger des motifs de notes complets voire des mesures entières ?

Je vous montre tout ça, en commençant par les mesures de notes.

A. LES MESURES DE NOTES

1. UNE ABRÉVIATION MUSICALE POUR LA RÉPÉTITION DE MOTIFS

Lorsque vous avez un motif bien spécifique, comme une suite d’Alberti par exemple, vous pouvez n’écrire que la 1ère exécution puis remplacer les suivantes par 2 traits obliques, comme ceci :

Abréviation de motifs identiques dans une même mesure pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Encore une fois, faites bien attention à respecter la valeur totale de la mesure pour ne pas la dépasser. Mais bon, ça va de soi. 😉

2. LA RÉPÉTITION DE MESURES

Pour la répétition de mesures, c’est du pareil au même.

Cette fois-ci, lorsque l’on voudra répéter une mesure à l’exacte identique, on pourra simplement indiquer ce symbole sur la 2nde mesure copiteuse de la 1ère (oui, j’dis comment que j’veux) :

Abréviation de mesures vierges pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

De plus, si la mesure est répétée plus d’une fois, on peut réécrire les 2 traits obliques et les surmonter d’un chiffre indiquant le nombre total de mesures à répéter :

Autre abréviation de mesures vierges pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Ceci dit, passons aux silences.

B. LES MESURES DE SILENCES

1. LE CAS DE LA PAUSE

La 1ère chose à savoir lorsque l’on parle d’abréviation de silence, c’est le cas de la Pause.

En effet, vous l’ignoriez peut-être, mais la pause peut être utilisée pour indiquer de ne pas jouer pendant la durée de la mesure, quelle que soit sa valeur de 2, 3 ou 4 temps.

Au-delà, pour les mesures de plus de 4 temps, si une pause doit être utilisée, vous comprendrez que nous ne saurons plus si c’est la pause de 4 temps que l’on devra compter ou bien l’abréviation musicale de pause qui indique de ne pas jouer pendant la mesure.

Bon, en soit, si vous voyez une pause dans une mesure, vous ne jouez juste pas, point. Mais dans la théorie, ça fonctionne comme ça, alors respectons. 🙂

Par exemple, si on prend l’intro de la Valse Op.64-1 de Chopin, appelée aussi Minute Waltz ou Valse du Petit Chien, on se rend compte que la main gauche ne joue qu’au bout de quelques méandreries de main droite :

Eh bien, quand on regarde la partition, on se rend compte que des pauses sont indiquées dans toutes ces mesures de main gauche, alors que, pourtant, la signature rythmique du morceau est en ¾, soit à 3 temps. Dans ce cas-là, il s’agit donc de l’abréviation musicale de la pause et non de la figure de silence à 4 temps que l’on connaît !

Ça, c’est pour la pause. La suite, maintenant.

2. RÉPÉTITION DE MESURES DE SILENCES COMPLÈTES

Souvent, en musique orchestrale, il arrive que certains instrument soient amenés à profiter de la performance de leurs confrères pendant qu’eux se doivent de se taire.

Dans ces cas-là, il va bien falloir l’indiquer sur leurs partitions pour leur en informer !

Eh bien, au lieu d’écrire des pages entières de mesures remplies avec des pauses, on va préférer ne marquer qu’UNE seule mesure avec une abréviation musicale pouvant s’écrire de 2 façons… Mais qui, au final, voudront dire la même chose. Le but, encore une fois, ici : faciliter la lecture, gagner du temps, de la place, du papier, de l’encre… Optimiser et ne pas complexifier la partition. 😉

La 1ère forme d’abréviation musicale et la plus utilisée, c’est le bâton de mesure. Il s’agit de dessiner un segment (oui oui, les mêmes segments que l’on nous demandait de tracer en maths quand on était au collège) au milieu de la mesure et d’indiquer au-dessus un nombre, celui du nombre de mesures qui seront impactées par l’absence de jeu. Voici par exemple ce que l’on noterai pour 8 mesures qui seraient vierges :

Abréviation d'un bâton de mesure pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

2nde forme, non moins explicite : le bâton de pause.

Ici, le nombre au-dessus est encore présent, mais la représentation similaire du segment est remplacé par un petit rectangle vertical placé en milieu de mesure et entre les lignes 3 et 4, tout comme la demi-pause et la pause. Si on reprend l’exemple précédent avec nos 8 mesures vierges mais représentées avec un bâton de pause, voilà ce que ça donnerait :

Abréviation d'un bâton de pause pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

3ème TYPE D’ABRÉVIATION MUSICALE : LE PORT DE VOIX ET LE GLISSANDO

2 dernières abréviations pour terminer cet article : le port de voix et le glissando.

Le port de voix est le fait de passer d’une note à une autre en passant par toutes les notes intermédiaires, mais plus encore… Par toutes les FRÉQUENCES présentes entre elles.

Vous me direz donc :

« Mais alors, au piano, par exemple, c’est impossible de le faire ? »

Eh bien… Oui, c’est vrai.

Cette technique ne peut être utilisée que par les instruments dits « panchromatiques », c’est-à-dire qui ne sont pas bridés par des éléments les empêchant de jouer des notes autres que celles de la gamme chromatique traditionnelle.

Les instruments à cordes frottées (violons, altos, violoncelles, contrebasses), la basse fretless, le trombone à coulisses, par exemple. D’ailleurs, l’une des plus grandes difficultés à dompter quand on joue de l’un de ces instruments, c’est d’être le plus juste possible, a contrario du piano ou de la guitare où les notes sont clairement « préfabriquées», indiquées par des touches ou des cases.

Mais la voix chantée est également concernée par cette technique, étant donné que nous utilisons des cordes vocales. 😉 Et c’est bien la preuve que tout le monde n’arrive pas à chanter juste…

Un port de voix, ça se représente de 2 façons. Soit :

• Sous la forme d’une appoggiature longue, avec la 1ère note valant la moitié de la valeur de la 2nde note et représentant donc bien le partage de la montée entre elles deux.

Représentation d'un port de voix sous forme d'appoggiature pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

• Sous la forme d’un glissando. Dans ce cas-là, et si l’instrument est panchromatique, on pourra avoir le choix de l’exécuter en utilisant toutes les fréquences, comme je vous l’expliquais précédemment, ou bien en n’utilisant simplement la gamme chromatique voire diatonique (sans les notes altérées et intrus à la gamme). En revanche, si l’instrument ne permet pas de jouer toutes les fréquences (comme le piano par exemple), alors le port de voix sera un glissando à part entière.

Abréviation d'un glissando pour un port de voix pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Vous l’aurez compris, un glissando, c’est en quelques sortes un port de voix « restreint », étant donné qu’il est utilisé pour les instruments non-panchromatiques.

Dans le cas où il est indiqué, il est ainsi possible de jouer toutes les notes présentes entre celles indiquées de façon chromatique :

Glissando représenté sur une échelle chromatique pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

… ou bien diatonique :

Glissando représenté sur une échelle diatonique pour l'article "Les types d'abréviation musicale"

Ayet ! Vous pouvez respirer, cet article est terminé, et la série sur les symboles musicaux également. 😉

Pour consulter le récapitulatif complet de toutes ces notions d’abréviation musicale et de symboles en tous genres, je vous ai concocté ce top 10 qui résume les différents symboles musicaux les plus employés sur une partition :

Mais pour en savoir davantage sur chacun d’entre eux, vous pouvez, encore une fois, tous les reprendre dans l’ordre en les choisissant juste ici :

1. Les Mesures en Musique

2. Les Clés en Musique

3. Les Altérations

4. La Liaison en Musique

5. Le Staccato et ses dérivés

6. Les Nuances en Musique

7. Les Appoggiatures en Musique

8. Le Signe de Reprise en Musique

9. Les Arpèges au Piano

À tout de suite sur un autre article. 😉

Vous pouvez également télécharger cet article en PDF pour le consulter où vous voulez et quand vous le souhaitez ! 🙂 Pour cela, cliquez simplement sur ce lien :

👉 Cliquez ici pour recevoir le PDF de l’article !


   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Déchiffrer Une Partition De Musique », « Apprendre Le Piano Sur Internet ? » et « Apprendre À Lire Une Partition De Musique ». 🙂

3 Replies to “Les Types d’Abréviation Musicale”

  1. Matt Arrow dit :

    Article vraiment très intéressant ! Tu as une grande expérience de tous ces détails que peuvent apprendre des novices comme moi (un peu de pratique de la guitare c’est tout). Merci 🙂

    Matt de https://comprendre-bitcoin-cryptomonnaies.com

  2. […] Après, vous pouvez même aller jusqu’à écrire un bâton de pause, où je vous en parle plus précisément dans mon article sur les types d’abréviation musicale. […]

Laissez-moi un commentaire ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This