L’Arpège Piano

L’arpège piano. Un nom étrange, mais pourtant bien spécifique à ce bel instrument tout de blanc et de noir vêtu. Je vous explique comme ça fonctionne juste ici :

Par :

Solfège

Bienvenue dans ce nouvel article écrit autour du thème : « L’Arpège Piano ».

Au cours de notre aventure autour des symboles en musique, nous avons vu pour le moment un bon nombre de ces abréviations qui nous facilitent la vie, que l’on soit interprète ou compositeur.

Pour retrouver l’ensemble de ces sujets, vous pouvez les consulter dans l’ordre juste ici :

1. Les Mesures en Musique

2. Les Clés en Musique

3. Les Altérations

4. La Liaison en Musique

5. Le Staccato et ses dérivés

6. Les Nuances en Musique

7. Les Appoggiatures en Musique

8. Le Signe de Reprise en Musique

Mais aujourd’hui, ce qui nous intéresse, c’est le cas de l’arpège piano, ou au piano, comme vous préférez.

Je vais vous expliquer en détail ce qu’est cette petite bestiole et comment elles peuvent prendre forme pour apparaître sur une partition.

Attention cependant, pour appréhender ce sujet et comprendre ses véritables enjeux, vous aurez quand même besoin de maîtriser quelques notions, comme les altérations, les intervalles, les gammes/tonalités et SURTOUT les accords.

Mais de pas de panique :

Pour vous aider à vous mettre à niveau, je vous propose de télécharger dès maintenant mes livres : L’Essentiel de la Musique au Piano et à la Guitare (mais applicables à n’importe quel instrument) et L’Oreille “Absolue” Pour Tous.

Et grâce à ces livres, vous maîtriserez une bonne fois pour toutes toutes les bases théoriques, vous comprendrez par quels principes il est possible de développer son oreille et vous pourrez, vous aussi par la suite, retrouver n’importe quelle mélodie, n’importe quel accord à l’oreille.

Alors, si l’un de vos objectifs est de pouvoir rejouer toutes les chansons que vous écoutez à l’oreille sans utiliser de partition, renseignez simplement les 2 champs requis et je vous envoie ces 2 livres dans la minute… et gratuitement, s’il vous plaît ! 😉

Tout le monde est prêt ? Alors c’est parti !

I. DÉFINITION DE L’ARPÈGE PIANO

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un arpège ? Et qu’est-ce que je veux dire exactement par « Arpège Piano » ?

Ben oui. Est-ce qu’il s’agit des mêmes arpèges qu’à la guitare ? Ou même qu’à la harpe ou à tout autre instrument polyphonique ?

Eh bien… Oui. Mais dans cette série d’articles, je m’intéresse tout spécialement aux abréviations qui figurent sur une partition.

Et comme vous le savez, il existe une autre façon d’écrire la musique pour la guitare : les tablatures. Alors, oui, une tablature est une version simplifiée d’une partition. Mais les notes n’étant pas indiquées sur une portée, les abréviations comme l’arpège, le gruppetto, le mordant ou la trille ne sont souvent pas indiquées de la même façon que sur une partition, voire pas du tout.

C’est pour ça que je parle d’« Arpège Piano », parce que c’est précisément au symbole écrit sur la partition qu’il est question dans cet article. 😉

Et à quoi il sert, ce symbole ?

Eh bien, à ne pas jouer un accord directement avec toutes les notes simultanément, mais de les « égrainer » au fur et à mesure, tout en maintenant les précédentes à chaque fois.

Par exemple, si l’on prend cet accord-là :

Exemple d'un accord de Do Majeur non arpégé pour l'article "Arpège Piano"

… Et qu’on joue toutes les notes immédiatement, voilà comment ça sonne :

Maintenant, si on nous demande de jouer cet accord en arpège, voilà comment ça pourrait sonner :

Mais la question à se poser, c’est : « Pourquoi on ferait ça ? »

Eh bien… Pourquoi pas ? 😉

Pour 2 raisons, en réalité :

  • La 1ère, c’est pour une simple raison de sonorité, qui s’avère des fois plus intéressante si l’accord est joué en arpège plutôt que s’il est joué plaqué directement.
  • La 2nde, c’est pour simplifier l’exécution de certains accords.

Oui, parfois, les notes de ces accords étant trop éloignées les unes des autres, les jouer en totalité et en même temps est tout simplement impossible. À part pour Elastigirl.

Photo d'Elastigirl pour l'article "Arpège Piano"

Grâce à l’arpège, une personne non dotée de pouvoirs élastiques pourra alors jouer toutes les notes de l’accord les unes après les autres sans difficulté. 😉 Et couplé avec la pédale pour maintenir les différentes notes au fur et à mesure, l’accord sera reconstruit sans problème.

II. ABRÉVIATION DE L’ARPÈGE PIANO

Mais alors, ça ressemble à quoi, un arpège piano ?

À ça, mon bon monsieur :

Exemple d'un accord de Do Majeur arpégé sur une portée pour l'article "Arpège Piano"

Aaaaah.

Il sera toujours situé sur la gauche de l’accord et, de par son ondulation symbolique, nous fait bien comprendre qu’il faut jouer les notes les unes après les autres, de la plus grave à la plus aiguë.

Sur une partition de piano, il peut d’ailleurs être écrit sur le système complet (en regroupant les portées de la main gauche et de la main droite), et non seulement sur l’une des 2 portées si l’accord est à jouer avec les 2 mains, comme ceci :

Exemple d'un accord de Do Majeur arpégé sur le système Clé de Sol et Clé de Fa pour l'article "Arpège Piano"

Ce n’est pas plus compliqué que ça. Et pour la vitesse d’exécution de l’arpège, c’est l’interprète qui décide. 🙂

En revanche, il existe maintenant d’autres types d’arpèges mais qui, cette fois, sont indiqués en pleines notes et non plus abrégées…

III. LES ARPÈGES AU PIANO ET BASSES

Lorsqu’on parle d’arpège piano, on pense principalement à ce que j’expliquais juste au-dessus.

Si on est guitariste, on pense davantage aux arpèges joués par la main rythmique, comme je l’explique dans cet autre article.

Mais un arpège, c’est avant tout une « déconstruction structurelle » d’un ou plusieurs accords. Ainsi, tant que l’accord est décomposé en plusieurs morceaux, on sera en présence d’un arpège.

C’est notamment le cas pour 2 exemples de basses qui apparaissent souvent pour accompagner une mélodie : La basse alternée et la basse d’Alberti.

A. LA BASSE ALTERNÉE

La basse alternée, comme son nom le prescrit de lui-même, nous indique qu’on devra jouer 2 notes de l’accord de façon individuelles et en quinconce avec le reste de l’accord. Bon, un petit exemple vaudra mieux que 1000 explications :

Exemple d'une basse alternée pour l'article "Arpège Piano"

C’est un système d’ailleurs très répandu dans le monde de l’accordéon musette mais qui, étrangement, a su trouver sa place dans bien d’autres styles musicaux.Musiques de films, musique Baroque, Classique, musique Irlandaise, et même dans le Punk ! Si si, écoutez bien, à partir de 24s :

Et justement, je vous donnerai juste après un exemple de morceau très connu à l’époque Romantique, par un certain Johannes Brahms… Oui oui, apparemment il est connu.

B. LA  BASSE D’ALBERTI

Un autre motif de basse. Plutôt classique, comme procédé, mais terriblement efficace.

Le but : utiliser l’arpège pour alterner chacune des notes de l’accord autour d’un rythme régulier, comme ceci :

Exemple d'un motif de basse d'Alberti mais à la mélodie sur le morceau The Battle Of Waterloo pour l'article "Arpège Piano"

Bon, là, le motif est présent à la mélodie et non à la basse. Mais une fois encore, je vais vous donner quelques exemples de morceaux ultra-célèbres un peu plus bas.

Si vous voulez en savoir davantage sur la basse d’Alberti, j’en parle également dans cet autre article plutôt centré sur l’harmonisation.

IV. EXEMPLES D’ARPÈGES CÉLÈBRES AU PIANO

Nous y voilà. Voici quelques exemples de morceaux très célèbres qui ont su employer les arpèges à merveille. Vous allez trouver des morceaux des époques Baroque, Classique, Romantique mais également des musiques de films et des morceaux issus de la pop actuelle. Bon voyage auditif. 😉

1. CANON – JOHANNE PACHELBEL

L’intro de ce merveilleux morceau qui a su rentrer dans les standards de la musique classique est composée avec une basse jouée en arpèges :

2. PRELUDE POUR CLAVIER EN DO MAJEUR – J.S. BACH

Cette fois-ci, c’est la main droite qui, avec ce thème hyper connu, nous propose de découvrir l’arpège piano du début jusqu’à la fin du morceau :

3. LA SONATE N°16 K545 – W.A. MOZART

Comme promis, voici l’un des exemples de basses d’Alberti les plus flagrants que l’on retrouve chez Mozart, avec sa célèbre Sonate n°16 K545 :

4. LA MARCHE TURQUE – W.A. MOZART

Toujours chez Mozart, on retrouve dans la très connue Marche Turque un mouvement d’arpèges joués à la main gauche à 36s dans cette vidéo :

5. AVE MARIA – FRANZ SCHUBERT

Dans sa version originale, ce morceau nous montre un bel exemple d’arpège piano, mais sous une forme un peu plus « complète ». En effet, au lieu de dérouler l’accord avec une seule note, on va jouer à chaque fois plusieurs notes de l’accord, ce qui en fait un arpège à chaque fois plus « costaud » à jouer :

6. SONATE 14 AU CLAIR DE LUNE – L.V. BEETHOVEN

Merveilleux morceau de Beethoven. Cette fois encore, l’arpège est à la main droite tout au long de l’introduction, vous ne pourrez pas le manquer :

7. LETTRE À ELISE – L.V. BEETHOVEN

Quoi de meilleur qu’un bon vieux classique de chez classique pour voir apparaître des arpèges comme ceux-ci ?

Pour le coup, c’est la main gauche qui en endosse le rôle :

8. FANTAISIE IMPROMPTU – FREDERIC CHOPIN

Cette fois-ci, on ne peut pas dire que je ne vous aurai pas prévenu. 😉

Parce que, oui, on retrouve des arpèges dans toute la partie de main gauche de ce morceau ! C’est ce qui donne justement ce côté si « Romantique » qu’utilisait beaucoup Chopin :

9. NOCTURNE OP.71 E MINOR – FREDERIC CHOPIN

Encore une fois, mais d’une façon différente, cette fois, on écoute de beaux arpèges à la main gauche dès le début dans cette magnifique Nocturne en Mi mineur :

10. ETUDE OP.25-1 – FREDERIC CHOPIN

Pour terminer avec Chopin (oui, je suis un grand fan, mais c’est un vrai passionné pour les arpèges… Et on le comprend. 😉), je vous présente son Etude OP.25-1 où, là, ce sont carrément les 2 mains qui, en complémentarité, jouent des arpèges tout au long de morceau, avec (tout de même voyons) une petite accentuation sur la note la plus aiguë pour chanter le thème !

11. VENEZIANISCHES GONDELLIED – FELIX MENDELSSOHN

Les Gondoles de Venise, un magnifique morceau que nous présente Mendelssohn. Et là, vous repérez directement des arpèges dès le début à la main gauche :

12. BLUMENLIED, OP.39 – GUSTAV LANGE

Si j’ai choisi ce morceau, c’est parce qu’il présente des types d’arpèges un peu différents par rapport à tous ceux que je vous ai présentés jusqu’alors.

Vous les repérerez facilement au niveau de la main gauche, mais là où je tenais à attirer votre attention, c’est à 1’41… Voyez par vous-même :

13. DANSE HONGROISE n°5 – JOHANNES BRAHMS

Je vous parlai de basse alternée tout à l’heure ? Eh bien, voilà qui devrait vous faire comprendre davantage les choses :

14. 1ÈRE ARABESQUE – CLAUDE DEBUSSY

Pas besoin d’expliquer davantage, on repère directement tous ces beaux arpèges disséminés sur les 2 mains :

15. HALLELUJAH – LEONARD COHEN

Après être sorti des différentes époques Baroque, Classique, Romantique puis Moderne, rentrons désormais dans la musique actuelle, des années 50 à aujourd’hui.

Et pour commencer, voici le célébrissime je-ne-vous-le-présente-plus Hallelujah de Leonard Cohen repris à de multiples reprises, notamment par Jeff Buckley ou Rufus Wainwright. Et maintenant que vous maîtrisez bien les arpèges, vous les repérerez immédiatement :

16. YOUR SONG – ELTON JOHN

Un merveilleux morceau que Your Song. Et même si on peut repérer des emprunts d’arpèges tout au long du morceau, le plus flagrant est encore d’écouter simplement l’introduction…

17. SOMEONE LIKE YOU – ADÈLE

Un morceau très simple et très adapté pour les débutants. Et parfait pour travailler les arpèges à la main droite :

18. FLY – LUDOVICO EINAUDI

Un bel exemple d’arpège piano rythmé avec les 2 mains dans ce morceau d’Einaudi. Avec ça, vous allez vraiment devenir… intouchable. 😉

19. LIGHT OF THE SEVEN – GAME OF THRONES

Encore une fois, plus la peine de vous présenter ce que c’est qu’un arpège piano… Regardez ce morceau et dites-moi que vous n’en voyez pas. 

20. PATRIK PIETSCHMANN

Enfin, pour terminer cette liste, je vous présente Patrik Pietschmann, un pianiste compositeur et arrangeur qui, justement, reprend des musiques provenant de films ou de thèmes ultra-célèbres et qui les réadapte à sauce… au piano !

Et, comment dire… Les arpèges, c’est son truc. Et tout comme Chopin, on a de quoi le comprendre ! Il doit probablement beaucoup aimer la musique Romantique, à mon humble avis. 😉

Alors, comme il a fait des dizaines de reprises, je vous laisse simplement explorer sa chaîne, vous adorerez vous y échapper le temps de quelques merveilleuses musiques reprises avec brio :

Voilà, j’espère que vous aurez mieux compris la particularité de l’arpège piano, et sous quelles formes il peut apparaître.

Dites-moi en commentaire ce que vous en pensez, ou faites-moi part du morceau que vous avez préféré dans la liste, ou bien encore d’une remarque que vous aimeriez me partager !

Et moi, je vous dis à tout de suite pour le dernier article de la série sur : Les Types d’Abréviations en Musique.

À tout de suite !

Vous pouvez également télécharger cet article en PDF pour le consulter où vous voulez et quand vous le souhaitez ! 🙂 Pour cela, cliquez simplement sur ce lien :

👉 Cliquez ici pour recevoir le PDF de l’article !


   Découvrez également les autres articles dans la même thématique : « Apprendre À Lire Une Partition », « Apprendre Le Piano Sur Internet » et « Apprendre Les Accords Au Piano ». 🙂

Laissez-moi un commentaire ! 🙂

Pin It on Pinterest

Shares
Share This